La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

lundi 3 novembre 2014

La dérive des sacrifiés :  pour Mémoire du silence
Cairn de  l'embarquement : pour Rick Forrestal
Loup solitaire : pour Danièle Duteil
Brightness : à Guy Allix
Cairn de  l'absence : à Marie-Josée Christien
Le conte en marche des  pierres noires : pour Hélène Phung
La parole donnée :  pour Thibault Germain
L'attente  :  pour Erin
Les  mémoires de Toussaint : pour Epamin'
D'une vie  à  l'autre :  à Paul Quéré
Gnomon du Golfe : pour  Marie
La jonction : pour Joelma.
L'éternel signal  : pour Nathanaëlle
Les demoiselles des Sept Îles : pour Camino Roque
La rencontre : pour Anne-Marie Santiago
Sérénité  :  pour Ariane, Cléa et Emmanuelle


A Marie-Claude...



Lampedusa

J'ai repéré une très grosse pierre qui ne devrait pas tarder  à être cernée  par la marée montante. Dans deux heures, ce sera fait.. Je suis arrivé sur la plage par l'Est. L'océan est gris, l'estran sans un  être humain, le soleil,pâle au travers des nuages.
 Avant  même de commencer  mon installation, je les vois, ces êtres abandonnés de tous, transits de froid dans leurs longs manteaux de nuit. Ils guettent, sans trop d'espoir,  l'origine du monde. Il viendra de  l'Est, le cercle  d'or, mais  il sera trop  pâle pour les réchauffer. Ils ne le verront pas, le soleil espéré, ces  hommes, femmes, enfants,  pétris de brumes qui s'accrochent  à leurs lambeaux de rêves. Les enfants comprennent cette chose : exister ne sera que  provisoire sur ce cailloux. Le silence des adultes les envahit. La mer  bat le rocher. Ils deviennent des souvenirs.
J'ai passé  beaucoup de temps à rassembler les pierres nécessaires  à réaliser cette scène. Je vais les chercher  loin. Je les mets en place, elles tombent, comme des dominos. Je recommence. Le vent ne m'aide  pas. Il est important,  pour moi, de délivrer ce message  à  l'océan,  pour conjurer ces cris de  haine : jetez-les  à la mer. 
L'homme invente, sans cesse,  l'inimaginable, encore  une fois et sacrifie  une partie de  l'humanité. Lorsque je quitte la plage, le gros rocher est entièrement couvert par la mer.

Présences...

Ce n'est pas facile d'appartenir  à la foule des anonymes et c'est pourtant là que tout se révèle. A force d'approcher  l'évidence d'une disparition certaine,  à force de me tenir en  marge du bruit des foules, j'ai retrouvé cette  liberté de  mon enfance rebelle.
Si je capte une belle  lumière, je la partage avec le paysage,  ou, avec l'oiseau de passage. J'aime voir au-delà de ce ce que ma vue  propose. Sans émotions, pas de basculement, pas de passage de la ligne, pas d’éblouissements ni de frissons  possibles.
Les présences ne peuvent s'expliquer ni se fabriquer. Elles sont la preuve du lâcher-prise, de la vraie connexion avec les forces vives de la nature. Aucune  pierre n'est muette, chaque conteur le sait. Parfois, se tiennent-elles dans la retenue, mais c'est tout.Chaque  pierre reçoit, contient et transmet sa part d'univers à qui sait l'approcher,  l'écouter. Ainsi, l'outre monde  peut-il être contacté de cette façon et de  mille autres encore.

Lac

Si  j'ai pris le temps de descendre jusqu'au lac asséché, c'est que ce voyage  a son  importance. Le dessous des choses  parle, l'épaisseur des mots, comme le dessous du niveau de l'eau où je vais installer plusieurs cairns.C'est le royaume de la mort annoncée, mais c'est aussi une chance de prendre place dans cette  immense plaine éphémère. J'y élève trois cairns  : Celui de l'absence, celui du signal et celui du conte en marche des pierres noires.

Presqu'Île de Locoal-Mendon

Un fort vent de 70km heure est annoncé. Il est bien là. Je m'engouffre dans le chemin de Cadoudal et décide de traverser la presqu'île de part en  part. Je remonte le cours de  l'histoire et passe de la légende  à la réalité. Lorsque j'arrive  à découvert sur la ria, le vent me fouette le visage. Je veux  pourtant élever un très grand cairn dans cet endroit magnifique et sauvage. Je transporte de très grosses  pierres  pour en assurer la base et monte l'ensemble  jusqu'à 1;90 mètre. Ce cairn à fière allure et je peux continuer ma route. Il  portera le nom de cairn de l’embarquement.


Roger Dautais



Chambre de
combustion
solaire
                        musique
fission

Le hasard y fait
feu de toutes ses flûtes
La nécessité
bois de toutes ses cordes

Poursuite
musicale
érubescente
d’un vivant probable
Strette
d’une fugue de l’amorphe
Avant l’oreille
Avant l’œil

Avant le point
d’eutexie
de tous les sens

Ou bien encore
noctiluque ovni
au space opéra
des sphères
sonate de l’être
humain

Diastole et systole
du porphyre
au sein de la terre
Extase matérielle

Dans l’aube
cramoisie
le brasillement solaire
tango

Paul Quéré

 ***

LES FOUS





Les fous s’en vont par deux sur la route des songes
Sans regret de la nuit qui bat leurs mains de pauvre
Ils ne sont ni surpris ni las d’être chassés
Tant leur visage est pur et leurs pas insouciants

Ils ont fui la grand ville aux faces redoutables
Aux cheveux arrachés par les mains des trottoirs
Trop de voix les frôlaient et trop d’yeux sans savoir
Où toucher de la vie le cœur ou la cadence

Si vous voyez passer deux de ces gens du rêve
Et le sang barbouillé de joies qu’on ne sait pas
Ne les arrêtez pas car un fou qui s’éveille
C’est un espoir qui meurt.

André Daviaud * 


 *http://andredaviaud.free.fr/

86 commentaires:

  1. Wonderful collection of sculptures, Roger . . .
    especially the first one -- a family together!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rick Forrestal.
      Après une grosse panne informatique, je me mets avec beaucoup de retard à répondre à vos commentaires. J'espère que vous le comprendrez.
      Merci pour tes mots d'encouragement, Rick et à bientôt.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  2. Tutte meravigliose ma la prima, la prima lascia senza parole.
    Essa è perfetta, nella composizione, nel colore torbido dell'acqua, nella disperazione dei sassi che sembrano possedere un'anima.
    Sublime!
    Francesca

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. francesca
      Merci Francesca?, tes mots me touchent beaucoup.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  3. UN SILENCE DE MORTS
    ......................ISABELLE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Amandine Durez
      Merci Amandine. C'est cela, avec le bruit de la mer qui montait.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  4. Quelle émotion Roger, cette "dérive" silencieuse et mangée par les vagues !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anne Le Maître
      Merci Anne.
      C'est vrai, d'une installation à l'autre, les émotions ne sont jamais les mêmes. Dans cette série " Exil " qui me tient plus particulièrement à cœur, celle -ci était très forte, m'emportant loin de cette plage, vers ces souvenirs de drames à répétition.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  5. Cuanta belleza y cuanto colorido.
    Me encanta

    RépondreSupprimer
  6. Bonsoir Roger, splendides sont tes créations, merci à toi Roger ;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thibault Geermain
      Merci Thibault. Je peux en dire autant des tiennes.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  7. Roger, nämä ovat jälleen ihastuttavia kivitaidetta.
    Ja kiviperhe ensimmäisssä kuvassa on saanut perheen lisäystä.
    Toivon sinulle mukavaa syksyä.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. orvokki
      Merci Orvokki. Il arrive que parfois, naisse un enfant sur le chemin de l'exil et pour lui, commence la galère, dès la première respiration. Drôle de monde que le nôtre.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  8. La Méditerranée est passée de berceau de civilisation à tombeau... Quel malheur. Quel immense malheur que tous ces gens qui veulent juste survivre moins mal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chri
      Merci Chri. On en parle à chaque chavirage. On laisse faire les passeurs et pour ceux qui arrivent à atteindre l'Europe, commence ensuite un infernal jeu du chat et de la souris avec les polices de nos pays. Je ne vois pas ce trafic d'êtres humains s'arrêter comme cela.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  9. ces fous qui construisent la vie
    arpentent les routes
    comme toi comme moi
    en quête d'une quelconque
    éternité

    j'ai toujours grand plaisir à te visiter cher Roger

    je t'embrasse

    Patrick L

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Patrick Lucas
      Personnellement, je n'ai pas d'autre choix et je suis bien le seul dans ma grande famille !
      Tu reviens sur le Chemin quand tu veux, c'est aussi un plaisir pour moi.
      Je t'embrasse amicalement.

      Roger

      Supprimer
  10. we're foolish people. it is too easy to forget just how much work must go into these creations. just how much work it is to be a goose and fly to russia. but i stop and remember for a moment and gasp at what you have brought to us again. i find myself shaking my head; it is impossible. and yet you do it over and over again, in new ways, with slight calibrations that change everything.

    "'Everything that exists is a moment forever.'
    Here we enter the history of mankind."

    it sounds great, but measured against the immeasurable - well, it's great enough:)

    xo
    erin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. erin,
      Merci Erin. J'avoue être devant le même genre de questions lorsque je prends la route le matin, pour aller vivre dehors alors que tout le monde ou presque reste calfeutré en attendant déjà les beau jours. C'est justement dans la confrontation avec cette nature changeante, qui fait perdre tous les repères, toutes les habitudes et qui met le corps à l'épreuve que naissent les émotions, puis mes installations. Cela reste incompréhensible pour bon nombre de gens.
      Belle soirée, Erin.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  11. Réponses
    1. camino roque
      Merci pour ton passage, ici. Dommage que ton blog soit en arrêt prolongé. J'espère que tu vas bien et continue à peindre.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  12. La parole donnée tel un fil rouge de la vie, c'et beau, Roger.
    Je t'embrasse bien fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. norma.
      Merci Norma. J'ai chois cette installation pour Thibault qui est un homme de parole. Pas si fréquent que ça.
      Je t'embrasse bien fort également.

      Roger

      Supprimer
  13. Very wonderful creations , Roger !!!
    Especially the first one is amazing, looks like a big family !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ART-TRAVELLER
      Merci pour ton passage amical sur le Chemin.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  14. Comme toujours tes œuvres sont 'touchantes" . Ce qui me va particulièrement au cœur c'es la dérive des sacrifiées qui illustre si bien le drame des boat people...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. manouche
      Merci Manouche. Oui un drame qui laisse nos États bien indifférents.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  15. Hi Roger.. Wonderful as always.. Love the memory of silence.. So beautiful.. Have a great week.. Salut..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ana Minguez Corella.
      Merci Ana.
      En effet, ce drame mérite d'être dénoncé de toutes es manières et non quand ça arrange les journalistes pour faire un scoop.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  16. La dérive des sacrifiés : pour Mémoire du silence
    A mediter.
    On sort toujours avec emotion de vos billets.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thérèse,
      Merci Thérèse. L'expression artistique permet aussi d'exprimer une colère même si certains ne nous prêtent pas ce droit. Ne rien dire et ne rien faire c'est cautionner ce crime.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  17. I look at these amasing statues again and again. I have tears in my eyes when I look at "La Dévie des sacrifiés". I read Your writing about making this great group. And others...
    It is wonderful that You write Your wandering and finding stones, making statues.
    And finely the poems. Thank You very much this amasing moment with Your Art.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Uuna Syrjäsuo
      Merci, Uuna. C'est toujours un plaisir de te retrouver ici et de lire tes mots d'encouragement.
      A très bientôt, chez toi.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  18. Quelle sérénité dans ces créations .....
    Merci Roger pour ce beau partage artistique .
    Bisous ... Thérèse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thérèse
      Merci Thérèse. La sérénité est un mot qui me plait bien car le land art est pour moi une action qui doit y mener le plus souvent.
      Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer

  19. I admire your land works. Always are amazing.

    · hugs

    · CR · & · LMA ·


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. nCOC Le bOLO
      Merci de tes mots d'encouragement.
      Amicalement.
      Roger

      Supprimer
  20. Ton langage est fort, je t'envie de communi(qu)er comme ça avec tes créations.
    Belle semaine Roger,
    Sadaya

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sadaya
      Merci Sadaya. Tu as un autre moyen à ta disposition avec lequel tu peux aller loin aussi dans la com, la photo. Ne l'oublie pas.
      Belle fin de semaine en amitié.

      Roger

      Supprimer
  21. La première image est bouleversante, je n'ai rien d'autre à dire de "La dérive des sacrifiés".
    "Les mémoires de Toussaint" me paraissent comme une offrande du meilleur, de ceux qui ne sont plus visibles à nos cotés, et comme notre gratitude à leur égard.
    Tes autres créations me font penser à cet éternel recherche d'équilibre que nous essayons de construire dans nos vies.
    Et ta "Sérénité" encadrée d'une nature verte, dit bien ce qu'elle dit et qu'elle inspire en la regardant
    Merci Roger !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fifi, Merci Fifi.
      Toutes mes installations partent d'une émotion, de celles que l'on nous apprend à maîtriser, à ne pas montrer, pour bien entre dans le rang. Ce que je ne pourrais pas ou, plus faire car je n'ai plus le temps. Ce qui fait que ces installations parlent pour moi.
      Merci pour ta présence régulière et tes encouragements.
      Amicalement.

      Roger.

      Supprimer
  22. Dès l'ouverture j'ai été touchée par la première photo, elle me touche profondément car elle a un lien avec les personnages que je fais en peinture ... et la dérive et quelque chose qui me touche aussi tant... et c'est avec grande émotion que j'ai vu qu'elle m'était destinée ... j'en fort émue et je vous la vole, peut-être m'inspirera-t-elle une peinture, ... mais elle me donne envie d'écrire... merci encore pour tout et pour cette richesse, cette beauté, cette force et cette intelligence qui sort de vos mains... merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mémoire de silence
      Merci à vous. Il me semblait, effet que vous pouviez vous charger de ce message sans aller jusqu'à penser vous voir le prolonger par la peinture et par l'écriture. J'espère que vous me ferez part de vos résultats.
      Belle soirée en amitié.

      Roger

      Supprimer
  23. Encore de très belles créations, des réalisationsqui semblent instables mais qui dansent sur l'eau comme tes demoiselles .
    Bonne fin de semaine Roger . Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brigitte
      Merci, Brigitte pour tes encouragements amicaux.
      Reçois mon amitié en retour. Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  24. Υπέροχα όλα!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Καλό Χειμώνα!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  25. Bonsoir Roger,

    Magnifique.
    De la force et de la fragilité.
    Beaucoup d'émotions.
    Superbes réalisations.
    Je t'embrasse amicalement Roger...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Leeloo.
      Merci Leeloo et belle fin de semaine.
      Je t'embrasse amicalement

      . Roger

      Supprimer
  26. J'espère que l'océan délivrera ces beaux messages...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :)
      Merci. Je l'espère aussi.
      Belle soirée en amitié.
      Roger

      Supprimer
  27. Olá Roger,
    A mensagem foi entregue lindamente ao oceano e muito além dele alcançou a eternidade em agradecimento e carinho.
    Muito obrigada!!! me sinto honrada por tão linda dedicatória em arte.
    Desejo-lhe sempre muitas inspirações e harmonia com o universo.
    Beijos
    Joelma

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Joelma.
      Ce que tu m'écris me touche beaucoup. Le land art permet beaucoup de choses, mais cette pratique quasi constante avec la nature, tend à cette harmonie partagée avec l'univers et c'est une richesse constamment renouvelée.
      Je connais ta démarche dans la vie et je ne suis pas étonné que tu m'écrives ceci.
      Je te souhaite une belle fin de semaine et je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  28. La première, la dérive des sacrifiés, est vraiment superbe et émouvante. Placés sur cette roche inclinée...

    Bonne semaine à toi Roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le journal de Chrys
      Merci Chrys. C'est vrai que cette installation a ému et touché beaucoup de personnes. C'est fait dans ce sens.
      Belle fin de semaine à toi, au milieu de tes petits élèves
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  29. Bonjour,

    Je découvre un bel univers...Merci Elfi pour ce joli lien !
    Je m'autoriserai une prochaine visite...

    Je vous fais de gros bisous ☁︎

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. martineealison
      Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins et merci pour votre commentaire.
      Je vous embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  30. un triangle en retour... chez moi!!! bises

    RépondreSupprimer
  31. brightness et cairn de l'absence me touchent ! cet équilibre précaire qu'est la vie
    et dont il faut saisir chaque seconde pour se couvrir de souffles !
    tes photos sont belles Roger et c'est un plaisir de se promener par ici!
    je t embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MARTY
      Merci, Marty. C'est bien le sentiment de fragilité que je ressens dans cette vie qui s'allonge et se termine à la fois. Certaines situations me font me demander ce que je fais là, à escalader des falaises dangereuses et faire tant d'efforts. En même temps, c'est ma façon de vivre, dans l'effort, le calme, la réflexion, la recherche d'équilibre. Je préfère ça au fauteuil, même si j'en ai l'âge. J'apporte en même temps un peu de bonheur aux gens, alors, je continue.
      Merci de tes encouragements.
      Je t’embrasse.

      Roger

      Supprimer
  32. Bonjour Roger
    J'emprunte pour la deuxième fois le sillon creusé par ce billet, sur le chemin de tes grands jardins et j’entre de plain-pied dans ta poésie dont j’apprécie la force et la beauté des combats que tu soutiens.
    Quelle beauté d’évocation dans ces silhouettes de réfugiés. Qui défilent sur le théâtre de la mauvaise vie.
    Quelle évidence dans tes « Présences » qui me portent vers Roberto Juarroz :
    « Il est des paroles que nous ne disons pas
    Et que nous mettons sans les dire dans les choses.

    Les choses les gardent,
    Et un jour nous répondent avec elles,
    Et nous sauvent le monde, comme un amour secret
    Aux deux extrémités duquel
    Il n’est qu’une seule entrée.

    N’y aurait-il quelque parole
    De celles que nous ne disons pas
    Que nous aurions placée
    Sans le vouloir dans le néant ? » (I,13)
    Toi, à chaque élévation, à chaque composition, tu nous montres comment la nature et les cairns répondent de tout ce qu’ils portent en eux et tu t’inscris en énergie pour combattre le néant : celui de l’oubli, celui du temps qui passe, celui de la domination de l’homme sur l’homme, celui du regard porté sur ceux qui parlent vrai et passent pour des fous.
    Faisons route vers « l’embarquement » dans cette poésie des mots et de tes installations qui nous élève. » Poésie Verticale » dit Roberto Juarroz. La parole est donnée. Elle ne demande qu’à être prise au vol.
    Paul Quéré , quant à lui sensible à la musique, souligne que » la nécessité fait bois de toutes ses cordes » comme toi tu fais musique et poésie de toutes les pierres : »Conte en marche des pierres noires.
    « La poésie n’est pas évanescence, mais présence »
    « Au fond de cette lave, trouvera-t-on le feu qui survit ? Le risque, il faut le prendre. » Andrée Chedid.
    Le risque tu le prends, peut-être à ton corps défendant.
    Pour arriver en « loup solitaire » à une certaine « Sérénité ».
    Et les fous continueront à s’en aller par deux, la clé des songes à la ceinture. On peut être à la foi loup solitaire à l’intime de soi et s’en aller en compagnie de ceux que l’on aime.Comme j’aime la conclusion d’’André Daviaud :
    « Ne les arrêtez pas car un fou qui s’éveille
    C’est un espoir qui meurt. »
    Amicalement.
    Maïté

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maïté/Alienor
      Merci, Maïté. Chaque commentaire est un signe de vie qui m'est adressé, un temps de vie accordé. Tout le monde n'a pas ta culture ni cette belle écriture, ni cette science de lettré qui me manque, mais je les reçois avec la même émotion et je me dis que sans cette présence humaine, ce retour, sans tous ces yeux anonymes qui se posent sur mon travail, il perdrait toute signification sans le regard et l'avis de l'autre constituent ce lien d'humanité indispensable pour qu'une création soit réelle. C'est bien l'ensemble de tous ces contacts tissés en cinq ans et ces bientôt 200 000 visiteurs sur le Chemin des Grands Jardins qui m'ont fait, malgré mes graves ennuis de santé, continuer une œuvre qui de toute façon ne durera plus longtemps maintenant par rapport à ce qui a été fait.
      Je te souhaite une belle soirée et je t'embrasse, chère Maïté.

      Roger

      Supprimer
  33. ROGER je viens te dire bonjour et encore un grand merci pour tes si belles créations
    et bonjour ton imagination
    gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. France,
      Merci chère France , je suis toujours heureux de te lire ici et je t'embrasse bien fort.

      Roger

      Supprimer
  34. Comme Martine, je remercie Elfi pour le lien.
    Je vais revenir ouvrir grand mes yeux, sur vos œuvres.
    Bises.
    Belle fin de journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mireille.
      Merci Mireille et bienvenue sur le Chemin des Grands Jardins. ElFI suit en effet mon blog depuis pas mal d'années et m'envoie de temps en temps des amies.
      Belle soirée.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  35. Bonsoir, Roger! Your last compositions are full of decisiveness and strength, even when the stones are situated on a piece of wood, a tree or ropes... I'm always wondering how you can be so productive - always inspired, always full of wonderful ideas!:) Best wishes from a mild and colourful November!
    Here is something that maybe you haven't seen yet...
    http://vimeo.com/gravityglue/videos

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. rossichka
      Merci Rossichka pour ce message d'encouragement qui me va droit au coeur. Pour la viéeo, oui, je la connais et je connais aussi cet artiste avec qui je corresponds de temps en temps. Ce qu'il réalise est surprenant.
      Belle soirée à toi.

      Roger

      Supprimer
  36. Réponses
    1. mémoire de silence.
      Merci. Quel retour touchant.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  37. Precioso... En el Cino de Santiago, he visto muchas formaciones con piedras... Un saludo desde Murcia....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. alp.
      Merci à toi de ces mots d'amitié posés sur Le Chemin.
      Bien amicalement en retour.

      Roger

      Supprimer
  38. J'ai repris le chemin des grands jardins et j'ai fait une bien belle promenade!
    Tes oeuvres sont toujours aussi magnifiques!
    Merci pour cet instant de poésie et de magie, Roger.

    ***
    Belle soirée. Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mildred
      Merci, Mildred
      Heureux de te lire à nouveau. Merci pour tes encouragements et à bientôt chez toi.

      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  39. Debouts, face à la mer, à la forêt, regarder au loin, pour se relaxer, se reposer, se ressourcer ... Merci pour ces moments !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marie.
      Merci Marie. Je suis toujours heureux de partager ces moments qui sont privilégiés, avec des amis.
      Amitié.

      Roger

      Supprimer
  40. Ogni creazione è stupenda ma la prima è anche un po' divertente e mi piace molto!
    Complimenti e buona domenica! ciao Cri

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Christina
      Merci Christina pour tes mots d'encouragement.
      Avec mon amitié.

      Roger

      Supprimer
  41. Merci Roger d'aborder cette incommensurable injustice contre laquelle certains hommes et femmes se battent, mais le massacre et l'exploitation continue.

    POURQUOI?

    Des mains tendues
    Et des rêves
    Tout plein d'espoir,
    Des ailes
    Coupées
    Des hommes,
    Des femmes,
    Des enfants,
    Abandonnés
    À la mer
    Qui inlassablement
    Berce leurs corps
    Sans vie.
    Que d'indifférence
    Depuis le Port
    Qui ne rêve plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lune.
      Merci Lune. En effet, ce sujet est difficile à aborder et je sais qu'il me vaut depuis tant d'années, pas mal de critiques, rarement écrites mais directement adressées par leurs auteurs. Je continue malgré tout. Merci pour ce très beau poème si touchant.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  42. Qu'elles sont belles et évocatrices ces créations rythmées par le souffle poétique et l'attention portée au prochain ! La dérive des sacrifiés est particulièrement touchante, ainsi que le cairn de l'absence et d'une vie à l'autre. Quant au loup solitaire, j'ai deviné tout de suite qu'il se trouvait au bord d'un chemin creux de la presqu'île de Locoal. Merci, Roger !

    RépondreSupprimer
  43. Danièle Duteil
    Merci pour ton très beau commentaire. Si certains peuvent développer une œuvre détachée des événement qui nous entourent, je le comprends très bien. Que cela me le soit régulièrement reproché, je peux aussi le comprendre, mais personnellement, je ne peux pas le faire, c'est pourquoi, l’actualité bien percuter de plein fouet ce que je peux réaliser en land art et l'oriente vers une symbolique plus forte. Je pense que nous avions évoqué cela lors de notre première rencontre. Mais je te sais suffisamment compréhensive et généreuse pour comprendre de tels engagements.
    Je t'embrasse bien amicalement.

    Roger

    RépondreSupprimer
  44. ROGER bonsoir et merci encore merci pour La diagonale jaune j'adore et c'est bien une photo pour moi
    que je vais garder dans mon ♥
    tu sais entre la pluie et mon travail je ne trouve plus trop de temps pour passer sur les blogs et j'en suis désolée
    tu t'en doutes
    J'adore tes créations c'est si simple mais tellement recherché je trouve
    trouver ces idées n'est pas chose facile je trouve
    Mais parcourir ton blog est toujours un moment si doux
    je t'embrasse fort ROGER

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. FRANCE
      Merci, chère France. Oui, je sais que ta région est durement frappée par les évènements pluvieux catastrophiques et j'imagine quel doit être votre angoisse à tous. Je t'ai fait cette dédicace parce que tu es une personne à qui je tiens beaucoup et notre amitié est importante pour moi. Je t'embrasse très fort.

      Roger

      Supprimer

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.