La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

samedi 5 mai 2018

La 19ème heure : to Erin

Cardinales et celtaoïstes :  pour Marie-Josée Christien

Status quo    : pour Marie-Claude

Aux passantes et passants du Chemin des Grands Jardins

7 mois de passés, depuis  mon  opération de la colonne vertébrale. Léger  progrès  mais pas question,  pour le moment de  pratiquer le land art.  Si la greffe osseuse a réussi, les séances de  kiné, et passages  à l’hôpital, sont  à faire toutes les semaines. A75 ans passés, le challenge n'était  pas gagné d'avance,  mais  maintenant, je garde espoir.
Je pense que je reprendrai un peu le land art dans quelques  mois.
C'est  pourquoi, je travaille sur mon stock photos de 20 années de  pratique. Je présente ainsi, régulièrement de mes installations sur  ma page
 ROGER DAUTAIS GOOGLE  + et je vous  invite  à  m'y retrouver.
Je vous  remercie de votre fidélité au blog qui file vers les 400 000 visiteurs. C'est  donc grâce  à vous qu'il est resté vivant  !
Que ces  mois  à venir vous soient agréables.
 Je vous embrasse, en toute amitié.
Roger Dautais.


**********************************************************************************


à Marie-Claude

Conclure.
Il m'arrive de ressentir ce froid intérieur qui me rappelle l'échéance. Comment ne pas la craindre, aussi, lorsqu'elle promet parfois, la dépendance totale.
Si la vie a un prix, sa fin aussi.
N'ajoutons pas à l'entropie naturelle.

Tentation carminée.
Qui a mis ces cerisiers sauvages sur la route? Des cerises gourmandes font ployer les branches du cerisier. Goût exquis d'avant le plein été. Je fais une provision de ces fruits rouges succulents.Les cerises sont petites, charnues et colorées. Pendant trois jours, je vais renouveler ces cueillettes et les compléter de joncs, de tiges de fougères, des dernières fleurs de digitales de la saison, de fleurs des champs diverses.

In situ
Le tout sert à réaliser de petites installations géométriques.Simple exercice où j'exprime le bonheur de jouer avec les formes, les couleurs du temps. L'expression est manuelle pratiquée en silence, sans le piège des mots bavards, dans la beauté naturelle des lieux. Cela me permet de me libérer de l'angoisse qui parfois me saisit, par la simple contemplation d'une œuvre aboutie qui mène à la sérénité.
Silence

Dao
Dans la nature, nul n'impose le silence, longtemps. Il est unique, original, fragile, parfois pesant comme un vide. C'est dans ce vide que je m'installe, en équilibre. C'est là et pas ailleurs, où je me sens le mieux, loin du bruissement du monde.
Le Dao Taoïste me convient. Ici, tout commence et finit. Toucher à l'absolu, dans le land art, est ainsi possible.
Roger Dautais

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS
http://rogerdautais.blogspot.com/

Photo : création land art de Roger Dautais
" Status quo " pour Marie-Claude
Brec'h - Morbihan - Bretagne


***


" J'aime tout ce qui s'écrit sur le silence,
l'immobilité,
L'écriture est alors l'imperceptible
mouvement,
L'à peine audible respiration d'un infini,
Un instant attentif à l'homme. "

Paul Quéré *
( 1931-1993 )

https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Qu%C3%A9r%C3%A9

30 commentaires:

  1. un retour tant espéré, merci.
    Bzzz...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le bourdon masqué.
      Merci à toi, l'ami. Il y a encore du progrès à faire, mais chaque jour est vécu comme un jour d'espoir. Belle soirée à toi. Bien amicalement.
      Roger

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Rick Forrestal
      Merci, mon cher Dick. Fidèle au rendez-vous. Belle soirée et à bientôt, chez toi.
      Amitiés.
      Roger

      Supprimer
  3. Merci de ces nouvelles réconfortantes, Roger. Je les attendais, et je pense bien que je n'étais pas la seule.
    Je vous souhaite un chemin tout illuminé d'espoir et de printemps pour retrouver bientôt ce dialogue avec la nature que vous pratiquez si bellement.
    Bien à vous,

    ANNE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anne Le Maître
      Merci, ma chère Anne. Je ne suis déjà pas en fauteuil roulant, ce qui aurait été le cas, sans cette opération. Il me faut de la patience, du courage, de la persévérance et de bons soignants. J'ai tout ça...Alors !!!
      Belle soirée, en toute amitié.
      Roger

      Supprimer
  4. Bon rétablissement, avec la mise au point de cet album riche de souvenirs et la réalisation de ces petites installations propices à la méditation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miss_Yves, Merci à toi et désolé pour le temps de réponse, mais je passe moins ur mon blog puisque je n'ai toujours pas repris le land artJe m'exprime maintenant sur GOOGLE +
      Bon Dimanche.
      Bien amicalement.
      Roger

      Supprimer
  5. that you are alive and well in the world is such a great solace for me. immediately i smile. and then tears of gratitude well up in me.

    there is a poem by Kim Stafford that addresses time. it is an incomparable poem.

    i feel i last heard from you this morning. and simultaneously i feel that we were each born from stone eons ago. the wind moves over us. and the world, in this way, is well.

    A Lesson in Time



    We stood on a forest road at the meadow’s edge
    so Joe could teach the story of geologic time.
    Mateo set a little flag—red tatter

    on a rusted wire—to mark the miasmic
    gathering when earth first clenched dust
    by the stern affection we call gravity.

    In the meadow, grass wavered, and was still.
    Then Charles began to step off eons
    through the Hadean Period, as low sun

    lit the pines gold. We arrived at
    the Iron Catastrophe. Mateo set a flag
    and Ruby laid down a stem of grass.

    Under a sky made blue by oxygen
    bacteria had formed, once volcanism
    spewed steam from burnt stone, we

    marched on. At each extinction, or
    new creation, Mateo set a flag
    and Ruby placed her stem of grass,

    until Joe pulled two hairs from
    my head to set in the dust. “The thickness
    of these two strands,” he said, “we’ll call

    the span of civilization.” Mateo set a flag,
    and Ruby placed a stem of grass.

    ***

    and can i add? there are so many things i want to add. (we must stay alive a long time to share it all!) this past winter i visited an art institute in chicago and stood in front of many great canvasses, and spent time with many books of paintings. the wind is here too. the cherry blossoms are here too. your land art is here too. not locked in canvas, but set free.

    also, last night as i laid down to sleep after a particularly bad day, i imagined my soul composed of (perhaps) cherry blossoms. and i imagined exhaling all of them, so that i was left empty. then a tree might exist outside of me, or the petals might disperse upon the wind, and i would turn back to earth. it was an unemotional imagining but beautiful. complete.

    you cause me to want to create some work with spring blossoms. you inspire. and so the life force continues, roger. may it pour through you.

    love))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'attendais ton écho. Il était déjà, présent et contenu dans les pierres de mon cairn. Mais lire, serait la preuve que je n'attendais rien d'autre. Force de ce poème choisi par toi, et force de vie dans ton écriture. J'aime aussi ta prose poétique et tes nuits insomniaques, troublées par des rêves éveillés. Couleurs des images dans ta tête, comme la vie, comme le sang dans nos veines. Pareillement nés du même ancêtre, c'est bien du tambour du monde dont tu parles, avec cette fréquence cardiaque entendue, jusqu'ici.
      J'ai failli ne pas remonter de l'apnée. Me trainant dans les couloirs de l’hôpital, les premiers temps, me revenaient des images : tes photos hantaient le blanc des murs. La morphine tue, mais elle fait décoller aussi vers des nuages inaccessibles.
      Bien heureux de te retrouver là, Erin. Amie de l'autre côté de l'océan.
      Je t'embrasse.
      Roger

      Supprimer
  6. Une bonne nouvelle qui fait la joie du jour! Et de voir que tu as tout ce qu'il faut pour arpenter les paysages à nouveau en est une deuxième!!!
    Bravo Roger, à bientôt!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chri.
      Merci Christian. Oui, mes deux jambes sont bien là, et je les regarde souvent, sauvées de peu. Maintenant, c'est la phase d'entrainement. Après ? Je ne sais pas encore. Merci de ta fidèle amitié. Tous ces mots, chaque mot m'a aidé. Je t'en suis reconnaissant.
      En toute amitié.
      Roger

      Supprimer
  7. Cher Roger, bravo pour ton courage. il te "suffit" maintenant de fatiguer ton kiné avec tes forces retrouvées!
    Je suis sans voix devant "la 19 ieme heure" , cet équilibre miraculeux, ce jeu entre les lignes droites et les courbes, une merveille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. manouche,
      Merci Manouche. Question kiné, j'en suis au cinquième, mais ce sont plutôt eux qui me fatiguent.
      Ce cairn Breton date un peu. Il a été réalisé en présence de ma fille, qui, une fois n'est pas coutume, m’accompagnait dans ma sortie land art.
      Belle soirée à toi. Je t'embrasse.
      Roger

      Supprimer
  8. La patience..quelques fois elle doit etre pratiquée longtemps.Je vois votre courage et je vois qu'il n'y a rien a votre épreuve..
    Hope never dies in the heart of a gardener..and you are a great one:) Bon dimanche.
    Je ne sais pas ce que vous vivez intérieurement..seuls..nous savons ce qui se passe chez nous..mais je vous souhaite courage..et des petites joies..ou des moments moins souffrants pour alléger votre guérison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La table de Nana
      Jardinier est une profession qui fut celle de mon père, horticulteur et pépiniériste, à la fois. Je suis passé à son école. J'aimais beaucoup. Après j'ai fait autre chose.
      Mais il est vrai que le plaisir de mettre les mains dans la terre, de semer, repiquer, rempoter, arroser, bêcher, ratisser, est grand et marque un homme, en son âme. Nous touchons au mystère de la vie.
      Je n'ai rien oublié de ce passé, ni celui de fleuriste, ni les Beaux Arts.
      Ce beau mélange, resurgit lorsque maintenant, je m'exprime en land art.
      Dire que je suis mécontent du résultat, serai mentir, et puis, il me reste si peu de temps, que je dois choisir mon dernier mode d'expression.
      Cela aide, dans la souffrance, elle qui n'est pas toujours comprise par la famille quand cela dure. Elle est souvent une épreuve personnelle à la quelle on doit trouver du sens, sous peine de tirer l'échelle, comme on dit au jardin.
      Belle soirée, amie.
      Je vous embrasse.
      Roger

      Supprimer
  9. Joie de vous relire, d'avoir de vos nouvelles.

    " Viens encore une fois
    Te consacrer caillou

    Sur la table dans la lumière
    Qui te convient,

    Regardons-nous
    Comme si c'était
    Pour ne jamais finir.

    Nous aurons mis dans l'air
    De la lenteur qui restera. "

    Guillevic


    Que la vie vous soit douce cher Roger
    à bientôt

    RépondreSupprimer
  10. Heureuse de te retrouver !
    Un temps pour voir et revoir tant de belles créations !
    A bientôt, Roger !

    RépondreSupprimer
  11. Hola Roger!! gorgeous compositions and photos !! I hope you´re well. Kinds regards from Madrid

    RépondreSupprimer
  12. É com grande alegria que recebo as notícias de seu restabelecimento,deixo meu abraço com o carinho de sempre.

    Ateliê Tribo de Judá
    Joelma

    RépondreSupprimer
  13. Ces trois jolies photos tombent à pic car c'est le jour de mon Anniv' : merci Roger de nous donner de tes nouvelles et bon courage pour la suite. Soigne toi bien et j'espère que bientôt tu pourras nous inventer de jolis tableaux très légers !

    Biseeeeeeeeeeeeees

    RépondreSupprimer
  14. Merci Roger de nous donner de tes nouvelles, je suis certaine que petit à petit tu vas reprendre des forces, courage, nous verrons et reverrons avec grand plaisir tes magnifiques compositions

    RépondreSupprimer
  15. Ravie de te lire et d'avoir ces nouvelles . Bonne continuation sur ce chemin et à très bientôt pour de nouvelles créations ...Patience et persévérance à toi . Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  16. Merci de nous donner de tes nouvelles, Roger.
    Patience, bientôt tu pourras reprendre tes si belles créations.
    Bien amicalement.

    RépondreSupprimer
  17. Poésie de la pierre
    Au seuil des rivages
    Près des dentelles d'écume

    RépondreSupprimer
  18. De douces pensées vers vous monsieur Dautais. Bravo à vous et bonne convalescence.

    RépondreSupprimer
  19. Ton retour, un beau cadeau que tu nous fais et puis tu nous rassures, nous étions inquiets. Courage dans ton combat. Amitiés

    RépondreSupprimer
  20. Quelle belle oeuvre, bravo ! Vos pierres sont aussi belles que vos mots.

    Je vous envoie tout le courage qu'il faut encore et encore et encore...

    Amicalement.

    RépondreSupprimer
  21. ¿ Cómo puedes lograrlo? Increible, me encanta.
    Gracias por tus palabras, Roger, muy amable.
    Saludos

    RépondreSupprimer

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.