La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

mercredi 17 septembre 2014

La vague : pour Olivier Mélisse
Bienvenue sur l'autre rive  : Pour Jacques Manceau
Occurrences Celtes :  Pour Laodina Le Gal
Passion rouge : pour Marie-Claude
Boîte  à  mémoires des perdus  : pour Joëlle Mandard
Sangs mêlés de Kernours : Pour Danièle Duteil
Terre d'exil : aux enfants du  monde
Les trois sœurs : pour les sœurs Gwernig
Le secret des  pierres : pour Youenn Gwernig
Scarface : pour Erin
Pierre d'offrande  : à Paul Quéré.
La question: Pour Louis Bertholom.
La réponse du Loc'h: à Marie-Josée Christien
Les  demoiselles d'Omphalos : pour l'inconnu péri en  mer.
Offrande au soleil levant : Pour Rick Forrestal


A Jacques Manceau.


A  l'heure  même  où j'écris ces lignes, ils mettent  un  homme en terre,  loin d'ici. Le passage d'une rive  à l'autre,  il l'a payé, cash, cher. Il était  mon cousin Jacques.
 Pour toi, Jacques, cette dernière spirale du Vieux-Passage, en terre Bretonne. Tu le sais, maintenant, toutes les terres ne font qu'une et chacun selon ses croyance  y trouve la paix, dit-on . Qu'il en soit ainsi  pour toi.

On ne peut quand  même pas imaginer la vie sans la mort. A chaque disparition, je monte en  première  ligne. Je ne l'oublie jamais. Ce qui a changé depuis que nous sommes en Bretagne ? Nous y avons vécu 17  mois. Dix sept de  moins à vivre sur  mon  propre compte.

  Ty Bihan

Le  monde  est beau, sans doute. Il est cruel, aussi. Combien d'exilés envoyés par le fond ces  jours-ci en Méditerranée et  à qui  profite le crime ?
  Je suis sur les roches de Ty Bihan, en ce  lieu difficile d'accès, aux  pierres  lisses, glissantes,  lourdes. Je m'y rends parce que  l'endroit est beau, calme. J'ai des choses  à dire à proclamer devant  l'océan. Pierre après  pierres, je compose le  poème du jour, puis  un autre, et un autre, jusqu'à épuisement. Ils valent bien cela ces enfants du  monde, sacrifiés sur le chemin de  l'exil. Qu'on arrête de  me parler de mes petits  bonhommes rigolo. Je préfère que vous passiez sans rien dire. Cela me convient  mieux.

Île de Berder

Ce qu'ils appellent vagabondage et qu'ils  punissent, n'est qu'un reste de  liberté première d'aller et venir dans la nature, avant qu'elle ne tombe aux mains des  propriétaires. A  moins qu'ils ne soient contraints et enfermés dans des cages,les oiseaux ne se soumettent qu'aux  lois de la nature, ignorant, limites de  propriétés et frontières. J'aimerais revenir sur terre sous la forme d'un  oiseau.
Les demoiselles de Berder ont pris leur envol  pour  l'Omphalos, entre les carcasses du cimetière marin de l’Île de Berder. J'ai expliqué au  photographe  présent qu'il s'agissait  pour  moi, de rendre hommage au marin  pêcheur, tombé la veille d'un caseyeur et disparu en mer, au large de Belle Île. Il a compris  mon geste, ajoutant, n'en parlez pas  à mon groupe d'amis,  ils ne comprennent pas ces choses  là.

Côte sud de la Bretagne.

Elle m'attend  à la maison, souffrante. Je pense aux longs  mois passés dans cet état. Je l'aime. Je rapproche deux  pierres sur  l'estran, je les lie d'un coton rouge et termine le tableau en posant  une tête sur chaque corps. L'Atlantique  monte. Bientôt ils seront recouverts et ne restera plus que  l'immensité marine et son  horizon.
 Au bout du paysage, existe-t-il plus beau que ton  regard.
 Elle accompagne chacun de  mes pas. Je grimpe sur la falaise. Je reprends le chemin de ronde. Je vais la rejoindre.

S'alléger si  l'on veut vivre. Le trop, parfois, c'est le contraire de la vie.

Mémoires

Pour ne pas perdre  pied, ce Dimanche, j'ai décidé de faire le tour de  mon village, dans le sens  inverse des aiguilles d'une  montre. Brec'h. Ville étape. Pont Romain, sur une pierre de remarque, déjà rencontrée, je réalise autour de pièces métalliques trouvées près d'une machine agricole abandonnée, trois  installations. Je questionne le  lieu et totémise la  pierre de remarque. La réponse ne tarde  pas. Le magnétisme des cours d'eau et de cette voie Romaine,  m'inspire. Trois noms, Bertholom, Christien, Quéré me sont servis par ma mémoire.Ils sont présents, ici.
Je reprends la route. Seconde étape: même ville, Champ des Martyrs. Après une  longue cueillette, je réalise  un boîte  à  mémoires. Chaque  végétal, chaque  matériau a sa  mémoire, éphémère. Le tout assemblé doit raconter, chanter une histoire. Ensuite, je peux partir.

Terrasse de Saint Goustant

Un  petit groupe d'étudiants parle de Hannah Arendt et moi, je lis "La terre  à personne" d'André Daviaud. Pas de rapport direct entre les deux auteurs, sinon, la littérature. Ici, ma solitude se contente d'une tasse de café noir, sans sucre et de quelques pages de  lecture à la terrasse de l'Armorique.
L'été est fini.


Roger Dautais
Pluneret, le17 Septembre 2017


.../
Tout se justifie
en cette  vieille contrée
qui se donne à l'océan
comme  une nymphomane
affamée de sel et d'iode.

" Mes chaussures crissent
un papier froissé
sur les gravillons  blancs
qui  mènent à ta dernière demeure. "

Kermabec terraqué.
effrayé,  presque, habité  pourtant,
 village-passage vers les nuages
et les gerbes de  l'océan
qui s'impatiente.../

Louis Bertholom
 Bréviaire de sel
Editions Sauvages 2013





Bretagne. Ici on ne pense pas, on chante, on danse la pensée. On ne pèse pas les mots, les arguments, on les laisse s’accorder à une mélodie, une musique interne suscitée par le lieu, l’élément, pluie et vent. Le corps la joue, comme les branches de l’arbre, la voile du bateau, le conduit de la cheminée, le rocher battu de la vague. L’âme caisse de résonance ?

Nous nous en remettons à ce chant intérieur, d’ailleurs moins personnel que création commune. Secret de notre silence sauvage.

Il neige. Poésie en hibernation dans le sein chaleureux de la terre qui l’écoute, la sent, lui parle : comme la mère à l’enfant qu’elle porte.

Le silence est une œuvre au noir.

Autre temps, autres lieux, le Bouddha, Lao Tseu et le Bodhidharma, invitaient, eux aussi, à danser la pensée…

Secrète nature, muette nature, le chant intérieur n’est pas personnel. Il est bien commun, viole de Bretagne, violon bigouden !

Etre en harmonie avec l’espace vécu comme une célébration : nous nous sentons, ici, plus près d’un Orient même extrême, que d’un Occident bavard, raisonneur, ratiocineur, dont nous ne pouvons saisir les paroles tant leur flot nous submerge, nous étouffe, nous noie…



 Paul Quéré *

*  http://www.cyclopaedia.fr/wiki/Paul-Quere


73 commentaires:

  1. Le plaisir de vous retrouver, vous et vos oeuvres et j'espère que la maladie a enfin quitté votre maison...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chri,
      Merci pour tes encouragements. Pour le reste, ce sera long.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
    2. Alors mes voeux de courage et de forces. Amitié.

      Supprimer
    3. Chri
      Merci, Chri, nous en avons besoin.
      Je te souhaite une bonne semaine.

      Roger

      Supprimer
  2. Beautiful beautiful beautiful beautiful, they are out of this world.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bob Bushell,
      Merci Bob de cette reconnaissance venant d'un grand photographe.
      A bientôt sur ton blog.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  3. Le composiozioni sono stupende! Credo che un elogio vada anche alla luce catturata che sottolinea lo splendore delle creazioni artistiche nelle foto.
    Buona serata.
    Francesca

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Francesca
      Merci Francesca. Oui, les couleurs ici, sont magnifiques et je te remercie de le souligner. Elles appartiennent au pays, et la lumière aussi, Bretonne et chaque jour, surprenant de vie. Je lui dois beaucoup.
      Belle semaine à toi. Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Rick Forrestal
      Merci Rick. Ta présence amicale est réconfortante. Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  5. Je suis extrêmement sensible à cette "Question" tout en spirale et en nuances de verts...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anne Lemaître
      Merci, Anne. J'étais moi-même très sensible à cette qualité de vert des bogues et surpris de leur douceur en main. Quinze jours après, elles sont devenues par la maturité, des hérissons.
      J'espère que votre escapade de cet été fût aussi un ravissement pour l'aquarelliste que vous êtes.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  6. Oh, oui, c'est vrai que "toutes les terres ne font qu'une" and that one can find there, only there "la paix". It's been a year since my mother passed away, so the "life-death" theme is close to me... I think that it's always connected with love and grief, fear and hope, doubt and belief...
    Your works are amazingly beautiful as ever!! I like especially "Passion rouge", "Terre d'exil" and the red fruits crawling along the bark of the tree...:)
    Dear Roger, thank you so much for your answer to my previous comment! I hope everything will be O.K. and you will have a wonderful Autumn and a happy birthday!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. rossichka,
      Merci Rossichka. Perdre sa mère st une douloureux épreuve. Un an passé depuis sa disparition, mais, c'est comme hier, pour vous et il
      est bien naturel que cela vous trouble. C'est aussi une tradition en Bretagne, de vivre parmi ses morts, quoiqu'elle s'atténue dans les jeunes générations. Pour moi, c'est naturel d'en parler et de l'inclure dans mes créations sans arrière pensée morbide. Certains ne le comprennent pas.On ne peut pas passer son temps à se censurer pour plaire à tout le monde. J'assume ce que je fait et suis heureux d'être parfois suivi dans mes choix.
      Je te souhaite également, un bel automne.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  7. Roger,
    Votre "Passion rouge" me touche profondément. Ce lien si éclatant face à la marée qui monte, ce couple uni face à l'adversité qui va se noyer dans l'immensité de l'océan, ces corps de pierre serrés l'un contre l'autre : l'amour de conjoints que rien ne peut séparer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nicole Giroud
      Merci Nicole, tu interprète à ta façon cette petite installation et tu en as compris le vrai sens.
      Belle semaine, Nicole. Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  8. « J'aimerais revenir sur terre sous la forme d'un oiseau. » C'est ce que je disais il y a peu dans les commentaires de mon dernier billet. Et je précisais "d'un oiseau végétarien". Pas question pour moi de renaître en vautour, ou en faucon !

    Contente de retrouver ta voix, Roger, et tes œuvres, toujours aussi belles et touchantes.
    Ma préférée est, cette fois comme bien souvent, celle qui contient ce fil rouge qui vous lie, toi et ta douce moitié.
    Je souhaite très fort que Marie-Claude se remette rapidement et je vous embrasse tous les deux.
    Amitiés
    Tilia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tilia, Désolé de te répondre aussi tardivement, chère Tilia, mais la vie s'est considérablement compliquée et voir ma femme souffrante sans pouvoir rien faire pour elle, me désole. J'ai l'esprit ailleurs et quitte souvent la blogosphère pour d'autres urgence. Je sais que tu ne m'en voudras pas et je te remercie de ta présence fidèle et amicale.
      Je t'embrase bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
    2. Tilia.
      Merci Tilia. En effet ma voix se fait intermittente car le fait d'accompagner ma femme malade sans pouvoir faire quelque chose pour elle, me désole. Je suis moins présent au land art, moins présent dans la blogosphère, car j'ai d'autres urgences et mon esprit n'est pas libre. Je fais comme je peux. Je te remercie de ta présence amicale et fidèle. Bon week-end
      Je t'embrasse,

      Roger

      Supprimer
  9. Très intéressant Roger. Excellent travail et très créatif. Les photos sont super!
    Un gros câlin :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gumer Paz
      Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins et merci pour ton commentaire.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  10. C'est ta "Terre d'exil" qui me touche particulièrement aujourd'hui, la photo elle-même la rend encore plus émouvante...
    Belle journée, Roger, je t'embrasse très amicalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. norma c
      Merci Norma.
      C'est d'autant plus émouvant qu'elle reflète une actualité dramatique qui s'installe dans la durée.
      Belle fin de semaine.
      Je t'embrasse, Norma.

      Roger

      Supprimer
  11. Very nice post and very beautiful art works !!!
    Thank you Roger and have a nice day !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Art-Traveller
      Merci à toi pour cette visite amicale. Belle fin de semaine et à bientôt.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  12. Que d'emotions dans ces nouvelles oeuvres.
    Que la passion rouge vous renforce tous les deux!
    Ces extraits de Paul Quéré sont si parlants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thérèse, Merci,
      Thérèse. Pour moi, pas d'émotions pas d’œuvres. Quant à Paul Quéré, poète découvert grâce à Marie-Josée Christien, elle aussi poète très présente sur mon blog, il est, pour moi, source d'inspiration en ce moment.

      Belle soirée,

      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  13. Cette mer, ces pierres, ce bleu, ce vert, ce gris, ce rouge ... que de belles choses pour mes yeux !
    Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marie,
      merci Marie. En Bretagne plus particulièrement, la lumière très changeante, d'une heure à l'autre, nous offre une palette de couleurs absolument incomparable.
      Merci de le souligner.
      Belle soirée en amitié.

      Roger

      Supprimer
  14. les enfants du monde connaissent les secrets des pierres
    l'innocence sait écouter encore
    toutes tes créations racontent une histoire silencieuse
    avant de disparaître dans les flots mais pas de la mémoire

    je t'embrasse Roger
    portez-vous bien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MARTY,
      Merci chère Marty, pour ton comentaire très poétique.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
    2. ...pour ton commentaire très poétique, c'est mieux comme ça avec deux" m ".

      Supprimer
  15. Salut Roger .. Vos créations sont magnifiques .. Un régal pour les yeux .. Cordialement .. :-)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ana Minguez Correla
      Merci Ana et à très bientôt sur ton superbe blog.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  16. Que de belles créations ! Quell paix, quelle sérénité et quelle tendresse s'en dégagent ! La quatrième m'a rappelé une de mes photos ... voici le lien: http://objectifregarder.blogspot.fr/2014/09/chance.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. namaki
      Merci pour ton commentaire amical et pour ce lien que j'ai ouvert, aujourd'hui.
      Je t'ai laissé un commentaire.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  17. Tout est beau ,encore de très belles créations, mais aujourd'hui j'aime particulièrement :passion rouge et terre d'exil . Ton jardin est pour moi un havre de paix et de beauté et d'histoire .
    Belle fin de semaine ,je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brigitte,
      Désolé pour le retard pris à te répondre. Merci pour tes encouragements.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  18. S'alléger si l'on veut vivre. Le trop, parfois, c'est le contraire de la vie.
    Comme cette phrase est vraie Roger... Je savoure tes compositions à chaque nouveau billet !!!
    MERCI !!!
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marité.
      Merci pour ton commentaire.
      Pas facile toujours d'exposer mes idées dans un monde voué à la surconsommation. Belle soirée, Marité.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  19. Boa tarde, admiro a criatividade, sua arte é fantastica, as mesmas são significativas com cores atractivas.
    AG

    http://momentosagomes-ag.blogspot.pt/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Existe Sempre Um Lugar
      Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins et merci pour ton commentaire.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  20. Qu'elle est belle ta passion rouge... ♥
    Et tes enfants du monde, et puis le reste aussi...
    Je reviens de Bretagne, je suis passée aussi à Saint Goustan, je t'ai un peu cherché, j'ai photographié un cairn, mais je "sentais" qu'il n'était pas de toi...
    Et j'espère de tout coeur que la souffrance va quitter ta maison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pastelle
      Tu sais, je ne suis pas le seul créateur de cairns sur la terre, bien que j'en fasse beaucoup. Je vais te faire passer mon N° de portable pour ton prochain passage à Saint Goustant. Je t' offrirai un café. J'ai rencontré une blogueuse, dernièrement dans ce même port. Nous avons parlé land art. Je crois qu'elle s'y est mise.
      Pour la douleur, nous faisons tout pour qu'elle nous quitte.
      Je t'embrase amicalement.

      Roger

      Supprimer
    2. Quelle joie ce serait ! En mai ou en septembre prochain pour le prochain passage. :)

      Supprimer
    3. Pastelle,
      Alors, à l'an prochain.
      Mais en attendant, je compte sur tes visites,ici.
      Amitiés.
      Roger

      Supprimer
  21. How wonderful art again. (In photo nr 7 there is is the whole big family :)
    Nocturnal regards

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. orvokki,
      Merci pour tes mots d'encouragement. Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  22. i look for something apt to say, scramble for a poem which might assuage any pain but of course none is right or enough. and so i show you my empty hands and do was is most difficult, see your (and marie-claude's) pain and acknowledge no greater gift. and embrace you))) (i hope her sickness is not deep.)

    xo
    erin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. erin
      Je ne peux pas trop m'étendre sur cette maladie très sérieuse qui change notre vie à tous les deux. Ceux qui ont fuit les premiers sont les bons amis proclamés, seulement présent quand tout va bien. C'est très classique. Merci pour ta présence et pour tes maisnvides, pas si vides que cela puisque tu y as déposé ton cœur.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  23. tes oeuvres méritent la vue du ciel!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ELFI
      Merci à toi. Je ne demande ni le ciel ni la lune, simplement comprendre ce grand mystère. En Normandie, je travaillais sans problème avec tous les d
      médias qui nous sont nécessaires pour faire connaître notre travail en dehors des expos. Revenu au pays, je pensais tout simplement réussir cette bonne entente. En 16 mois de Bretagne, aucun journaliste n'a été intéressé par mon travail. L'un d'eux m'a conseillé d'attendre quelques années. A 72 ans, il peut dire être tranquille avec moi, définitivement. Dans quelques années, je ne pratiquerai plus le land art. C'est navrant de savoir que le seul papier parlant land art dans Ouest-France, cet été a consisté à le descendre. Merci, Ouest-France.
      Mon blog fonctionne très bien grâce à vous, ma page facebook, également et ces deux médias me sortent du trou où je pourrirai si je n'était passé par là pour montre mon travail actuel. Je n'ai aucune réponse à ce phénomène et continue donc ma route.
      Belle semaine à toi Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  24. Sempre una bellissima creatività! Complimenti, un saluto Cristina

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cristina,
      Bienvenue sur Le Chemin des Grands jardins et merci pour ton commentaire.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  25. Merci pour chaque pas que vous faites cher Roger.
    Je suis heureux quand je visite votre blog ... paix inondé mon être.
    Hugs, cher ami.

    RépondreSupprimer
  26. Remei
    Merci Remei. En ce moment, la vie ralentit mes pas et je m'adapte. Le land art, m^me si j'y consacre moins de temps pour les raisons expliquées précédemment, m'apporte aussi, beaucoup de sérénité, pendant la pratique. Après, les traces s'estompent.
    Belle fin de journée.
    Je vous embrasse aussi.

    Roger

    RépondreSupprimer
  27. Réponses
    1. Lisa@Txo Bears Farm
      Merci Lisa. Cette spirale, reste la figure la plus emblématique de mon œuvre de land artiste.
      Belle semaine en amitié.

      Roger

      Supprimer
  28. passe une belle soirée ROGER j'espère que tu vas bien
    je me repose je suis un peu fatiguée en ce moment mais je vais bien quand même
    Merci pour ton passage j'aime te lire
    je repasserai demain dans la journée
    gros bisous

    RépondreSupprimer
  29. more beautiful, precious creations. i am sorry you have been ill. i hope you are well.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. TexWisGirl.
      Merci pour vos encouragements. J'espère que le pire est passé pour nous. Nous nous souviendrons longtemps de cet été 2014 marqué par la maladie.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  30. J'étais sur l'Île aux Moines hier et j'y ai pensé à vous... j'espère que vous profitez bien de ce répit que ce début d'automne nous offre... belles balades à vous qui savez si bien regarder!!! Amicalement, Brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brizou
      Brizou, merci de passer sur mon chemin. Tu sais, j'habite à 15 minutes de embarcadère du port-blanc où tu as pris une des navette pour passer sur cette île. Tu es passée sur mon territoire favori pour le land art.
      Belle semaine en amitié.

      Roger.

      Supprimer
  31. hello Roger
    le bel automne te réchauffe
    la 6è photo me parle
    la 7è te regarde passer
    notre route est longue camarade,
    elle nous rapproche et nous éloigne tant la Bretagne est grande et diverse…
    prends bien soin de toi
    à bientôt

    je t'embrasse
    Patrick Lucas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Patrick Lucas.
      Merci pour ton signe d'amitié . Nous en avons besoin en ce moment. Je ne passe jamais près des sources de Kerplouz sans une pensée pour toi. Les eaux de ses sources on tgardé trace de ton passage, de notre amitié, aussi.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  32. Thank you for your beautiful ART and for sharing. They are all something special.... number seven is my favorite ; )
    I wish you a nice new week : )
    Anita

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anita Otrebski
      Merci Anita. Oui, je crois que derrière cette photo, c'est aussi toute la tragédie de ces enfants de l'exil qui emporte notre émotion et c'est très partagé. Merci encore.
      Belle journée à toi.

      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  33. un début d'automne tout en délicatesse et lumière, plein d'amour et de symbolisme profond. Merci beaucoup

    Je te souhaite une bonne semaine et je t'embrasse amicalment,
    isabella

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. veredit
      Merci Isabella. Tu sais le plaisir que j'ai à te lire ici. Merci pour ton beau message d'amitié.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  34. Bonjour Roger

    "Tout se justifie
    en cette vieille contrée
    qui se donne à l'océan"
    Tout se justifie est-il écrit et il n'y a rien à justifier aux yeux des mécréants de la nature, de la mémoire et de l'empreinte individuelle que tu croises, rien à justifier de ton expression sur le lit de la mémoire .
    Passant, Il faut parfois savoir certes s'arrêter, mais faire silence pour laisser venir à soi ce chant profond qui pousse ton regard et la danse des mains qui façonnent des installations venues du cœur et dictées d'autorité à un passeur d'émotion.
    "Georges Emmanuel Clancier écrit dans "Vive fut l'aventure":
    "et si le plus familier chemin que veille l'été te menait en-deça de toute écoute au-delà de tout regard vers les sources de la mémoire".
    Pour ma part, je ne saurais choisir parmi toutes ces réalisations émergées dans un andante de rochers, de volutes, de couleurs pour un ressenti toujours aussi émouvant.
    Le plus important c'est sans doute de revenir porteur de cette poésie, de cette énergie de vie qui se dégage de toute cette beauté pour en témoigner auprès de celle qui t'accompagne en pensée.Pour lui communiquer la flamme et son souffle.Sans perdre de vue la souffrance du monde.
    Merci pour le respir de ta présence.

    RépondreSupprimer
  35. I am very glad I am back because now I can see Your amaising totems and mandalas again.
    Greetings from Finland, Uuna

    RépondreSupprimer
  36. Appuyer sur un bouton pause.
    Se téléporter et se balader dans tes paysages!!!!

    Merci pour le rêve!

    RépondreSupprimer

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.