La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

mercredi 29 mai 2013

Le blues de Mériadec : à Fanny

Pierres de légende: Pour Alain Jegou

Cœur Breton :  à France de Concarneau

Passage : pour Hilge
Cercle de Mériadec
                                     
La part des choses : à Marie--Josée Christien
Six intentions : à Jacques Thomassaint

La tendresse des pierres :  à  Marie-Claude

Occurrences : pour Marilyse Leroux
La porte de  l’isthme : à Guy Allix




La confidence des fougères  : Pour Marty

Flux : pour Patrick Lucas

Le chemin des âmes en peine
 A Louis Bertolom


Le temps est gris. Je roule sur la route de Mériadec et déjà, le blues s'installe. Difficile de résister  à  l'appel de la route et  pourtant, je conjugue ce plaisir de partir avec celui de la nostalgie. J'ai préparé  mon sac  à dos, ce matin : appareil  photo, quelques bouts de ficelle, une paire de ciseaux, un petit sécateur : deux carnets de notes, de quoi écrire, une bouteille d'eau et surtout, le dernier livre de Louis Bertholom  : Bréviaire de sel. Ce que j'ai  pu faire voyager de la poésie dans ce sac  à dos ! C'en est devenu  un rituel.Je compte bien  le faire vivre encore une fois dans le petit pois de Mériadec. J'ai eu vent de ce ruisseau par ma fille qui  m'a décrit ce lieu,  un  peu  à  l'écart, dont l'atmosphère l'avait charmée. Nous avons tellement arpenté ensemble la campagne Dinanaise dans son enfance, qu'elle a gardé le goût de ces longues marches par les chemins de traverse. 
Je pénètre dans le bois et dois franchir une véritable barrière d'orties avant de  pouvoir approcher ce ruisseau. Je me laisse guider par le chant de l'eau et descend  une pente glissante,  jusqu'à  l'apercevoir, les deux rives garnies de fougères. Voici ce que j'ai fait, ensuite.
Je suis descendu dans l'eau et j'ai commencé par écouter les confidences de ce ruisseau. Très important d'écouter les bruits d'un  lieu,  ils nous parlent mieux qu'un long discours. Je me suis mis  à la recherche de pierres susceptibles de constituer de cairns. Je voulais, en effet, les monter, au cœur de cette eau pour qu'ils en deviennent un prolongement,  un jaillissement minéral vers le ciel.  J'ai  monté  mon  premeir cairn,  puis  un deuxième et un troisième. Cela prend du temps. Je suis sorti de l'eau et j'ai  pris en main le livre de Louis Je  l'ai ouvert au hasard, page 75. J'ai  lu ce poème qui commence ainsi
La grande parole
du mouvement  perpétuel
nous relie à l'ensemble,
le brouillon abstrait...
Lues à  haute voix, dans ce  bois de solitude,  il m'a semblé que ces paroles  poétiques s'accordaient parfaitement  à  l'instant. Un bonheur fugace vint dissiper quelque peu, ce blues de Mériadec dont j'étais l'objet bien malgré  moi. La poésie avait ce don de me transformer  profondément et de  me faire voir le monde avec un  peu  plus d'optimisme. Tout n'était pas perdu,  il fallait savoir reculer l'échance.
J'ai continué mes installations, perchant un cairn dans  un chêne,  jouant du bleu des fleurs avec le vert de la  mousse, bâtissant sur un  muret, un talus avant de quitter les lieux.
Un autre jour, je me suis retrouvé dans la région de Quiberon, réalisant des installations présentées ici, sur la Côte Sauvage dont je ne dirai pas grand chose  puisqu'un délicat  observateur de Facebook, m'a dit que je polluais le site avec mes "tas" qu'il espérait ne jamais croiser. Que voulez-vous faire contre une telle attaque ?
Pourtant, j'avais aimé ce jeu avec des pierres assemblées quelques instants avec un lien rouge-passion. Jamais, en presque 15 année de pratique du land art, je n'ai eu le sentiment de polluer le paysage.
Je suis retourné hier dans ce lieu appelé Le Jardin des Mémoires, qui donne sur la rivière d'Auray, pour me ressourcer.
J'entendais l'âme des morts tintinnabuler dans les branches des oliviers où s'accrochaient les mémoires carminées, caduques et frêles des disparus. Mes pierres de silence allaient reprendre en chœur, la chanson de  mon  père. Le ciel était gris, comme l'eau de la rivière au jusant. Être ici  ou ailleurs, devenait pareil. Le temps donné s'écoulait, marquait le tempo du tambour du  monde.Une poignée de cendres, cachait l'herbe du grand repos.S'agitaient au vent des cloches d'argile et le souvenir d'êtres chers, devenus, paysage.
J'ai ouvert au hasard le livre de Louis Bertholom, page 82 . J'ai  lu ce poème qui commence ainsi
Distorsion du temps
dans la plénitude
science de la répétition
qui  nous vient de la vague
tout cela...
Je sais qu'il aurait fallu lire des pages, ne pas extraire ce passage, mais il tombait si bien avec l'instant. Mes pensées se son envolées vers Jacques Thomassaint. J'avais  projeté avec lui, il  y a quelques  mois, au téléphone, de le rencontrer cet été. J'ai aussi pensé, dans ce lieu à Alain Jégou que je ne connaitrai plus,tous les deux,  poètes, tous les deux disparus en quelques mois. Alors, cela m'a conforté dans l'idée de rencontrer l'ami Bertholom, lui, bien vivant, pour conjurer ce sort. La lecture de Bréviaire de sel, me donna l'occasion de  lui rendre hommage ici, en lui consacrant cette page, aujourd'hui.


Roger Dautais



La grande parole
du mouvement  perpétuel
nous relie à l'ensemble
le bouillon abstrait

La magie de la lueur tremblante
hésite  à dissoudre
dans un obscurantisme
qui exalte le progrès
au détrimernt
de la pureté vierge.

" Tu entendais  cette fluidité
te couler calmement
les jours gris
qui te peignaient
pour les  longues veilées
à te soumettre jusqu'à la folie."

 in  Bréviaire de  sel   Page 75



Distortion du temps
dans la plénitude
science de la répétition
qui  nous vient de la vague,
tout cela  à  interroger
sur le bureau des étoiles.

Lorsque le ciel  ploie le paysage
de sa drache,
sur la dune
je me sens  remeonter le musc
comme  une fleur qui se donne.

L'oyat se désaltère
le jour se rétracte, tout respire
à ce moment de grâce
il ne cède en rien aux musées
où l'on a assemblé la beauté.

Louis BERTHOLOM

Bréviaire de sel   
EDITIONS Sauvages Collection Askell Mai 2013

Quelques sites pour mieux connaître Louis Bertholom

http://www.myspace.com/louisbertholom
http://wwwguyallixpoesie.canalblog.com/
http://editionssauvages.monsite-orange.fr
http://ecrivainsbretons.org

65 commentaires:

  1. Bonjour Roger,

    Tu racontes et écris si magnifiquement.
    Tu sais avec justesse "dire" la création...

    J'aime toujours autant te découvrir.

    J'aime le blues de Mériadec : instant suspendu dans sa fragilité mais un équilibre si ajusté.

    Une belle et douce journée à toi.
    Je t'embrasse amicalement.
    Leeloo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Leeloo
      Merci pour ce très beau commentaire, Leeloo. Tes mots me vous droit au cœur.
      Je te souhaite une belle journée et je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  2. Ecriture, créativité, matière première semblent faire partie de toi tant tu maîtrises bien tes sujets.

    Je n'en dirai pas plus, tant je suis impressionnée. Alors je me pose et j'admire tout simplement

    Belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moun B.
      Je te remercie de ta visite amicale.
      A bientôt sur ton blog.
      Amicalement

      Roger

      Supprimer
  3. Se laisser bercer. juste, se laisser porter. Le courant sait où nous allons.....
    C'est beau !

    RépondreSupprimer
  4. le cercle de Meriadec comme l’œil bleu d'une fée des bords de rivière...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. croukougnouche,
      En quelque sorte, le regard bleu et toujours cette magie de créer.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  5. All are excellent! (as always) but I think my favorite is: Flux!! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. roberto
      Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins et et merci pour ton commentaire.
      Amitiés

      Roger

      Supprimer
  6. Ce sont les pierres dans cet espace de verdure qui, aujourd'hui, m'ont le plus faite rêver!!!

    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le journal de Chrys
      Quand 'autres m'attaquent directement pour mes cairns qu'ils trouvent inutiles, que j'aime lire tes mots, car moi aussi, je rêve avec elles.
      Belle journée,Chrys.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  7. Cher poète visionnaire j'ai repris mon souffle en respirant tes pierres parfumées d'embruns.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. orfeenix,
      Si je te disais qu'hier, j'étais sous terre...dans un tumulus que j'ai découvert avec Marie-Claude. Ce lieu est encore une belle rencontre et j'y retournerai avant peu.Magie des pierres.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  8. Merci pour le "Flux" Roger !
    j'aime beaucoup / ça me touche
    et tu as raison ... Difficile de résister à l'appel de la route..!

    Amitiés
    je t'embrasse

    Patrick Lucas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Patrick Lucas,
      J'avais choisi pour toi, cette installation qui évoque le mouvement, le flux, le voyage et bien évidemment, j'ai pensé à toi.
      Je te souhaite une belle journée.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  9. touchée....et muette !!! j'aime l'eau qui murmure, les fougères qui chuchotent
    et qui jouent à "ombre et lumière" au creux du bois, un jeu qu'ils ont inventé !
    et je vais te faire une confidence ! secrètement je les écoute !
    bises Roger et que ton nouvel espace t'emporte loin des esprits pollués !
    le chemin de la poésie se mérite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MARTY,
      Nous avons au moins, une passion commune, celle de la lumière et comment ne pas y être sensible puisqu'elle est à l'origine de tout notre travail. Je suis d'accord avec toi, le chemin de la poésie se mérite.Merci pour ton beau commentaire.
      Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  10. you both listen to her and read to her. it is a good relationship you have with the earth:)))

    i am reminded of a time i sat on rocks in the water, the waves coming gently in while i read yves bonnefoy's let this world endure aloud. oh, what a theatre, and i both actor and audience.

    xo
    erin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. erin,
      Je pense que tu saisis bien "l'esprit" de mes installations.
      Je te remercie de ton beau commentaire.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  11. Belle "tendresse des pierres", bel hommage à l'amour !
    Belle journée, Roger, je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. norma
      Je comprends ton choix, toi, la femme passionnée.
      Je t'embrasse

      Roger

      Supprimer
  12. Nice to see these arrangement of stones.

    RépondreSupprimer
  13. Chaque visite ici est l'assurance d'un moment fort!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chri
      Sois-en assuré, je les ai vraiment vécus, un à un, avant de les présenter ici et jamais une photo ne les retranscrit totalement.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  14. Comme dit le poète, la beauté est souvent hors des musées tes œuvres en sont la preuve éclatante.
    Horreur de l’enfermement,j'aime beaucoup la symbolique des passages.
    Affectueusement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. manouche,
      J'imagine que ton pseudonyme est très symboliquement l'image de ta personne. Tu ne peux donc, comme moi, qu'aimer le liberté et les grands espace. Merci pour ton commentaire.
      Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  15. It's nice to see your constructions in a lush, green wild environment.
    Thoughtful scenes, as usual.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rick Forrestal, Tu ne parles plus de ta santé. J'espère que tu es complètement remis, maintenant. Merci pour ton commentaire et à bientôt.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  16. ROGER bonjour bonjour
    et merci merci je suis très heureuse de ta pensée
    merci tu es adorable et c'est brai que la Bretagne me manque tant
    Mais je dois en principe y aller en fin juillet je pense
    et à moi les rochers la mer les vagues et les tempêtes
    je peux donc encore rêver sur ton superbe blog et bientôt ce sera moi qui te fera rêver
    Je t'embrasse fort ROGER

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. FRANCE
      Merci pour ton commentaire, chère France. Peut-être nous rencontrerons-nous bientôt en Bretagne.
      Je t'embrasse bien amicalement.
      Roget

      Supprimer
  17. Staying silent. Everytime time i return the light is different, only the path stays open. That is the constant. Merci Roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Kirikion
      Merci de ta visite et de tes mots d'encouragement.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  18. I feel something primitive, timeless, ageless, when I see these wonderful and thoughtful artworks.
    Greetings from Finland :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Uuna, Tu sais que tes mots venus de ce pays que j'aime me touchent particulièrement.
      Je te remercie de ta visite et je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  19. Il y a quelque chose d'harmonie orientale. Très belles pothos.

    J'ai t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aniquiladora
      Bienvenue sur le Chemin des Grands Jardins et merci pour ton commentaire.
      Belle soirée.
      Je t'embrasse

      Roger

      Supprimer
  20. Roger, that really is the path of lost souls...

    Take care.

    Regards,
    Bhags

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Life like this,
      Content de te revoir.
      Je vais te faire une visite chez toi.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  21. I will always love your stones. And all mystic figures in your nature.
    Hugs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. orvokki
      Merci pour ton commentaire et pour tes mots d'encouragement.
      Belle soirée à toi.Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  22. Merci pour ce moment de plénitude au bord du ruisseau...et pour la poésie aussi !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Isa
      Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins et merci pour ton commentaire.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  23. º° ✿⊱°º•.
    Sempre poético, criativo e original.
    Bom fim de semana!
    Beijinhos do Brasil

    ¸.•°❤❤⊱彡

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Magia da Inès
      Merci Inès pour tes mots d'amitié venant du Brésil
      Je t'embrasse

      Roger

      Supprimer
  24. Qu'il est beau ton pays ! Celui dans ta tête, celui que tu crées de tes mains, et celui que tu partages avec nous.
    Merci pour tout ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pastelle,
      Il me fallait inventer ce pays pour pouvoir vivre.Tout est à recommencer chaque jour.
      Belle soirée, Pastelle.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  25. Fragments de poemes, dedicaces visuelles, l'eau qui coule... temoignage constant qui s'incruste dans la memoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thérèse, Une histoire de vie, sous cette constance, chère Thérèse.
      Merci de votre passage.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  26. I love your sculptures amongst nature, especially amongst the water and the fern. There is something soothing, reassuring, as they stand tall and nature continues on its way around them.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Angelikas Photographic Sketchbook
      Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins et merci pour ton commentaire, Angélikas.
      Belle journée à toi,

      Roger

      Supprimer
  27. Très belles photos ... Formidable! Le texte et le poème
    sont excellents et compléter cet article. Câlin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :tossan
      Ton regard d'artiste sur mes travaux, m'est très précieux. Merci pour ton commentaire.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  28. Magnifique...
    La poésie accompagne superbement tes œuvres...
    Belle journée Roger !

    Pierre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pierre BOYER
      Il me semble, en effet, qu'étant moi-même un grand lecteur de poésie, je ne pouvais que lui réserver une place de choix. Je suis toujours heureux de savoir que ces textes sont appréciés.
      Je te souhaite également une très belle journée.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  29. Avec tes créations, tu sublimes la nature et c'est tout simplement beau .
    Belle semaine à toi
    Je t'embrasse amicalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brigitte
      Merci Brigitte et à bientôt.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  30. Gracias por este momento...
    Un abrazo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Remei
      C'est moi qui te remercie pour ton passage, ici.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  31. Roger,
    cet endroit est vraiment charmant, et tes œuvres cohabitent bien avec tout!
    Elles sont belles, conscient et sincère, j'aime beaucoup!
    un câlin

    RépondreSupprimer
  32. Denise SCARAMAI
    Merci Denise et belle journée en création.
    Je t'embrasse.

    Roger

    RépondreSupprimer
  33. Espectacular, sencillamente arte en estado puro.
    Una abraçada

    RépondreSupprimer
  34. Hola Roger, bellísimo trabajo, como siempre. Felicitaciones!Saludos.

    RépondreSupprimer
  35. Nice sculptures. I wonder where these enchanted places are.

    RépondreSupprimer
  36. FRANCE DE NIMES13 juin 2013 à 10:02

    Je passe te souhaiter une belle soirée ROGER je t'embrasse

    RépondreSupprimer

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.