La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

lundi 24 mars 2014

La grande tribu :  en hommage  à Youenn Gwernig
Les  jours heureux :  à Marie-Claude
Tombolo blues :  pour Gwenola
L'étranger bienvenu :  pour Sadaya
Ô  Ria :  pour Claude Pélieu
L'heure unique et solitaire :  pour Anne Le Maître
Embarquement  pour l'autre  monde :   pour Tilia
Chaque seconde rouge versée ici :  pour Annaïg

Double règle du marais :  pour Bagghia Shree
Toul  chignaned : pour Serge Mathurin Thébault
L'équerre et le chemin :  pour Christian Cottard
Gémellité pentue : pour Erin
Fleur des 7 Îles : pour Mari-Loeiza
La seconde vie de  l'arbre : Pour Marie-Josée Christien
Boîte  à  mémoires nues : pour Anne des ocreries


Aux trois filles de Youenn Gwernig,
 Annaïg, Gwenola et Mari-Loeiza en toute amitié *


Comment je suis passé de  l'hiver au  printemps...


Le soleil est apparu, franc, oblique, venant de  l'Ouest, bien  longtemps après que les eaux du golfe  n’eussent recouvert la phrase de Youenne Gwernig : " car il faut que chacun compose le  poème de sa vie ". Je venais de  l'écrire dans le sable du tombolo rejoignant les sept îles au continent,  à marée basse. Ainsi se déroula la partie la  plus importante  du dernier jour de mon soixante et onzième  hiver, sous  une pâle  lumière.
" ce sera  un  jour sans  lui "  m'étais-je dit en arrivant sur la  plage. Cela ne m'avait pas empêché de faire une  longue pause pour observer ce paysage du golfe qui gardait, comme seule la Bretagne sait le faire, le  même caractère magique quelque soit le temps.Les  îles, cela ne manquait  pas dans les parages, avec des noms de rêve Er Runro, Radanec, Gavrinis, Île de la Jument, Île aux moines,  pour les  plus proches des sept îles où je me trouvais. 
Comme  hier, des oies  bernaches se tenaient à une vingtaine de  mètres du bord,  plus nombreuses, cette fois, trente, peut-être quarante, indifférentes  à ma présence. L'écho de  leur  bonheur et de leur tranquillité, m'atteignait. Courant avril, elles s'envoleraient jusqu'à la Sibérie,  pour certaines d'entre elles. Qui n'a pas rêvé de les accompagner en vol  jusqu'au lac Baïkal ? Assis sur une roche, je suivais le vol sur place de deux goélands, face aux vents d’ouest, bien établis, maintenant et qui refroidissait l'atmosphère. Habituellement  beaucoup  plus nombreux,  ils  profitaient de  l'espace au maximum. Deux sternes vinrent s’ajouter au tableau et se posèrent à quelques  mètres de  moi,  pour bricoler dans les goémons et gagner  leur croûte.
Je m'étais juré de passer de  l'hiver au printemps, en marchant. Marcher comme d'autres écrivaient, marcher ma vie pour éviter une catastrophe. C'est si vite arrivé lorsque le moral vous quitte.
Une spirale de  plus s'inscrivait parfaitement dans cette volonté de faire. Elle était  pour  moi, comparable au voyage, avec  un début et  une fin. La concentration, je l'avais, l'application et la force  physique, aussi. Restait  à atteindre le lâcher-prise qui me permettrait d'ouvrir la  porte aux rêves. Tout allait vite dans la décision, la mise en route. Tout sauf l'avance des travaux  puisque  mon  pied gauche, servant de soc de charrue, avançait de 30 centimètres  à chaque pas. Rien de plus. Sachant que le tour final ferait au  moins 45  mètres, ce geste se répéterait 140 fois la  manœuvre, simplement  pour le boucler.
La mécanique cerveau-corps tendu-pied, fonctionnait bien et la fatigue se fit sentir  normalement, avec des  crampes aux jambes.
La machine  à rêves se  mit en route avec  une kyrielle d'idées, parfois  noires,  plutôt agréables et en  grande quantité. Sous un soleil caché et un ciel enveloppant, un  peu gris, stressant, pas question d'abandonner car à force d'attendre que les idées viennent, tu te fais envahir par celles des autres !
C'est comme  ça, qu'une fois de  plus, j'entrais dans le  monde Youenn Gwernig. Je revoyais cette veillé chez Anne Vanderlove , en compagnie de Gilles et de Marie-Claude à Kergrist, au pied du Méné Bré. Ses deux dogs endormis  près de la cheminée, Anne avait chanté après le diner, avec sa voix inoubliable, si touchante. Nous avions ensuite  parlé  poésie :Angela Duval, Youenn Gwernig. Puis elle  m'avait offert un de ses  livres An Diri Dir (les escaliers d'acier) poèmes  trilingues écrits aux États Unis, lors de son exil. La vie de cet homme ressemblait  à une légende, une vie incroyablement riche que j'avais aimé, par la suite , croiser dans son  œuvre. Et  puis,  il y avait surtout cette phrase que j'écrivais  le plus souvent dans les sables " Car  il faut que chacun compose le  poème de sa vie", faite mienne, comme une sorte de direction  à suivre, ce que je faisais maintenant depuis 35 ans.
Je l'écrirai encore en ce dernier  jour d'hiver dans les sables du Golfe du Morbihan, pour que la mer  la prenne, l'apprenne, l'engloutisse et la répète  à l'envi au  plus  loin qu'elle  puisse  l'emporter.
J'ai tourné ma spirale en un  peu moins d'une heure quinze. J'ai sorti ma boussle de  ma  poche afin de  matérialiser  un axe Nord/Sud. Je pouvais ainsi, me positionner dans l'espace, dans la géographie du pays.  J'ai chois 3 grosses  pierres , une serait le gnomon du centre, les deux autres, le nord et le sud.
Je suis allé ensuite chercher des pierres pour les positionner sur la circonférence et définir douze  points d'orientation.
 Tout cela avait  pris du temps. La mer arrivait, me cernait par l’ouest et le nord et elle était  à deux mètres de  moi lorsque j'ai commencé  à écrire la phrase de Youenn. Ce jour  là, elle fut la plus rapide. Le temps de prendre quelques  photos, elle avait englouti la moitié de  mon  travail..
J'ai donc recommencé  à  l'Est de la spirale et cela s'est terminé comme  la première fois. Je m’imaginais  oiseau planant, suivant cet  océan en train d'envahir le golfe, contournant les îles, arrivant aux sept iles, lisant  à  l'aveugle les sables bretons, la phrase de Youenn, avant de la digérer, de la garder en  mémoire de vagues, comme  un cri du cœur,  un poème flottant, un écho qui s'accrocherait au temps,  à  l'usure des marées, jusqu'à en devenir un  lei-motiv, dans chaque  houle, chaque tempête, pour rappeler aux hommes que  rien n'est perdu tant qu'il reste un poète pour chanter la vie.
J'avais envie de cette transmission par la mer, pour le dires aux trois filles de Youenn Gwernig, Annaïg, Gwenola et Mari-Loeiza,elles  qui venaient de  l'autre coté de  l'Atlantique, avec une âme de  poète, avec tant de souvenirs de leur  père. Je voulais leur dire et le faire passer  par ce rituel de la spirale, en toute fraternité.
S'en suivit l'éclosion de la fleur des 7 îles qui serait ma dédicace  pour Mari-Loezia.
Fleur née entre la laisse de  mer et le trait de côte,  à l'abri des vents comme  une douce  intention poétique.

Le premier  jour du printemps, je l'ai célébré en réalisant des offrandes flottées, sous  l'aulne et le noisetier, avec l'eau de source comme  médiatrice, car  l'esprit de  mon grand-père paternel habite les sources du pays. Il faisait froid  mais mon esprit était en paix et joyeux.
Les  jours suivants passèrent par les tombelles de Kernours en quette du souffle,  puis au pied du chant des  morts , par la grande diagonales des cendres, alors que le vents jouait sa  musique dans les pendrions de bambous.,  pour faire  mon offrande-cairn  à la ria.
Il  m'a suffit , afin de clore cette série de  petits voyages en direction du rêve, de passer le  pont noir, suspendu au-dessus du Sal,  pour aller saluer l'âme des bateaux au cimetière marin, en  bordure de forêt. J'y ai trouvé le calme de  l'heure  unique entre deux giboulées et le chant de  l'arbre  mort pour ses voisins dont les carcasses reposent pour leur éternité sur la vase de l'anse.
L'année  pouvait continuer.

Roger Dautais




INVITATION

I am inviting you, dear Humanity
on the time and day you like
(pipers are always playing)
to a party without tuxedo
come on naked, come on naked
I want you
to come on naked
and dance in the ballroom of my heart.

Well, this is my invitation
I think nobody will come
but day and night
and this is my pledge
I’ll keep my door unlocked.
PEDADENN

Ho pediñ a ran, Denelezh ker,
d’an deiz, d’an eur a blijo deoc’h
(dalc’hmat e son ar sonerien)
d’an abadenn hep dilhad sul
deuit e noazh, deuit e noazh
fell a ran din
ho kaout noazh
da zañsal e sal va c’halon.

Ma setu va c’hartenn gouvi
krediñ a ran ne zeuio den
met noz ha deiz
ha sed ul le
e vano dor va zi debrenn.
INVITATION

Je vous invite, chère Humanité,
au jour et à l’heure qu’il vous plaira
(il y a toujours des sonneurs de service)
pour une réception sans habit de rigueur
venez nue, venez nue
il me faut
vous avoir nue
pour danser dans la salle de mon cœur.

Eh bien, voici ma carte d’invitation,
je pense qu’il ne viendra personne
mais nuit et jour
et ceci est un vœu
il n’y aura pas de verrou sur ma porte.
Youenn Gwernig
Les filles de Youenn Gwernig  viennent de réaliser  un formidable travail de  mémoire  pour  honorer leur père et faire  mieux connaître son  œuvre puisqu'il n'est plus de ce  monde 

   PEDADENN - INVITATION  CD et Vinyle 33T 
"La Grande Tribu"  chante  Youenn GWERNIG  
Douze chansons pour un hommage en famille avec les amis.

www.gwernig.com   pour les retrouver
  lagrandetribugwernig@gmail.com  pour leur écrire
    

87 commentaires:

  1. C'est merveilleux en te lisant de voir à quel point tu fais corps avec la nature.Tes réalisations printanières sont comme toujours une réussite, l'image des "jours heureux" m'a touchée en plein cœur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Manouche
      Merci pour ton commentaire. être au cœur de la nature, en osmose avec elle, est ma préoccupation principale et je ne peux créer sans passer par cette étape.
      Je te souhaite une très belle semaine.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  2. Ah! La réalisation pour Anne est magnifique et pour avoir eu la chance de la rencontrer lors de son passage à Montréal, cette oeuvre lui va bien. Toujours de la beauté chez vous Roger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La Rouge
      Merci pour votre commentaire. Vous avez fait une petite erreur concernant une dédicace pour Anne Vanderlove , je l'ai déjà fait ailleurs, mais pas sur cette page. Rendons à César...
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
    2. Je parlais de Anne des Ocreries. :)

      Supprimer
  3. Bonsoir ...osmose parfaite entre ton texte et tes réalisations ...
    Coup de coeur pour "L'étranger bienvenu "
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Claudine Le Bagousse
      Merci Claudine. Je préfère accueillir l'étranger que de le chasser, c'est ce que veut dire cette installation réalisée à Locmariaquer.;
      Belle journée à toi, Claudine.
      Amitiés

      Roger

      Supprimer
  4. ROGER BONSOIR et encore merci que c'est beau et le rêve continue avec toi
    et si tu étais au calme et en paix c'est primordial
    le calme que nous recherchons toujours pour pouvoir se retrouver un moment
    j'adore tes feuilles et ces petits boules d'amour pour toujours
    Je t'embrasse fort

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. France
      Merci France pour ta fidélité au Chemin des Grands Jardins et pour tes mots d'encouragement . La marche d'approche de mon terrain de jeu qu'et la nature, son observation patiente, m'aident à trouver le calme et la sérénité nécessaires à toute création. Je suis heureux que cela se ressente un peu dans mon travail et qu'il te fasse rêver.
      Je te souhaite une belle semaine et je t'embrasse amicalement.

      Roger

      Supprimer
  5. Merci pour l'heure unique, pour les mots, pour la source et pour les bernaches, pour le rêve et pour le printemps, pour ce poète que je ne connais pas et que j'ai brusquement envie de découvrir.
    Merci, Roger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anne Le Maître
      Merci Anne. Nous sommes tous " consommés", ce que nous sommes ou ce que nous faisons, à la vitesse de la lumière parce que les temps sont comme ça. Personnellement, je trouve que certains êtres ont le droit à un peu plus de place dans la mémoire des hommes. Mon hommage à Youenn Gwernig et à ses filles, va dans ce sens.
      L'installation que j'ai choisi pour vous" l'heure unique" l'a été pour sa lumière, un rayon de soleil entre deux giboulées, et pour sa place, près du cimetière marin du Bono, absolument magique.
      Je vous souhaite une belle journée.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
    2. Votre installation est un rayon de soleil entre mes giboulées.

      Supprimer
    3. Anne Le Maître

      Merci Anne. Ici aussi, en ce moment, nous aimerions revoir le soleil entre deux giboulées !

      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  6. J'aime cette fleur des 7 îles...
    Je t'embrasse, Roger, très belle soirée et merci de tes visites "chez moi"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. norma.
      Merci Norma. Très certainement ton œil de peintre qui t'auras fait réaliser ce choix.
      Belle semaine en création.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  7. Again lovely images, Roger.
    In the first picture are a bunch of aliens. And in second is a cute stone family.
    Happy spring.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. orvokki
      Merci à toi. Je suis toujours étonné des interprétations faites à partir de mes installations, m^me si elles s'éloignent parfois de mes propres intentions.
      Belle semaine à toi et à bientôt sur ton blog.

      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  8. Your "family" has gathered near the shore.
    Wonderful work, Roger.
    I love this series!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rick Forrestal
      Merci pour ton soutien amical et depuis de longues années. C'est un véritable encouragement pour moi.
      Je te souhaite une belle semaine.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  9. C'est toujours un régal, de te lire et d'admirer tes créations. Si fortes et si fragiles à la fois...
    Les jours heureux me touchent particulièrement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pastelle
      Merci Pastelle. Pour une fois, cette installation est née d'un souvenir déjà ancien où Marie-Claude et moi, élevions nos deux enfants, maintenant devenus grands.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  10. Bonsoir Roger,

    S'il fallait retenir un bleu, je choisirais celui "des jours heureux"...Magnifique.
    Mais un autre "tableau" a retenu mon attention : "la seconde vie de l'arbre".
    Au pied de l'arbre, l'écorce déchue a fait son nid... un beau nid bien circulaire, cercle de vie, prêt à accueillir
    une jeune pousse en son creux... Superbe "recyclage", si je puis dire... et renaissance en quelque sorte...
    Rien jamais ne disparaît vraiment, rien ne meurt tout à fait...
    J'en aime l'idée.

    Belle soirée Roger. Et merci.
    Je t'embrasse bien amicalement.
    Leeloo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Leeloo
      Merci à toi. J'ai réalisé cette installation avec l'écorce de ce grand arbre malade pour lui prolonger symboliquement sa vie. J'ai été moi-même très ému par la beauté des tons de son écorce, parure dont il se détachait avant le grand passage.
      Je te souhaite une belle semaine et je t'embrasse également.

      Roger

      Supprimer
  11. Gorgeous ! Each of them is so wonderful and origin. Great job !
    Best regards, Synnöve

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Seraphina's
      Merci Synnöve pour tes mots d'amitié et d'encouragement.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  12. De belles sculptures et art des éléments de la nature cher Roger.
    Une étreinte amicale
    xoxoxo ♡

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. dianne
      Merci Dianne. Ces dix derniers jours, malgré une météo moyenne ont été très favorables pour mon imaginaire. Le rêve était à ma portée.
      Belle semaine.

      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  13. Quel hommage touchant a Youenn Gwernig et a sa famille. On sent le printemps poindre son nez, eclairer vos sorties et transparaitre dans ces nouveaux maillons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thérèse
      Merci Thérèse. Je me devais un jour de mettre en place une page pour Youenn Gwernig et ses filles. Il se fait que les dix jours qui l'auront accompagnée, auront été une période d'intense travail, parfois accompagné de très mauvais temps. Quand ma santé est là, je ne peux me permettre une pratique au rabais. Il faut que je travaille beaucoup pour que dans la quantité d'installations, quelques-une sortent, avec une qualité me permettant de les montrer ici.
      Dès demain, je reprends la route.

      Belle semaine à vous

      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  14. Oui, je sais cela faisait longtemps que je n'étais venue poser quelques mots ici, bien que je passe souvent sans dire mot...
    Quel printemps radieux éclaire ta page et cet hommage est fort éloquent !!!
    Belle journée à toi et vive le printemps !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Enitram
      J'imagine bien que tout le monde ne peut ni n'a le temps d'écrire un petit mot ici, mais quand c'est le cas, dis-toi bien que cela me touche beaucoup. De plus tous ces commentaires sont très lus ce qui crée aussi une belle chaîne d'amitié.
      Vive le printemps, je suis d'accord.
      Belle semaine et à bientôt.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  15. Quel émotion et honneur pour moi d'avoir une de tes oeuvres qui m'est dédicacée... Merci Roger et pour elle et pour toutes les autres et pour les textes qui enrichissent, aussi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chri
      Merci Christian. Le choix de mes dédicaces n’est pas le fruit du hasard. Lorsque je sens des affinités, des partages possibles, un sens de l'humanité bien présent, alors, je n'hésite pas, j'offre.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  16. Beautiful images in the world, great Roger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bob Bushelll.
      Merci Bob. Je viens découvrir ta superbe série de photos chez toi. J'y ai déposé un commentaire mais il y a eu un blog. Je passerai à nouveau chez toi et je recommencerai.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  17. Les pierres se dressent et poussent comme des champignons...
    Est ce que tu comptes ton temps en hiver ? Il me semble que l'hiver est immobile, c'est le printemps qui file, trop vite....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marguerite
      Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins et merci pour ton commentaire. Concernant mon temps, non, je ne le compte pas, ni en hiver, ni au printemps, sachant qu'un jour que je le fasse ou pas, le décompte s'arrêtera définitivement.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  18. Quel heureux passage!
    J'ai cru voir, en découvrant la première photo, des statues de sel: vestiges de l'hiver, du temps qui se fige?
    Puis la mousse, le vert et le rouge, les suggestions de nids ou d'offrandes, la géométrie fantaisiste,les lianes qui serpentent... tout cela célèbre la vie!
    Quant au nom de Kergrist, il me donne envie de relire Charles Le Quintrec...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miss_Yves
      Merci à toi. Oui, je voulais réussir ce passage d'une saison à l'autre, bien que dans la réalité, le temps se fiche un peu du calendrier. J'ai rencontré de belles lumières, tant extérieures qu'intérieures. Si l'envie te reste, alors, ne te retiens pas, relis Charles de Quintrec .

      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  19. Oui vive le printemps !!! Ton hommage est très émouvant .J'aime "les jours heureux "sur ce fond d'un ciel si bleu qu'il en est éblouissant .
    Bonne fin de semaine à toi
    Je t'embrasse bien amicalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brigitte
      Merci. C'est vrai que je suis loin de tout commentaire lorsque je travaille, mais quel bonheur d'avoir une pareille reconnaissance, tant par l'audience, puisque ce blog approche les 160 000 visites ( elles seront atteintes dans quelques jours) que par la qualité des messages qui me parviennent, chargés d'émotion et de remarques qui m'aident aussi à progresser.
      Belle fin de semaine
      Je t'embrasse aussi, bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  20. Peaceful creations Roger -- thank you for sharing! xo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nancy,
      J'aime la façon dont tu définis mes installations car elles sont faites dans cet esprit. Merci beaucoup.

      Belle fin de semaine en amitié.

      Roger

      Supprimer
  21. J'aime beaucoup ces différentes oeuvres, parmi lesquelles "La seconde vie de l'arbre" a ma préférence. Un beau symbole d'un rôle majeur de l'art. Félicitations, Roger!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anne; Merci Anne.
      C'est vrai que ces petites installations très sobres en couleurs sont parfois moins regardées et pourtant elle ont aussi leur place dans mon travail Tilia me dirait que je parle encore de mort, mais si j'ai réalisé cette installation près du cimetière marin où j'aime aller méditer, au pied d'un arbre en train de mourir, c'est bien pour évoquer ce qui chez nous est un véritable lien entre le vivant et le mort.Je l'ai donc fait pour le symbole avant de le faire pour l'esthétique.
      Belle fin de semaine.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  22. i loved the berries on the leaves - especially those floating. and i loved the second life of a tree. so wonderfully natural.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. TexwisGirl

      Merci à toi. Je connais ton attachement à la nature et je comprends ton choix.
      Belle journée et à très bientôt sur ton blog.

      Roger

      Supprimer
  23. Le printemps! Le printemps! Je le voi! Les groseilles s'embarguent, leur retour commence. Dans leurs bateaux de feuilles Avec ses couleurs ils ont aide de passer l'hiver. Ton main et ses couleurs ont decore les forets de Bretagne. Ensemble vous a fait une fete de l'hiver! Merci, merci, Roger. L'invitation est si beau, touche mon coeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hedwig
      Merci Hedwig. Oui, j'ai célébré ce passage de l'hiver au printemps " sans tambours ni trompettes" comme on dit par ici, mais en allant au cœur de la nature, l'entendre battre l'honorer et y prendre toute l'énergie nécessaire à la suite du voyage que je ne trouve pas toujours chez mes contemporains.
      Amitiés.

      Roger.

      Supprimer
  24. Justement j'ai google le nom Youenn Gwernig. Maintenant je comprends! Le grande tribu est le titre de son livre. Et ton hommage a le grande tribu c'est encore plus beau! Je va chercher son music a youtube...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hedwig
      Je suis heureux de te l'avoir fait découvrir. Ne pas oublier que dans cet hommage, j'y associe ses trois filles Annaïg, Gwenola et Mari-Loeiza.
      Je te souhaite une très belle journée.

      Roger

      Supprimer
    2. La musique est intrigante et vieille. Vieux comme le monde. J'aime la langue et les noms du filles. Moi je m'appelle Hedwig Maria Louise. C'est un peu comme Mari Loeiza!

      Supprimer
    3. Hedwig

      Merci Hedwig.
      Je suis heureux de t'avoir fait connaître cette famille d'artistes, les chansons de leur père accompagné par ses filles ce qui n'est pas si courant même si cela existe. Et puis les prénoms bretons sont très beaux et je les apprécie moi-même.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  25. Awesome shots ... hard to pick one favorite, they all are!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Irene
      Merci Irene pour ce soutient inconditionnel !

      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  26. Merci pour la dédicace, Roger, mais je n'ai pas encore pris mon billet d'embarquement pour l'autre monde ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tilia
      Merci pour ton commentaire. Nous Bretons, Celtes , avons un rapport à ma mort qui peut choquer alors que ce n'est qu'une attitude transmise et rentrée dans nos habitudes, j'allais dire, dans nos gènes. Si l'on ajoute la métaphore, la force d'une image poétique, alors, certains d'entre vous décrochent. On peut le regretter mais ce n'est pas suffisant pour me faire abandonner ce sujet dans lequel je ne vois rien de morbide.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  27. Muitas vezes só necessitamos de uma palavra de conforto, de ânimo,
    de alguém que dedique um pouco do seu tempo para nós.
    E são nessas muitas vezes que encontramos nossos amigos virtuais!
    Hoje venho te abraçar pelo dia do amigo virtual.
    Você é benção na minha vida.
    Quero estar em sintonia contigo
    por muitos anos .
    Como muito carinho deixei um mimo na postagem,
    simples mais de todo coração.
    beijos te agradeço pela nossa amizade.
    Evanir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Evanir
      Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins et merci pour ton commentaire chaleureux.
      Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  28. Réponses
    1. Maria Ramon
      Merci Maria pour ton commentaire et bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins.

      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  29. Eres un magnifico artista..preciosas figuras..un abrazo desde Murcia...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. alp
      Merci à toi pour tes encouragements et à très bientôt sur ton blog.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  30. c'est un festival de mots, de poésie, de couleurs, de lumières !
    un petit tour par ici et ça repart !!!
    je t'embrasse Roger et merci pour ça ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marty
      Merci Marty. Cela donne peut-être l'impression d'un tourbillon d'activité mais pourtant tout cela se fait dans la contemplation des lieux, des animaux, dans la lenteur des déplacements et des gestes. Repartir n'est pas aussi automatique que l'on peut croire. Depuis deux jours, par exemple, la météo ne me permet pas grand chose. Attendre fait aussi partie du jeu.
      Je te souhaite une très belle journée.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  31. Chaque création est un voyage, comme « l'embarquement pour l'autre monde » . Et la douce histoire du paysage, les rochers, la mer, les oies bernaches... « Qui n'a pas rêvé de les accompagner en vol  jusqu'au lac Baïkal ? » Grâce aux images nous pouvons les accompagner en Bretagne.....merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. dritanje

      Merci à toi. C'est vrai que, en pouvant plus faire de grands voyages, comme la plupart d'entre nous, ceux-ci étant réservés à des plus privilégiés qui échappent à toute crise, je me suis organisé un monde de voyages dans ma pratique du land art. Cela ne fait sans doute pas le bonheur des compagnies aériennes ni des agences de voyage, mais c'est ce que j'ai trouvé de mieux pour atteindre ces instants de poésie et d'osmose avec la nature, capables de me transporter loin du quotidien.
      Belle journée et à bientôt sur ton blog.

      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  32. Bonjour Roger,
    Je viens de m'en prendre plein les mirettes et je me suis laissée porter sur l'onde printanière de tes mots, de cette poésie qui nous emporte, qui nous transporte toujours !
    Merci
    Je t'embrasse et porte-toi bien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moun, Merci Moun.
      Attention à l'éblouissement, c'est mauvais pour la rétine. Plaisanterie mise à part, tu sais combien j'aime te lire ici, ou sur ton blog. Encore bravo pour l'édition de ton premier livre de poèmes.
      Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  33. A minha admiração só aumenta em cada post.
    Parabéns meu querido, desejo que tuas inspirações sejam sempre constantes.
    Beijos e bom final de semana.
    Joelma

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Atelier Tribo de Juda

      Merci Joelma, pour tes mots chaleureux et à bientôt sur ton blog.

      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  34. ROger je viens te dire bonsoir je ne suis pas trop sur les blogs en ce moment et je viens d'apprendre qu'une amie de blogs était partie
    je l'aimais tant elle était unique avec un si grand coeur
    NOUS parlions souvent par mail et hélas la maladie a été plus fort qu'elle
    la vie peut être si triste je trouve
    je t'embrasse fort

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. France,
      Je comprends ta peine. Certains blogueurs sont si proches qu'ils sont un peu de la famille.

      Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  35. Je viens tard, l'ami, mais ne crois pas que je t'oublie...
    C'est toujours aussi joli, par ici!
    Sourire et bises d'Ep'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Epamine

      Merci Sylvie. Tu sais, il n'y a pas d'heures pour t'accueillir, ici, pour toi, c'est toujours la bonne heure.

      Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  36. Trés beau!

    Je désire heureuse semanine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sao

      Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins et merci pour ton commentaire.

      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  37. Bonjour Roger

    Entre autre bien sûr, la septième et la huitième photos constituent un travail d'une très grande poésie.
    Grâce à toi, je vais me pencher sur les chansons et poèmes de Youenn Gwernig et ainsi, retrouver un peu de la saveur de mes racines. Il y a en Bretagne de grands chanteurs trop méconnus comme Glenmor, Gilles Servat, etc...

    Je te souhaite une bonne semaine avec les tiens.
    AMITIE


    RépondreSupprimer
  38. Yanis Petros

    Merci Yanis.
    C'est vrai, tous ces chanteurs Bretons mériteraient une meilleure audience, même posthume pour Glenmor et pour Youenn Gwernig. A propos de ce dernier, je te recommande le dernier CD réalisé par ses filles. Une pure merveille. Tu as toutes les infos pour te le procurer sur cette page.
    Bien amicalement.

    Roger

    RépondreSupprimer
  39. Bonsoir Roger. Je ne suis pas très en avance pour venir te voir, mais chaque visite sur tes pages est un bonheur. Je m'arrête à chacune de tes créations, regrettant de ne pas être poète pour exprimer par des mots les émotions qui me submergent devant chacune de tes oeuvres. C'est doux, délicat et très fort à la fois. Ça me parle toujours. Merci Roger.
    Je t'embrasse bien amicalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oxygène.
      Les premiers seront les derniers, chère Isabelle.Je ne te remercie pas de ton amitié, je la savoure.

      Je t'embrasse,

      Roger

      Supprimer

  40. What can I say? As usual, your works are so beautiful.

    · hugs

    · CR · & · LMA ·


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. nOCO Le bOLO

      Merci à toi et à bientôt sur ton blog.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  41. J'aime tellement visiter Votre blog! Je me sens bien ici... I can dream, while watching your art - there's so much to be seen behind these whimsical figures... Have you seen how people react to them?... It must be very exciting!
    I like especially "L'embarquement pour l'autre monde"! As well as "The clock" and "The second life of the tree"...MERCI beaucoup!


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. rossichka,

      Merci à vous. évidemment, je suis très attentif à tous ces commentaires qui m'arrivent de partout et qui me surprennent tout le temps. Il y a un tel décalage entre la solitude d'une création et ce qu'elle déclenche comme réaction. Je suis toujours dans le doute, ne sachant pas si j'avance dans la bonne direction avec souvent l'envie d'arrêter. La vie passe tellement vite. Et puis je repars, sans savoir bien où je vais sinon au cœur de la nature, au cœur des choses, pour continuer le chemin.

      Belle journée à vous et à bientôt.

      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  42. Nouvelle inspiration en venant ici... "L'étranger bienvenu", très approprié pour moi! Je ris de tes titres toujours justes, et pourtant je ne me force pas pour trouver un écho dans ma vie! Comment fais-tu, je l'ignore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sadaya
      Merci Sadaya. Certains prétendent qu'il n'y a pas de hasard, d'autre prétendent le contraire. Disons que ce sont de belle occurrences.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.