La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

mercredi 17 octobre 2012

Déchirure
Guetteur de marée

Rive droite
Aux oiseaux  de mer
Solitaire
Cairn de l'échelle  à saumon
Mémoire de fleuve ( pour Marty)

Spirale du souvenir
Petites intentions Bretonnes
Courseulles sur mer

 
Guetteurs de marée
Pour Marie-Claude
Breizh 2008


Aux  pierres...


J'ai toujours été fasciné par les pierres et ce, depuis mon enfance.Qu'elles aient gardé leur liberté, leurs formes sauvages, voire agressives et blessantes ou polies par le temps, les eaux, j'ai ramassé ces pierres, je les ai déterrées, retournées, entassées,  mises dans mes poches, prises  à bras le corps  pour les déplacer. Je les ai regardées, écoutées dans leur silence, questionnées et trouvé une réponse qui  me satisfaisait, au-delà de leur mutisme.
Sur les grèves Bretonnes, j'ai souvent arrêté ma course  pour contempler ces grèves de galets. A marée haute, j'en choisissais quelques-uns, les plus beaux,  les plus lisses et les rejetais  à la mer  pour leur donner un sursis de liberté afin qu'ils ne terminent pas dans la poche des autres marcheurs.
Enfant, j'escaladais les vieux murs qui retenaient la terre des jardins en espalier. Leur apparente solidité était parfois trompeuse et je me retrouvais dans le jardin voisin, emporté dans ma chute par une pierre descellée, avec devant moi, le spectacle d' un mur éventré, poussiéreux. Alors je regardais cette béance fumante mise  à découvert et qui représentait  les entrailles d'un mur. Comme un chirurgien , j'autopsiais le cadavre et  j'essayais de comprendre le cœur du  mur  avant de prélever "un  organe" au  plus profond de l'ensemble, persuadé qu'il détenait le secret du bâtisseur mais aussi qu'il avait échappé au regard de plusieurs générations de jardiniers. Je l'imaginais avoir entendu de lourds secrets, des souvenirs inavouables et des confidences amoureuses Je pensais qu'en prélevant cette  pierre dans mes mains, je remonterai  jusqu'à son enfance et qu'un  jour, elle me parlerait.
Enfant, je bâtissais sur les plages Bretonnes, des châteaux de pierre sur le sable puis j'attendais que la mer les recouvre. Le lendemain, je retrouvais,  pour mon  plus grand  plaisir, toutes les pierres écroulées en tas, comme si elles m'avaient attendu pour jouer à nouveau. Était-ce de ces souvenirs de guerre, au cœur de la quelle j'étais né, de bombardements, de peur, de  maisons écroulées, de  malheur qu'il fallait  à tout  prix transformer pour ne pas mourir, qu'était né cette passion des pierres. Je le crois maintenant. 
L'imaginaire et la création m'auront  permis de me sortir de bien des situations difficiles. J'aime toujours écouter ces pierre qui me fascinent. Au  plus loin que je sis allé, en Égypte, sur le Nil, à Karnak, Assouan, en Nubie, Abu Simbel où bien au  pied e la pyramide de Keops, j'ai ai écouté leur chant, du lever au coucher du soleil, élevé des cairns et reçu de leur part d'aussi beaux cadeaux en retour.
 L’enchantement se mérite aussi. Si je n'avais plus  rien à raconter,  à créer,  à montrer, probablement que je ne pratiquerais  plus le land art mais vous comprenez qu'il est en prise directe avec mon enfance et que pour boucler la boucle, ce n'est pas si mal que cela. Et voilà  pourquoi, je montre aujourd'hui beaucoup de travaux de pierres.

Roger Dautais


Vous me demandez parfois ce que veulent dire les légendes de mes photos. Parfois, je réponds, parfois,pas. Pour la première photo je l'ai ainsi appelée,"Déchirure" parce que je me suis  blessé en quittant la pente de terrain  où je travaillais, après l'avoir réalisée en  une heure.Résultats une déchirure  musculaire très sérieuse et très douloureuse  à la jambe,qui m'impose 6 semaines d'arrêt.




LIEUDITS


Il y aura, c’est sûr, un pêcheur à réparer ses filets.
Dans l’espace que circonscrit sa nasse
entre les nœuds du cordage
comme une brèche
dans le granit des jours
creusée à la force des ongles
du sang qui pulse, un mirage
où penser n’est plus
-vivre simplement vivre
(en mourir d’être là)



II
 
Nekromanteion, là où se rejoignent Cocyte et Achéron.
Nous parcourons le sanctuaire de la Mort, le lieu où Hadès et Perséphone ont leurs prêtres et leurs palais.
Là, tout leur petit monde, précisément là, dans les herbes folles, entre une fourmi et un caillou. Laminée, la géographie des murs ; les autels, les cellules sacrées, avec violence chamboulés par les racines d’un olivier. Un parfum de pin nous saute à la gorge.
Autrefois il fallait se purifier (formules rituelles, gestes propitiatoires) avant de parler avec ceux qui portent notre avenir dans leurs mâchoires terreuses.
La mort se tait dans le bleu du ciel, les vapeurs chaudes de la broussaille, dans la scansion des élytres les reptations du lézard sur la pierre brûlant, elle se tait.
                       Aujourd’hui, motus et bouche cousue
III


              par delà les flétrissures
on plongerait dans cette mer
en contrebas des paupières
de derrière la fenêtre on remâcherait
la prière de l’écume
       que l’humidité n’épouse pas le rance
       qui érode nos fronts
alors s’envoler loin dans le roulis des vagues
blesser nos pieds sur les galets
ensabler nos mains creuser se salir
jusqu’au goudron qui glue au corps
           se barbouiller suture cachou, réglisse
marcher crabe à reculons
vers la mandorle de l’enfance

Sylvia Härri

58 commentaires:

  1. Chaque oeuvre a sa part de rêverie, de mystère, encore un sublime voyage chez toi Roger
    Merci
    Prends soin de toi
    Bisous

    http://auloindubleu1.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rêveuse Bleue
      Le land art est lié au voyage et je suis heureux de le partager à chaque fois.
      Belle journée.
      Je t'embrasse amicalement.

      Roger

      Supprimer
  2. Chacun peut également interpréter les titres à sa manière. Dans "Déchirure" par exemple, y voir quelque chose de plus tragique.
    Où sont entreposées toutes ces pierres avant d'être disposées in situ ?
    Un jardin souvenir éphémère et émouvant au milieu de la solidité massive des pierres...Bien que celles-ci soient aussi dans une équilibre qui les menace

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miss_Yves
      Merci pour ton commentaire.
      A propos des pierres, je dois te dire que je ne dispose d'aucun entrepôt. Les pierres sont disposées naturellement dans la nature, parfois, brassées, roulées par les vagues de la mer, ou le courant du fleuve, parfois restant d’exploitations minières etc. Il me faut les choisir , es porter et les rassembler avant de commencer le travail. Dans la mesure du possible, et c'est toujours le cas pour des pierres, je ne dispose d'aucun moyen de transport
      (cela se fait chez certains artistes à grand renfort de camions-benne)autre que mes mains et mes bras!
      En ce moment, je suis au repos complet de ce côté-ci.
      Belle journée.

      Roger

      Supprimer
  3. BONSOIR ROGER
    j'ai beaucoup de mal pour rester sur internet depuis ce matin, mais je viens de regarder tes superbes créations
    et un grand merci pour
    tes Petites intentions Bretonnes******
    comment y résister étant une petite Bretonne
    OUI prends bien soin de toi ROGER et encore merci pour ce fantastique voyage
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. France,
      Merci pour ton commentaire.
      J'ai aussi des difficultés de connexion avec internet, en ce moment.
      En 2008, j'ai fait un tour de Bretagne Land Art avec Marie-Claude et nous avons fait beaucoup d'installations à cette occasion. Celle-ci vient de la région de Paimpol en Côtes d'Armor.
      Il me tarde de retourner vivre dans mon pays d'origine. Il me restera encore quelques années devant moi pour pratiquer le land art dans des paysages, que tu connais bien et qui m'inspirent aussi.
      Belle fin de semaine.
      Je t'embrasse amicalement.

      Roger

      Supprimer
  4. Fantastico... muy original.. Enhorabuena,,,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ana Minguez Corella

      Merci pour tes mots d'encouragement.
      Belle fin de semaine,Ana.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  5. Tu racontes bien aussi et je comprends mieux cette passion des pierres qui remonte à ton enfance .
    Encore beaucoup de créations que j'apprécie .Je suis sensible aux pierres,j'en rapporte toujours du lieu de mes vacances ,lorsque j'y vais .Je regarde la couleur ,la forme qui parfois veut juste dire quelque chose rien pour moi.
    Une déchirure musculaire est bien douloureuse et seul le repos la soignera .Repose toi donc bien afin de pouvoir reprendre ton travail d'artiste .
    Je t'embrasse bien amicalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brigitte,
      Autant j'aime les pierres dans leur environnement naturel, autant j'en rapporte peu à la maison. Je les trouve un pu trop empoisonnées sur un étagère et je les garde plutôt sur la terre de jardin et en petite quantité. Par contre, je leur donne une autre forme de vie dans mes créations, d'une manière très éphémère d'ailleurs, puisqu'elles se retrouvent rapidement au sol !
      Je suis très touché de tes mots amicaux et je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  6. Réponses
    1. Nadezda,
      Merci à toi pour ton voyage jusqu'ici.

      Roger

      Supprimer
  7. Désolée d'apprendre que tu t'es blessé. J'espère que tu guériras vite ; 6 semaines d'immobilisation, ça va te rendre chèvre !!! Enfin, bouc, quoi... :)

    J'aime bien les caern de pierres mouillées : ça fait un très joli effet, l'humidité à fleur de roc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tsuki,
      Je te dirai au bout de 6 semaines.
      Les pierres mouillées l'ont été par une pluie Bretonne, glacée, sous laquelle j'avais travaillé, dans cette région de Paimpol que tu connais sans doute.
      A bientôt sur ton blog.

      Roger

      Supprimer
  8. Un plaisir cotemplar ces pierres!
    Et j'espère qu'il récupère vite de cette déchirure à la jambe.
    Une étreinte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Laura M.
      Merci de ta visite amicale. J'espère, comme toi, récupérer vite.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  9. Tous mes voeux pour que la déchirure cicatrise au plus vite!!! Merci du partage du jour!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chri
      Je m'en occupe chaque jour. Merci pour ton passage ici.
      Belle journée, Chri

      Roger

      Supprimer
  10. J'admire en silence
    Prends bien soin de toi !!!!
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Claudine
      Tu rejoins ainsi l'esprit du land art, tel que je le pratique, dans la solitude et le silence.
      Je t'embrasse,

      Roger

      Supprimer
  11. Bonsoir Roger,

    Je viens te voir...
    Juste te dire qu'avec mes enfants nous ramassons de petites
    pierres de nos vacances. Souvenirs de randonnées que nous évoquons
    en revoyant les pierres qui nous racontent nos "exploits" quand nous
    les ressortons de leurs multiples "cachettes". Cet été, nous ne sommes pas partis mais j'ai sorti les
    pierres à l'extérieur, sur le muret, juste devant la baie... vitrée... afin que je
    les vois, sous le soleil, sous la pluie, vivre en fait. Et il y a quelques jours,
    je les ai mises les unes sur les autres, comme ça, sans trop réfléchir... Enfin,
    si... en pensant... en pensant à tes cairns...
    :-)
    Je t'embrasse.
    Amicalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Leeloo,
      Tu as raison, c'est sous le soleil et la pluie que nous voyons le mieux, les pierres vivre et s’exprimer dans leur vie silencieuse. N'est-il pas magique, à leur vue, chez toi, aussi de repartir en voyage, immédiatement et de revivre les bons moments ?
      Essaie de monter des cairns sur le terrain, tu y trouveras un certain plaisir, quelle que soit leur taille. Il y a une relation directe entre eux et le paysage qui les accueille. Je t'encourage à le faire.
      Belle journée en famille. Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  12. Venir flâner sur tes chemins, Roger, c'est pour moi le meilleur moyen de m'évader du quotidien et de son lot de soucis.
    Les photos de tes réalisations ont toutes un air de famille, néanmoins ce ne sont jamais les mêmes et le plaisir est toujours renouvelés. J'aime beaucoup tes séries avec les baies rouges. Des cynorhodons ?...
    Ton autopsie des murs de jardin me parles.
    Elle me rappelle le vieux mur entièrement couvert de lierre qui séparait le modeste jardin de mon enfance de celui de nos riches voisins. Quand les voisins discutaient dans leur jardin, on entendait leurs voix venir du lierre et j'eus tôt fait de découvrir qu'une pierre manquait. Cet orifice fut un temps un moyen de communication avec la fille des voisins. Mais un beau jour ses parents la surprirent en train de me parler et il rebouchèrent le trou.
    Soigne bien ta déchirure, je te souhaite une prompte guérison.
    Amitiés
    Tilia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tilia
      Merci pour ton commentaire très intéressant. Chaque land artiste développe son style propre reconnaissable après quelques années de pratique et le reconnaitre c'est aussi,en étudiant une œuvre, voir son évolution. Pour ce qui est des cynorhodons, c'est le nom exact de ces petites baies rouges que je préfère plus simplement appeler baies. Il m'arrive de laisser passer quelques noms botaniques dans mes textes, pour avoir étudié cette science, mais je ne veux pas en truffer mes textes.
      J'ai beaucoup aimé ton histoire de mur. Tu pourrais en faire le sujet d'un conte, toi qui écris si bien, non ?
      Merci de ta présence amicale.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  13. Following adorable! Each is unique in composition!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marina Linhares
      Merci Marina et belle soirée.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  14. Justement, j'aime bien les légendes de tes photos car elles me questionnent.
    Je me dis que ce décalage entre la légende et la photo, c'est toi, ton histoire, ton vécu et ça me plaît.
    Sur ce billet, j'ai beaucoup aimé le rapport texte images de "Courseulles sur mer".
    Je t'embrasse, Roger, très belle journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. norma,
      Très bien observé, Norma. Je vais te confier que dans ce jeu des légendes, il n'y a pas de calcul particulier mais simplement une corrélation entre une émotion revécue et la vision d'un travail. Il m'arrive ainsi, de changer mes titres sans pour autant en souffrir, je t'assure.
      Tout ceci n'est qu'éphémère et passera comme passera ma vie et il n'en restera rien, au mieux, pas grand chose.
      Je te souhaite une belle soirée, Norma et je t'embrasse amicalement.

      Roger

      Supprimer
  15. Je comprends ton amour des pierres....ce n'est pas pour rien que j'habite une vieille ferme délabrée ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. anne des ocreries
      Même dans l'état que tu décris, en exagérant un peu, j'aime ta maison et ce que tu y génères comme vie.
      Je te souhaite une belle soirée.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  16. Que de poésie... J'aime beaucoup la délicatesse de la composition dédiée à Marie Claude et le luisant des pierres humides. J'aime aussi le pouvoir évocateur des légendes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ceciel
      Marie-Claude m'accompagne peu dans mes travaux, mais dans ce tour de Bretagne, nous avons vécu ces 8 jours complets de land art en faisant la route ensemble. Elle en est revenue enchantée et fatiguée à la fois.
      Pour ce qui est des légendes, c'est mon côté Celte qui parle.
      à bientôt.

      Roger

      Supprimer
  17. quoi de plus beau que des pierres qui s'élèvent pour retomber dans l'attente d'une prochaine élévation? La liberté sur le chemin...
    Bon rétablissement surtout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thérèse
      Le land art est une école de l'humilité. Loin de la vie souvent sophistique de la plupart de nos contemporains, elle nous met en relation avec la nature et ses difficultés. Ce n'est pas le ciel bleu et la sieste sur la plage, mais bien une vie à l'année par tous les temps, ce qui représente déjà un effort sans confort. Qui n'a pas élevé de cairns ne sait pas l’effort que cela représente. Je ne te raconte pas le nombre de fois que je les ai vus 'écrouler avant de les réussir. Mais c'est vrai, je vis dans l'instant de fabrication du prochain cairn.
      Merci pour tes vœux de bonne santé.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  18. What a marvellous gallery of Roger's Stalagmites! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gio Ve
      Merci à toi, en effet certains cairns peuvent faire penser à des stalagmites.
      Rendez-vous sur la frontière !

      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  19. Merveilleuses créations, Roger. Merci de les avoir partagées avec nous.
    Bonne nuit de l'Italie.
    Erika

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Erika
      Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins et merci pour votre commentaire.
      Bon week-end en Italie.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  20. Bel hymne à la pierre , à la terre ,à nos ancêtres... Continuez à faire vivre et revivre ces petits et grands cailloux pour le plus grand plaisir de nos yeux ! J'aime beaucoup la dernière photo : cairn majestueux dans un joli cadre et une très belle lumière ...
    Portez vous bien et laissez vous porter si bien par la nature!
    A bientôt ! Cathy H

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nénuph&39
      Oui le cadre était exceptionnel et la lumière très belle après que la pluie . Comme quoi, il fait toujours beau en Bretagne. Il suffit d'attendre un peu.
      Merci pour votre commentaire sympa.

      Amicalement.

      Roger

      Supprimer

  21. Bonjour, LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS.

      J'ai admiré votre esprit zen.

      Belles tes oeuvres, pleines de joie.
      Merci à l'échelle mondiale AMOUR et votre soutien.

      La prière pour tous la paix.
      Je vous souhaite tout le meilleur.

    Avoir un bon week-end. from Japan ruma ❀


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ruma
      Merci de ce beau compliment venant d'un artiste de la " zénitude" et de l'Extrême Orient qui m'inspire tant !
      Que cette semaine suit belle en création et en rencontres humaines.
      à bientôt sur votre blog.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  22. Roger, je suis très touchée par la "mémoire du fleuve" ! merci beaucoup !
    c'est drôle, je viens de dessiner un de tes cairns !
    les pierres ont tant de choses à dire quand on sait les écouter,
    tant d'énergie à nous offrir quand on les touche ! et j'espère qu'un
    jour tu nous raconteras leurs histoires !
    cette déchirure c'est d'actualité ? si oui repos et profites-en
    pour entendre le murmure des pierres !
    merci encore
    bon weekend Roger
    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marty,
      Lorsque je parle de mémoire du fleuve, je pense à toutes ces pierres enfouies, comme un inconscient collectif, dormant travaillé par le courant des jours et des ans et dont jaillirait un cairn pour raconter une histoire singulière. J'ai alors pensé à notre dernier échange par mail, d'où cette dédicace.
      J'ai connu quelques peintres et dessinateurs s'étant inspirés de mes création. Que ce soit toi, me rend fière.
      Belle semaine prochaine.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  23. Están ahí desde quién sabe cuándo y ahí seguirán una vez nos hayamos ido... ¿Cómo no dejarse conquistar por tal disciplina? Abrazos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salomé Guadalupe Ingelmo
      Les artistes ont des âmes de conquérant puisqu'ils avancent vers l'inconnu et personnellement,j'aime à parcourir le chemin inverse.
      Belle soirée
      Je t'embrasse amicalement.

      Roger

      Supprimer
  24. Fascination et passion pour pierres, quelle belle analyse vous en faites là
    Votre travail est très riche et vous avez très tôt compris l'impact bénéfique de l'art sur l'âme

    Je vous remercie pour ce partage, c'est une belle leçon de vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mémoire du silence,
      c'est en effet après avoir constaté l'effet de l'art sur l'esprit des gens et en particulier des malades Alzheimer, que je suis devenu art-thérapeute, les recevant, dans mon atelier, pendant de très nombreuses années.
      Merci pour votre commentaire judicieux.
      Bien amicalement,

      Roger

      Supprimer
  25. Buenos días Roger!! Como siempre es un placer volver a pasear por tu blog y disfrutar de tus imágenes poéticas, sugerentes y efímeras. Piedras, arena, texturas, calidades, colores, todo como en un baile mágico y lleno de Creatividad. Un cordial saludo y buen domingo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. JOAN SERINYA
      Merci de votre visite amicale et de votre commentaire. A bientôt sur votre blog.
      Belle semaine prochaine en création.

      Roger

      Supprimer
  26. Bonsoir Roger,

    J'aime venir sur ton blog. Lorsque j'ai raté des pages, je remonte le long des articles parus et me promène au milieu de tes créations, un sentiment de paix et d'apaisement au coeur.

    J'espère que cette déchirure musculaire ne te fait pas trop souffrir et je te souhaite un bon rétablissement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oxygène,
      Merci de ta visite et de prendre de mes nouvelles. Pour ma santé, ça s'arrange, mais j'ai en principe 45 jours d'arrêt, j'en suis au 12ème jour. Il faut encore un peu de temps.
      Je te souhaite une bonne soirée.

      Roger

      Supprimer
  27. Comme c'est beau et poétique ... merci :-)
    BIZ Laure
    http://ptitesphotosdelolo.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Laure,
      Merci de ton commentaire amical.
      Belle semaine à toi, Laure.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  28. Je suis toujours enchantée de venir me promener ici; que tes œuvres sont belles même si aux yeux de certain(e)s elle peuvent sembler éphémères ! Je vois "un accident", une déchirure, j'espère qu'elle ne sera pas trop longue à s'estomper. Quand je suis là, je rêve de Bretagne et de marées.
    Bonne soirée Roger et prompt rétablissement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Michèle,
      Merci de ton commentaire.
      Le land art est un art éphémère par essence et cela ne me gène pas, bien au contraire. Pour ce qui est de ma santé, je suis à 14 jours de l'accident, en principe, j'en ai pour 45 jours à me remettre totalement. J'espère faire mieux que le pronostic !
      Je te souhaite de passer une bonne semaine.Amicalement.

      Roger

      Supprimer

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.