La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

jeudi 19 février 2015

L'adieu au soleil  : pour Mémoire de silence
Le guetteur du  pont Romain  : pour Odile B.
Équilibre:    Pour Rick Forrestal
Vision druidique  :  pour Tilia
La cabane du pêcheur :  Pour Lara Ferri
Petit mandala d'hiver :  Pour Chantal Miscoria
Boîte  à mémoires : pour Yannick Bonaventure
Le cadet  :  Pour Lara Ferri
Cairn aux bernaches :    Pour François Esperet*
Gwenn :  Pour Marie-Josée Christien
Les vivantes : pour Ana Minguez Corella
Attachement  :  Pour Jefferson B.Cezimbra
Le souvenir de toi :  pour Remei
Les âmes perdues de Lampedusa:  Pour Erin
La parole donnée : Pour France


à celle que  j'aime...



 Dolmen du Mané Brizil
Partager  mon temps, mais avec qui d'autre dans cette immensité, sinon avec ses habitants? Je parle des Bernaches, avant qu'elles ne repartent en Sibérie, des courlis, des  pluviers, des  mouettes, des cormorans et même des corbeaux perdus sur  l'estran. Des hommes? il  n'y en a pas aujourd'hui, chassés par le  froid,  ou bien trop  loin pour leur parler, embarqués sur de petits chalutiers en route vers  l'horizon.
Je suis seul, oui. Ce n'est pas que je perde en humanité, mais  l'heure est venue d'approcher de  l'autre âge, . C'est un constat, je deviens  plus vieux, jour après jour,  moins facile  à côtoyer. L'insignifiance me guette et, bientôt, la transparence. L'effacement n'est plus  une figure de style à pratiquer lorsque le corps se dérobe, c'est  une réalité. Je connais mes semblables, les courbés, les fatigués, les encombrants. Ils deviennent, petit  à petit, des invisibles, de ceux qui ne rentrent  plus dans les comptes. Il se fait que je le sais et que je les rejoins.
Les  perdues de Lampedusa
La rugosité des  pierres qui  m'arrache les mains, n’empêche rien à  l'ouvrage. Tassés, les uns contre les autres, ils croient  en la chaleur humaine, la leur et qui ne servira  à rien  pour les sauver.En répétant cette figure de petits personnages de  pierres depuis tant d'années, je veux rappeler les drames de  l'exil. Victimes des passeurs et de  l'indifférence Le monde a décidé, ils périront. Rien ne va, ici. Il semble que la mer se soit foutue dans  l'idée de désaltérer la terre et ses côtes découpées avant de s'occuper des hommes.Avec ses eaux salées, elle te  lui colle  une pépie dont elle ne sortira qu'en implorant une autre marée, malgré les corps flottants.
Baie Saint Jean
La fabrication d'un mandala est chronophage. Vision druidique. Le temps  présent,  à peine tu marches dedans qu'il est déjà remisé  dans le rayon des souvenirs. Autant te dire qu’avec leur nombre, il devient vite un objet non identifiable, une amnésie de  plus. Et  pourtant,  il sera pris en compte dans la mémoire du monde.
Lann Guerban
A genoux, courbé en deux, je respire  l'humus. Je dispose  tous les éléments rassemblés dans  une boite  à mémoires. Sitôt terminé, je suis happé par la route. Il faut filer, décamper, courir, s’arracher au lieu,  l’oublier et reprendre la marche. Vous comprenez,  il  n'y a pas de statut d'itinérant. On est le surplus, le trop qui fait déborder le vase. On est cerné  par les  propriétés privées. La terre, je ne la vois pas comme  ça, alors  bien sûr, quelques rencontres sont rugueuses. La liberté se respire en  pointillés, entre deux rangs de barbelés.
Souvenirs.
Tous les soirs, elle s'endort en  lisant  un haïku.Sa vie est réglée par cette pratique.
 Hier soir, j'ai ouvert  une boîte de photos  land art datant de 1997. Mes débuts. Oui, mes débuts, suivis de quatre ou cinq ans de  recherches et d'essais, avant de  prendre la route. Maintenant  on fabrique un artiste en 8 jours de stage.
Brec'h
Comment dire ces instants de beauté fragile lorsqu'au coucher de soleil,  un de  mes cairns s’apprête  à vivre l'unique vie de sa courte existence.
Pointe de Kerbihan
L'effort est violent. Décoller 40 kilos du pierrier, avec des appuis au sol, glissants, demande une concentration de toutes mes forces, sur  l'action. La base du cairn est prête. Le poser doit être réussi, sinon, la pierre tombera, roulera et ne sera plus récupérable.Une fois  posée, si je constate  une petite bascule, je dois la caler avant de  monter  plus haut.La deuxième pierre sera encore  lourde. Les autres suivront,  plus légères. Chaque cairn raconte une histoire, la mienne et balise ma route. L'océan clapotte contre la roche. Une vingtaine de Bernaches, suit le  mouvement avec élégance. Elles sont  à une quinzaine de  mètres Avec le temps, elles se sont habituées  à la présence humaine. Elles sont belles et tranquilles,  pourtant j'ai  lu que dans certaines îles, non  loin d'ici, on cherchait à les éradiquer.

Roger Dautais





Patience de la terre

Juste  une  poignée de terre
Et  un peu d'eau
Juste  une poignée terraquée
Et tu attends
Que germent les premiers  mots
Entre tes doigts
Dans le silence recueilli de cette main
Qui consent  à  l'humus
A ce cycle terrible
Où toute vie terrassée
Pour que renaisse le vivant

Guy Allix*

* Guy Allix  :  http://guyallixpoesie.canalblog.com/

* François Esperet  : une de ses dernières  interview, à la sortie de son roman
Les Gagneuses Edt. Le Temps des Cerises 2015
http://www.20minutes.fr/livres/1477918-20141110-gagneuses-francois-esperet-chez-temp

63 commentaires:

  1. Lampedusa et ses drames . Les corps sont perdus mais les âmes perdurent.Du moins il faut l'espérer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Manouche
      Merci Manouche. Quelques personnes m'ont dissuadé de soutenir de telles idées et de dénoncer l’innommable car cela, disaient-elles, me donnent une mauvaise image. Je préfère me passer et de leur avis et de leur présence sur mon blog. Je continue à m'engager pour les causes qui œuvrent pour la liberté de l'homme et dénoncent ceux qui l'oppriment de toutes les façons possibles.
      Belle journée à toi.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  2. elles partiront les bernaches les abeilles et nous aussi
    derrière l'horizon invisible de nos amnésies
    peut être avec quelques bribes de mémoire à peine
    pour quoi faire...
    ailleurs n'est pas là
    j'aime bien ta cabane du pêcheur... pour rêver
    bonne route my friend
    je t'embrasse
    PL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Patrick Lucas
      Merci Patrick. Nous sommes tous en partance, mais en attendant , le chemin est parcourir chaque jour, la mémoire se chargera bien au bout du compte d'oublier tout ça.
      Belle fin de semaine.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  3. Bonsoir Roger,
    J'ai pris grand plaisir à me perdre dans tes oeuvres et tes miscellanées qui font office de témoins, de souvenirs. La mémoire du monde, c'est beau comme expression.
    Amitiés,
    Sadaya

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sadaya
      Merci Sadaya. Très heureux de te retrouver sur le Chemin. Je te souhaite un beau week-end.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  4. magnifique chaque poste est un plaisir ;o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Audrey
      Merci pour ta visite Audrey. A bientôt chez toi.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  5. Merci Roger, pour équilibre dedication.
    These are wonderful compositions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rick Forrestal.
      Merci Rick. Il faut que je passe chez toi, rapidement.
      Bon week-end

      Roger

      Supprimer
  6. De la puissance du cairn aux bernaches à la délicatesse d'attachements... Tes oeuvres touchent au fond du coeur...
    Merci pour ces émotions nobles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chri
      Merci Christian.
      Oui, des travaux bien différents que je ne mélange pas dans une même journée. Les cairns demandent une telle dépense d'énergie que je suis incapable d'enchaîner sur des travaux plus délicats. Mon corps s'y oppose. Pourtant les deux exercices m'amènent à l'émotion, comme quoi, ce n'est ni une question de poids ni une question de couleurs. Je pense que le cheminement est intérieur.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  7. Mais une passion est-elle vraiment "chronophage" ? On utilise beaucoup ce terme mais je ne suis pas sûre que ce soit le bon en ce qui concerne la vie.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonheur du jour.
      Merci pour ton commentaire. La notion du temps est très personnelle. Oui, l'exercice du cairn est chronophage. Le risque encouru dans les pierriers demande de calculer tout transport de pierre et de passer par le meilleur chemin. Là, où un transport de pierres sur terrain plat, pendrait deux minutes, il peut, en terrain dangereux, demander, 10 minutes, voire plus, pour choisir une pierre, la déplacer, la hisser jusqu'à la base du cairn. Ce qui prend du temps est relatif à la dangerosité. Il se fait aussi que ces endroits les plus difficiles à atteindre, sont les plus éloignés du chemin commun, mais aussi, les plus beaux. Je n'ai pas dit que je regrettais le temps passé mais qu'il me fallait beaucoup de temps, d'où le mot chronophage qui est le bon,pour moi.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  8. J'aime ces bleus fantastiques, peuplés de reflets, qui subliment tes créations.
    Belle journée, Roger, je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Norma
      Merci Norma. Nous avons ce point commun d'être sensible à la couleur du monde, toi comme peintre et moi, comme passager de ce monde qui m'emporte démotions en émotions.
      Passe un bon week-end.
      Je t'embrasse, chère Norma.

      Roger

      Supprimer
  9. Wundervolle und tief berührende Fotos... ich bin absolut begeistert, lieben Dank dafür.
    Herzliche Grüsse, Sichtwiese

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sichtwiese
      Merci Sichtwiese, pour tes mots d'encouragement.
      Bon week-end.

      Roger

      Supprimer
  10. Merci, Roger, de m'avoir dédicacé ce "Guetteur du pont romain" ! C'est joli de l'avoir cadré juste sous l'arche du milieu. Je reconnais la pierre d'assise.
    J'ose espérer, pour ta jambe blessée, que tu n'as pas élevé tous ces cairns dans la foulée... (mais... je t'en croirais bien capable !)
    C'est grâce à la pancarte : "Pont de Brech - 250m" que nous avons pu, comme dans un jeu de piste, trouver le chemin du Loc'h, niché dans la verdure. Sur deux des photos de ton dernier billet, j'ai bien reconnu la rive droite, juste après le pont, avec l'arbre presque couché et l'autre couvert de lierre, le pied dans les fougères. Selon l'heure et l'exposition, tout prend une autre allure. Le ciel pommelé donne vie à l'eau, et les nuages sur le bleu me rappellent les gros moutons frisés rencontrés ce même jour, en bordure de route, sous les pommiers, vers St-Dégan.
    Les bernaches sont très attachantes et je comprends que leur présence soit un bel accompagnement dans tes pérégrinations et ton travail de solitaire. Il y en avait encore des centaines, la semaine passée, de l'autre côté du golfe, sur l'île Tascon, bruyantes, cancanantes, très complices dans leurs déplacements par groupes impressionnants. Je les aime beaucoup, aussi, dans ces lieux, vers les salines de St Armel.
    Les motifs de gui, aiguilles de pin et baies rouges sont raffinés comme de la broderie ou de l'orfèvrerie, et tes "boîtes à mémoires" de véritables trésors. Tu aimes dessiner avec les fleurs et jouer avec les formes et les couleurs... Le plaisir de créer à l'infini t'anime, inlassablement.
    Merci pour tout, Roger, pour le partage en photos de ton travail et pour les très belles lignes de Guy Allix : "Patience de la terre"... "dans le silence recueilli"...
    Après ce vilain temps lié à la grande marée, le soleil est attendu et, malgré le froid, le printemps approche pour recharger les batteries...
    Bon week-end, Roger, avec ou sans soleil, avec ou sans pluie !


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Odile .
      Merci pour ton très beau et long commentaire. Je suis heureux que tu soulignes la qualité du poème de mon ami Guy Allix, souvent présent ici, sur Le Chemin des Grands Jardins. Une véritable amitié fraternelle me lie à lui depuis de nombreuses années, maintenant. Je te souhaite de passer un bon week-end.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  11. PS
    Je viens de découvrir le site de la SHPA, avec le week-end "Plantes en Fête à Kerplouz", début octobre.
    L'équivalent, je suppose, de notre "Folie des Plantes" au Grand-Blottereau chaque année le 1er WE de septembre ==> Une date à retenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. odile B.
      Oui, je connais cette manifestation tout à fait intéressante et conviviale. Tu as raison de leur faire de la pub. Par contre, je ne connais pas elle du Grand-Blottereau.
      Amitiés.
      Roger

      Supprimer
  12. Une image est un équilibre précaire.
    Forts beaux équilibres dans ces paysages

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. jeandler
      Merci Jeandler et à bientôt.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  13. and so a brief glimpse into the history of your involvement in land art, beginning in 1997... every week or so we see how you transform the land but i do wonder how this work, this nearness with the real world, this attention, has changed you. who might you have been before this intimacy of stone and body? and i smile, who are you now?

    might we all learn the patience you exhibit, the attention. might we all put our hands upon something so rich and invite the transformations)))

    having just encountered this rilke the other day i bring it to you,



    Earth, isn't this what you want? To arise in us, invisible?
    Is it not your dream, to enter us so wholly
    there's nothing left outside us to see?

    What, if not transformation,
    is your deepest purpose? Earth, my love,
    I want that too. Believe me,
    no more of your springtimes are needed
    to win me over - even one flower
    is more than enough. Before I was named
    I belonged to you. I seek no other law
    but yours, and know I can trust
    the death you will bring.


    –Rainer Maria Rilke
    In Praise Of Mortality, excerpt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Erin
      Merci Erin. Je suis né de parents horticulteurs et fleuristes. J'ai donc été, pour ces raisons été proche de la terre, qui fut mon terrain de jeu et d'apprentissage. Pour l'avoir travaillée, professionnellement, j'en ai connu à la fois, la dureté du travail, mais aussi le bonheur de la récolte, lorsque celle-ci, vient en récompense de l'effort. Mon approche artistique vint après, disons , vers mes 25 ans. Le land art, j'ai commencé à le pratiquer vers l'âge de 55 ans et je ne partais pas, totalement démuni, car j'avais une bonne connaissance de la nature, mais aussi de la mer, sur le littoral. Le tout conjugué à fait de moi, ce que je suis devenu, bien évidemment , transformé par ma vie au sein de la nature. L'entropie est très présente, très visible dans la nature et il m'a été facile , travaillant sur l'éphémère, d'accepter que ce sois aussi un jour, mon tour de disparaitre.
      C'est pourquoi, le très beau poème de Rilke, me touche beaucoup.
      Notre correspondance au travers de ce blog est vraiment propre à cultiver notre amitié, au-delà de ce que je pouvais imaginer au début de nos échanges et je t'en remercie.
      Bon week- end, chère Erin.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  14. J'avais déposé ici hier un commentaire très tard dans la nuit ou très tôt ce matin, mais il semblerait qu'il ne soit pas passé, c'est sans importance, je ne me souviens plus exactement ce qu'il disait, merci surement, il devait surement parler d'émotion et de travail, de force de vos mains, je ne m'en souviens plus, et il vous invitait à venir par mes sentiers car un écho y était... il disait très certainement aussi que ces âmes perdues me touchaient et me bouleversaient encore et toujours.
    merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mémoires de silence
      Merci d'avoir pris le temps de refaire un second commentaire.Jen 'ai, en effet, pas vu passer le premier, mais celui-ci est très émouvant.
      Belle fin de soirée en amitié.

      Roger

      Supprimer
  15. #4 & #7 are mindblowing! paradise of perfection

    xoxo, Juliana | PJ’ Happies :)

    RépondreSupprimer
  16. "La boîte à mémoires" me plaît beaucoup... Un rangement de couleurs et d'alignements de végétaux qui laissent à penser que tout est très ordonné... et facilement repérable. C'est ainsi que l'on engrange les souvenirs pour ne plus les oublier !!!
    Je t'embrasse Roger.

    RépondreSupprimer
  17. Juliana.
    merci Juliana. Je te souhaite une belle soirée.
    Amitiés.

    Roger

    RépondreSupprimer
  18. Bonsoir
    On ne fabrique pas un artiste. L'artiste est ... par la reconnaissance et l'émotion qui en découle.
    Merci Roger de m'émouvoir
    A bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Océanique.
      Merci à toi. Malheureusement, si, il y a des fabriques d'artistes, notamment dans le domaine de la chanson. Ils deviennent, pour la plupart, des étoiles filantes, à peines dans la lumière que déjà rejetées. Il faut dire qu'au passage, ce n'est pas en pure perte pour tout le monde, car certains gagnent beaucoup d'argent sur leur dos. C'est la société de consommation !
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  19. Je viens de chez mémoire du silence et redécouvre votre travail, il est d'une force herculéenne car il doit être très physique en plus de ce talent artistique qui est le vôtre, c'est beau, c'est généreux
    c'est
    très beau
    ♥♥♥
    et plein d'amour
    merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J...
      Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins, cher inconnu et merci pour votre commentaire amical. Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  20. J'ai oublié de vous dire :
    vôtre cabane du pêcheur me ravit
    elle est si poétique
    un bonheur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J...
      Merci à nouveau. Un petit mot sur cette cabane du pêcheur. Dans la région d'Auray, où je pratique le land art le plus souvent, nous avons trois rias qui restent encore des lieux de travail pour les ostréiculteurs. Une très grande quantité de ces entreprise a malheureusement disparu, pour diverses raisons. Il reste ça et là, des anciens chantiers, dont des fameuses cabanes de pêcheurs, ouvertes et à l'abandon. J'y fais quelques créations. Hier, j'ai travaillé, sur la coque retournée d'une barque vétuste, dont la couleur et la matière m'avaient attirées. Je montrerai ces travaux dans quelques semaines.
      Belle soirée en amitié.

      Roger

      Supprimer
  21. Nice to visit your blog and to see these beautiful garden decorations !
    Have a nice Sunday !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ela
      Merci Ela. Merci de ta visite et de ton amitié fidèle.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  22. Eres maravilloso querido amigo...
    Me gusta la paz que transmites, tus creaciones llenas de buenos sentimientos y arte.
    Muchísimas gracias por acordarte de mi.
    Un gran abrazo Roger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Remei
      Merci Remei. Je ne sais pas si je mérite tous ces compliments, mais, de temps en temps, ça fait du bien à lire. Alors je les prends bien, venant de toi.
      Belle semaine à venir.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  23. ROGER bonsoir et merci pur ce si beau cadeau (La parole donnée) : Pour France
    je ais donc essayer de la prendre et te parler un moment ROGER
    tu sais ROGER tes paroles tes créations me font toujours beaucoup de bien*
    tu es unique et tu as un si grand ♥
    Merci d'être là et de donner encore et encore. POur moi donner est naturel et chez toi c'est encore plus naturel je trouve
    J'ai beaucoup aimé

    Pointe de Kerbihan le poser droit oui sinon il tombera. tu sais je n'ai encore jamais pu observer des
    Bernaches comme toi mais un jour j'espère pouvoir le faire
    Je t'embrasse fort ROGER

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. France
      Merci, France. Ce long compagnonnage amical sur nos blogs a fini par nous faire apparaître bien des points communs. C'est pour cela que nous nous entendons bien. Sans oublier que nous sommes bretons tous les deux.
      Je te souhaite une belle soirée.
      Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  24. Vos cairns se hissent, se succedent les uns aux autres sans faille, vos tableaux se posent sur le paysage, taches de lumieres, taches de temoignages. Le tout s'effacera mais la reconnaissance restera.

    RépondreSupprimer
  25. Thérèse
    Merci, Thérèse. C'est vrai que les cairns se succèdent comme autant de balises posées sur le chemin de ma vie et sans avoir ressenti la moindre fatigue à recommencer ces mêmes gestes
    comme je l'ai encore fait cet après-midi.
    Belle soirée, Thérèse.
    Amicalement.

    Roger

    RépondreSupprimer
  26. Hello Roger .. Very good pictures and compositions .. Full of quality and colors as always .. Good work .. Regards from Madrid

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ana Minguez Corella
      Merci Ana. Depuis mon départ de Facebook, beaucoup d'inoubliables amis m'ont laissé tomber. Je pense que c'est dans la culture et les habitudes des réseaux sociaux. Une sorte d'amitié volatile. Heureusement, je reste en contact avec mon cercle d'amis de du blog et maintenant, depuis un mois, d'autres personnes nombreuses venant de ma page Google+. Tout va bien.
      Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  27. Hi Roger,
    fantastic Artwork again and wonderful photos. I love them all. So beautiful !
    Best regards, Synnöve

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Seraphina's Phantasie
      Merci Synnöve pour tes mots d'encouragement.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  28. هჱ⊱
    Muito tocante: "Almas perdidas de Lampeduza", palavras são indispensáveis diante da imagem.
    Mas acredito muito na última composição: "Fé para a França", fé para todos nós.
    Seus trabalhos estão incríveis, belos e reflexivos.

    Ótima quarta-feira!
    Beijinhos do Brasil.

    ه°·✿✿

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Magia da Inès
      Merci Inès pour ta présence amicale et tes mots qui me touchent beaucoup.
      Je t'embrasse

      Roger

      Supprimer
  29. you create such beauty. i love the dark rocks in the first one. and love the lacy grasses you used, too. such a mind you see the world with!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. TxWisGirl
      Merci à toi. Ce cairn réalisé il y a une semaine, est maintenant sous les eaux du lac et je ne pourrais pas le refaire au même endroit. Ce fût un geste " éphémère ".
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  30. Fiquei encantada com tudo que vi aqui ! Lindo demais! Belas fotos, mandalas, caixa da memória, céus, tudo lindo! Adorei conhecer! abraços, chica

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chica.
      Merci Chica. Heureux de te voir à nouveau sur Le Chemin et de lire tes appréciations amicales.

      Bien amicalement.

      Rpoger

      Supprimer
  31. Nous sommes tous des itinérants sur cette terre, des intermittents du spectacle de la vie. Mais dans cette itin-errance où certains portent leur coquille sur leur dos, qui pèse très lourd, tu sors toi de ta coquille pour rejoindre les bernaches. Combien j'aime ces oiseaux migrateurs qui nous survolent et se posent en pointillés. L’âge est là mais les motivations demeurent t’arc-boutant jusqu’au dépassement, afin de repousser les limites.
    Tu remues ciel, terre et roches, fruits du labeur de la terre conjugués au fruit de tes pérégrinations artistiques.
    La vision druidique étincelle; la cabane du pêcheur semble négligemment posée au milieu du gué, sur un chemin de fruits des pas pour l'atteindre. Qu'elle est belle posée sur l'azur d'un ailleurs où il fait bon vivre.
    Mais n'ai-je pas entendu l'autre nuit qu'au milieu des migrants en partance vers nos terres pouvaient maintenant se glisser de faux migrants venant pour semer la terreur? Une poignée de fous furieux qui n’ont que faire d’une poignée de terre. Qui ne regardent pas à la dépense des mauvais sentiments envers l’humanité.
    Seul tu chemines, seul tu repousses les cicatrices, seul tu te joues de l’éphémère.
    Pour une poignée de terre, pour une poignée de mer, pour un chapelet d’îles de pierre érigées dans la structure verticale : la plus difficile car obligeant à se tenir droit, fier et en un mot : humain.
    « pour que renaisse le vivant ».
    Amicalement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maïté/Aliénor.
      Merci de ton long et beau commentaire, si riche. Je n'ai pas ces infos sur ces faux migrants, mais je ne suis qu'à moitié étonné, étant donné que cette organisation mafieuse est capable de tout.
      Je te souhaite une belle fin de semaine en amitié.

      Roger

      Supprimer
  32. bonjour Roger
    j'aime ta façon de re dessiner la terre avec ce qu'elle offre en baies, branches, feuilles et autres !
    les cairns sont puissance, même si voués à disparaître ! tout disparaît un jour, mais le monde tourne toujours
    et avec nous tous encore !!
    amitiés Roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MARTY
      Merci Marty. S'il y a bien un art qui se tient près de l'entropie, c'est bien le land art et c'est pour cette raison, entre autres, que je l'ai choisi.
      Belle fin de semaine, Marty.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  33. Heips Roger, your natur art is as beautiful as always.
    The stone family has become bigger :)
    Wish you happy weekend.

    RépondreSupprimer
  34. Toujours aussi intéressant de suivre ces impressions artistiques et rupestres. La nature de la Bretagne s'y prête bien (voir cap Frehel et île de Sein)
    Ce sont toujours de belles promenades et votre site m'ouvre des horizons insondables
    Merci

    RépondreSupprimer
  35. Je découvre toujours avec le même plaisir tes installations
    Je lis les dédicaces et les informations. Merci de ce plaisir toujours renouvelé
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  36. Une fois de plus, je viens tard, mais je viens.
    Quelle merveilleuse surprise ! cette vision druidique à moi dédicacée. Je suis vraiment émue et ravie. Mille mercis Roger. Ce mandala va rester imprimé dans ma mémoire, car je l'aime infiniment.
    Mais je n'aime pas quand tu parles de ton départ. Nous sommes tous dans le même train et personne ne sait à quelle station il, ou elle, va descendre. Personnellement je m'en moque, tout ce que j'espère c'est que pas un de mes enfants ou de mes petits-enfants descendent avant moi.
    Il se fait tard, je t'embrasse et je vais lire ton billet suivant. À tout de suite.

    RépondreSupprimer

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.