La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

mercredi 24 octobre 2012

Voile de mariée (I)

Voile de mariée (II)
Pierre de rencontre
Exil
Guetteur de marée
Gisant de Luc
à Ruma
Le secret des pierres noires
Autant en emporte le vent
à Salomé Guadalupe
L'été comme  il va
Mémoire d'enfance
Monde  à  part
Dialogue ( le voyage de la sphère )

Très petite chose
Avant la crémation

Pour Norma, Tilia, Leeloo



Pour trouver les conditions les meilleures afin de réaliser  une spirale, j'ai observé, pendant des années, toutes les plages de la région. J'en connaissais  les bons endroits, les saisons propices, les pièges  à marée, leur éclairage. Mais je suis resté attaché  à cette plage des confessionnaux où je réalisais,  il y a quelques années  la spirale représentées sur les photos I et II. Je savais que la belle  lumière se trouverait, en automne et qu'il  me faudrait la tracer entre dix heures et midi, avant que le soleil ne passe de l'autre côté des falaises. Je savais qu'il ne me fallait pas de  pluie,  pas de vent qui efface mon travail, pas trop d'algues et une bonne épaisseur de sable. En effet, la configuration de cette plage pouvait changer après  un tempête,  un fort coefficient de marée, qui déplaçaient des masses considérables de sable, la transformant en un champ de pierres.
Comme j'avais la possibilité d'aller sur cette plage quotidiennement,  pour d'autres travaux, j'ai attendu le bon  moment.
Un matin, je la découvrais sous  un beau soleil levant qui nous offrait une lumière dorée. Je n'ai jamais revue  cette  lumière au même endroit. J'ai sondé le sable  pour  y trouver le meilleur endroit, souple, mais pas trop, déjà essuyé de l'ancienne marée, mais suffisamment humide pour marquer le sillon. Il  y avait une barre de goémons noirs, déposés parallèlement aux falaise qui me laissait suffisamment de  place  pour travailler. A  ma montre, j'avais 1 heure trente devant moi pour réaliser cette spirale qui ferait, 45 mètres de circonférence. Après, la mer la recouvrirait entièrement.
J'ai  choisi  le point de départ en  plantant  mon talon gauche dans le sable et,  prenant appui sur ma jambe droite, j'ai commencé  le traçage en reculant et en tournant. Six premiers tours pour lancer la machine, légère perte d'équilibre,  il faut,  bien respirer, caler son souffle sur le travail des pieds,  juger de la  profondeur du sillon et de son  parallélisme au fur et à mesure de l'avance. Un quart d'heure,  une demi-heure, trois quart d'heure, les jambes me brûlent,  à la limite de la crampe qui arrêterait tout. Je m'accorde de petites poses? pas  plus, car  il faut garder le rythme sous peine ne perdre le contrôle du tracer dont seul le dynamisme du geste assure une réussite parfaite. Pendant toute cette période,  on perd le sens de l'orientation, absolument concentré, nourri de l'expérience des précédentes spirales,  on entre en communication avec la matière sable, les yeux rivés sur le sillon. Le bruit du talon qui fouille le sol  comme  un soc de charrue, cheee, cheee, un chant,  une mélopée,qui  monte de notre terre-mère et difficile  à partager. 
J'entends la mer. Elle monte. Elle pousse ses vagues vers moi. Je me refuse de la regarder, encore  un peu, comme  pour arrêter son avance. Je lui demande de me laisser le temps, sachant qui si  elle le veut, elle prendra mon travail avant la fin et que je lui en voudrai pas.
Je me relève, compte les tours du sillon autour du centre, 24, comme les 24 heures du jour. Je contemple cette œuvre éphémère qu va disparaître sous mes yeux. La mer est là. Je cours en direction du chemin qui  mène au sommet de la falaise. J'arrive sur la crête et surplombe la plage,baignant dans une lumière sublime. La mer  pousse ses vagues et emporte un  long trait de goémons. La spirale rentre dans la mer. Un intense  moment d'émotion que je voudrai partager. A l'arrière, sur l'eau,  un  long voile de mariée souligne son  mouvement. Je prends quelques photos. Je pense à Marie-Claude qui ne verra pas ce spectacle dont je serait le seul témoin.
A l'est, La ville du Havre, comme  un trait blanc sur la mer. Le soleil est venu de là,  il va maintenant inonder les terres où je vais me replier  pour une longue marche dans la plaine de Caen.

Roger Dautais



C'est la flamme ici devant de la nuit
Le rêve passe  à demi-mots
Les  paupières s'insurgent

O le rythme du poème
Qui  bat l'amour
A pleine peau
A pleine terre

***

La tendresse dans  l' ici jeté de la terre
Dans l'offrande du ventre
Dans la bouche des femmes
Une main se déchire d'appeler  une ombre
De bâtir le partage incessant des peaux


L insomnie répare la mémoire attise l'insomnie

Guy Allix




Au  jour d'avant le dernier jour
Il  y aura des heures
Volées aux ombres du silence
Et tous ces mots éteints
A la force des mains

La vie sera veuve
Fauve le miel rouillé

Au dernier jour d'avant la nuit
Il  y aura tous ces poèmes
Gravés  à  l'ombre des caiiloux
Comme  un bouquet d'adieux
Aux limites du  monde

Le vie sera seule
Pauvre le ciel oublié

Et l'oubli tatoué
Aux herbes de nos chairs.

Brigitte Tossi






80 commentaires:

  1. Original et très créatif cher Roger
    Il y a beaucoup de nostalgie poétique
    ... dans les plaines de Caen

    Amicalement / Patrick L.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Neo
      La nostalgie ne m'a jamais empêché d'avancer. Elle colore mes sentiments, influence mes actes et je vis bien avec elle. Je ne pourrai sans doute pas créer autant sans elle.
      Je t'espère en bonne santé sur les routes. Sois prudent.Je t'embrasse fraternellement.

      Roger

      Supprimer
  2. J'aime toujours autant vous lire et admirer vos oeuvres éphémères comme cette spirale que vous nous offrez. Merci!
    Cet Autant en emporte le vent et ce "dialogue"!!! Quelles émotions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chri
      Oui, beaucoup d'émotion dans ces créations et on le comprend facilement, c'est intense, le corps entier participe et l'esprit se met en vibration. Entre terre et mer, cette inscription de l'être humain reste magique et poétique. Merci pour votre présence.Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  3. Le soleil brille, brille, brille aujourd’hui... envie de s'unir à la mer dans une spirale de plaisir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. manouche, les mers du Nord sont un peu froides en ce moment, mais certains habitués ici, se baignent toute l'année dans la mer, quelle que soit sa température. Je fais pareil mais...simplement l'été;
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  4. voilà qui répond à bien de mes questions sur la création de vos belles spirales, merci ! et je trouve vraiment cohérent de publier ce qui fait la particularité du land art, sa desctructibilité et ce pacte noué avec le temps... c'est très émouvant en effet... bonne journée

    RépondreSupprimer
  5. J'aime énormément "la pierre de rencontre" ; plus que les autres qui, pourtant, sont belles ; et puis les poèmes, aussi. Lentement, je les ai lus, avec ma voix.
    Bonne journée Roger !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. anne des ocreries,
      Je suis toujours heureux que l'on me parle de mes invités poètes. Les textes présentés ici sont particulièrement beaux et forts. Important de lire les poèmes à haute voix, on les incarne, ainsi, on les entend mieux sonner. Je fais comme toi.
      Belle soirée.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  6. What fantasy! .. I love it! .. You're different .. Congratulations ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ana Minguez Corella
      Merci pour ton commentaire. Chaque être est singulier et je cultive cette particularité dans un monde qui a trop tendance a faire la m^me chose, ensemble.
      Belle soirée.

      Roger

      Supprimer
  7. A great series, Roger . . .
    the flames, the smoke, the surf re-claiming your sand art.
    Love your work.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rick Forestal
      Merci pour ton commentaire qui me va droit au coeur.
      Avec mon amitié.
      Bonne soirée,Rick,

      Roger

      Supprimer
  8. C'est beau et plein de poésie :-)
    Bizzz Laure
    http://ptitesphotosdelolo.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  9. Réponses
    1. Indrani
      Merci pour ton commentaire et belle semaine à toi, Indrani.

      Roger

      Supprimer
  10. Katselin ihaillen töitäsi.
    Useat töistäsi ovat 'luonnon-armoilla'.
    Kuvissa ne säilyvät - saamme niitä ihailtaviksemme...
    Terveisin Eko
    Ensilumen Suomi/Lapland/Kuusamo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eko
      En effet, toutes mes créations sont à la merci de la nature et c'est la philosophie m^me du land art que ded'accepter la loi de l'entropie. A mes yeux, elles n'en ont que plus de valeur.
      Belle semaine à vous sous les premières neiges de Finlande que je salue.
      Belle soirée.

      Roger

      Supprimer
  11. Ah, votre spirale, je ne m'en lasse pas de la voir et cela me plait beaucoup aussi de lire votre récit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mojo Jojo.
      Merci. Pour ma part, j'ai hâte de retrouver la santé pour pouvoir à nouveau retracer mes spirales.
      Bonne soirée.

      Roger

      Supprimer
  12. Cada día tus fotos tienen más y más creatividad, me despiertan un montón de sentimientos!!! Perdona por pasarme poco por el blog pero casi no tengo tiempo. Decirte una vez más que tus fotos y composiciones son preciosas. Un fuerte abrazo.

    RépondreSupprimer
  13. Dolors Reig Vilarrubla
    Merci de ton commentaire. Je suis comme toi et ne passe pas mon temps sur mon PC. Je n'ai pas toujours le temps de commenter le travail des autres et je m'efforce de le faire. C'est important pour l'artiste, c'est important humainement aussi pour garder contact et cultiver l'amitié. Voilà pourquoi je passe chez toi.
    Belle semaine en création et à bientôt.
    Je t'embrasse.

    Roger

    RépondreSupprimer
  14. Between the eternal dispute between the sea and the littoral, You are able to fill up that non-existing-space with magical masterpieces.
    Best wishes, Roger!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gio Ve
      Ici, les marées sont Très marquées et la mer en se retirant de fois chaque 24 heures m'offre un terrain de création, l'estran, différant à chaque fois. Je ne peux rien prévoir de faire avant d'avoir vu l'état des plages. Chaque fois, c'est une surprise et de cette surprise, nait une idée dans ce no man's land provisoire. Cela me plait beaucoup.
      Merci pur ton commentaire et à bientôt sur la frontière.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  15. Un magnifique corps à corps avec les éléments, dans ce que tu racontes de la création de la spirale

    J'espère que tu vas mieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miss-Yves
      Merci pour ton commentaire. Oui, je vais mieux mais pas au point de réaliser uns spirale.
      Bon week-end.

      Roger

      Supprimer
  16. The picture impresses with great detail!!
    Following adorable! Each is unique in composition!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marina Linhares
      Merci pour tes mots d'encouragement
      Belle fin de journée à toi, Marina,
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  17. Bonjour Roger,

    Mon commentaire sera long... Pardon...
    J'aime quand tu racontes ce que tu vis pendant tes réalisations. J'imagine mieux comment se vit une création de landartiste. Je la ressens comme un enfantement, avec tout ce que cela implique physiquement, psychologiquement. Essoufflement, contractions, fatigue du corps, extrême concentration pour parvenir à extérioriser ce qui est à l'intérieur et qu'on porte depuis tant de saisons. Et puis après avoir donné, partagé... tout peut être ravi aussi vite : cet éphémère qui nous rattrape, nous submerge, nous envahit, nous noie... Ta première image est très forte en émotions en ce sens. D'ailleurs les/tes sens semblent s'exacerber graduellement au fil de ton récit pour ensuite recouvrer le calme, une délivrance en somme.
    Le voile de mariée si fragile qui entre dans ta création est absolument superbe... mais donne à crier... son désespoir... Ta pierre de rencontre serait-elle une pierre de rencontre avec soi ?? Que dire du dialogue de la sphère ? J'aime... J'aime et je sens une fragilité et une force à la fois. Il est tentant de s'essayer à élever des cairns, à composer et à dialoguer avec la nature.
    Merci de toi Roger... Sincèrement.
    J'ai beaucoup aimé aussi les poésies... Je t'en offre une d'un artiste dont les mots me transportent.
    Belle journée à toi. Prends soin de toi.
    Je t'embrasse amicalement.
    Leeloo qui aime venir à ta rencontre.

    "Gens que j'aime
    Gens que j'aime
    Qui se partagent, qui se livrent,
    Qui se lisent comme des livres,
    Qui dorment sans drap sur le coeur

    Gens que j'aime me sont restés
    De tous les chemins traversés
    Sans le moindre aveu décousu
    Et n'en eurent jamais raison

    Le vent ni sa gifle traîtresse
    Ou ses feuilles moche saison
    La branche ou le carnet d'adresses
    Dix doigts c'est bien pour se compter
    On ne rajoute pas d'allumettes
    On est si peu de ce côté
    Ah, ce que nos mains sont bien faites !"
    Allain Leprest


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Leeloo,
      Merci pour ce très long et beau commentaire.
      Il aura entre autre, réuni deux auteurs compositeurs interprètes qui se connaissaient et s'estimaient, Allain , aujourd’hui disparu et mon ami, Guy Allix, dont je présente deux poèmes sur cette page. Le texte de Leprest est en effet, très intense. Il faut dire que ces deux artistes sont des poètes d'exception.
      Pour revenir au Land art, il est vrai que le pratiquer revient à établir une communication avec soi-même, avant d'aller vers les autres, dans un deuxième temps. Cette pierre de rencontre était en l’occurrence, une rencontre avec la culture géorgienne, puisque c'est une partie de l'alphabet de cette langue qui est reproduite sur le sable.
      Au plaisir de te lire une prochaine fois. Belle fin de semaine, Leeloo.

      Je t'embrasse amicalement.

      Roger

      Supprimer
    2. Il est doux de savoir qu'Allain nous réunit ici sur ton blog par ses poésies.
      Je suis heureuse de savoir que nous partageons ce plaisir de le connaître.
      J'ai, avec beaucoup de chagrin, assisté à ses funérailles...

      Merci de m'avoir renseignée sur ces "signes" sur le sable qui ont sens.
      Nous nous nourrissons de nos rencontres... pour les faire vivre au-delà...

      Belle soirée à toi.
      Merci de ta dédicace.
      Toujours touchée.
      Je t'embrasse.

      Supprimer
    3. Leeloo,
      Merci pour ce second commentaire. Je te souhaite de passer une belle soirée..
      Je t'embrase amicalement.

      Roger

      Supprimer
  18. La spirale qui s'efface me fait penser à une technique de relaxation, où on visualise nos soucis, inquiétudes, peurs, etc., peu à peu effacés par le va-et-vient des vagues... Elle évoque aussi le souvenir que l'on voudrait retenir mais qui peu à peu s'émousse...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. CeCiel,
      Cette spirale permet bien des projections personnelles tant elle contient de pouvoir d'attirance sur les personnes, et sans aucun doute, beaucoup plus, in situ.
      Merci pour ton commentaire.

      Roger

      Supprimer
  19. Bonjour
    Fascinant de te lire et de t'imaginer créer cette spirale avant la marée !!!!
    Très beau partage d’émotion
    Merci à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Claudine
      Les créations de spirale à marée montante, presque en présence de la mer sont toujours très fortes en émotion pour moi, aussi.
      Merci pour ton commentaire.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  20. Encore beaucoup de beauté et de sensibilité dans ce billet .
    La spirale à peine terminée la mer arrive pour l'effacer ...C'est fort et émouvant à la fois .
    Merci pour tes photos et ces mots choisis pour nous .
    Bonne continuation et bises amicales de ce jour

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brigite
      Je te remercie pour tes mots d'amitié et d'encouragement.
      Au plaisir de te lire et à bientôt sur ton blog.

      Roger

      Supprimer
  21. Siempre es un placer venir a ver tus composiciones Roger. Me gusta la espiral de las dos primeras fotos.
    Un beso.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Laura,
      Merci pour ton commentaire. Tu as dû voir que ton choix et celui de beaucoup de personnes. Les spirales sont vraiment magiques.
      Belle fin de journée.

      Je t'embrasse Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  22. Allez, un coup de coeur pour les "voiles de mariée" et un grand merci pour cette dédicace qui me va droit au coeur.
    Je t’embrasse, Roger, nous arrêtons nos blogs une quinzaine de jours, à très bientôt donc !

    RépondreSupprimer
  23. norma
    Pour la dédicace, c'était en signe d'amitié, toi qui me suis depuis longtemps et dont j'apprécie les talents d'artiste peintre, entre autre. Bonnes vacances de la Toussaint et à bientôt.
    Je t'embrasse.

    Roger

    RépondreSupprimer
  24. >Roger bonsoir
    je viens de lire tes lignes et je suis toujours émue et ravie de suivre ton voyage
    comme cette sphère qui passe et repassera pour nous
    c'est vraiment un très beau blog et tu sais tu mériterais d'être vu dans le monde entier
    Car tu es un magicien je le pense bien
    Avec un rien du fait des montagnes là ou il n'y en pas et tu nous fais toujours tant
    rêver
    Je t'embrasse fort France la petite Bretonne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. France,
      Merci de ta présence fidèle et amicale et de tes mots qui savent m'encourager à poursuivre.
      Au plaisir de te croiser sur ton blog que je visite régulièrement.
      Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  25. Plus je regarde les photos que tu as choisies pour illustrer ce billet, plus je me dis que dire que je les trouve belles ou que je les aime, c'est vain, c'est ridicule, et ça ne rend pas du tout ce que je ressens quand je les regarde.

    Cette première photo de spirale a moitié noyé d'eau réveille quelque chose en moi de celtique, de druidique, de néolithique. Je suis à l'âge de la pierre polie et je communique avec un Chamane. J'entre en résonance avec la Terre. Je caresse des menhir et approuve d'un hochement de tête leur élévation qui a demandé tant d'effort, la main sur mon amulette de femme sans tête d'améthyste, symbole de mon rang.

    Quand je vois ton titre sur la photo de cette "pierre de rencontre", je songe à ce mauvais jeu de mot qui a fondé une Eglise, et qui n'a de sens qu'en français, curieusement. Je dresse un gnomon sur le sable et je compte les heures avec toi, te regardant tracer cette spirale qui tout à l'heure se noiera dans les brumes du temps...

    Le gisant de Luc me rappelle cet ophtalmologiste qui ne veut pas laisser partir son épouse adorée pour le royaume des non vivants (http://lunedemaledaumon.blogspot.fr/search/label/Pour%20faire%20la%20Lumi%C3%A8re%20Luc%20c%27est%20bien%20vu), et qui a une tombe où il reçoit ses patients, laissant sa maison partir à vaux-l'eau pour ne rien toucher de ce que les doigts chéris ont autrefois caressé...

    Je vois ton hommage à Ruma, et je me dis que nous avons les mêmes lectures, les mêmes lecteurs ; et voilà que je souris... Je suis heureuse quand tu poses un commentaire chez moi me rappeler que tu existes et que tu as des choses à me montrer.

    "Autant en emporte le vent", c'est le symbole du numéro #, les memes auquels je participe sans conviction, parce que je tente tous les jours de me convaincre que j'aime bien bloguer, alors qu'en fait, je cherche à voir ce que mes blogs préférés ne montrent pas, tout simplement parce que leur propriétaires n'a rien mis à jour...

    "La mémoire d'enfance", c'est la prison, celle contre les murs de verre de laquelle je cogne m'a tête jusqu'à ce que la chair éclate, parce que je n'accepte pas ce qu'on m'a fait, je ne l'accepterais jamais ; jamais je ne pardonnerais... Jamais je ne veux oublier ce qu'a été ma vie, je ne veux rien construire par dessus et la seule chose qui peut me libérer, c'est la mort...

    Ah flûte... La gorge se serre, les larmes montent. Tant pis, je pleurerais.

    Monde à part, le saule qui roule sans amasser de mousse, beauté subtile communion entre les éléments... De photos en photos je cours jusqu'au texte que je lis, je dévore... Tu décris la spirale exactement comme je t'ai ressenti la faire juste à voir tes photos. Je souris. Voilà, ce gros chagrin est passé. Je vais aller me faire à manger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tsuki
      Que te répondre ? D'abord, sincèrement merci pour ce long et riche commentaire. Tu vois que le land art permet beaucoup d'interprétations et les tiennes sont toujours passionnantes.
      Belle fin de semaine et à bientôt.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  26. Nice photos :)
    Thanks for your lovely commment.
    Greetings Ilka
    http://ilkavontorok.blogspot.ro/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ilka von Torok
      Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins et merci pour ton commentaire.
      A bientôt sur ton blog.

      Roger

      Supprimer
  27. Cada vez que vengo a tu casa me quedo más admirada. Tus creaciones son hermosas y extremadamente creativas.
    Me encantaría estar ahí en la puesta en escena.
    Felicitaciones por tus increíbles creaciones.

    Un abrazo Roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. esmeralda,
      C'est vrai qu'il y a une grande différence entre la vision d'une installation en photo et de la voir se faire, sur le site. M^me si la plupart n'aura été vue que par moi, beaucoup de gens ont pu me voir travailler sur les plages en réalisant ces spirales.
      Merci pour ton commentaire et bon week-end,

      Roger

      Supprimer
  28. camino roque
    Oui, tout est parti avec le vent. C'est le principe m^me du land art que de disparaître et de la vie, de finir un jour pour chacun de nous.
    Belle fin de semaine.
    Amicalement.

    Roger

    RépondreSupprimer
  29. Gente como tú tiene el trono asegurado más allá de la muerte.

    Un abrazo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sarco Lange
      "Vanité des Vanités, tout est vanité.
      Salomon.
      à bientôt, Sarco.

      Roger

      Supprimer
  30. Unos trabajos con mucho arte y buena imaginación.

    Saludos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jésus,
      Merci Jésus, mais ce n'est pas mon quotidien, tu sais. Je suis désolé de ne plus pouvoir poster des commentaires sur ton blog que j'aime bien, mais je me heurte à une impossibilité d'y entrer.
      Cela ne m'empêche pas d' apprécier tes photos.
      Salut amical.

      Roger

      Supprimer
  31. Bonsoir Roger!
    Je suis hereuse de visiter ton blog. Voir tes photos... regarder ton travaille est quelque chose de vraiment passionante. Bon dimanache pour toi.
    M. Emília

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maria Emilia Moreira,
      Merci de ton passage amical,ici et de tes mots d'encouragement.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  32. J'admire profondément les magnifiques spirales que tu traces dans le sable. Cependant, malgré tes explications pourtant claires, je n'arrive pas à visualiser comment tu arrives à la terminer, vu son diamètre, sans faire de traces de pas...
    Merci pour de bel hommage rendu à la nature et bonne fin de dimanche, Roger

    RépondreSupprimer
  33. Tilia,
    En cherchant bien sur mon blog, tu trouveras des petits films qui me montrent en train de tracer une spirale, et d'autres où la mer en prend possession. Cela répondra à ton questionnement.
    Merci pour ton commentaire.
    Bien amicalement.

    Roger

    RépondreSupprimer
  34. Ton art est spectaculaire, un vrai régal pour les yeux, le témoins d'un grand passion et de patience . Grosse bise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jane
      Merci pour ton commentaire. De la patience, oui, il m'en faut et je dois dire que je ne vois jamais le temps passer lorsque je suis au travail
      A bientôt et belle journée.
      Je t'embrasse

      Roger

      Supprimer
  35. I have no words, you are so clever and creative!
    The pictures are really beautiful!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Art
      Merci pour tes mots d'encouragement et belle semaine à toi,

      Roger

      Supprimer
  36. Que de délice pour l'âme et les yeux... du grand art nature...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Carol Proulx
      Merci pour ton passage amical, ici et bonne journée à toi, Carol
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  37. Réponses
    1. Bob Bushell,
      Merci pour ton commentaire et à bien tôt sur ton blog.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  38. Comme il me plaît d'admirer ces magnifiques créations, le voile de mariée, spectaculaire, l'exil, fort et émouvant, la mise en scène mystérieuse des pierres noires... Et quel plaisir d'accompagner l'artiste dans son beau geste déterminé. Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Danièle Duteil
      Ps d'émotion ressentie, pas de création possible, c'est ainsi que je fonctionne et je suis très heureux quand je peut la faire partager au travers de mes installations.
      Belle journée et à bientôt autour d'un haiku.

      Roger

      Supprimer
  39. finalement Roger, tu es comme un peintre, comme un Monet qui
    guettait la lumière idéale ! les Monet s'accrochent au mur,
    les Dautais dans le coeur et l'âme et on les voit encore
    les yeux fermés !
    la spirale s'enveloppe d'un voile
    aux couleurs et aux parfums salés de chez toi !
    pendant ce temps, la sphère poursuit son voyage dans un monde à part !
    je t'embrasse et te souhaite une journée lumineuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marty,
      C'est trop gentil de ta part de me comparer à un si grand artiste. Je ne cherche pas à me comparer ni à briller par quelque grandeur. Je fais mon chemin, recherchant ma vérité, installation après installation, sachant très bien qu'une fois disparu, il ne restera rien ou pas grand chose. Ma reconnaissance passe par des gens comme toi, et tant d'autres, sensibles à mon art et j'en suis satisfait. Pour ce qui est de la reconnaissance officielle, je ne l'attend plus.
      A bientôt, Marty et belle fin de semaine,
      Je t'embrasse amicalement.

      Roger

      Supprimer
  40. Sans mots je suis à chaque fois
    J'aime tout simplement
    un bonheur toujours venir ici

    RépondreSupprimer
  41. Ce voile de mariée à peine créé déjà recouvert par la mer est pure émotion, renforcée encore par la manière dont tu le racontes, dont tu nous parles. Merci pour tout cela. Et aussi ces pierres d'exil, et ces mémoires d'enfance, et tout le reste aussi...

    RépondreSupprimer
  42. Ah que dire devant tant de beauté!
    Quelle émotion devant la dentelle du voile de la mariée! Surtout dans la 2ème photo lorsque l'océan lui fait un ourlet si parfait! Magnifique! Vraiment!
    Et en te lisant, j'avais l'impression que j'étais sur cette à te regarder façonner la spirale et même que c'était moi qui la faisais!
    Bravo pour toutes les belles oeuvres ici présentées! Bravo aussi pour la qualité des photos.
    Et un grand merci pour le partage.

    ***
    Re-bises et à bientôt Roger****

    RépondreSupprimer
  43. Tus imágenes son sumamente creativas y ofrecen un mundo de inspiración y reflexión.

    Abrazos, Roger, es un placer visitarte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Véronica C
      C'est moi qui suis enchanté de votre visite. Merci pour votre commentaire.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  44. Roger
    J'ai trouvé très intéressant les photos que j'ai vues, en particulier des spirales et des guetteurs. Les paysages sont d'une beauté indescriptible.
    Je vous visiterai souvent.
    Un câlin et à bientôt

    RépondreSupprimer
  45. Josep
    Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins et merci pour ton commentaire.
    Amicalement.

    Roger

    RépondreSupprimer
  46. Beautiful work, as always. Very moving, I love the figures in the sand.

    RépondreSupprimer

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.