La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

mercredi 6 août 2014

Les trois sœurs de  l'eau : Pour Danièle Duteil
L'instant Zen : pour Paul Quéré
Ode  à la salamandre dorée   :  Pour Anne Lemaître
Autolyse :   Pour  Saravati

Le tambour du monde :  pour  Maïté /Aliénor

Chant d'adieu :  à Jean Clément

Fosse commune  du temps  :   Pour Christian Cottard

Flux  :   à  Camino Roque

L'appel du  large  :  pour Jacques Thomassaint

Prisme du temps : Pour Paul Quéré
Chant sacré de la Terre : pour  Helma
Le feu le sang et  l'eau  : pour Mira Kuraj
Les demoiselles de Baden :  pour  Leeloo


Les  jours sans  pain,
Je t'aime aussi.

 à Marie-Claude



La journée commence par un cri d'absence au pied du menhir. La mer s'est retirée. Même proche, elle me manque. A genoux, je gratte le sol et  le dégage à la manière d'un chat. La mémoire est toujours  une question de  lieu pour  moi. A  l'heure  ou naissent dans ma tête des idées de voyage, je suis en route et  je marche, j'approche du  lieu journalier. Celui que j'apprendrai à oublier. Le fatigue me prend dans les jambes, m'explique qu'il faut ralentir. 
Toutes cette énergie dépensée pour vivre,  à chercher, trouver, couper, cueillir, ramasser. Tout ce qu'il faut pour  inventer une forme,  un langage qui collera  à la terre, au paysage. Toutes ces installations que je recouvre parfois,  une fois terminées, par des végétaux. Ainsi la terre, comprend   mieux l'offrande, la dissout, la digère.
 Important ces grandes émotions de la rencontre avec celle qui  me recueillera  un jour.

Il  m'a dit que je bégayais ma vie, que je me répétais. Il oubliait que le jour et la nuit se répétaient aussi  jusqu'à ce que...
Je rêve de  neige, blanche comme celle qui recouvrit le corps de ma  mère défunte, pendant les semaines qui suivirent son enterrement.

Sans doute  lui ai-je dit mais je le pense toujours , sédimenter  l'instant est une gageure vouée  à  l'échec. Se vouloir  immortel a quelque chose d'indécent,  même avec  une épée au côté.Le temps doit rester libre.
Je termine  ma spirale sur la plage vide. La mer arrive. La toile se déchire. Le masque tombe et la nue vérité ne veut rien dire. La mer  reprend chaque certitude, chaque boucle de la spirale,  jusqu'à la dernière et l'avale sans concession. Ne pas attendre d'autre réponse à se festin que la satisfaction des vagues qui  ondulent de plaisir.

La ria séduit, attire, trompe aussi et qui  l'a vue grosse des eaux de  l'Atlantique la découvrira plus tard, vidée comme  un  poisson, étalée, grise. Ses  berges piégeuses et envasées dissuadent le marcheur qui ne connait pas les passages. J'aime cette association du  plein et du vide qui s'effectue parfois sous le cris des oiseaux de  mer, parfois dans  un silence étonnant.
J'ai toujours une boussole dans la poche. J'aime  l'orientation, comprendre  où je suis, imaginer la rotation de la terre, dans un endroit reculé.C'est fabuleux.

J'aime cette  impression d'être  invité au silence de la baie lorsque la mer s'est retirée. Je m'approche d'une plaque de salicornes et les  mange sur place. L'âme de la baie Saint Jean est salée. Je pense  à  mes amis acadiens rencontrés en Normandie. Ils auraient aimé ce  lieu..
Je remonte vers le nord. Une tourterelle  quitté les pins maritimes, vole au dessus des  bruyères et devient  un trait-d'union. 
Je confectionne  un bouquet de bruyères, avec application. 
Rond,  il devra être équilibré et pouvoir tenir debout,  posé  à même  le  sol. Je retrouve des gestes de fleuriste. J'apprends  à connaître cet homme lumineux que devait être Paul Quéré. Potier d'exception,  peintre,  poète. Ce sont mes premiers pas vers  lui, disparu il  y a vingt ans. Ce cairn  minuscule, ce bouquet, posés dans ce  lieu de beauté naturelle, de silence et équilibre. Dans  l'intime grandeur de la ria,  j'invoque son esprit. Il passe.

Morts, réveillez-vous, levez-vous et dansez   sous le chant du merle, du  loriot . Que vos bouches pleines de terre, accueillent l'akène,  que le chêne proclame sa vie transmise et vous, disparus, couchés sous  son  ombre, devenez sa mémoire.

Les salamandres dorées gardent les sources des sept îles. Le cercle d'or roule sur  l'horizon. Orion répond  à la nuit. Passez votre chemin,  incrédules, mes pas résonneront longtemps encore sur la route qui mène  au tombolo.Mané er Hroec, Mane Rutal, Mané Lud, soyez les grands témoins de  mon engagement, dans vos silences de Dolmen. Le tambour du  monde bat la chamade au creux du Loc'h. Sang versé et cris, flétrissures du temps  ont donné de bien beaux chênes bicentenaires.
Le feu  le sang et  l'eau se marient dans l'abreuvoir et  mon dos  courbé prend  l'averse. L'usure a du bon qui nous apprend  notre  propre finitude
Non  loin de  là, les zézés font chauffer les cartes bleues et se remplissent la panse dans les rues bondées de Carnac et de la Trinité..

La terre est dégagée, noire, tiède. Je peux  maintenant commencer  ma prochaine installation en offrande  à la terre-mère avant de reprendre la route vers celle que  j'aime.

Roger Dautais.



L'
intérieur de votre tête
n'est pas cette
masse
grise et blanche
que l'on vous a dite

c'est un
paysage
de sources et de branches
une
maison de feu

mieux encore
la
ville miraculeuse
qu'il vous plaira
d'
inventer.



Paul Nougé

 http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-nouge/

 http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Noug%C3%A9

51 commentaires:

  1. hello Roger
    la terre est nourricière…
    l'ode à la salamandre est particulièrement réussie !
    très belle lumière
    je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Patrick Lucas.
      Merci Patrick. Tu connais le lieu de cette source non loin du Tumulus de Kernours, au Bono. J'y passe régulièrement me ressourcer. Le magnétisme y est très présent. La lumière c'est un don du ciel qui ne dura pas longtemps.
      Belle semaine en ton pays de Cocagne.

      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  2. Coup de cœur pour le feu, le sang et l'eau mais aujourd'hui ce sont vos mots, qui m'ont particulièrement touchés. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mylène
      Merci Mylène. Mon écriture se nourrit de la vie.
      Belle semaine à venir.
      Roger

      Supprimer
  3. Hola Roger.. Délicieuses créations en parfaite harmonie avec la nature .. Un régal pour les yeux .. Bon été ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ana Minguez Corella
      Hola Ana. Merci de ton passage.
      Je te souhaite un bel été aussi.

      Roger

      Supprimer
  4. Cher Roger, ces trois sœurs de l'eau, en équilibre entre deux mondes, entre passé, présent et avenir incertain, me touchent vraiment. L'autre jour, me promenant sur la presqu'île de Crozon, j'ai ressenti un pincement au cœur en observant deux écervelées détruire systématiquement tous les cairns qui avaient été érigés face à la mer. Aussi, tes mots résonnent encore plus vivement : "Je termine ma spirale sur la plage vide. La mer arrive. La toile se déchire. Le masque tombe et la nue vérité ne veut rien dire. La mer reprend chaque certitude, chaque boucle de la spirale, jusqu'à la dernière et l'avale sans concession." A la différence que, dans leur cas, il s'agissait d'un acte de sabotage violent et gratuit. Sans doute n'ont-elles jamais éprouvé "cette impression d'être invité au silence" et ce sentiment de fusion avec les éléments. Bref...

    En "écho" à ta première phrase :

    dernier matin
    la mer se retire
    en silence

    (extrait de "Au bord de nulle part", DD, éd. Pippa, août 2014)

    Joli poème, si vrai, que celui de Paul Nougé sur l'intérieur de notre tête.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Danièle Duteil
      Merci Danièle. Désolé pour le retard à répondre mais cette semaine fut compliquée pour nous, ici. Le land art est par définition, un art éphémère. La trace, l'effacement, la disparition, l'entropie, le qualifient bien.La destruction gratuite d'une création, dans l'absolu, n'est pas grave. Elle ne fait qu’accélérer le processus. Dans le principe de détruire, elle est un geste qui peut mener à la barbarie. Tous les dictateurs, toutes les dictatures 'attaquent en premier aux créateurs, puis à leurs œuvres. La liberté de penser, de créer, gène beaucoup de gens. Ces deux jeunes écervelées méritent qu'on les questionne sur leurs geste, puis vient le temps de l'explication du land art. Après, souvent, ça va mieux. Le pire, c'est de trouver le même geste rageur suivi d'un discours écologiste. Cette même personne se croise souvent pâmée devant une œuvre de land art, en galerie, un verre à la main.
      J'ai revu les trois sœurs de l'eau, ce matin, passant sur le site par hasard. Deux avaient résisté à la tempête, une troisième avait perdu quelques pierres. J'ai pensé à toi.

      Merci pour ce Haïku magnifique.
      Chaque matin peut être le dernier. Ne pas oublier cela.

      Je t'embrasse,

      Roger

      Supprimer
  5. j'aime "l'appel du large" - en équilibre sur ses rondeurs il regarde
    la courbure de la terre à l'horizon !!! oui je fais ça aussi, comme toi !
    je t'embrasse Roger
    prends soin de toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MARTY
      Merci Marty.
      Jacques Thomassaint était un poète qui a beaucoup compté, habitant en Bretagne à Port-Louis. Lui ayant téléphoné et échangé assez longuement, il m'apprit une maladie grave et m'invita à venir le voir chez lui, dès que je serais arrivé en Bretagne. Lorsque nous avons habité notre nouvelle maison, il venait de mourir. J'entends toujours sa voix malade et si humaine. Je publie de ses poèmes régulièrement et je crée pour lui.
      Belle semaine, chère Marty et que tout le monde courre chez toi découvrir tes œuvres photographiques, magnifiques, poétiques et humaines.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  6. De vraies merveilles d'équilibre, d'harmonie, de symétrie-ou de dissymétrie-et de feux d'artifices colorés!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miss-Yves.
      Merci à toi. La recherche du ying et du yang.
      Belle semaine et à bientôt.

      Roger

      Supprimer
  7. Bonsoir Roger,
    J'aime tes lumières, tes couleurs, tes prises de vue.
    Tes œuvres sont toujours touchantes.
    Munificence est le mot qui me vient.
    Merci pour les demoiselles. Merci.
    Se hisseraient-elles sur leurs pointes à l'approche du large comme je le fais quand
    j'ai hâte d'apercevoir l'horizon dans toute sa largeur et son immensité bleue ? Je suppose.
    Position de fragilité extrême : la vie nous fait prendre des risques parfois pour apercevoir un bout d'horizon
    qu'on espère plus beau, meilleur...
    Je t'embrasse très fort Roger et te souhaite d'aller bien.
    Merci aussi de tes mots qui racontent si bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Leeloo
      Merci, Leeloo. Ni la lumière ni les couleurs ne m'appartiennent. Je ne suis qu'un passeur d'émotions.Pour ce qui est de ces demoiselles, c'est justement leur élégance fragile, leur précarité et leur détermination à attendre la mer, jusqu'à cet endroit, m'a fait les aimer. Je trouve qu'elles ressembles à une grande partie de l'humanité, élégante, mais précaire et fragile face au rouleau compresseur de l'argent roi. Certaines ne verront jamais l'horizon. On a décidé pour elles que l'espoir n'était pas nécessaire pour vivre mais, avant tout, la soumission.
      Je t'embrasse très fort également, chère Leeloo.

      Roger

      Supprimer
  8. Un bonheur à chaque fois répété... Merci Roger. Mais comment tiennent-elles les Demoiselles de Baden?
    Et puis merci pour ce poème magnifique:
    Les salamandres dorées gardent les sources des sept îles. Le cercle d'or roule sur l'horizon. Orion répond à la nuit. Passez votre chemin, incrédules, mes pas résonneront longtemps encore sur la route qui mène au tombolo. Mané er Hroec, Mane Rutal, Mané Lud, soyez les grands témoins de mon engagement, dans vos silences de Dolmen. Le tambour du monde bat la chamade au creux du Loc'h. Sang versé et cris, flétrissures du temps ont donné de bien beaux chênes bicentenaires.
    Le feu le sang et l'eau se marient dans l'abreuvoir et mon dos courbé prend l'averse. L'usure a du bon qui nous apprend notre propre finitude..."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chri

      Merci, Christian. Les demoiselles de Baden sont lévitation bien sûr et c'est la marée qui se charge de leur vie. Après, je ne sais pas.A propos de poésie, je lisais que son seul lieu est le poème et nulle part ailleurs. Alors, je ne sais pas, si c'est le cas, et si tu la trouves dans ce modeste texte, merci, Christian. Belle semaine à venir. Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  9. Belles compositions artistiques des éléments de la nature pour vos amis cher Roger.
    chaleureuses salutations
    xoxoxo ♡

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. dianne
      Merci Dianne. Je suis toujours inquiet au moment de réaliser une nouvelle page, jamais satisfait de ce que j'ai fait et dont je ne montre qu'une petite partie.
      Les certitudes ne sont pas pour moi. Belle soirée.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  10. Merci pour votre visite "chez moi", je suis artiste aussi mais pas dans la même catégorie que vous. J'adore le landart, la simplicité esthétique de vos réalisations, leur côté éphémère, ce que je n'arrive pas à supporter chez moi (je veux toujours laisser une trace) et que j'admire chez les autres!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Christina.
      Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins et merci pour votre commentaire.
      A bientôt.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  11. Entre installations et mots, une bien belle balade en poésie...
    "En bout de route la mer
    Lutine quelques reflets de lune
    En Bretagne cet espace est le nôtre
    Et personne ne parviendra jamais
    A nous en détacher..." (Alain Jégou)
    Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miss L.
      Merci pour ton passage et ces quelques vers d'Alain Jégou, souvent présent ici et que je lis régulièrement.
      Cet attachement à notre terre, surprend les étrangers, pas les Basques, pas les Corses. La raison est forte.
      Bonne semaine à toi,

      Roger

      Supprimer
  12. Again so wonderful art. Thanks for sharing. The last one is incredible.
    Have a nice summertime.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. orvokki
      Merci Orvokki.
      Oui, ces demoiselles vivent entre ciel et terre, attendant la prochaine marée.
      Belle semaine à venir.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  13. Réponses
    1. camino roque.
      Tu es trop sympa. Merci beaucoup.
      Je t'embrasse.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  14. Toujours dans le rêve, mêlant les éléments de la plus belle manière!
    Un régal et le savoir du partage pour les yeux de tes lecteurs
    Je suis une mauvaise blogueuse, passant mon temps sur le terrain mais il m'arrive de passer et ne pas laisser un com... :)
    Bizzzz et belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Noushka.
      Merci, Noushka. Je suis comme toi, beaucoup de terrain et peu de blog, c'est pourquoi ce retard à vous répondre. Et puis sortir, de sa maison, de soi, c'est aussi aller vers l'autre et c'est enrichissant. Ne le regrette pas.
      Belle semaine à venir.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  15. On apprend, on desapprend et on reapprend.
    Tu t'occupes si bien de l'espoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thérèse
      J'étais un enfant désespéré, un jeune adulte aussi. La fin de parcours me laisse un peu d'espoir, mais si peu.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  16. C'est toujours un beau moment que d'ouvrir ta page et de découvrir ton travail de création ...Aujourd'hui j'apprécie particulièrement le feu, le sang et l'eau pour sa couleur et l'hamonie qui s'en dégage .. Et puis tes mots, ta façon de raconter ton parcours, ta vision des choses est très touchante
    Je t'embrasse bonne journée et belle fin de semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brigitte
      Merci Brigitte pour ta présence et pour tes mots d'encouragement.
      Je t'embrasse en te souhaitant une belle semaine à venir.

      Roger

      Supprimer
  17. Comme à chaque fois, Roger, je viens ici tâter le goût de la terre, du ciel, de l’eau et du feu, prendre part au festin des mots, des couleurs, des odeurs, écouter pulser les sortilèges de la levée polyphonique des voix. Puis je m’éloigne pour un temps, forte de toutes ces graines qui se sont insinuées en moi et ne me laisseront de cesse que lorsque je serai revenue au bord des cairns et des mandalas, guetter avec la marée cet apaisement de la tête soumise à un tourbillon de feux. J’écouterai les voix présentes, les absentes, les cris d’amour, le tambour de la vie et toute cette énergie que je puise car perceptible, dans l’apaisement et dans l’harmonie de la tâche accomplie.
    Être le maître des éléments, les modeler et les mêler au passé, au présent, n’est-ce pas recueillir dans le creux de la paume endolorie le sel des embruns, cet estran dénudé dont tu parles si bien.
    Convoquer ici les croix et les cris, le coude-à coude des fruits, les points cardinaux, la fleur de pétales d’énergie au centre en un va-et-vient qui rythme, envoûte. Il y a là une bataille , boucliers au vent, une croisade pacifique et la pierre qui se refroidit ou se réchauffe selon l’humeur.
    Car aujourd’hui, j’ai vu le tambour du monde. Mais l’ai-je vraiment vu ?
    J’ai écouté le tambour du monde ? Ai-je su l’écouter et aller au-delà pour qu’il sache trouver la porte ouverte ?
    J’ai goûté à chaque fruit perlé de patience, à chaque brin de fougère minuscule flèche, aiguille du temps qui bat le tambour.
    L’énergie du centre est si puissante qu’elle renvoie des ondes !
    Aux armes les pois de senteurs marines !Rosissez vos prétentions !
    Et vous bâtonnets feuillus de la roue de la vie, soyez mandala, soyez verte prairie des sentiments.
    Roger, en guise de remerciement, je t’offre ces quelques mots d’un poète que j’aime beaucoup, à cheval entre deux mondes, voire plus, un poète à cheval sur les civilisations : Gabriel Mwènè Okoundji.
    Dans son livre « Prière aux ancêtres » il écrit :
    « Toute réponse est parole et toute parole est nombreuse
    Un lézard portant un papillon, cela est une parole
    Le coq appelant une poule, cela est aussi une parole
    Le hibou chantant sa mélopée à la nuit, cela est encore une parole
    La parole n’a pas de père, pas de mère, pas d’ancêtres
    Elle est immortalité divine, grossesse et enfantement miraculeux
    Elle est esprit du vent : aucun mortel ne peut donner rendez-vous au vent ! »

    Mais aussi :
    « C’est à la fin du chemin que commence le cheminement
    Qui n’a pas bon pied ne peut reconnaître sa trace
    L’audace du premier pas éveille l’impossible quête de l’espace
    Seule est nommée gloire, la période où la douleur du cosmos épargne l’homme »
    Ne perdons pas la boussole. Merci de m’en avoir offert une que je garderai dans mon cœur.
    PS : je crois que j’ai rêvé des années durant qu’un jour tu m’associerais, moi, l’inconnue, à une élévation d’âme. MERCI.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maïté /Alénor
      Merci Maïté. Je ne sais quoi répondre tant cet envoi me touche à mon tour. Si je perçois le chant du monde, c'est que je m'efface devant lui. S'il me traverse, c'est pour me bonifier au passage et je ne peux que tenter d'approcher son harmonie. Je me tiens au carrefour des mondes, disponible. Je t'attend rien ni ne questionne, je mets en forme ce que je ressens, comme cet après-midi où un simple camaïeu de verts, joncs, cupules et glands de chêne m'a fait rencontrer l'esprit de Paul Quéré, Celtaoïste de génie. Voilà, cet appel continue pour moi et je prend la route quand il faut. Grand merci pour la poésie découverte de Gabriel Mwènè Okoundji.
      Je te souhaite une belle semaine à venir.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  18. PS: j'ai fait un lien sur mon site.J'ai copié "le tambour du monde, mais j'ai affiché la photo en petit format et mis les rérérences. Si tu n'es pas d'accord, j'enlève la photo.
    http://www.eclats-de-mots.fr/2014/08/10/le-chemin-des-grands-jardins/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maïté/Aliénor

      Mais si cela me va très bien et je te remercie de ce geste tout à fait amical.
      Avec mon amitié.

      Roger

      Supprimer
  19. Superbe ! enfin comme d habitude hein ;o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Audrey
      Merci Audrey et belle fin d'été.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  20. Époustouflée par les merveilles d'équilibre que sont "L'instant zen" "L'appel du large" et "Les demoiselles de Baden" !
    Surtout "Les demoiselles de Baden"... Ô_Ô
    Pour moi, c'est de la magie, un chaman est passé par là.
    Beau temps sur ta contrée et bonne continuation, Roger
    Amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tilia
      Merci pour ton passage. Pour réussir ces équilibres il faut se mettre en condition, se vider de tout stress, calmer sa respiration, être assez lent, faire une pause entre chaque choix de pierre et prier Éole de ne pas trop souffler fort. Il y a une vraie relation à établir entre ces pierres et moi, au moment de la construction de chaque pierre. Si je ne réunis pas tous ces paramètres, le cairn ne tient pas debout. Il faut ajouter ici, que le terrain est dangereux, avec des falaises à descendre pour l'atteindre. Marcher dans un pierrier s'apprend aussi lorsque l'on déplace des pierres qui peuvent atteindre facilement les trente kilos pour les plus lourdes. Pour le temps, tu sais bien qu'en Bretagne, il faut beau plusieurs fois par jour.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  21. Ton "tambour du monde" fait résonner en moi l'idée que je fais partie entière non pas d'une nation mais d'un monde ! Et que ce monde, on peut toujours le rendre plus beau, le land art en est un bel exemple !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marie,
      La conscience du monde comme il va, de ses réussites, de ces échecs, des grandes injustices humaines est vraiment la base de mon approche de l'autre monde, enchanté par une pratique naturelle. Il faut le mériter. Belle fin de semaine à toi, Marie. Je t'embrasse aujourd'hui 15 août, jour de ta fête.

      Roger

      Supprimer
  22. Oh merci pour ces si belles œuvres éphémères, je ne me lasse jamais de ces créations. Bonne fin de semaine

    RépondreSupprimer
  23. Un petit mot en passant pour vous dire que j'aime toujours beaucoup vos billets qui m'enrichissent (ah ah, oui je suis maintenant très très riche :-)) et vos photos de vos créations fugitives que je garde en mémoire (ou bien dans mon cœur, hein, c'est plus poétique).

    RépondreSupprimer
  24. Comme toujours, c'est magique... Une grande sérénité émane de ces installations. Le temps passé à choisir chaque élément, à le disposer, à échafauder chaque création ne se compte pas, mais on ressent la concentration, la paix et l'imagination. C'est beau, tout simplement et cela fait du bien.
    Merci Roger et bon dimanche

    RépondreSupprimer
  25. Eloignée de la toile durant cet été, je reviens et retrouve avec le même plaisir tes couleurs, tes lignes, tes paysages, tes plats subtils faits de terre, de pierre, de plantes et d'eau.
    Comme les végétaux, tu produis des merveilles avec peu: de la terre, de la lumière et de l'eau...
    Bises affectueuses d'Ep'

    RépondreSupprimer
  26. J'ai pensé à toi cet été Roger... J'étais dans l'ouest américain et les pistes sont jalonnées par des empilements de pierres. Je pense publier (plus tard) quelques photos à ce sujet.
    GROS BISOUS

    RépondreSupprimer
  27. Si la fosse commune du temps est semblable à la tienne, nous sommes sauvés !
    Autres de mes préférences : "le feu le sang et l'eau" et bien-sûr "Chant sacré de la terre !
    Belle continuation, Roger !

    RépondreSupprimer
  28. merci aussi pour cette réponse à Marie au sujet du tambour du monde:
    "La conscience du monde comme il va, de ses réussites, de ces échecs, des grandes injustices humaines est vraiment la base de mon approche de l'autre monde, enchanté par une pratique naturelle. Il faut le mériter."
    Comme un écho de cette conscience, en moi.
    Bon chemin, Roger.Avec toute mon amitié aussi.

    RépondreSupprimer
  29. Roger,

    de retour sur la blogosphère, je retrouve votre monde, vos couleurs, vos accents, vos questionnements.
    Merci pour cette salamandre dorée gardienne des sept îles. Je reviens de l'Ile-Grande en une autre Bretagne, face aux Sept Îles aussi.
    Pensé à vous comme montait la mer.

    RépondreSupprimer
  30. Je prends le temps de voir ces images que j'ai manquées pendant mon absence, elles me nourrissent les yeux et le coeur, et elles sont aussi une manière de me faire patienter avant mon petit voyage là haut, sur tes terres, sur tes chemins... Tellement impatiente ! Je penserai à toi.

    RépondreSupprimer

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.