La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

samedi 18 mai 2013

Guetteur de jusant : à Eugène Riguidel


Cairn au jusant :Ria d'Auray

S’élever au rythme des pierres Alréennes

Circulation

Mémoires de pierre : à Yanis Petros
La porte du large:  Pointe de kerpenhir. Morbihan

Hommage  :  à Marie-Claude


Trait d'union : à Serge Thébault

Le temple du Soleil Levant : to Fumiyo Suko

L'heure unique : Pour Leovi

L'océane : Pour Alain  où qu'il soit.


à Eugène Riguidel *


Ce que j'ai laissé de vie, ici, en ce lieu que vous appelez "terre"! Loin des  poètes agrégés,  loin des peintres académisés, loin des chanteurs  à voix royale,  loin des slameurs labellisés,  mon corps s'étirait à s'en rompre les os autour de charges que je m'évertuais à transporter dans ma pratique du land art. Des pierres  lourdes, glissées autrefois sur les goémons de l'estran pour me servir de base aux guetteurs de marée toujours  plus nombreux, fixaient mes limites lorsque je tombais de fatigue  à genoux devant elles. Et voilà que maintenant, l'âge venu, les cairns continuaient à s'élever, amis d'un  jour, d'une heure,  peut-être, entre la mer et moi pendant que vous consommiez jusqu'à  l'ivresse de posséder encore  plus dans les hyper dont la démesure me repoussait.
Ce que j'ai appris des pierres, de leur langage qui use les mains, de leur mystère, dépasse ce que l'école  elle-même me refusa, enfant.
Le souffle s'est raccourci,  mon dos s'est courbé, mes cheveux  ont blanchi et ma vue  à baissé, certes. Certains appelaient cela, la vieillesse, bonne  à flanquer dans un fauteuil, capable de  jouir de tout sans effort, de dominer le monde, assis sur un tas d'or. Probablement  pour certains. Comment pouvais-je imaginer qu'en revenant au pays, après trente années d'absence, je me serais contenté de ne rien faire, même si  j'imagine ( assez mal)que pour d'autres, ce soit le rêve absolu? 
Je n'ai pas résisté longtemps malgré le coup de semonce, l'avertissement sévère et sans frais,  l'infarctus. Qu'aurai-je mis de côté dans la pauvre vie,  pour plus tard puisque j'étais déjà dans ce  plus tard ? J'ai découvert, dans cette Bretagne que j'aime, des paysages  à faire pleurer de bonheur, des chemins de traverse qui menaient d'un port à  l'autre. J'ai senti à nouveau mes forces s'évanouir, le besoin d'une halte dans ma vie de marcheur mais je suis reparti de  plus belle.
J'ai retrouvé la pierre, sensible au chant du merle. J'ai,  à  mon tour, monté des cairns, comme  un chant sacré s'élevant vers  un ciel vide. J'ai ressenti cette vibration première, cette vitalité, cette  sauvage envie de vivre libre et de laisser quelques traces le long de  mon chemin qui  m'emmène aux "Grands Jardins",  pour baliser ma vie comme des falots, river droite, rive gauche, tandis que le bateau  d' Eugège* filait au gisant, rejoindre le golfe de tous ses rêves.
C'est  un  peu ce que j'ai vécu lors de ces huit derniers jours, parcourant le Pays d'Auray, découvrant ses labours, ses chemins creux, sa ria, continuant  à faire mes premiers pas dans une région où j'habite maintenant. Apprendre  un pays demande beaucoup de temps, de patience, d'humilité, et, j'aurai probablement disparu avant de le faire totalement  mais je veux profiter de ce bonheur simple et profond qui enrichira très certainement ma vie.

Roger Dautais

*Eugène Riguidel vient de publier un recueil de nouvelles CAP SUR L’ÉTRAVE
http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=19416


Le chantier
déclinait
trois matières précises:
le fer
le bois
la pierre

Pour se trouver
au milieu de soi
il suffisait d'entrer en lui..

 ***

Je n'ai pas eu le temps

de dire  à  mon père

Que c'était du chantier

que vînt  l'idée

d'écrire

un chant

sur le sacré

de ce  monde.

Serge Mathurin Thébault*
 Le chantier. Editions Artchignaned-Auray 2007

*http://sergemathurinthebault.unblog.fr/

69 commentaires:

  1. y'a un truc, ça m'emballe toujours.
    Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le bourdon masqué,
      Oui, sans doute, mais ce truc, je le cherche ni l'ai jamais trouvé par hasard. J'aime aussi cototer mon propre mystère.
      Belle journée,

      Roger

      Supprimer
  2. Le temple bonsaï est tout à fait dans l'esprit nippon.

    Portique de pierre
    Coule le fleuve vers la mer
    Mon cœur se calme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. manouche,
      Oui, offert à une amie, Fumiyo Suko.
      Merci pour ton poème. A bientôt chez toi.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  3. Roger bonjour et bien je vais repasser je ne vois pas tes photos et ici c'est le déluge
    donc à plus tard
    je suis heurese de te retrouver

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. FRANCE,
      Merci de ta visite. J'ai quelques problèmes avec mon nouvel opérateur, je ne sais pas si ce manque de photos que tu constates, est lié à ça.
      J'espère que cela va s'arranger. J'ai vu les infos à la TV, en effet, c'est le déluge. Boncourage à toi.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  4. Je te souhaite de belles pérégrinations, Roger, cette terre plus âpre a beaucoup à nous dire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. anne des ocrerie,
      Oui, ce sera ici différent, mais le land art est tellement lié au paysage, à la région, qu'avec la Bretagne, j'espère être à sa hauteur dans mes créations.Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  5. Je suis contente que tu aies retrouvé tes joies d'avant en retournant dans cette région. Tes oeuvres même éphémères, et peut-être justement parce qu'elles le sont, restent gravées dans mémoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Amartia,
      Oui, en effet, l'éphémère trouve une place particulière dans nos mémoires qui sont le seul lieu où les préserver vraiment.
      Merci de ta visite.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  6. J'ai beaucoup aimé ton texte Roger. Cette synthèse de quelques temps de vie et la nouvelle réorientation de ton présent me touchent énormément. Il faut faire avec sa santé, certes sans pour autant perdre son élan vital et ce merveilleux sens donné à sa vie, sens qui évolue, tournoie, s'envole, se métamorphose pour notre plus grand bonheur. J'aime venir ici, il y règne profondeur, quiétude et mouvement. Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malou,
      C'est un choix que d'écrire ce que je vis et ressens aussi bien dans ma vie que dans l'exercice du land art. J'aurai pu rester très distant, très technique et je l'ai fait parfois, mais ce n'est pas moi. Cela me touche aussi que l'on comprenne cette démarche que certains prennent à tort pour du déballage. C'est vrai que je prends des risques à écrire de la sorte et j'ai perdu quelques "followers" en route, mais cela est-il bien grave? Merci pour tes mots sincères et amicaux qui bien évidemment, me touchent vraiment.
      Avec mon amitié.

      Roger

      Supprimer
  7. A chaque fois que je viens ici, je me le dis: Grâce à toi, le monde est encore plus beau et de ça nous en avons un besoin fou!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chri,
      Je pense à Louis Calaferte ( aujourd'hui, oublié ) qui disait que pour enchanter le monde, il faut d'abord le vouloir. J'ai fait mienne cette parole et j'aime à penser que mon humble art, enchante quelque peu le paysage, déjà avant d'avoir existé, dans ma pensée, mais que je dois passer par le geste pour parfaire cette quête du bonheur. J'ai le sentiment de parfois y arriver et la nature me le rend bien.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  8. La liberte a toujours un prix. Le temple du Soleil Levant est bien emouvant et regroupe tant d'elements: le present, l'infini, la matiere, la simplicite et toute la profondeur qui en decoule. Tres emouvant. Et ce sujet que l'on decouvre avec le temps: l'Humilite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thérèse.
      Je parle souvent avec mon ami Guy Allix, mon frère, ce poète d'exception, de l'humilité qu'il place lui aussi à la base de toute expression. Après vient le travail, après l'achèvement. Que deviendrions nous, si en plus d'avoir réalisé, nous comptabilisions et entassions les bravo. Tout ça doit s'envoler et tout ça ne doit pas encombrer notre esprit. Il faut aller à la création comme au premier jour, léger et disponible à l'inspiration. Ce n'est pas facile du tout !
      Merci pour ton beau commentaire,Thérèse et à très bientôt.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  9. Je suis désolée je ne vois toujours pas tes photos ROGER
    je me demande bien pourquoi encore
    BISE et bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. FRANCE
      Je suis aussi désolé que toi, France, mais que puis-je faire sinon souhaiter que mon opérateur arrange les choses?
      Belle soirée.

      Roger

      Supprimer
  10. roger, to live in ease and comfort is, i think, not to live. we have gone wrong in travelling toward the lost plains of luxury. we have lost site of how our body interfaces with the earth.

    the other day i collected one small shell, pearl white, and laid it lovingly inside the smooth pearl shell of an abandoned clam. i laid it on a tree stump at the base of a trail i was to hike with james, knowing the wind would separate them (and it did, i correcting the union once only) and even in my anemic gesture i thought of you. you do what you do for all of us, your heft and toil. i can only kiss small shells, walk and then leave but even in this i am happy.

    xo
    erin

    RépondreSupprimer
  11. Erin
    Traduction :
    roger, de vivre dans l'aisance et le confort est, je pense, de ne pas vivre. nous nous sommes trompés en voyageant vers les plaines perdues de luxe. nous avons perdu de vue la façon dont nos interfaces du corps avec la terre.

    L'autre jour, j'ai recueilli une petite coquille, blanc perle, et le posa affectueusement l'intérieur de la coquille perle lisse d'un clam abandonné. Je posai sur une souche d'arbre à la base d'un sentier de randonnée j'étais avec James, sachant que le vent serait séparer (et il l'a fait, je corriger l'union une fois seulement) et même dans mon geste anémique j'ai pensé à toi. vous faites ce que vous faites pour nous tous, votre stature et de labeur. Je ne peux que j'embrasse petits coquillages, marcher et puis partir, mais même dans ce que je suis heureux.

    Réponse:

    C'est vrai que maintenant, en en particulier sur internet, mais aussi dans la vie, les gens cherchent le sensationnel, le grandiose, l'exploit en tout genre, la démonstration de force, de domination et c'est comme si, le peu n'existait pas ou plus à leur yeux.Je le vois bien dans mes propres expériences land art, un petit cairn comme celui-ci, pourtant chargé d'émotion et de sens, ne va rassembler que quelques avis. Tout le monde a vu, déjà vu, veut du neuf. Cela me fatigue, cette course au sensationnel et ce n'est pas ma démarche. Il faut vivre cette vie d'artiste dans le plus grand détachement sans ne rien attendre si on ne veut pas être déçu.Nous sommes jugés sans réserve et quand on nous accorde un regard, c'est déjà beaucoup.
    Je ne me plains pas car sur ce blog,mon travail est suivi par beaucoup de gens et la qualité des commentaires en atteste. Mais le land est marginal et le restera probablement longtemps. Je comprends très bien ton geste autour de ce coquillage et l'émotion que tu en auras ressentie. Je trouve très touchant la façon dont tu l'auras relatée. Je connais ta sensibilité pour apprécier tes créations artistiques dans le domaine de la photo et cela ressemble bien à ton monde intérieur dont tu me parles parfois ici. Je t'en remercie.
    Je t'embrasse amicalement.

    Roger

    RépondreSupprimer
  12. Your construction -- á Yanis Petros -- is very special . . . a shrine in the wilderness.
    Great work, as usual.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rick Forrestal
      Oui, ce cairn avait un emplacement prédestiné dans cette racine de chêne, sur le bord de la Ria d'Auray. Elle est proche de la mer et aux grandes marées, elle devient sous-marine. Je trouvais cet endroit prédestiné pour lélever un cairn pour un poète que j'aime beaucoup, Yanis Petros.
      Merci pour ton commentaire et à bientôt,
      Amicalement,

      Roger

      Supprimer
  13. you surpass yourself whenever you build your art (I think it is well, in this case, to say "build your art" right?)
    the strength of your art is the simplicity.
    congratulations!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Roberto
      Oui, à chaque fois que j'arrive dans un paysage, je suis devant une énigme, ne sachant pas comment je vais la résoudre. C'est la conjonction du paysage, de la lumière, des événement qui peuvent se produire et de mon esprit qui feront naître une idée que je devrais réaliser. En cela, je peux dire que je me surpasse, puisque mon vécu d'artiste n'est ni à ma vue, ni dans ma mémoire et qu'en plus, le geste entrepris participera à l'élaboration de l’œuvre qui souvent m'échappe et que je dois, cependant essayer de maîtriser.Comment ne pas rechercher la simplicité dans ce cas?
      Je crois que tu as raison.Merci de ton commentaire.Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  14. J'ai adoré les images et le texte de Roger! Ici, il ya toujours un beau message! Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Li Fereira Nhan
      Merci Li, pour ce très beau commentaire.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  15. Toujours une grande et belle poésie dans tes œuvres qui nous transportent...
    Merci Roger !

    Pierre

    RépondreSupprimer
  16. el arte forma parte de uno. diría que es indivisible.

    y en esto también están los que se pierden y los que se encuentran.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Camino Roque
      Oui, c'est vrai, le cadre n'est que celui de la nature et celui préposé ici, n'inclue pas le hors cadre dont je m'inspire pendant la création. Bien vu.
      Merci et belle soirée.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  17. again surprised by the serene beauty of your work, how they echotheir surroundings or form an eyecatching contrast or add poetry to what's already there,and ofcourse there is 'you' in every piece you made or make,xx

    RépondreSupprimer
  18. Je suis heureuse pour toi que tu ais repris les chemins des bords de mer, qui ouvrent le nouvel album d'un "Grand Jardin" où tu pourras expérimenter et développer ton Land'Art, à la sauce "Roger" !

    Heureusement pour toi, les rochers ne manqueront pas !

    Biseeeeeeeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeeeeeee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Christineeeee,
      Oui, c'est vrai, me voilà arrivé en Bretagne et je vais commencer à visiter ce pays en profondeur. Il faut du temps pour le rencontrer et y inscrire dans la continuité, une œuvre, déjà commencée ailleurs, depuis bientôt 15 ans.
      Bises.

      Roger

      Supprimer
  19. Bonjour Roger, je te découvre de post en post et je dois dire que ta philosophie de vie m'interpelle et me ravit ceci dit :) Je suis enfant de la consommation, femme et mère plongée dans la consommation pour satisfaire les besoins croissants de mes enfants et pour sans doute leur donner ce que je n'ai pu avoir (à l'époque je pensais que le plus était l'ami du bien) et maintenant mamie qui continue parce que les petits-enfants ne comprendraient pas que l'amour est un bien plus précieux encore que les dernières nouveautés qu'ils réclament...

    J'aime ton côté artiste qui cherche toujours à s'élever, à élever les consciences et tes doigts de terre (cairns) nous montrent qu'il faut un peu de spiritualité pour y parvenir.

    Merci et bonnes découvertes dans ce pays qui t'est si cher.

    RépondreSupprimer
  20. Moun B.
    Je comprends très bien ton point de vue et je le respecte. Mes avis ne sont que ce qu'ils sont. S'ils invitent à débattre, c'est bien, s'ils éloignent de moi certaines personnes, je ne peux que le regretter, mais je ne fait que présenter ce que je pense, qui je suis et comment cela influe sur mon travail d'artiste. Il y a beaucoup plus de gens à subir la société qu'à en profiter. C'est dommage mais c'est comme ça. Personnellement, je le regrette encore et ce n'est pas mon humble avis qui changera les choses. En attendant, je continuerai à te rendre visite sur ce blog que tu animes avec talent.
    Belle fin de journée.

    Roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donner un avis contraire ne veut pas dire éloignement et fort heureusement. Au contraire, ça montre la diversité des caractères, des vies, des ressentis.
      J'attends toujours tes billets avec une grande impatience, sois-en certain.

      A bientôt Roger

      Supprimer
  21. et voilà que tu vas user tes talons en Bretagne à faire des spirales magiques
    je ne peux les imaginer détruites par la marée mais emportées par les vagues
    qui les font tournoyer sous les océans pour faire rire les sirènes !
    les pierres sont belles partout j'imagine et à force de les toucher,
    de les aimer, elles te donnent sans doute une énergie qui chante en toi !
    tes créations sont oxygène et c'est ça la vie !
    je t'embrasse Roger!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MARTY
      Ce serait un beau rêve à souhaiter pour mes spirales que de les voir terminer leur existence dans les bras des sirènes ! Quant aux pierres, c'est vrai, elles sont toujours aussi attirantes et j'ai déjà reçu quelques confidences de lieux où leur présence foisonne sur la Côte sauvage de Quiberon. Je vais bientôt y aller. Ton blog est toujours aussi beau.
      Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  22. J'aime ta porte du large, elle ouvre sur l'infini ...et je trouve cela tout simplement beau.
    Merci ,merci d'arpenter "ta" Bretagne et de nous faire partager ta sensibilité et tes émotions .
    Je t'embrasse amicalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brigitte
      Cette installation fût réalisée en Normandie mais elle avait aussi sa place ici.
      Je te souhaite une belle journée et je t'embrasse aussi.

      Roger

      Supprimer
  23. Quel plaisir de retrouver cette écriture puissante comme un coup de poing et violente et noble comme les paysages de ton pays, garde nous toute ta force, je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. orfeenix,
      C'est certain que le climat Breton forge les caractères et je te suis reconnaissant de savor le retrouver dans mon écriture. Un beau compliment venant de toi.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  24. Si je devais choisir une statue me représentant, ce serait la troisième.:)

    Merci Roger pour ces œuvres magnifiques et puis je vais découvrir la Bretagne grâce à toi :)

    Je t'embrasse.


    RépondreSupprimer
  25. ROger bonjour ou bonsoir je ne le sais plus du tout avec ce temps si gris
    Heureusement qu'il ne faut pas faire un choix car ce serait encore compliqué tu sais
    Mais j'aime beaucoup
    L' Hommage à Marie-Claude elle est si belle cette création elle a du être heureuse en la découvrant
    Ne rien faire n'est pas dans mes habitudes je dois encore et encore bouger
    Le sur place non merci je pense que je pourrai rester sur place dans quelques années
    Je t'embrasse fort en espérant que tu ailles bien
    Je t'embrasse ROGER

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. FRANCE
      Merci pour ton long commentaire. Marie-Claude reste très discrète et commente peu mon travail.Elle regarde souvent le blog et se tient au courant de ce qui s'y dit. Autrefois, elle m'accompagnait sur le terrain et fût mon assistante dans des projets plus grands. Nous sommes passés à autre chose maintenant.
      Bon courage dans tes travaux de pierre sans oublier la photo, évidemment.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  26. C'est si beau Roger, ce mélange force et fragilité et si le coeur vient à battre trop fort il est soutenu par une bien belle âme.
    Beaucoup de bonheur à vous, sur les chemins grands ouverts... Et du repos aussi...
    Amicalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. CLAIRE DESCAMPS
      On ne choisi pas les aléas de santé. Me voici bien obligé de faire avec et j'expérimente cette nouvelle vie au travers du land art. Certains comprennent, d'autre, pas.
      Merci pour votre commentaire et à bientôt.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  27. Superbe !
    Dès que ma route va croiser le 56 on boit une bière ensemble...
    entre Vannes et Damgan y'a d'la place

    Je t'embrasse

    Patrick Lucas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Patrick Lucas,
      En 1948, j'avais 6 ans et j'accompagnais mon père à la pêche aux huitres sur les roches de Damgan ! ça me fera une occasion,te revoyant par là-bas de réunir une partie des membres du Club du Grillon !
      A bientôt camarade.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  28. such beautiful creations. showing your patience and love of nature.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. TexWisGirl
      Je crois que nous partageons la m^me passion pour la Terre.
      Merci et à bientôt.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  29. Lovely sculpturing. I love seeing nature and art working together. Lovely energy. Very inspiring.

    RépondreSupprimer
  30. Acho sensacional a sua criatividade, o dom que você tem em transformar.
    Linda sequência, como sempre.
    Abraços.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marina Linhares
      Merci, Angelina, pour tes mots d'encouragement.
      A bientôt sur ton blog
      Je t'embrasse

      Roger

      Supprimer
  31. Querido amigo, no sabía que habías vuelto…veo que ya has publicado y que lindas imágenes. Regresaré a leerte y a admirar bien tus entradas.
    Por ahora solo quiero agradecerte tu visita y ...Ceciely es la simplificación de Cecilia Elizabeth, mis dos nombres…mi origen es ecuatoriano.
    Regresaré, estoy contenta de saberte aquí.
    Abrazos y feliz miércoles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ceciely
      Bien joué, je n'allais pas chercher la solution de ce côté. En tous les cas, tu as fait preuve d'une belle imagination. Cela te ressemble. Merci pour ta réponse rapide et à bientôt.
      Je t'embrasse aussi.
      Amitiés

      Roger

      Supprimer
  32. Heureuse de te "revoir". J'aime tes créations, tes photos, tes dédicaces, tes mots...
    Et il y a une telle force dans cette fragilité. A moins que ce soit le contraire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pastelle,
      C'est vrai on se voit par l'imagination mais cela n'empêche pas d'apprécier ton passage, ici et tes mots amicaux.
      Force et fragilité, c'est tellement complémentaire pour moi, comment ne pas en faire la preuve.

      Merci de ton passage. à bientôt sur ton blog.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  33. Angelikas Photographic Sketchbook
    Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins et merci pur ton commentaire.
    Roger

    RépondreSupprimer
  34. Regreso mi vista a este camino de grandes espíritus donde la piedra, la madera, el hierro, la flora y la misma Nada se han confabulado y esculpido con la sabiduría, paciencia, amor, para sintonizarse con la naturaleza y lanzar su canto de Paz sobre la Tierra.
    Roger, tu no solo eres sembrador de monumentos creados con la materia primigenia del universo, eres un gran poeta que me has dejado emocionada al leer tus enunciados en cada post.
    Tu narración me hace el instante lumínico y puedo sentir tu propio sentir cuando trabajabas con las hojas y un mirlo entonaba el requiem por la muerte de tu padre. Qué momento más divino!!!
    Deslizas tus palabras así como a las piedras... las haces cantar y resonar en mi alma. Me pueblas de esa arena yodada que de espaldas al mar danzan ondas de sabiduría. Caballitos de mar en piedra vigilando desde la arena la llegada de piratas. Soles vegetales, relojes tallados en la corteza de árboles...y tu cuerpo querido amigo, trabajando y creando maravillas a pesar de la fatiga…Un hombre sabio debe encontrar el equilibrio en el desastre y la fortaleza en hacer el bien. La felicidad está en la simplicidad.

    Nuestra materia también servirá, un día, para tallar monumentos cósmicos con nuestro polvillo estelar y tallar nuestra memoria en la Suprema inteligencia universal.
    Bisus mon chéri Roger. Chapeau !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ceciely
      Beau commentaire, mais un peu"généreux". Je ne crois pas, sincèrement mériter tous ces compliments. Je reconnais bien là ta nature généreusqe.
      Je te remercie néanmoins et je t'embrasse amicalement.

      Roger

      Supprimer
  35. Cheerful images.
    The last one is amazing.
    Hugs

    RépondreSupprimer
  36. Les amas de tuiles de la première photo titillent ma curiosité...
    La circulation du sang, ou plutôt de l'énergie, dans l'écorce de l'arbre est une ode aux forces de la nature.
    Mémoires de pierre et Le temple du Soleil Levant sont les paysages que je préfère.
    Quant à L'heure unique (un titre à la magritte ;-)), je ne m'en lasse pas.
    La terre bretonne porte en son sein des trésors de mémoire ancestrale et de légendes. Merci de contribuer à ta façon à les perpétuer. Je te souhaite toute la force nécessaire pour continuer à charrier les pierres.
    Amitiés
    (à propos d'Eugène Riguidel, je viens de découvrir avec stupeur qu'une centrale nucléaire avait été en projet sur la ria d'Étel !!!! Vraiment révoltant ce culot monstrueux des technocrates insensés méprisant les plus beaux de nos paysages.)

    RépondreSupprimer
  37. Wonderful Land Art, Roger!! It's so creative and original.
    Le temple du Soleil Levant reminds me of Stonehenge, very nice.
    Circulation and Hommage: à Marie-Claude are my favorites!
    Good luck with making more Land Art!

    RépondreSupprimer
  38. Your stone sculptures are very interesting. I love the pop of red color on the rocks, the green flower shape, and the clock. Beautiful art :)

    RépondreSupprimer
  39. Superbe comme toujours!
    Le temple du soleil levant est une très belle invitation au voyage!
    Merci pour le partage, Roger

    ***
    Bises et bonne semaine****

    RépondreSupprimer
  40. Je passe te souhaiter
    une belle soirée ROGER
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  41. le temple du soleil levant! extraordinaire..aussi la photo!

    RépondreSupprimer

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.