La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

lundi 2 septembre 2013

Le  Témoin de l'ile Berder :  pour Joelma

Le muet de l'Ile Berder:  pour Okasan

1942 : à Raymond Anisten

L'heure unique :  à Jean Aunay

Zen :  To Erin

La porte du Loc'h  : à Guy Allix

Les fougères  : à Marie-Claude

Franchissement : pour Olivia Quintin

 l'autre rive : pour Edith et Maud




La mémoire de l'ombre :  à Youenn Gwernig
Les discrets :  pour Marilyse Leroux

Bois de Lebisey : à Fanny

Jubilation :  aux 130000 Lecteurs du CHEMIN DES GRANDS JARDINS


Le tour de  l'île...

Dans  une heure le passage sur  l'ile sera découvert. Je marche le long de la côte. Il faut laisser le travail de mémoire se faire lentement, provoquer l'amnésie jusqu'à ce qu'elle cède et fasse place aux images. Ma vie défile. L'enfance, la vieillesse, tout ça c'est pareil. On n'est pas dans le coup. Il faut s'inventer une vie possible dans le no  man's land, hors des schémas. Il faut prendre les chemins de traverse, se laisser séduire par la lumière avant qu'elle ne sombre et s'éteigne  pour de bon. Le temps est compté maintenant et personne ne me fera cadeau d'une seconde.
J'ai fermé l'autoradio tout  à l'heure en venant  ici.Les nouvelles sont hachées, mâchées, prédigérées,  orientées. A la télé, c'est pareil, et elles sont présentées par des bellâtres comme si cette pâtée ne devait le seul  moyen de comprendre le monde. Et si  l'on regarde ailleurs, on est perdu, désespérément  perdu, catalogué borderline.
Pendant tout ce temps, la mer  monte et descend sans demander  l'autorisation  à qui que ce soit. Le passage  à gué se dégage s'assèche. Je rejoins  l'Ile Berder. Je file vers  l'Est où les plages offrent un beau choix de pierres pour y travailler. Je m'arrête à  l'ombre  pour contempler le paysage marin. Douce chaleur, eaux calmes, bateaux  à l'ancre,  îles  à  portée de vue, le Golfe du  Morbihan  m'acueille, d'une bien belle façon et pourtant...
Je construis un premier cairn, un second,  puis  un troisième. Les pierres de base sont très lourdes et coupantes.
Un homme sort de la verdure qui me sépare du centre de  l'Ile Berder. Il veut  photographier mes cairns. On échange quelques mots. Il est plutôt sympathique. Je le laisse faire et  m'éloigne d'une centaine de  mètres pour continuer  mon travail.. Il  me rejoint alors que je suis  à installer  une étoile de David fabriquée cette semaine  à l'aide de tige de fougères séchées, liées  par  un coton  orange. Il s’apprête  à photographier.
Je l'arrête etlui donne quelques explications. L'étoile de David, Raymond Anisten,  mon ami,  mon frère, son association crée  par lui  à la mémoire des rescapés de la Rafle du Vel' d'hiv de Juillet 42. Je lui  parle des 42 membres de sa famille, raflés  puis morts en déportation quelques jours après et passés au four crématoire. Je lui dis notre amitié, nos actions communes pour ne rien  oublier, jusqu'à sa mort et après.
Je ne voulais pas qu'il photographie cette étoile comme  un vulgaire objet. Maintenant,  il sait.
Je continue le tour de l'île et, cette fois j'approche de l’endroit,  où le fameux courant de la Jument, est au plus près de l'île.. Je commence par entendre son souffle avant de le découvrir au travers des arbres. Une force  impressionnante,  une présence, une puissance qui rend humble. Il faut le voir dans une marée  à fort coefficient pour mieux comprendre cet immense mouvement d'eau, de flux et de reflux, qui s'inverse  à chaque marée, quittant le golfe  ou le remplissant. Cette eau que j'aime tant côtoyer, indispensable  à toute vie mais aussi capable de tuer l'imprudent. Il y a quelques jours,  une femme est morte noyée, ici. Son  petit voilier s'est renversé dans les remous et  ,  malgré l'arrivée d'autres bateaux, on n'a pas réussi à la sauver.
Et cette  mort  là,  on la sent possible à tout instant, car le courant borde les rochers  où j'évolue. Un faux-pas et, ce serait terminé. C'est pourquoi, je n'oublie jamais cette proximité,  incapable de regarder la mer  comme  une simple carte  postale.Une entité bien vivante et qu'il faut respecter.
Cette semaine encor, j'ai alternémes sorties entre la mer et la campagne,  mais  l'eau en est restée le fil rouge.
Ainsi me suis-je retrouvé dans cette rivière du Loc'h, remontant vers sa source et installant des cairns au fond d'une vallée,  un peu sombre mais accueillante. Descente très pentue  jusqu'à la rive gauche, sous les arbres touffus,  puis, découverte des enrochements, sous le soleil. J'ai revécu des souvenirs de montagne dans ces lieux.La plus grande difficulté a quand même été de rester debout en progressant dans le lit de la rivière aux  pierres  instables.
J'ai  goûté ces instants de solitude et de travail au coeur d'une nature peu visitée et qui garde  un caractère sauvage. 
Ainsi s'est passée une semaine bien remplie en attendant de prendre quelques  jours de vacances et reprendre ce blog   à  mon retour.

Roger Dautais

 A ce jour,  plus de 130000 lecteurs ont par couru 
LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS assurant  un beau succès  à ce modeste blog d'artiste.




Où sont passés les penseurs, les passeurs...


Où sont passés les penseurs,
Et tous ceux qui faisaient nos grandes heures
Dans les librairies
Il y a encore des livres
En ces temps où l’image
Images dégoulinantes
Exhibant sans distinction
Le public
Le privé
Comme si le monde entier
Dans le même drap vautré
Mimétisme des pages
Ressembler à l’image
Dans les librairies
Il y a encore des livres
On devrait s’en réjouir
Où sont passés les passeurs
Autrefois éditeurs
Aujourd’hui
La plupart
De simples entrepreneurs
Derrière leurs étals
Un à un
Ils déballent
Tout ce que le public
À faire croire qu’il réclame
Spéculation
Sur la moindre éjaculation
Grandeur nature
Quelques-uns s’encanaillent
Dans le tripot des mots qu’ils impriment
À laisser
Une étrange
Et troublante
Impression
Et pendant ce temps
Les bus des grandes villes
Portent ostensiblement
Sur leur flanc
Les stigmates du dernier best-seller
Mondialisation
Communication
À l’unisson
Et le poète à rêver
De la maturité d’un monde
Où les vers
Comme les pensées des philosophes
À leur tour
Un jour
Sur le flanc des bus
À nous dire
Que le monde a changé
Que les cloisons sont tombées
Que la profondeur
N’a jamais eu peur des projecteurs
Arrêt sur image
Autrefois
Gutenberg
Mémoires anciennes
Où sont passées tes belles traces
En nos jours trash
Dans les caniveaux
Le reflet des cigognes
Qui vers leur printemps
Sur les trottoirs de la ville
Il y en a tant
Vers d’autres tourments
Et le soir dans les salons
À la lumière des télévisions
La tentation de lire
Le goût du jouir
S’éteint la vie
Où sont passés les éditeurs
Autrefois des passeurs
Où sont passés les penseurs
Qui faisaient nos belles heures
Derrières tous ces leurres
Qui sous les projecteurs

 Michèle Gautard
http://michele-gautard.blogspot.fr/

81 commentaires:

  1. J'attend toujours les nouveau billets comme une marée surprise. Je vais savourer avec mon café. Bravo pour votre amour de la terre. C'est beau et bon pour le coeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La Rouge
      C'est vrai, c'est un amour de la planète Terre qui inspire mon travail. M^me si j'aime la mer, je suis avant tout un terrien, et j'ai d’ailleurs consacré une belle partie de ma vie à travailler la terre. Je crois qu'elle me le rend bien, maintenant.
      Merci pour tes mots d'encouragement.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  2. Wonderful constructions of nature.
    Your "jubilation" is very special.
    Beautiful work.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rick Forrestal
      Merci pour ton commentaire. Cette installation réalisée il y a quelques années en Normandie, me semblait bien aller avec cet "anniversaire".
      A très bientôt sur ton blog, Rick.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  3. Olá Roger,
    É uma emoção indescritível, me senti parte da contemplação á natureza nesse momento da imagem,
    tão forte como a rocha e tão frágil como sua montagem...de onde tenho mais saudades (o mar).
    Vou fazer um quadro e coloca-lo perto de mim, para sempre me sentir natureza.
    Muito , muito obrigada...
    Para mim todo o seu post é pura emoção.
    Sinta meu carinho em energia e luz tocando teu ser e te sendo grata por esse momento.
    beijos
    Joelma

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ateliê Tribo de Judâ

      Nous avons très peu échangé mais à chaque fois avec un grande intensité c'est pourquoi, j'ai choisi ce cairn, élevé à cet endroit où le courant de la Jument est le plus puissant du Golfe du Morbihan. Les deux énergies s'interpelaient, se complétaient aussi comme le Yin et le Yang. Il me semblait que cela correspondait à ton tempérament fort et très équilibré.
      Merci d'avoir répondu si rapidement. Je te souhaite une belle fin d'été,Joelma.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  4. Le 23 août, je peignais des petites aquarelles sur la plage de Poul berw face au Men Du à la Trinité-sur-mer. J'observais un homme qui agençait les structures de galets à votre manière. La mer montait et c’était très beau. Le hasard me fait passer par votre blog. C’était peut-être vous, le poète des cailloux ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. lucm.reze
      A cette date, j'étais dans les parages et j'ai vu le seul peintre aquarelliste de l'été sur cette plage. Comme j’élève de cairns régulièrement dans la région du Men Du, il est probable que ce soit moi. J'habite la région depuis la mi-avril et je n'ai jamais rencontré un éleveur de cairns.Les traditions se perdent !
      Belle fin de journée.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
    2. Bonjour Roger,
      Je pense que ce n’est pas moi mais un vrai peintre aquarelliste que vous avez vu au Men Du. Je suis plutôt à classer dans les inclassables aquarello-plagistes. Je pratique quasi incognito avec un minimum de moyen : un carnet à petits carreaux, un crayon à papier, une petite boite d’aquarelle, un pinceau avec trois poils et un bouchon de bouteille de lait rempli d’eau de mer.
      Ce 21 août, si j’avais eu mon appareil photo, j’aurais fixé votre œuvre éphémère qui magnifiait le Men Du. J’aime beaucoup cet endroit avec ses rochers noirs, son étendue sur laquelle coure la marée, son tombolo... Comme je viens de temps en temps me balader dans le coin (Les parents de ma compagne habitent Crach) j’aurais peut-être une autre occasion. J’ai appris il y a quelques temps que des indices laissent à penser que des alignements de menhirs ont probablement existés au Men Du et ont disparus du fait de la montée du niveau de la mer.
      Amicalement

      Supprimer
    3. lucm
      Ce n'est pas très grave. Les photos, ce sera pour la prochaine fois mais après le 15 Septembre car je m'absente pour quelques jours de vacances.
      Bien amicalement

      Roger

      Supprimer
  5. i try to remember a violence that befell you earlier this summer (?) someone disrespecting you and/or your art. (i can't quite remember and i don't ask you to revisit it) but i can't help but feel in reading this the openness of this photographer as being a balance to that encounter. your conversation is important, this opportunity to learn from one another.

    the cairn in the middle of the river heartens me. you can't imagine how timely it comes. but then it would always be timely. how i hope. how i fail. and how i wake to hope again. but peace eludes me. and then i find it. and then it eludes me once more. such opportunity, i guess, is how the world is constructed.)))

    michele gautard's poem - i can't help but keep wondering how it is that there are so many wise pieces of writing locked into books or waiting in books to be found, so many truths explored and revelations detailed, so much instruction for good living, and yet the world finds itself in the way it is. we should all practice listening harder.

    love)))
    xo
    erin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Erin
      J'aimerai lire couramment l'Anglais pour comprendre toutes les subtilités de ton écriture mais il me faut me contenter d'une traduction approximative par Google. C'est mieux que rien mais je perds probablement beaucoup. Néanmoins, je te lis maintenant souvent et je dois dire que j'attends tes commentaires avec impatience. Ils sont des plus intéressants. J'aimerai te rencontrer pour parler sans cette barrière d'internet, pour parler de la vie comme elle va, m^me si cela ne se fera jamais. Contentons d'exister et d'échanger sur ce ton. C'est déjà beaucoup.
      Je t'embrasse bien amicalement.
      Belle fin d'été à toi, Erin.

      Roger

      Supprimer
  6. Je suis fier d'être un parmi les cent trente mille et ferai partie des deux cent soixante mille!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chri
      Et moi, de t'avoir comme lecteur. Merci
      Avec mon amitié.

      Roger

      Supprimer
  7. Merci, c'est beau, tout me touche chez toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. AMbre
      Que te dire ? Grand merci et à bientôt.
      Amicalement

      Roger

      Supprimer
  8. Wonderful mandalas and totems with the see. I admire so much Your artwork.
    I have made some myself this summer.

    RépondreSupprimer
  9. Uuna
    Merci pour tes mots d'encouragement, Uuna. As-tu montré tes cairns sur tes blogs? Je ne les ai pas vus.
    Belle fin d'été.
    Amicalement

    Roger

    RépondreSupprimer
  10. J'ai découvert ici qu'il est possible de trouver une exposition à ciel ouvert et de la poésie. Regardez cette belle phrase de garder à l'esprit:" Pendant tout ce temps, la mer monte et descend sans demander l'autorisation à qui soit. (...) je n'oublie jamais cette proximité, incapable de regarder la mer comme une simple carte postale". J'ai adoré! Bonne semaine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rovênia
      Poésie et land art m'ont toujours ensemble aller ensemble et c'est pourquoi j'ai toujours ouvert ce blog à la poésie des autres et je ne le regrette pas. Merci pour ton commentaire
      Amicalement

      Roger

      Supprimer
  11. You're full of imagination. These are wonderful.
    Greetings

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. orvokki
      Merci pour ton commentaire.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  12. Cet été, je me suis rendue à la Pointe de la Torche (dans le Finistère) et j'ai pu y voir des cairns. Etait-ce toi qui étais passé par là ?
    Et moi aussi, je suis ravie de faire partie de tes lectrices, Roger. Merci pour tes billets de qualité.
    Belle semaine à toi. Bien amicalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Françoise
      Bien que je sois passé à la Pointe de la Torche, il y a quelques temps, ces cairns n'étaient pas de moi. Je ne sais plus compter le nombre de cairns élevés en France ou à l'étranger tant ils sont nombreux !
      Merci pour ton commentaire et à bientôt,
      Amicalement

      Roger

      Supprimer
  13. Je prends le cadeau de jubilation avec reconnaissance, et tout le reste aussi.
    En savourant le temps, comme toi, y compris celui que je passe ici à te lire et regarder tes créations...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pastelle
      C'est moi qui te remercie de tes nombreux passages ici. Ils m'encouragent.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  14. Une simple étoile posée.
    Le temps d'une montre éphémère
    et 42 regards ne s'éteindront jamais.

    Vous m'avez bouleversée.

    RépondreSupprimer
  15. maia,
    Merci Maia, de partager avec moi ce"lieu"de mémoire.
    Belle journée et à bientôt.
    Amicalement

    Roger

    RépondreSupprimer
  16. Ravie, je suis,ravie de faire partie de tes lecteurs et surtout d'avoir découvert ton blog ,ton art ,tes mots et toi un peu .
    Chaque fois que je viens c'est toujours un émerveillement renouvelé .
    Belle semaine à toi ,je t'embrasse amicalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brigitte
      C'est vrai, ce blog a même battu ses records de lecteurs pour cette année avec 400 passages hier, sur Le Chemin des Grands Jardins. Une vraie reconnaissance.
      Merci Brigitte et belle journée.
      Amicalement

      Roger

      Supprimer
  17. Un fil rouge, un fil blanc... des fils conducteurs et toujours autant de vies derrière toutes ces évocations en nature dans les champs, près de la mer. Passeur, penseur... vous l'êtes.
    Merci pour "Jubilation" pour ces spères prêtes à prendre leur élan sous une forme ou sous une autre, un peu à l'image de ces chardons russes arizoniens qui se promènent inlassablement dans le désert disséminant leur graines à tout vent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thérèse
      Je me sens vraiment partie prenante d'une trame remontant si loin, d'une histoire de l'humanité dont je ne suis qu'un modeste maillon. Comment ne pas traduire cette descendance dans mon travail d'artiste et tant mieux si cela se voit, se sent, se lit. J'aime assez qu'on me le rappelle et je pense ne pas voir tout cela pour rien.
      Belle journée, Thérèse.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  18. Très beau post!....Bonnes vacances, à très bientôt!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Isabelle Ghestem-Zazou
      Merci Isabelle et belle journée à toi.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  19. L'art en hommage est une émouvante communion spirituelle. Merci de partager ces instants de beauté avec vos lecteurs. Je vous souhaite de douces vacances.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anne
      Oui, vous avez trouvé les mots justes : L'art en hommage est une émouvante communion spirituelle.
      Merci, Anne.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  20. Juste t'embrasser Roger...
    Juste très fort te serrer.
    Amicalement.
    Merci de Leeloo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Leeloo
      Je te reconnais bien là, si généreuse. Je crois que je fais de même, volontiers.
      Bien amicalement

      Roger

      Supprimer
  21. Il n'y a que des Martiens pour pondre au milieu des coquelicots!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. manouche
      Je dois avoir des gènes de Martien car on m'en parlait pour mes spirales. Ile doivent me reconnaitre un air de famille et voilà pourquoi, cette ponte. Belle soirée.
      Je t'embrasse

      Roger

      Supprimer
  22. I enjoy how the installations merge with their backgrounds, landscape and art are one.
    Also it is so fascinating to read about your walks. I use Google Translate and may loose some of the meaning but I think I am able to reach the essential,thank you Roger!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sasa Saastamoinen
      Merci Sasa. J'essaie de trouver cette onde harmonieuse qui portera chaque installation et la fera être acceptable dans le paysage. C'est plus ou mons réussi mais c'est ce que j'essaie de faire. Pour la traduction Google, c'est du Google !
      Belle soirée, Sasa

      Amicalement.
      Roger

      Supprimer
  23. J'avance dans la vie et je franchis les lignes une à une.
    Mais sur cette ligne là, je m'arrête un instant pour en contempler la beauté et profiter de la fraîcheur de l'eau vive.
    Merci Roger pour ce petit moment de poésie dans une journée trépidante.
    Amitiés et bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Olivia
      Merci de m’accorder un instant dans ta vie trépidante. Cette semaine j'ai cru t'apercevoir sur le port de Locmariaquer et me réjouissais de faire connaissance. Mais non, ce n'était pas toi. Ce sra pour une prochaine fois. La Bretagne n'est pas si grande que ça, m^me les rochers se rencontrent.
      Belle soirée et à bientôt.
      Je t’embrasse amicalement

      Roger

      Supprimer
  24. "La vie comme elle va"...Vie, mort...et amour dans toutes ces créations éphémères, qui perdurent grâce à la photo , grâce au blog qui crée une chaîne d'amitié et de respect.
    De quoi contrebalancer les ondes négatives du passé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miss-Yves
      Oui, cette chaîne d'amitié. Tu as remarqué aussi. C'est impressionnant et ça provient de toute part. Merci d'être l'un de ces maillons.
      Bien amicalement

      Roger

      Supprimer
  25. Cher Roger, merci beaucoup pour tes comments a mon blog. Je suis tres honoree!
    Ton art est tellement surprenant. Chaque fois je pense que c'est tres tres beau et c'est ca. Mais la prochaine fois c'est plus beau et plus surprenant! L´autre rive c´est un peu terrifiant. Cette souche ressemble la gueule d´une grande poison qui veut devorer le petit etoile. J´aime le rouge du gratte-culs, le rouge de l'automne dans le grand vert du bois. J'aime la mer du Bretagne et j'aime les choses qui tu fais. Bonne nuit, WW.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hedwig
      Merci pour ce long et beau commentaire.
      Oui, c'est vrai cet arbre mort, tombé au milieu de la rivière m'est apparu, une fois la photo prise come la gueule grande ouverte d'un monstre près à dévorer cette étoile ce qui allait assez bien avec ce qu'elle évoquait et j'ai gardé la photo.
      Merci pour ton commentaire.

      Je t'embrasse amicalement.

      Roger

      Supprimer
  26. Oublie: q'est ce que c'est le material des ballons blancs? Ils ne sont pas natural, n'est ce pas? Merci pour le jubilation!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hedwig
      Précision: en effet ces boules sont exactement des sphères posées sur les éclairages de ville. Ma ville ayant décidé de moderniser ceux-ci pour un éclairage moins coûteux, j'avais demandé à en récupérer une dizaine avec lesquels je me suis amusé à composer des installations éphémères. Juste pour le fun. En plus, elles réagissaient très bien aux rayons du soleil.
      Belle journée
      Je t'embrasse
      Roger

      Supprimer
    2. Aha! Merci pour ton explication, mais j'ai un autre idee. Ils ont un air de lait et de magie. En verite ces spheres sont.... des oeufs d'un alien!

      Supprimer
    3. Je pense qu'il ne faut jamais censurer ses rêves ou son imagination. Je rspecte donc la tienne que me plait beaucoup.
      Je t'embrasse.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  27. le golf n'est pas toujours très clair
    il sait rester sauvage...

    bon week-end Roger

    amitiés

    patrick L

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans "E" le golfe du Morbihan serait serait sans doute un 18 trous. Je pense que des promoteurs avides de grands travaux imaginant combler ce Golfe ont du sombrer dans la folie, voyant la mer, à chaque fois faire le ménage dans leus chantiers ! En fin de compte, gardons-le comme il est m^me s'il n'est pas très sage. En fait, il me ressemble sur ce point.
      Je t'embrasse fraternelement.

      Roger

      Supprimer
  28. Bonjour Roger,
    Mes compliments n'ont plus de mots pour te dire que me ressourcer auprès de tes créations est un moment unique que j'attends avec quelque impatience.
    Je t'imagine, à genoux ou pas, concentré à imaginer, créer, porter, supplier je ne sais qui d'ailleurs, te relever le dos cassé par la passion de ton art.

    Merci et bravo
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moun B.
      Le dos cassé, c'est sûr. Les genous usés, aussi mais l'imagination et le rêve l'emportent même si je fais le oint santé en rentrant le soir. Ceci me vaut de faire des pauses plus longues que prévues, parfois. Le land art quand même très phisique !Merci pour ton commentaire
      Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  29. Aujourd'hui Roger, je m'attarderais devant ta "Jubilation"... jubilatoire !
    Les oeufs sont posés... vont-ils donner naissance à un oisillon, à un gros croco, ou à un p'tit dinau ?
    On attend les faire-parts de naissance !

    Biseeeeeeeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeee

    PS/ et bonnes vacances !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Christineeeee C'estd'acord. En attendant, je cherche une marraine. Tu es partante ?
      Bises depuis la Vendée où je passes mes premiers jours de vancances itinérantes.


      Roger

      Supprimer
  30. « LE FIL ROUGE »

    Une VIE somptueuse
    regorge
    comme l'eau...
    Un petit oiseau
    sautille curieux
    ayant le tournis
    de suivre
    le rond mouvement
    de la Vie
    s'arrêtant enfin,
    devant
    des œufs géants,
    prêts à éclore
    sous
    les yeux
    des coquelicots!

    Merci Roger ✿

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Okassan
      C'est tout a fait ça, une vie qui se déroule et va d'installation en installation. C'est ma vie, celle que j'ai choisi d'avoir, celle que j'aime aussi.
      Merci pour ton commentaire, Okasan.
      Belle soirée.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  31. Ce petit coeur pour Marie-Claude, caché derrière les fougères, est magnifique!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Journal de Chrys
      Même si Marie-Claude m'accompagne rarement sur le terrain, je ne pense pas l'oublier souvent et tiens à lui dédier régulièrement des créations.
      Merci pour ton commentaire.
      Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  32. Mon commentaire n'est pas passé...
    Je voulais te remercier Roger pour ton univers si coloré et apaisant :-)
    BISOUS et belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marité
      Désolé pour le commentaire. Aurais-je fait une fausse manip ?
      En tous les cas, celui-ci est bien publié sur mon blog.
      Je te souhaite une belle journée.
      Je t'embrasse

      Roger

      Supprimer
  33. Entre beauté et tristesse douloureuse, tes réalisations ne laissent jamais indifférent. C'est bien que tu aies parlé de ton ami à ce promeneur photographe. Chaque fois qu'il regardera son cliché il le fera avec respect et chaque fois qu'il le montrera il ne le fera sans doute jamais sans oublier de parler de ceux qui ont disparu de façon si cruelle et injuste...
    Je suis très émue de ce que j'ai vu et de ce que j'ai lu.
    Bonnes vacances Roger. Je t'embrasse bien amicalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oxygène, Je découvre ton commentaire au retour de mes vacances. J'espère aussi que cet homme aura compris le message. Une grande amnésie semble avoir frappé tant de gens à propos des ces événements tragiques.
      Je vais bientôt montrer quelques uns de mes nouveaux travaux marins, réalisés lors de mes vacances.
      Merci de ton passage et à très bientôt.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  34. Merci Roger ✿

    Ombre et lumière,
    le bleu de l'océan
    sous un toit d'azur
    habité par les nuages,
    silencieusement j'attends.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Okassan
      Merci pour ce poème que j'apprécie beaucoup.
      Amicalement,

      Roger

      Supprimer
  35. Mil gracias mi querido amigo por tu generoso comentario. Estoy regresando de vacaciones forzadas y muy feliz de hacer la ronda a vuestros blogs.
    Sabes Roger cómo me gusta tu arte…encuentro un simbolismo de generosidad hacia la naturaleza y un saludo de amor al pasante. Cada gesto que posas haciendo una decoración hay un mundo interior que flota en ti y te eleva a la expresión del arte contemplativa y de ingeniosidad. Es una alegría indescriptible que siento al contemplar las obras que haces, no por lo que son sino por el simbolismo que expresan. Siento que te crecen alas y pinceles en tus dedos para transformar elementos vegetales y minerales, en pinturas frescas como las que nos muestras. Inmenso placer visitar tu blog.
    Mi abrazo y gratitud por ser y estar en El camino de Grandes Jardines.
    Feliz septiembre de colores.
    Abrazos y placenteras vacaciones.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ceciely
      Merci pour ce très long commentaire où je retrouve toute ta générosité et toute ton humanité. J'espère qu'un jour tu ré-ouvrira ton blog.
      Je t'embrasse bien amicalement et te dis à bientôt.

      Roger

      Supprimer
  36. petites graines rouges posées
    qui au premier vent porteront la bonne nouvelle :
    l'amitié et l'amour existent
    étoile éclairant la mer
    présente contre l'oubli
    et la petite chenille rouge poursuit son chemin
    merci pour cette fragilité

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jeanne
      L'âge venant, je me suis mis à réaliser des installations plus tournées vers l'équilibre, le symbole, plus petites, plus colorées,plus fragiles, ne reprenant des travaux plus monumentaux que rarement. Je pense que je m'exprime mieux dans cette échelle. Je crois que tu en parles bien dans ton commentaire. Je t'en remercie.
      Bien amicalement

      Roger

      Supprimer
  37. Réponses
    1. Laura
      Merci, Laura, pour ta visite et ton commentaire.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  38. Coucou l'ami!
    Dans certaines de tes installations, on s'attend à voir surgir une famille de lutins, des petits Korrigans ou bien même Arthur et Merlin!
    Encore de douces choses pour nos yeux. Merci !
    Bises amicales d'Ep'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Epamine,
      C'est vrai, on s'attend à tout cela et, avec un peu de patience, on voit tout ce beau monde, mais pas tous les jours !
      Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  39. Réponses
    1. stella
      Merci Stella et belle soirée sous les étoiles.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  40. Tres beau ost , plein de la beauté de notre naturequelle chance de n'être pas aveugles pour jouir de ce cadeau!
    Bon weekend.

    RépondreSupprimer
  41. J'ai beaucoup aimé me balader avec mon fils et mon compagnon sur cette île. J'ai aimé m'y retrouver en votre compagnie en lisant vos lignes... mes plages sont plutôt au nord de la bretagne mais il m'arrive de m'aventurer dans le sud... amitiés d'automne

    RépondreSupprimer
  42. Bon jour! Vous avez beaucoup de patience et persévérance. Félicitations!

    RépondreSupprimer

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.