La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

samedi 3 août 2013

Breizh :  à Jefferson.B.Cezimbra

Les guetteurs du  Men du :  à Marie-Claude

Les neuf sœurs d'Aminata :  à Loredana Donovan




Petit cairn en chemin : Pour Isabella Kramer

Identité : Pour Laure

Sur la route accidentée:  à Bob Bushell


Remember : Pour Leeloo

Le grain :  Pour Epamin'

Après  l'orage: Pour Arlette


L'été en solitude : Pour Inês

On the road : to Erika

Les routes improbables :  Pour Danielle

Franchissement : To Teca



et merci d'exister...

Nous venons de parler  longuement au téléphone de peinture, d'expos possibles, de photo, bien sûr et voici que Michel me quitte sur ces paroles: " et merci d'exister".
Cette  phrase me laisse sans voix. Je raccroche. C'est tellement rare, tellement  à  l'opposé de ceux qui, sur ma route attaquent  mon travail, foulent au pied  mes étoiles de David, me demandent d'en débarrasser  mon blog ou mes expos, de les dépolluer, de faire disparaître mes gisants de feu,  ou dernièrement , de ne  plus écrire et ne plus mettre de légende sous mes photos. J'aurai  même vécu une des  peurs de ma vie, le jour  où, sculptant des falaises en Normandie, un couple de furieux m'attaqua avec ses deux  molosses, sous prétexte de  me faire cesser ce travail et de chasser l’intrus que j'étais  à leurs yeux, de cette plage. Ce que je fis. Comment oublier les insultes antisémites reçues le jour  où, sur la grande plage d'Omaha Beach, en compagnies de la communauté Juive de Basse Normandie, alors que j'évoquais les victimes de la Shoah,avec  mon groupe de Land Art.
Pendant ces nombreuses années de pratique du land art, j'avais croisé, bien évidemment beaucoup de monde et parfois été témoin de ces relents de haine qui allèrent jusqu'à m’arrêter dans ma pratique, le temps de " digérer l'insulte".
 Heureusement, je ne compte plus les belles rencontres, la chaleur humaine, les échanges sincères, que ce soit en France  où à l'étranger qui  me  permettent encore aujourd'hui de poursuivre mon chemin même si cela est difficile.
Mais entendre : "Merci d'exister". Personne ne m'avait encore dit ça !
Lorsque la vie cogne trop dur et bouleverse l'existence, lorsque l'on croise la mort, ce sentiment d'exister est si  mince que parfois,  il disparaît.
Je m'accroche  à cette  petite phrase alors que je descend vers la ria d'Auray, me disant, je trouverai  bien quelques fleurs en chemin comme base d'installation. Mais le temps ne s'y prête pas. Une belle brise venant de la mer s'est installée ici ce matin et elle aurait rapidement tout balayé dans un souffle.
Une pluie fine, fraîche, Bretonne  à souhait, s'empare du paysage. Elle en change la lumière. Je tends mon visage pour mieux la sentir et je file vers le sud, en suivant le chemin des ostréiculteurs. La rivière st grise, frisée par les risées successives et le paysage s'inspire de cette ambiance, sous un ciel plombé.
Je suis bien
Quelques voiliers remontent la rivière au moteur en direction de Saint Goustan. Les voix des marins portent loin sur l'eau et je les entend discuter entre eux.
Je soulève mes premières pierres vers 10 heures, après une bonne marche d'échauffement. Je termine vers 12 heures.
Elever des cairns demande du temps et de l'attention.Il faut aimer les pierres ou les laisser vivre leur vie. Mais lorsque le courant passe, chaque prise, chaque déplacement, chaque mise en place, chaque élévation est une aventure où  l'équilibre se partage. Que j'aime ces instants où le bonheur est fait de peu et le monde se résume à l'action d'une vie sur un paysage. C'est sans doute une  illusion mais j'aime avoir gardé des illusions  à la porte de la vieillesse.
J'ai continué mon chemin, observant la partie de  pêche d'une aigrette dont je partage le territoire. Échanges de regards, elle termine son ouvrage, sans peur  puis s'envole.
Plius  loin, je raconte une autre histoire avec d'autre pierres, d'autres souvenirs. Les  neuf filles d'Aminata, la Nigérienne. Aminata, femme touareg dont j'avais connu le fils en  mission dans une préfecture de Normandie.
Je l'imagine arrivée  là, sur cette roche de la Ria d'Auray  pour chanter l'histoire de sa famille  nombreuse et danser  l' Africaine.
Deux Joggeuses passent et s'arrêtent près de moi
- C'est vous qui avez  fait ça ?
- Oui
- C'est beau.
- Merci

Merci d'exister, en quelque sorte. Il faut que je continue cette aventure. Cet après-midi, ce sera La Trinité -sur  mer, ou Carnac,  ou bien ailleurs !

Roger Dautais


Ma vie,
Je peux vous dire en deux mots:
Une cour.
Et un morceau de ciel
où passent parfois
un nuage
et un oiseau qui fuient leurs ailes.

Autobiographie

Mon péché est terrible : 
j’ai voulu remplir d’étoiles 
le cœur de l’homme. 
Et pour cela, derrière les barreaux, 
en vingt-deux hivers 
j’ai perdu mes printemps. 
Prisonnier depuis l’enfance 
et condamné à la mort, 
la lumière de mes yeux 
dessèche sur les pierres. 
Mais pas l’ombre d’un archange 
vengeur dans mes veines : 
L’Espagne n’est que le cri 
de ma douleur qui rêve.

Marcos Ana

J'ai vécu la vie que j'aurais aimé vivre, celle dure mais noble d'un révolutionnaire. Et malgré les naufrages et les déceptions que la lutte et la vie nous réservent parfois, si je devais renaître mille fois, je recommencerais à penser et à être ce que je suis. » 
Marcos Ana

51 commentaires:

  1. Absolument Roger...merci d'exister !
    il en faut des comme toi pour que la vie soit belle
    et que l'envie de continuer ne nous quitte pas
    tu es Un dans le Tout...
    Je t'embrasse

    Patrick Lucas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Patrick Lucas
      Tu avoueras que cette phrase est tout sauf banale. Le système nous broie tellement et les singularités ne sont pas à la mode. Mais , de toute façon, la mode on s'en fout. Que la route soit belle !
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  2. Je n'aurais pas imaginé que tant de haine soit possible...Merci pour tant de courage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miss_Yves
      Je n'aurais pas imaginé non plus mais il existe tellement pire. La barbarie est toujours prète à renaître et d'ailleurs, combien de pays nous montrent l'exemple actuellement. On commence par brûler les symboles, ensuite on tue les hommes.Rester vigilent. Savoir S'indigner.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  3. New and beautiful compositions .. What a imagination!...Greetings from Madrid .. PD : Ma Vie!!!.. Lovely song.. :-)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ana Minguez Corella
      Merci Ana et à bientôt sur ton blog.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  4. Olá Roger,

    Gosto muito do seu trabalho, as imagens são muito agradáveis trazem uma expressão de paz, uma alma nobre a tua que nos presenteia com tamanha arte.
    Nada nunca pode te impedir de continuar .
    Existe muito mais do que os elementos encontrados na natureza em tua arte , existe coração.

    Desejo-lhe um ótimo final de semana.
    Abraços afetuoso
    Joelma



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Atelier Tribo de Judà
      Merci Joelma pour ces mots qui me vont droit au cœur.
      Je vous embrasse amicalement.

      Roger

      Supprimer
  5. IT IS BEAUTIFUL! VERY! Thank you! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. YAEL
      Bienvenues sur Le Chemin des Grands Jardins et merci pour ton commentaire.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  6. I love these compositions. So dramatic near the sea.
    The last one is very special.
    Nice work, Roger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rick Forrestal
      Je ne sais pas si tu connais la France, mais si tu y viens, n'oublie pas de visiter la Bretagne. Incontournable. Les cairns sont réalisés dans cette région.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  7. i don't understand how it takes a revolution to be non-violent, to be loving, to be simple, to be close to nature, but it does take a revolution of spirit, a determination of soul and so i am glad there are those such as you willing to bear the winds through to balance)))))

    i hold you briefly and always, with and without arms))))

    and yes, thank you)))

    xo
    erin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Erin,
      Bien compris le message. Belle journée et à bientôt.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
    2. erin
      Bien compris le message. Merci.
      Belle journée et à bientôt.Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  8. It always is wonderful emotional response to me to see these amaising artworks. I live with them many times and take something with me. Thank You so much.
    Best wishes, greetings from Finland, Uuna

    RépondreSupprimer
  9. ¸.•°♡
    Seu trabalho está cada vez mais criativo!
    Bom fim de semana!
    Beijinhos do Brasil

    ¸.•°♡♡♫° ·.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Magia da Inès
      Merci pour cette petite musique Brésilienne, de toi amitié fidèle.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  10. I can not understand why people react so hostile! The beauty of your work disarms me completely. When I see your pictures I'm in awe. You make nature more beautiful than it already is! You change the position of things, you organise, rearrange... and make art. On your way, ton chemin, you leave wonders. When I imagine a hike and stumbling on the things you make, I would think a magican has been at work. It's incredibly beautiful, and me too, I'm glad that you exist! I think this nasty people are jealous of your power, like the chasse aux sorcieres in the old days. Please, don't let them hurt you. And go on existing! Salut, Hedwig

    RépondreSupprimer
  11. I was so surprised to read that you have encountered all that hatred, life is so strange... But there must be more of us who admire your work and are happy that you exist :-)
    I love your tributes. The three first ones are like people, I like the interaction. But all of them are great, all of them are telling a story. Especially the white balls...

    RépondreSupprimer
  12. Olá Roger,
    Vim até aqui agradecer a homenagem feita em seu blog à minha pessoa.
    Fiquei muito feliz com seu gesto e dizer que pessoas assim como você é que fazem nosso mundo melhor.
    São nos pequenos gestos que conseguimos perceber a grandeza de cada um.
    Aqui na cidade onde moro, Florianópolis têm 42 praias e em uma delas, têm pedras enormes dentro do mar que se parecem muito com o trabalho feito neste post, principalmente na terceira foto.
    Seu trabalho está cada vez mais belo e inspirador.
    PS: Caso queira ver fotos dessa praia que falei, manda seu e-mail em meu blog, que lhe envio imagens dela.
    Abraço e continue com seu belíssimo trabalho.

    RépondreSupprimer
  13. Bonsoir Roger,

    En plein coeur, Roger... suis touchée... en plein coeur de l'Etoile...

    Merci d'exister et de créer, et de faire vivre et revivre... sans relâche...
    malgré les tempêtes de la vie.
    Dans l'espace de tes créations, il y a ce souffle de beauté et d'éphémère qui
    sont émotions pures. Et il y a tout ton coeur... juste au centre... juste au coeur.

    Merci Roger... d'exister et de donner.

    Belle et douce soirée.
    Je t'embrasse !
    Amicalement,
    Leeloo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Leeloo,
      Question tempêtes, je peux dire qu'il y en a eu beaucoup dans ma vie. Je vois des gens traverser la vie préservés et à l'abri de tout. Je n'ai pas grand chose à leur dire, à leur expliquer, sinon qu'ils ont eu plus de chance et que c'est tant mieux.
      Maintenant que la conclusion s'approche, je pense malgré tout, avoir réalisé quelques belles choses, ne serait-ce que d'avoir donné la vie à nos deux enfants et accompagné ma femme sur ce long chemin de plus de 46 années.
      Merci de tes mots d'amitié sincère.
      Je t'embrasse amicalement.

      Roger

      Supprimer
  14. Que te dire d'autre? Chacun d'entre nous devrait pouvoir entendre ces mots-là au moins une fois dans sa vie. Ils permettent de continuer et de croire en soi-même. Merci pour ce billet, merci pour tes créations, merci d'être là. On ne le dit jamais assez, merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gine
      Et je pense ne pas avoir tout dit en la matière, mais je pense avec ces confidences, éveiller les esprits trop naïf qui pourraient croire, par exemple que le fascisme n'existe plus.
      J'ai passé un après-midi dans un lieu chargé d'histoire, encore une fois. Ces lieux m'ont toujours attiré, inspiré. C'est encore une fois vrai pour aujourd'hui. Je montrerai ce travail, bientôt.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  15. On a du mal parfois a s'imaginer les souffrances qu'infligent les paroles ou les actes. Comme elle est importante la communication.
    J'oserais dire "quelle hardiesse!" de votre part. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thérèse,
      Ce n'est pas de la hardiesse mais simplement une façon de vivre mon art jusqu'au bout, sans rien éluder. Il est important de faire savoir, après avoir fait voir.
      Merci de votre passage. Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  16. hay personas que sienten la belleza como una amenaza

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. camino roque.
      C'est tout à fait juste, ce que tu dis et je partage ton avis.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  17. Comme je suis heureuse que quelqu'un t'ait dit ces mots que nous pensons tous :"Merci d'exister". Oui Roger, merci d'être là, merci de faire vivre la nature, merci de partager avec nous ces créations pleines de beauté et de sensibilité.
    Je suis bouleversée d'imaginer que des gens puissent t'insulter et avoir la bassesse de s'attaquer à des symboles qui sont là pour le souvenir de ceux qui ont tant souffert.
    Tu peux garder la tête haute, c'est toi qui as raison. Continue s'il te plaît, pour notre plus grand plaisir.
    Merci Roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oxygène
      Je suis comme toi, bouleversé quand cela m'arrive mais je ne relate que la triste réalité attisée par des extremistes dont c'est devenu le fond de commerce.
      Je trace ma route, solitaire, avec mes souvenirs, mes pensées. Elles apparaissent par moment dans mes installations mais elles ne me quittent pas.
      Je t'embrasse et je te remercie de ton soutient.

      Roger

      Supprimer
  18. QUE - C'EST - BEAU !
    Merci ! Merci ! Merci pour ces petites graines pleines de vie que tu me dédies ! Je suis vraiment touchée, crois-moi!
    Telles des perles rares dans un écrin, tu m'offres ces belles parenthèses colorées et je t'en remercie.

    Il y a quelques jours, sur la plage avec mon petit-fils, nous avons "créé" une œuvre (très éphémère!) avec ce que nous avons trouvé sur la plage: galets, brindilles, coquillages, algues... Je n'ai pas eu le temps de prendre la photo mais, bien sûr, j'ai pensé à toi et je plussoie: Merci d'exister!

    Bises d'Ep'

    RépondreSupprimer
  19. Epamine
    Lorsque je pense à toi, chère Sylvie, j'associe aussitôt ton petit fils car je te sais, femme formidable et grand'mère aimante. Qu'il a de la chance ce petit. J'espère qu'il s'en rendra compte un jour.
    Je t'embrasse bien amicalement.

    Roger

    RépondreSupprimer
  20. Hello Roger !
    encore un lundi et le chemin s'ouvre sur l'art de ton land !
    les pierres te parlent, les oiseaux aussi ...
    ta Bretagne est cadeau avec son vent salé, ses pluies qui ne sont
    que des gouttes de soleil, et toutes ses richesses !
    j'aime la fierté de "franchissement" dressé face à l'horizon
    qui n'en finit pas de nous émerveiller !
    j'aime aussi la poésie de Marcos Ana tellement touchante ...
    Roger tu es un homme "riche" !!!
    bises



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MARTY
      J'aime partir à la pêche aux poèmes dans mes différentes lectures et les ramener ici pour enrichir mon blog. Ce compagnonnage me plait et encore plus lorsqu'une lectrice comme toi, attentionnée et connaisseuse me laisse un commentaire à ce sujet. Marcos Ana méritait un hommage de plus ici. Bel été, chère Marty.
      Je t'embrasse

      Roger

      Supprimer
  21. Moi aussi je pense comme ton ami Michel qu'il est formidable que tu existes . Tu m'a fait découvrir ton art , j'aime venir admirer tes créations et suivre ton Chemin .
    Par contre je suis attristée de savoir que l'on puisse t'insulter ...Vraiment comment cela est-il possible ??? La nature humaine est parfois impossible à comprendre . Heureusement que cela ne t'arrête pas !!!
    Bonne et belle semaine Roger
    Je t'embrasse chaleureusement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brigitte, M^me si je sais que cela existe, à chaque fois que je dois subir ce genre d'insulte, je suis surpris et blessé. Parfois, on peut répondre, mais bien souvent, la sidération te prend et tu ne dis rien.
      Je continue ma route et je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  22. Bonjour Roger et merci pour ce parcours initiatique, en quelque sorte, car si j'en avais entendu parler, je n'en avais pas spécialement vu de ces créations ! Maintenant, j'ai les yeux qui "traînent" autrement lors de mes petites balades :)

    A bientôt
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moun,
      Heureux que tes chemins de traverse t'amènent jusqu’au Chemin des Grands Jardins où je t'accueille toujours avec plaisir.
      Je t'embrasse amicalement.

      Roger

      Supprimer
  23. bonjour Roger, je te salue sur ce chemin où nous marchons, solidaire: Thibault.

    RépondreSupprimer
  24. Thibault Germain
    Merci thibault, je te rencontre ici, toujours sur la route.
    Fraternellement.

    Roger

    RépondreSupprimer
  25. Ah oui, vraiment: Merci d'exister, Roger.

    Deux mots qui disent tout et suffisent... C'est assez rare que deux suffisent!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chri,
      Ces deux mots peuvent aussi s’adresser à toi. Je te souhaite de passer une belle journée.

      Roger

      Supprimer
  26. Je suis abasourdie par la violence et les insultes dont vous avez été victime, seul ou accompagné d'amis... Je suis depuis quelques semaines votre blog et j'ai été enchanté de votre travail, vos oeuvres sont splendides. Je vous témoigne tout mon soutien et ma plus sincère admiration, longue vie à votre imaginaire si fertile et enchanteur.
    Bonne journée à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sadaya
      Je ne lerépète pas chaque jour mais cette fois, me sont venues en bloc, toutes ces histoires et j'avais besoin de les raconter. Témoigner est important pour moi.
      Merci pour ton commentaire et bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins. Belle journée à toi,
      Amicalement,

      Roger

      Supprimer
  27. Bravo pour cet art éphémère !

    RépondreSupprimer
  28. Jeanmi
    Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins et merci pour ton commentaire.
    Amicalement.

    Roger

    RépondreSupprimer
  29. Wow!!! Beautiful pictures, I love it!

    RépondreSupprimer
  30. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  31. J'apprécie tout particulièrement ton dernier cairn, en forme d'arche : une nouveauté architecturale ! Sur cette idée, peut-être nous proposeras-tu une série avec double arche, pont suspendu, piliers et flèche... et surtout, beaucoup d'équilibre !

    Biseeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeeeeee

    RépondreSupprimer

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.