La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

mercredi 11 juillet 2012

Incantations pour Sharon
Vaguement carré, au cœur de l'été
L'ombre avançait sur les oyats ceinturés de rouge...
En attendant le train qui ne passera plus
Spirale positive
l
L'estuaire
Mémoire de sidérurgiste
Aile
Spirale positive
Trois sœurs avant l'orage
Morgane's cairn
Guetteurs de marée

Papillon orange
 à celle que j'aime

 Jour sans toi sur l'estran

                                             

Les nuages s'ouvrent, dégageant l'ouest. La mer se forme, houleuse,  plus mordante. Assis sur la roche, je tranche une pièce de pain blanc.. Jour sans toi sur l'estran. Les boules de mie roulent à  mes pieds. Les goélands ignorent cette pauvre pâture. Je ne déplierai pas les gaules. Elles serviront une autre fois, dans un autre endroit, sur la côte où tu seras avec moi,  pour la partie de pêche, entre rêve et réalité. Demain, nous irons vers l'ouest chercher les pluies de septembre et le souvenir de nos disparus qui nous attendent au  pays.
Aux limites de l'accessible, se trouve un pays  où il fait bon vivre. Je me demande où la mémoire démantelée trouve la force de reconstruire, petit  à petit  des bribes d'histoire, des paysages  plus accueillants. Me voici devant l'éternité, une éternité qu'il  me faut côtoyer, juste le temps de vivre une émotion, une perte temporelle, un équilibre trop  installé. Dans cet oscillement apparaît  une solution  possible, une traduction de l'éphémère,  une idée folle  à chevaucher. Je rassemble  à la hâte,  une vingtaine de belles pierres et assemble  un cairn chargé d'expliquer mes intentions  à  la mer qui  monte.
Nous avons jeté  à la face de qui voulait bien nous entendre, des paroles écrites sur le vent: Demain, nous partirons retrouver tout un pays. Mais ils n'ont pas voulu de nous, devenus vieux et inutiles. Personne n'a compris cet appel. Il nous resterait à conclure,  à disparaître, comme tout un chacun, dans l'indifférence.
Un  jour, bien sûr,  il faut mourir, nous le savons.Un jour , le fait de mourir, n'est  plus qu'une formalité, parce que tout le monde te trouve trop vieux.Mais c'est justement la formalité qui devient difficile à réaliser. On se demande  pourquoi.


Roger Dautais


A Jacqueline et Perig Herbert


Les pierres ont forme de hache et de soc

L'herbe est rase l'arbre rare
Ici le ciel est un miroir sans visage

Je me fraye un chemin vers les sommets

Les bras chargés d'électricité
Le mont lance son ovation de ruines
Il ne vit pas
Nul souvenir nulle innocence
Une réponse de pierre splendide
Au chaos de nos quêtes
Une esplanade transparente
Une couleur d'herbes sèches

Les pierres ont forme de hache et de soc

Et dans la plaine
Le Menez Hom lave ses peaux de bruyère.

Paol Keineg
 
            

59 commentaires:

  1. A great series. Such beautiful work.
    I do believe in incantations and connections.
    Nicely done.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rick Forestal,
      Merci de ton passage et de tes mots amicaux dans ce commentaire.
      Bonne journée à toi.
      Amicalement,

      Roger

      Supprimer
  2. Ces photos est très magnifique, magique et mystique…
    salutation, Sichtwiese

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sichtwiese,
      Ce qui est intéressant c'est de lire ton interprétation de mes travaux, ce dont je te remercie.
      Je te souhaite de passer une belle journée.

      Roger

      Supprimer
  3. je viens de perde aujourd'hui un ami qui n’étais pas une formalité...
    Un jour, bien sûr, il faut mourir, nous le savons.Un jour , le fait de mourir...
    Merci Roger pour ta noblesse...

    mon ami s'appelle aussi Roger
    Yvonne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ennovyennovy,
      Lorsqu'elle n'est pas spectaculaire ou mise en scène par les médias,où nous touche de près, la mort des autres nous paraît être une formalité dont on se débarrasse vite. La société est faite comme ça. Je comprends ta peine pour ton ami Roger. Cultive sa mémoire.
      Amicalement,

      Roger

      Supprimer
  4. I really enjoyed looking at these photos. Thank you :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. lorik
      Bienvenue sur le Chemin des Grands Jardins et merci pour ton commentaire.
      A très bientôt.

      Roger

      Supprimer
  5. las alas de hoja y la espiral de piedra.
    dos representaciones opuestas: para el animal del cielo y para el que se arrastra.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. camino roque
      Notre animalité s'exprime entre ces deux dimensions et subit la dure loi de la pesanteur. L'art reste un échappatoir.
      Merci à toi.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  6. A new "Religion of Beauty".
    All good wishes!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gio Ve,
      Étonnante,ta vision de mon travail.
      Merci Belle journée.
      Amicalement,

      Roger

      Supprimer
  7. La force vitale qui nous habite, elle, sait pourquoi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. anne des ocreries,
      Cette pulsion de vie qui nous pousse en avant, qui met de côté, provisoirement, la fin de notre histoire, qui nous fait sublimer l'insurmontable et le traduire l'art.Oui, cela reste étonant et beau.
      Belle journée à toi, Anne et à bientôt,
      Amicalement,
      Roger

      Supprimer
  8. L'indifférence est un tellement vilain mot... et pourtant quelque part il y a de la sagesse dans ce mot et bien sur dans tes messages.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thérèse,
      Merci pour ton commentaire amical.
      Belle journée,

      Roger

      Supprimer
  9. Cette aile, déployée mais demeurée au sol nous ressemble ; sans nous décourager essayons l'envol encore et encore...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. manouche
      J'ai du plaisir à découvrir toutes les interprétations faites de mes travaux. Elles me renseignent ausi sur mes intentions non exprimées.
      Merci pour ta présence amicale.
      Belle fin de journée.

      Roger

      Supprimer
  10. ROger bonjour encore de si belles créations comment rester aussi indifférente à tes mots!!!!!!!!!!!!
    UN jour oui il faut mourir mais je ne veux pas y penser
    Mon coeur ne désire pas souffrir et je ne veux plus y penser*

    Je suis encore désolée pour toute cette indifférence ROGER
    ALors essayons de les ignorer
    LUNDI je serai en Bretagne et enfin je serai chez moi
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. France,
      Merci pour ce beau commentaire et bon séjour en Bretagne que tu salueras pour moi.
      Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  11. Como siempre unas fotos preciosas llenas de vitalidad, Roger, me tomo unos dias de relax, cuando pueda espero volver a visitarte y ver tus nuevas fotos. Hasta pronto, y que pases unos felices dias. Espero volver con nuevas fotos. Un abrazo.

    RépondreSupprimer
  12. Dolors Reig Vilarrubla
    Merci pour ton commentaire et tes mots d'encouragement. J'espère que ces quelques jours de vacances te donneront de belles occasion de photos.
    A bientôt.
    Je t'embrasse bien amicalement

    Roger

    RépondreSupprimer
  13. Nous avons tous un pays au fond du cœur, une enfance, des traces d'hier... Merci de leur donner corps et visage à travers ces superbes créations éphémères.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Danièle Duteil,
      Dans mon cas, c'est une réalité et je m'en sers pour créer. Tout ça n'est que la suite de mon histoire.
      Et le projet d'ITW dont tu avais parlé, il tient toujours ?
      Belle soirée.

      Roger

      Supprimer
  14. C'est toujours un voyage étonnant venir chez toi et sentir la force de tes images.
    Pour moi est surtout l'apprentissage d'une vision particulière de l'art et la nature formant une seule pièce.
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sweet,
      Merci pour ton commentaire.J'espère qu 'un jour tu feras tes propres expériences dans le land art
      Je t'embrase bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
    2. Sweet
      Merci pour ton commentaire. J'espère qu'un jour tu feras tes propres expériences en land art.
      Je t'embrasse amicalement.

      Roger

      Supprimer
  15. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour Roger,
    Nous vous remercions de nous avoir rendu visite sur Les Fous du Cap et d'avoir laissé une trace de votre passage. Votre blog est très intéressant et nous aimons beaucoup son esprit "zen". Les gens ont souvent tendance à empiler des galets dès lors qu'ils se trouvent sur des plages qui en sont pourvues. Y-a-t-il une autre raison dans ce comportement (sociologique, anthropologique ou autres...) que la pratique du Land Art ?
    Bravo pour les photos et les textes qui les accompagnent ;-)
    Amicalement.
    Céline & Philippe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les fous du cap.
      Tout d'abord, les empilements de pierres, sont vieux comme le monde et l'homme les pratique depuis la pré-histoire. On les retrouve un peu partout sur notre terre, dans différentes cultures. Ils marquent des lieux de mémoire, balisent des itinéraires, délimitent des propriétés. Ils ont parfois une signification religieuse, comme chez les Celtes. Ce symbole de l'élévation est aussi une recherche spirituelle, parfois.
      Je pense vous avoir amené quelques réponses.
      Merci pour votre commentaire et à bientôt.
      Bonjour à la Bretagne et aux Bretons.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  17. Estupenda serie de imágenes, Roger!! como siempre descubrimos en tus posts. Me gusta la belleza de tus esculturas efímeras, siempre sugerentes, obsequiándonos en tu caminar y dejando el rastro con tus huellas, como poeta de la naturaleza. Te felicito!! Un cordial saludo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. JOAN SERINYA
      Merci pour ton très beau commentaire plein d'amitié.
      Bonne fin de journée,

      Roger

      Supprimer
  18. Bonjour Roger,
    Magnifique. Chaque image, chaque œuvre d'art. Pour demander, à errer, en profondeur dans cette beauté. Cœur et âme. Merci beaucoup, mon ami.
    Amicalement, Sharon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sharon,
      Merci pour ton commentaire. J'espère que te errances dureront dans le temps car te retrouver ici, est un vrai plaisir.
      Bien amicalement,

      Roger

      Supprimer
  19. A chaque fois que je viens ici, je me dis:
    je voudrais bien voir ca EN VRAI !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Flo de Sendai,
      Moi aussi, je voudrai bien te présenter mes travaux "in situ". Je fais le rêve d'aller u jour pratiquer le land art, chez toi, au Japon.On peut toujours rêver.
      Bien amicalement,

      Roger

      Supprimer
  20. Le bon jour Roger:

    L'ombre avançait sur les oyats ceinturés de rouge...
    Quelle superbe image!
    Merci du partage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chri,
      Oui, cet instant fût magique, seul dans l'estuaire du fleuve, à voir et entendre rentrer le flux de la marée, pendant que je réalisais cette toute petite installation.
      Merci de ton passage.Amicalement

      Roger

      Supprimer
  21. Curieux et intéressant. Comme toujours.

    RépondreSupprimer
  22. c'est nouveau les légendes sous tes créations ! j'aime bien !
    pour moi la vieillesse n'existe pas ! c'est une richesse
    un puits de savoir et j'aime tirer l'eau de ce puits !
    la vie est un parcours et chaque instant est précieux !
    je côtoie des personnes ridées de la vie chaque jour et on a l'impression qu'ils
    n'ont plus rien à dire, qu'ils n'osent plus .... et pourtant !
    bon weekend Roger
    bisous portés par le vent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marty,
      Merci pour ton commentaire. Lorsque je fais des expos photos, ce qui m'arrive de moins en moins, je mets toujours une légende sous mes photos. Jusqu'ici, cela ne me manquait pas sur mon blog. J'ai donc repris une habitude ancienne. Pour ce qui est de l'âge, jusqu'ici, je n'y faisais pas trop attention. Cette fois, c'est le moteur qui ne suit plus. J'ai repris mes sorties sur le terrain mais je ne suis pas tranquille. Je fatigue très vite. J'ai donc une obligation de dire où je suis exactement et d'avoir un téléphone dans ma poche ainsi qu'un médicament de premiers soins en cas d'infarctus. Mais à part ça, je n'ai pas l’impression d'avoir 7O ans dans 5 mois.
      Merci de ta présence et de tes mots d’amitié qui me portent à aller encore un peu plus loin.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  23. Comme tout est beau chez toi, Roger, les images et les mots.
    La mort fait partie de la vie et la vie est comme la mort, pas toujours dans l'ordre de des choses.
    Merci d'être passé chez moi et pour ton commentaire.
    Il pleut désespérément et je crois que pour le dîner je vais faire une soupe allemande qui tient au corps.
    Bon 14 Juillet pluvieux et bon dimanche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Claude,
      Merci pour ton commentaire. Le soir du 14 juillet,il ne pleuvait pas et nous avons pu voir un superbe feu d'artifice, vrai privilège dans un pays où il pleut depuis 15 jours.
      Belle journée à toi,

      Roger

      Supprimer
  24. Hello, LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS.

      It is my joy to share your wonderful work.
      And sweet message charms my heart.

      I pray for your happiness and world peace.

    Have a good weekend. From Japan, ruma ❃

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ruma,
      J'aime lire tes commentaires.
      Ils sont aussi chargés d'optimisme que tes photos le sont de beauté naturelle.Belle journée à toi,

      Roger

      Supprimer
  25. La spirale positive
    elle n'extrapole pas
    elle enroule le temps et l'espace
    elle se recentre
    pour créer un monde nouveau dans son cœur

    Tes pierres, Roger, me parlent
    et le Menez Hom chante dans ma mémoire
    Amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tilia,
      Si le Menez Hom, chante dans ta mémoire, laisse-moi te dire que nous sommes au mins deux à penser à lui. J'y ai fait de belles randonnées et pratiqué le land art. Le lieu est habité par les vents, les légendes, et les mémoires en partance. Un lieu magique.
      Merci de ton passage.
      Bien amicalement,

      Roger

      Supprimer
  26. Muito bonito!
    Amei as fotografias.

    ¸❤✿•.¸
    ♥ Bom fim de semana!
    ♡ Beijinhos.
    Brasil

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Magia de Inès
      Merci de ton passage amical, ici.
      Belle semaine à toi
      Je t'embrasse

      Roger

      Supprimer
  27. Bonjour cher Roger !
    figure-toi que , dernièrement dans le Lubéron et déambulant seule au milieu de quelques bories perdues sur des chemins improbables, j'ai pensé soudain à toi et ai construit quelques petits cairns, modestement, et que dans mes pensées je t'ai dédiés.
    parce que je pense souvent à toi, à ta santé, et à ce à quoi tu voues ton temps.
    c'est beau, tout simplement
    et j'aime t'embrasser
    dany

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tarzandany,
      Très souvent,les voyageurs m'indiquent avoir rencontré des cairns, dans différents pays. Les plus lointains ont été vus dans les pays de l'Est, mais aussi chez les Inuit du grand nord Canadien. Merci de ton intention qui me touche vraiment.
      Je te souhaite de passer une belle journée et je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  28. Interesting pictures. I love the patterns created.

    RépondreSupprimer
  29. "En attendant le train qui ne passera plus" m'étonne...
    me touche.
    Cette nature comme emprisonnée m'attriste.
    En même temps elle me suggère qu'il faut apprendre à
    regarder l'envers des choses, peut-être au-delà des choses.
    Merci Roger.
    Toujours un plaisir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Leeloo
      Il n'y a pas de notion d'emprisonnement dans ce que je fais, puisque l'une des règles s'appliquant au land art, est toujours l'éphémère, la deuxième étant l'entropie. Tout reviendra à sa place dans quelques heures ou quelques jours pour retrouver sa vie d'origine. Le fait de déplacer et d'associer des éléments différemment dans la nature, nous donne , en effet l'occasion de les voir sous un autre angle, et parfois même de découvrir la nature environnante.
      Merci de ton beau commentaire et à bientôt,

      Roger

      Supprimer
  30. Les oyats ceinturés de rouge me touchent particulièrement ainsi que les spirales positives .
    C'est toujours un plaisir que de venir découvrir tes créations
    Belle fin de semaine Roger
    Amicalement

    RépondreSupprimer
  31. Je me permets de reprendre ton texte demain sur mon blog, avec citation et liens vers ton blog :
    Un jour , le fait de mourir, n'est qu'une formalité, mais pourquoi est-elle difficile à réaliser ?
    Je suis dans ces questionnements, merci de les partager
    chaleureusement
    Frédéric

    RépondreSupprimer
  32. Je n'étais pas venue depuis longtemps. Tes spirales positives m'épatent toujours autant ... mais le reste aussi !

    RépondreSupprimer

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.