La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

jeudi 3 avril 2014

Spirale Terraqué ( Carnac) :  pour Eugène Guillevic
Spirale Terraqué : détail. ( circonférence, environ 45 mètres )
Startijenn : pour Annaïg Baillard
Love in landscape :  pour Marie-Claude
Le passage du temps : pour Camino roque
Karnag blues :  pour Marie-Josée Christien
Medium and spiral :  pour Patrick Lucas
Éclats de cœur : pour Tilia
Les chemins d'or de Ty bihan :  pour Ana Minguez Corella
Fest deiz : Gwenola Gwernig


Cicatriser les mémoires :  pour Fanch Kerouac

Un trou dans le ciel  : Pour Lucie Albertini

Exil  : Pour Isabelle Jacoby


à Eugène Gullevic 

Le chant de Ty Bihan



Qu'est-ce qu'un mort peut bien penser d'un cadeau ? 
Je pars avec cette idée en tête, d'honorer cet homme, non en écrivant un livre de  plus , ce dont je serais bien incapable mais de travailler sur ses traces, avec ce que je sais faire de  mieux. De Guillevic,je ne peux retenir que mes bonheurs de lecture. Je n'aime pas toutes ces études menées sur les auteurs, sur leur œuvre, disséquée, découpée en  rondelles de saucisson. Je préfèrerai toujours ces rencontres, d'un livre  à  l'autre, d'un  lieu  à  l'autre, lui ayant servi de cadre de vie.
Pendant une dizaine de  jours, je vais  donc faire  plusieurs voyages  à Carnac, sa ville natale. J'y suis déjà passé  pratiquer le land art mais, là, cette fois, la quasi totalité de  mon travail se fera  ici.
Je veux  oublier la difficulté que j'avais eu à trouver sa petite maison natale, nichée dans une ruelle sombre du centre ville. A  l’office de tourisme, une jeune stagiaire m'avais dit : je ne connais  pas, je ne sais  pas. Dans un  bistrot situé  à 50 mètres de sa maison, j'avais entendu  : "qui ça ? Gullevic, connais pas y doit pas venir boire un coup  ici,  on connait tout le monde". Bon, je leur avait brièvement expliqué, un  poète, malgré tout, célèbre, et de  plus né ici. Réponse, dans un éclat de rire général  : "nous  on s'occupe pas de ça ! "
Célèbre, c'est vite dit, pas  pour tout le  monde et voilà qu'un autre ami me disait, " tu sais, Guillevic,  il est un peu au  purgatoire".
J'aurais peut-être dû choisir Slatan,  là, au moins. Mais le foot, c'est  pas  mon truc.
J'ai donc cherché sa maison et je l'ai trouvée. Certes, pas un château, mais une maison tout de  même, avec une petite cour attenante. Pour ce qu'il avait été heureux dans sa  petite enfance, je ne crois pas qu'il y revenait souvent. Qui sait. Par contre, à Carnac, oui,  il y revenait souvent. 
Alors  j'ai parcouru  à nouveau les principaux sites mégalithiques  : Le Ménec, Kermario, son géant, Kerkado, le tumulus St Michel, le bourg, de  long en large,  puis la côte, par le chemin des douaniers, depuis la plage de St Colomban, celle de Ty Bihan et jusqu'aux  limites du Men Du. 
Marcher, cela va  bien,  mais  un  jour,  il faut bien se poser et attaquer le travail.
9 heures, Plage de Ty Bihan. Je descends dans  l'arène . Il fait 4° et je n'ai pas très chaud.Je vais réaliser  une spirale  à marée basse. Au Nord, le bourg de Carnac, la maison de Guillevic, au sud,  l'Océan Atlantique, en  mémoire, Pélieu, Jégou, Thomassaint,  à  l'Ouest, Gwernig, à  l'Est,  un  pâle soleil qui  m’accompagnera  jusqu'à la fin de  l'exercice.
Le sable est damé,  luisant, argenté, un peu essuyé, mais malgré tout, compact. Encore  un dur moment  à passer car  il résistera  bien.
Je suis  à peu  près seul, ce qui me permet de travailler plus tranquillement. La plage est en légère pente et cette déclivité suffit  pour trouver des densités de sable différentes sous le pied  ce qui se traduit par  plus de difficultés  pour  moi. Si je veux obtenir une belle régularité, je dois en tenir compte  pour compenser  mon tracer par un appui  plus  ou  moins insistant au moment  où mon  talon gauche creuse l’unique sillon. Le sable chante bien et la mer  lui répond, courtes vagues, tempo  lent mais appuyé,  il  n'y aurait plus qu'à y  poser des paroles  et naîtrait " in situ " Le chant de Ty bihan ". Pour ces instants de bonheur intense, je donne  une grande partie de ma vie et je me sens tellement petit dans cette immensité, mais aussi,  rattaché au grand univers qui  me parle ainsi au  plus profond de  moi. Etre une parcelle d'univers,  une poussière d'étoile et s'en rendre compte.
Je termine fatigué mais heureux du résultat. Je vais réaliser  un  prolongement de cette spirale , vers le soleil levant, pour célébrer le printemps,  puisqu'il débute aujourd'hui. Une germination, des volutes en forme de crosse de fougères,  un clin d’œil  à la nature qui se réveille.
Je monte sur la falaise. Je sais que le regard de Guillevic s'est posé sur cet  océan. Je le regarde  à  mon touR, puis je vois cette spirale, de haut, je lui en fait cadeau, aujourd'hui.

Je ne peux malgré tout oublier La Baie de St Jean, dans la ria de Crac'h , quelques kilomètres au  nord,  à vol d'oiseau. Je passe  par le grand dolmen de Luffang, en fait,  une allée couverte de 25  mètres qui a perdu ses pierres de couverture, mais reste un  lieu magique. Je ne me sépare jamais de  ma boussole qui  me permet de  m'orienter et de me situer dans la géographie de la région. Lorsque j’arrive sur le site, un concert de corbeaux, m’accueille. Ils ont niché en grand nombre dans les pins maritimes. Je commence  par de petites installations, très colorées, déstructurées, histoire de casser les codes de la géométrie. Cela se rapprocherait  presque d'un travail de peinture. Puis je reprends les formes  plus classiques du  mandala. Je ne tiens  pas à  m'enfermer dans un style quelconque. Je pense avoir le droit de revendiquer  une liberté d'expression totale.Le chant des oiseaux s'est amplifié. Ils  me montrent ainsi qu'ils  m'ont repéré, jusqu'au moment  où ils comprennent que je ne leur veut aucun mal et leur cacophonie cesse d'un seul coup.
Je pénètre dans l'allée de Luffang. Terre d'ossements aurait dit Guillevic, terre de recueillement, terre sacrée aussi. Faire le  lien entre le vivant et le mort. J'ai cueilli  mes fleurs d'or,sur la route, et je ramasse des brassées de  bois  mort au pied des pins, ainsi que des aiguilles de  pin, très vertes, que la tempête aura fait chuter. Je descends avec le tout au milieu de  l'allée et je travaille  à genoux pour plus de  précision. Une belle émotion  me traverse et là aussi, je me sens faire partie du lieu. Des merles,  plus paisibles on  pris le relais des corbeaux.

Lorsque j'arrive en Baie de St Jean;je vais rester très longtemps  à contempler cette immense  plaine d'eau où  nagent quelques oiseaux de  mer. Le calme est  imposant et je vais  monter un seul cairn en cet endroit avant de rejoindre le Gisant de St Jean. Réalisé cet hiver, tout est resté en place, mais la forme du corps s'est aplatie et les tuiles rouges se sont enfoncées dans le sable. Je ne me vois pas,  pour  l'instant, le déranger et je réalise deux petites installations  à ses pieds avant de reprendre la route.

Mardi, onze heures quinze, tu es de  plus en plus en retard, me dit Serge, en continuant de lire son journal. Serge Thébault est un  poète Alréen,  à part entière,  un auteur reconnu,  un  homme pétri d'humanité. J'ai fait sa connaissance il  y aura bientôt un an,  lorsque je suis revenu habiter en Bretagne.  Nous avons sympathisé et pris  l'habitude de nous rencontrer,une fois par semaine. Nous parlons de la vie qui va, de la poésie, bien sûr. C'est ainsi qu'il m'a confié avoir été l'ami de Guillevic pendant de nombreuses années. J'ai appris sur  lui  plus que par tous les livres que j'aurai pu lire, lui ayant été consacrés. Cela m'a rapproché de ce  poète  oublié par trop de gens et c'est ce qui m'a décidé  à lui rendre hommage, aujourd'hui.

Roger Dautais




Spirale 

Je sais qu'amenuisant
Durant  mon aventure
L'espace que j'enclave

Je sais que tournoyant

Autour de quelque chose
Qui est moi-même et ne l'est pas,

Je finirai par être
Ce  point auquel je tends :
Vrai  moi-même, le centre

Et qui n'est pas




Cercle

Tu es un frère
On peut s'entendre

Fais  moi pareil,
Enferme  moi.

Réchauffons nous, 
Vivons ensemble
Et  méditons.

Eugène Guillevic

Du domaine 1977
Euclidiennes   1967  Gallimard

            ***


Guillevic 

Guillevic aimait Rimbaud
mais ne l’idolâtrait pas
Guillevic lisait Ady
mais ne le sanctifiait pas

Guillevic tonnait Trakl
mais ne le magnifiait pas

Il aimait  à me dire
" le poème est au-dessus
 de celui qui écrit
 tant dans sa promesse
que dans son  prolongement.


La  poésie

A guillevic

Je pose  la question unique :
              c'est quoi  la poésie ,

Il  m'invite  à boire le vin
             comme  une cérémonie
             en humant le nectar
             en  humectant mes lèvres de son  parfum
             en le laissant glisser lentement
             le  long de  mon  palais
             jusqu'au fond de ma gorge.

Ahuri, je regrade  mon interlocuteur.

          " C'est ça la poésie
            rendre  le sacré
            à chaque geste de la vie."





Serge Mathurin Thebault
GUILLEVIC
Éditions Gérard Guy

Suivez l'actualité poétique de Serge Mathurin Thébault dans les dominicaux sur sa page Facebook

www.facebook.com/serge.thebault

86 commentaires:

  1. Such gorgeous places and so beautiful decorations !
    Greetings

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ela,
      Merci Ela pour tes mots d'amitié et d'encouragement. Belle fin de semaine. Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  2. Your grand spiral is a masterpiece.
    45 mètres is one of your biggest?
    And "Karnag Blues", with its smooth stones, is a worthy sculpture.
    You are one of nature's great artists, Roger.
    Salud!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rick Forrestal
      Merci Rick. Non, ce n'est pas le plus grand tracer. Mais il faut dire que les plus grands, jusqu'à 1500 mètres carrés ont été réalisés lorsque j'avais une dizaine d'année de moins et lorsque j'étais en meilleure santé. Je n'ai pas renoncé à les refaire un jour.
      Belle fin de semaine à toi.

      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  3. Superbe article et une réflexion sur ceux qui sont absents...
    La spirale est émouvante, de même que cette création pour Marie-Claude !!!
    Merci Roger pour cette réelle émotion à chaque publication.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marité.
      Merci Marité. Marie-Claude ne me fait que très rarement des commentaires sur mon travail et je l'aime comme ça.

      Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  4. Pour les fleurs d'or, pour l chant des merles, pour les mots d'écume, de sel et de vin... merci Roger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anne Le Maître

      Je crois que Guillévic était avec moi, cette semaine.
      Merci Anne et à très bientôt.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  5. De superbes réalisations Roger ! merci à vous de nous partager vos créations alliées à la poésie ..ensuite ....tout semble plus beau !
    Bise
    Sacha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sacha,
      Heureux de vous revoir, ici, Sacha. Je sais que vous appréciez le land art, j'ai visité plusieurs fois votre blog qui y est consacré. Oui, land art et poésie me semblaient pouvoir faire chemin ensemble et cela s'est vite imposé comme une vraie réussite. Alors je contibnue.
      Je vous embrasse.

      Roger

      Supprimer
  6. Magnifique comme à chaque post.
    Merci pour ta générosité artistique, tu es sûrement quelqu'un de bien, je le ressens au fond de moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. AMbre
      Merci, tu me combles. J'ai certainement quelques qualité, mais aussi des défauts comme tout le monde. Disons que la pratique du land art m'améliore un peu sur le plan humain.

      Bien amicalement

      Roger

      Supprimer
  7. poetry is attention, isn't it, and attention is finding the sacred)))) this is what you do as well, roger.

    today it is your tribute to love which floods me.

    xo
    erin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. erin,
      Merci pour ton commentaire. Bien évidemment et cela n'est que le résultat d'un long cheminement qui passe par la contemplation, la compréhension de la nature et la méditation. Libre à chacun de n'y voir que des petits cailloux et des fleurettes. Désolé de les décevoir, mais ce n'est pas cela. Mon histoire est une longue histoire et elle se termine comme ça, par choix, pour m'approcher au plus près de cette nature et pour resserrer le lien qui nous unit. Forcément, je croise l'histoire de l'humanité, le sacré de la terre des hommes, je la continue, humblement, avant de laisser la place.
      Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  8. Avec nostalgie je songe
    au battement de la marée sur cette immense spirale...
    .Mais vaine est ma tristesse:
    création, effacement, renouveau ne sont-elles pas au coeur de ta démarche?

    Et les couleurs vives des petites marqueteries me consolent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miss_Yves
      Merci à toi. Oui, une tristesse vaine. C'est un tellement beau spectacle que de voir la mer s'emparer d'une spirale. Pour ce qui est de fest diez, j'ai voulu évoquer ces danses bretonnes festives et conviviales, pleines de couleurs et de gens, communiant dans l'amour de la danse, la tradition et l'amitié.
      A bientôt chez toi.

      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  9. Quel bel hommage à Guillevic !
    Les titres de deux de ses recueils, Motifs et Creusement, semblent s'appliquer au land Art tel que tu le pratiques.
    La spirale-fleur que tu lui a dédiée est vraiment magnifique.
    Au fait, comment dit-on "vers la mer" en breton ?..

    Merci pour les "Éclats de Coeur" en mandala.
    J'aime aussi énormément "Fest diez", ainsi que "Exil", et "Amour en paysage" dont je ne me lasse pas tellement il exprime à la perfection l'amour au long cours, celui qui cimente toute une vie conjuguée à deux.

    Et bien sûr, j'ai toujours aimé les poèmes de Guillevic. Je ne comprends pas l'ignorance des gens de Carnac, même si Guillevic n'y a passé que les deux premières années de sa vie (dixit Wikipédia... qui oublie totalement sa maison dans sa liste des monuments !). Il me semble qu'il serait judicieux d'implanter une maison de la Poésie à Carnac.
    En remerciement et contribution, je propose cet extrait de « Rites » :

    Il n'en fallut pas plus
    Que toucher de la joue et contempler de près
    La mousse au pied de l'arbre et quelques glands jaunis,
    Pour se défaire du désespoir, des corridors,
    Pour pardonner même au pervenches
    Leur beau miracle.


    Amitiés
    Belle fin de semaine, Roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tilia.
      Merci Tilia. Tu sais, deux personnes ne font pas une ville ni un village et je ne leur en veut pas. Une fois, dénichée la maison de Guillevic, je suis allé l'indiquer à la jeune fille de l'office de tourisme pour qu'elle puisse mieux renseigner les gens à l’avenir et elle m' remercié. Merci pour la liste des monuments que j'ai déjà sur mon PC depuis mon arrivée dans cette région. J'en ai visité une grande partie et créé sur quelques sites présentés sur mon blog. Je n'ai pas fini de dialoguer avec les pierres, qu'elles soient dolmen ou menhir. Je reprends un dialogue commencé dans les années 47 à 50.
      Merci pour le poème, je ne le connaissais pas.

      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  10. Tu aimes la nature comme tu aimes les gens, Roger, c'est-à-dire avec amour et délicatesse. Tes créations sont très belles. Merci pour ces si beaux partages.
    Belle semaine à toi. Amicalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Françoise

      Merci Françoise. Je suis toujours heureux de pouvoir partager des créations et peut-être, donner un peu de bonheur aux gens.

      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  11. Bonjour Roger!

    Je lis ton texte avec émotion et pourtant je ris, quelle beauté que la poésie, l'amitié, et l'alchimie des deux est encore plus admirable! Je connais peu Guillevic, et je le regrette, mes études de littérature ne m'ont amené qu'à lire relire et rerelire les oeuvres des mêmes grands noms, c'est te dire si je connais le saucissonage des textes! C'est seulement depuis que j'ai quitté la fac que j'ai repris goût à la poésie, et je vais saisir l'occasion pour découvrir les écrits de ton ami Serge Thebault.
    Pour en revenir à Eugène Guillevic, voici deux vers qui me font penser à toi:
    "Celui qui s'en va seul
    Porte avec lui les autres"

    Merci pour ton travail...
    Bonne fin de semaine à toi!

    Sadaya

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sadaya

      Merci à toi. Tu sais, on a toute sa vie pour apprendre, alors, tu as le temps. J'aime bien la phrase de Guillevic, elle est emprunte d'humanité. Je serais heureux que tu découvres ces deux poètes invités ici, qui étaient amis dans la vie.
      Belle fin de semaine à toi.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  12. Mille merci pour ces " signes" de la terre et du ciel, conciliation entre l' au-delà et l' ici- bas, mon exil est beau comme une diaspora, je parle bien sur de ta création, recréation et récréation, qui plaît et enseigne, tes billets témoignent d' une perfection.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Orfeenix
      Merci, Isabelle. Tes mots me touchent beaucoup. Le mot perfection me fait un peu peur, malgré tout.
      Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  13. Un très bel hommage à ce poète peu connu.
    Tes photos démarrent avec des teintes douces qui deviennent éclatante de couleurs au fur et à mesure et me font penser à la chanson de Ferrat : Je ne suis qu'un cri ...
    Et puis tes mots sur ta démarche et les mots du poète pour nous le faire découvrir .
    C'est toujours un moment que j'attends :découvrir ce que tu vas proposer .
    Bonne fin de semaine ,je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brigitte,
      Des deux poètes présentés, Serge Thébault est moins connu que Guillévic et il ne m'en voudra pas de le dire ici. Il a néanmoins un avantage sur lui, il est vivant et bien vivant !
      Par contre écrite que Guillévic est peu connu, c'est nettement exagéré, m^me si ce n'était le premier but dan sa vie.
      Merci de m'avoir donné ton avis et à bientôt, j'espère.
      Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
    2. Roger, j'ai du mal m'exprimer,désolée. Lorsque j'écris peu connu, c'est de moi . Peu connu est une façon de parler puisque ce poète m'était,en réalité, totalement inconnu .
      Voilà ,j'ai rectifié ,je te sentais agacé, si je puis m'exprimer ainsi . Bonne soirée

      Supprimer
  14. Amazing photos and fantastic ideas. We are very impressed.
    Greetings from Poland
    Michał and Piotr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dzial Przyrody MSO

      Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins et merci pour ton commentaire.

      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  15. Combien je suis d'accord avec toi lorsque tu dis : " Je n'aime pas toutes ces études menées sur les auteurs, sur leur œuvre, disséquée, découpée en rondelles de saucisson. Je préfèrerai toujours ces rencontres, d'un livre à l'autre, d'un lieu à l'autre, lui ayant servi de cadre de vie." !
    C'est comme chacune de mes rencontres avec tes œuvres (j'ai encore en tête ma toute première émotion avec celle là (30 juin 2009!!!)
    http://rogerdautais.blogspot.fr/2009/06/le-miroitement-des-ombres-nues.html#comment-form

    Je ne veux pas qu'on m'explique, je veux juste regarder et vivre avec les yeux et avec l'âme ce que tu offres ...
    Bises d'Ep'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Epamine
      Grand merci à toi Sylvie. Parfois je me demande si ce que je vis est vraiment partageable et j'ai la tentation d'arrêter ou bien de ne plus rien montrer. Mais ces retours, ces commentaires dont le tien me prouvent que j'ai tort de penser ainsi et c'est pour cela que je reprends la route si souvent.
      J'ai voyagé jusqu'au 30 juin 20O9. C'est loin. à l'époque je commençais le tournage de mon documentaire dans mon atelier d'art thérapie en Normandie. Par contre, je me souviens bien de l'étang ou j'ai réalisé ces installations flottantes. J'ai gardé la même approche du land art, ce qui a changé, c'est mi, je suis un peu plus vieux !

      Je t'embrasse.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  16. Splendide ! Autant les photos de tes créations, tes installations, que tes mots et ceux de ce poète.Tout est magique, hors du temps et c'est beau. Merci Roger.
    Doux week-end
    Amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nathanaëlle
      Merci Nathanaëlle. Hors du temps, certes mais bien inscrit dans les éléments communs à tous et qui nous servent du cadre de vie. Je ne me sens pas obligé de suivre une ligne directrice de pensée et j'aime le vagabondage artistique.
      Très belle fin de semaine à toi.

      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  17. Réponses
    1. camino roque

      Merci à toi. Le fait que ton blog soit, pour le moment, en pause, n'est pas suffisant pour oublier tout ce que tu m'as donné par ta peinture.
      Je embrassement amicalement.

      Roger

      Supprimer
  18. Que j'aime la puissance de la spirale Terraqué, Exil, love in landscape et les plus petits "tableaux" si vifs et colorés... Et le récit de tes "sorties", aussi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chri
      Merci Christian. Cet effet de puissance vient beaucoup de son inscription dans un tel paysage qui dynamise la spirale. Travailler dans ces éléments, que sont le sable, la mer, sans oublier le vent, me fait ressentir toute leur puissance et je me trouve vraiment tout petit au milieu d'eux. Simple transmetteur de ce que je ressens, le résultat est celui que tu ressens à ton tour.

      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  19. J'aime cette atmosphère "gris-bleuté" des images que nous présentes aujourd'hui, une douceur subtile...
    Belle journée, Roger, je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  20. norma
    La lumière Bretonne a son charme et ce gris-bleuté en est un. Je suis, comme toi, très sensible à ces atmosphères. Merci, Norma pour ta visite et ton commentaire.
    Je t'embrasse.

    Roger

    RépondreSupprimer
  21. Je me laisse aspirer en confiance par le cœur de la la spirale Terraqué...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Manouche
      Mais tu le peux, elle qui sût trouver sa place entre la terre et l'eau (Terraqué)

      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  22. " Si un jour tu vois
    Qu'une pierre te sourit,

    Iras-tu le dire?
    Guillevic.

    Je crois bien que oui... et que vous écoutez le langage des pierres, du sable et de la nature; sang mêlé aux éléments, reflet des lieux et de la poésie.
    Guillevic écrit aussi dans ETIER:
    "Tout ce que tu diras
    A ces cailloux,

    Je ne cherche pas
    A deviner.

    C'est toujours neuf."
    C'est toujours la sensation que j'éprouve en vous visitant: un ressourcement, une respiration tant sur le plan des créations que de leur interaction avec l'environnement, le tout baignant dans la poésie des mots, des morts, de la lumière; Le tout baignant dans la vie des mots, des morts de l'envergure de Guillevic, des lignes et des couleurs.
    Vous l'aurez compris, je vous visite sans oser laisser de trace mais l'hommage à Guillevic me donne l'élan nécessaire. J'ose, parce que c'est un poète qui m'accompagne et je salue en vous le passeur d'émotions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maïté / Alienor
      Merci à Guillevic de vous avoir fait sortir votre plume. Vous avez bien saisi ce qui me bouge, me remue, me fait naître et renaître à la nature a chacune de mes sorties. Pour moi aussi, c'est toujours avec un regard neuf que je découvre la nature du jour. Je laisse de côté mes petits savoirs et j'apprends. D'abord à être humble face à ce spectacle, puis à trouver ma place, mon souffle, et enfin, j'entreprends quelque chose de l'ordre du land art. Dans cette période récente, j'ai bien entendu été porté par le souvenir de cet homme, j'ai lu de ces poèmes face à la mer et il m'a accompagné sur les chemins de son pays. Voilà comment cela s'est passé.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  23. Tes pierres sont philosophes, elles nous parlent de la mort, de la vie et de l'au-delà... de la mort et de la vie. C'est toujours un beau voyage que de te lire et contempler tes œuvres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :)
      Merci à toi. Dans cette région de Bretagne, située à Carnac même et aux alentours, on peut parler de terre sacrée, en effet et chaque pierre est un trait d'union avec l'au-delà du regard
      .Mais s'il n'y avait que cela ! Il faut vivre ici pour le comprendre.

      Belle journée et à bientôt.
      Amitiés.
      Roger

      Supprimer
  24. Roger je viens te dire bonjour et je ne trouve pas assez de temps pour faire les blogs
    et plus tu passes sur les blogs plus tu en trouves de nouveau
    rien de simple pour suivre
    j'adore Love in landscape : pour Marie-Claude elle est très belle et tu as eu encore une si belle idée
    et j'aime de toute manière ce que tu fais ce que tu ressens aussi
    Merci ROGER
    je t'embrasse fort

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. France

      Merci France. Je vois que ta curiosité te fais découvrir beaucoup de monde, de gens différents. Je pratique aussi cette navigation mais je privilégie toujurs la vie dans la nature, j'y fais également de très belles découvertes. Je te remercie sincèrement pour tous tes messages d'amitié qui sont des beaux encouragements pour moi.
      Je t'embrasse amicalement et je te souhaite un beau weekend.

      Roger.

      Roger

      Supprimer
  25. Beaucoup de beaux messages bien mérités, Roger...
    Je n'en ai pas laissé depuis longtemps ; il est parfois des moments où le silence fait du bien. Mais, chaque jour, oui chaque jour, je passe un moment à admirer ton travail. Sais - tu que tes oeuvres me redonnent le moral ? Je crois que l'Art, c'est cela : rendre les gens heureux et meilleurs.
    Aujourd'hui, je reprends ma plume, ou plutôt mon clavier, pour te redire encore une fois combien j'aime ta façon de t'approprier la Nature, tout en douceur, avec respect et modestie...Je crois que c'est cela qui me touche le plus.
    Oui, la mer emportera la spirale Terraqué et personnellement, il me plaît de savoir qu'il en sera ainsi. Il ne restera rien sur la plage mais de bien belles images se baladeront dans ma tête.
    Merci.
    Miss L.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miss L
      Tous ces messages me touchent vraiment et je ne vais quand même pas m'en plaindre. Ils sont nécessaires à partir du moment où je ne vis pas pour cela. Le land art rend humble car la nature n'apporte pas tout sur un plateau. Il faut d’abord savoir écouter, voir, observer, oublier tout ce que l'on a fait, avant d'entreprendre. Je ne me promène pas sur le terrain avec mon livre de commentaires et je n'y pense pas. La pratique du land art éprouve le corps et apaise l'esprit. Les éléments veulent dire autre chose qu'une belle photo de tempête. S'y plonger chaque jour, c'est apprendre à vivre. Les risques encourus, physiques, sont réels et il faut donc les calculer, pour d’abord résister et ne pas se blesser. C'est justement parce qu'il y a cet environnement, souvent hostile qu'il faut chercher en soi, l'expression d'un bonheur de vivre dans ces moments et la réaliser ensuite. Pourtant, c'est le monde que j'aime et j'accepte avec plaisir qu'il soit honoré au travers de tous vos messages, une fois ces précisions indiquées.
      Belle fin de semaine.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  26. beau travail et très bel hommage à Guillévic… il aurait surement bien apprécié !
    et … superbes tes compositions colorées
    so long
    amitié
    je t'embrasse

    Patrick L.

    RépondreSupprimer
  27. i love the spiral and the love in landscape. bless you, roger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. TexWisGirl
      Merci à vous. Ainsi, par vous cette spirale aura connu le Texas.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  28. Bonsoir Roger et merci de parler de Guillevic avec l'intelligence du cœur. Il y aurait tant à dire de cette spirale au bord de mer: à bientôt, Amitiés : Thibault

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thibault Germain

      Merci Thibault. Une fois le travail terminé, je passe un bon moment à observer mes spirales. Cette fois, le soleil n'était pas trop là, me privant de cet effet stroboscopique si étonnant, mais elle était encore une fois bien intégrée à la plage et aura vécu une courte vie puisque la mer est venue comme à chaque fois, la recouvrir. C'était vraiment une spirale pour Guillevic et j'espère que le message est passé.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  29. Together Forever - with a red ribbon tied together. A nice idea.
    And after all, there's a stone in the family, now have more offspring.
    I really love your images, Roger.
    Hugs and happy weekend.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. orvokki
      Merci Orvokki. Bien évidement ont eu des enfants et des petits enfants, à l'image du couple que je forme avec Marie-Claude, ma femme.
      Bon weekend. Je t'embrasse également.

      Roger

      Supprimer
  30. C'est vraiment très beau tout ça. J'aime les spirales et leur belle symbolique. Vraiment, merci.
    Bon week end.

    RépondreSupprimer
  31. Bonheur du jour.
    Merci à vous. Oui, la symbolique de la spirale ! J'en ai très souvent parlé sur mon blog, à retrouver dans mes précédents billets.
    Bien amicalement.

    Roger

    RépondreSupprimer
  32. Bonheur du jour

    Merci. Oui, la symbolique de la spirale, j'en ai souvent parlé sur mon blog.
    A retrouver dans mes précédents billets.
    Amicalement.

    Roger

    RépondreSupprimer
  33. Merci encore pour cette magnifique page, Roger. Et merci de mettre cet excellent Guillevic à l'honneur.

    RépondreSupprimer
  34. Bonsoir Roger,

    Dieu, que c'est beau !!!!

    Je t'embrasse fort amicalement.
    Bon dimanche !!!

    RépondreSupprimer
  35. Superbe ces chemins d'or!!!

    Bon dimanche Roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le journal de Chrys
      Merci pour ton commentaire. Un rayon de soleil est venu illuminer cette falaise et ces chemins d'or, un moment unique vécu sur cette plage de Carnac.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  36. Les instincts, les savoirs, la transmission, les essences des oeuvres traversent les espaces... "Fest diez : Gwenola Gwernig" me fait fortement penser a des mandalas hopis par ses couleurs, par ses elements aussi. Alors les bretons seraient-ils des cousins des hopis? Surement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thérèse
      Merci Thérèse. L’inconscient collectif est planétaire et l'histoire du monde contient des points communs qui ont fait de l'homme ce qu'il est. L'art est une passerelle entre toutes les civilisations. Après, on peut interpréter à sa manière.
      Ce qui est une réalité c'est que j'aime le peuple indien et ses coutumes.
      Belle semaine et à bientôt.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  37. Holaaaa!!!..Wonderful creations .. Spirals are fantastic and harmonious ... Congrats ;-)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ana Minguez Corella
      Merci à toi, pour ce commentaire et cette visite amicale.
      A très bientôt chez toi. Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  38. tous les couleurs et les pierres - sont si beaux! J'aime beaucoup Love in Landscae - si simple et si effectiv!

    Dans le texte, j'aime particularement "Le sable chante bien et la mer lui répond" est'ce que c'est un sable qui en verite chante ou est-ce qu'il un idee poetique? Les deux sont beaux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Crafty Green Poet
      Merci à toi. Je ne pense pas qu'il soit bon de tout expliquer. Chacun ressent les choses à sa façon. Pour ce qui est du chantdu sable, je t'invite à descendre sur une plage et à l'écouter.
      Belle journée à toi.

      Roger

      Supprimer
  39. Donner , Offrir un peu de soi pour se retrouver c'est de la poésie en admiration vers celui qui ne sait pas
    Amicalement
    Arlette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. arlettart
      Merci à toi, Arlette et belle semaine, je l'espère ensoleillée et poétique.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  40. Roger.... Sensationnel!!! JoAnnA uk

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joanna

      Merci Joanna pour cet encouragement et à bientôt sur ton blog.
      Amitiés

      Roger

      Supprimer
  41. Yes another beautiful photos, and poems, your speech is above others, cheers Roger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bob Bushell
      Merci Bob pour tes encouragements .
      A bientôt sur ton magnifique blog.

      Roger

      Supprimer
  42. Réponses
    1. Nancy @ A Rural Journal

      Merci Dancy.
      Je préfère le mot anglais de dandelions pour nommer ces pépites des plaines et des champs que notre mot français.

      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  43. Me he deleitado con esta entrada que me ha hecho conocer a un poeta desconocido para mi. Las fotografías que has puesto son formidables y todos los elementos se enlazan prodigiosamente hasta hablarnos con un lenguaje colorido, vegetal, mineral, líquido y con tus palabras le das vidas a esta forma de arte.
    Te diré querido amigo que he paralizado mi blog por problemas técnicos, entre otros el que tu citas. Además de un nervio irritado en mi brazo derecho. Voy a esperar que todo vuelva a la normalidad. Muchas gracias por tus generosas palabras en mi blog. Tengas unas bonita primavera. Un abrazo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ceciely
      Merci pour ce très beau commentaire. En ce moment nous avons au moins un point commun en ce qui concerne l'informatique et la connexion sur le Net. Il m'arrive parfois d'éteindre mon PC tant le débit est faible, compliquant toute réception de photo. Faire une page de blog avec 15 photos et écriture du billet me prend trois heures.
      J'espère que votre santé ira en s'améliorant c'est ce que je vous souhaite vraiment.
      Je vous embrasse amicalement.

      Roger

      Supprimer
  44.  Bonjour, LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS.

      Œuvres attrayantes.
      Vous êtes l'excellent artiste.

      Je remercie pour votre soutien habituel et copieux.
    Salutation.
      Du Japon, ruma ❀

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ruma

      Merci pour tes mots d'encouragement.

      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  45. j'aime la première spirale que j'imagine traverser les flots grace à sa tige fleurie !
    on pourrait bien la prendre pour une sirène...
    je t embrasse roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MARTY
      Merci pour ton commentaire. En effet, on pourrait prendre cette spirale pour une sirène, avec un peu d'imagination.

      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  46. É impressionante a forma como os elementos deixados pela natureza se transformam com sua arte e sensibilidade ...a cada post fico encantada com cada imagem.
    O seu blog é um verdadeiro presente.
    Beijos
    Joelma

    RépondreSupprimer
  47. Atelier Tribo de Juda

    Merci Joelma. Je suis toujours très touché par tes commentaires et ta gentillesse à mon égard.

    Je t'embrasse.

    Roger

    RépondreSupprimer

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.