La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

mardi 17 juin 2014

Le tambour de Brec'h :  pour Gwenola Guernic
Entre les deux  mondes  :  pour Youenn Gwernig
Sasa 's song  : pour Sasa Saastamoinen
Les âmes en peine de Lampedusa : Pour Rick Forestal
Boîte  à  mémoire en ria d' Auray : pour Leeloo
Les cinq raisons d'être ici : pour Marie-Josée Christien
Le guetteur de marée : pour Grégory Goffin
La pierre blanche : pour Florence Arrighi
Le solitaire de Carnac :  pour Karine Maussière
Le rappel de la Jegado : pour Isabelle Jacoby
Le solitaire du Loc'h  pour Ana Minguez Corella

Fenêtre sur Loc'h :  pour Mémoire de silence

Ty  Bihan song : Pour Fumiyo Suko
L'annexe de Kerplouz : pour  Moun B.

Le  monde ne vous attend  plus
il a pris le large
le monde ne vous entend  plus
l'avenir lui parle.
Gaston Miron



à Marie-Claude


Lundi...
Le printemps s'effiloche, j'en ai fait autant ces dernières semaines. Au creux de la vague  ! J'ai fini par poser ma vie devant l'atlantique pour qu'il me répare. Lorsque je regarde  l'océan, impossible de  l'imaginer souffrant de quoi que ce soit, parcouru de frontières, cousu comme un corps d'opéré. Et  pourtant ...

Les hommes s'occupent  bien de lui faire des misères, de le convoiter, de l'occuper, de le vendre et il s'en sort  bien. Je me dois d'en faire autant.
Vers  l'ouest s'étend  une grève gorgée de  pierres toutes plus belles les unes que les autres. Elles deviendront  un alphabet entre mes mains pour de futurs  poèmes de  pierres à composer sous un ciel indifférent  à mes  mouvements.L'avenir ,  il me faut  l'inventer dès aujourd'hui, dans le peu qu'il  me reste et la machine repartira. Cairn après cairn, je délivre ma vie.
Mardi
L'ombre la  plus banale est impossible  à fixer et reste  libre de son mouvement.Il faudrait attacher le soleil pour  y arriver, mais décrocher la lune est déjà si difficile. Je ne suis pas fait pour les exercices de style, trop rebelle. Je dois savoir et ne pas  oublier qu'aux yeux des critiques,  on est réduit  à presque rien.C'est dans ce rien que je dois trouver mon territoire, ma raison de vivre et la garder  bien vivante jusqu'au  bout. L'esprit de rébellion  jusqu'au bout et comme le terminus est en vue, ce devrait être possible.
L'incessante arrivée des jeunes vagues rythme mes gestes. J'aime ce silence habité de roulements de  pierres, d'éclats d'eau de mer quand elle rit, complice.
Au travail, sans trop me noyer dans les détails. Mes yeux font le tri sur la grève. Ils estiment le volume, le poids, la complémentarité des formes de chaque pierre devant être  posée sur l'autre. J'entre dans le chant, je deviens  musique et l'immense  océan reçoit ces cadeaux-cairns, satisfait.
J'aime composer l'unique et  l'éphémère.Devenu  pierre, je me fonds dans la nature, suis mon inspiration et la traduis en silence avant de me retirer.
Mercredi
Les routes cardinales et paysannes m'ont ouvert la voie d'une mémoire qui s'enmauve. Comme si la Jégado avait prévu de  baliser le pays tout entier de hautes digitales accrochées sur chaque talus, en signe de...
Jeudi
Un merle présent et caché, chante le printemps finissant. Il me fait penser  à l'enterrement de mon  père, inondé du soleil froid hiver, sous  un ciel immense et trop  bleu tandis qu'on le descend dans sa tombe. Je me suis toujours dit qu'il avait aimé ce chant du départ.
On parle trop de la mort comme  une éventualité alors que chaque jour, elle est notre plus fidèle compagne. Ce va et vient ailé entre les deux  mondes n'est qu'une répétition  générale, un appel  à bien s'entendre. Mon  père st maintenant présent dans chaque chant du  merle.
Jeudi
à Serge Mathurin Thébault

Lorsque j'ai quitté les alignements de Kermario,  à la sortie de Carnac, les menhirs dansaient autour du "Grand". J'ai pris  à droite dans la forêt et sur la route de Gouyanveur faisant halte près des étangs jumeaux,  protégés du soleil par les châtaigniers et les pins maritimes. L'herbe est drue. Sur cette herbe du printemps qui  borde  l'étang aux grenouilles, je n'ai rien fait. Ni marché, ni  posé la main pour cueillir quelques  fleurs. Rien !
Je n'ai fait que vivre dans ce bonheur de contempler son  incomparable couleur se reflettant dans l'eau, comme  le chant du merle. Je me suis éloigné avec  l'impression d'avaoir vécu le meilleur de ma journée.

Vendredi
Le temps s'étire. Foisonnement de mémoires vertes au méristème des fougères en crosse qui  me parlent d'avant.Une cavale blanche traverse les brouillards épais de mes pensées  obscures, surgie de  l'autre  monde.Sabots ailés, couverte de voiles aux couleurs de  lune, irréelle et  présente, l'inconnue est passée comme  l'éclair en forêt de Baud.
L'apprentissage de la nature demande toute une vie et plus, pour  peu qu'on ouvre la porte au merveilleux du rêve éveillé.
 Sous chaque feuille le début d'un songe.

Samedi
Je remonte, pieds dans l'eau, la rivière du  Loc'h dont les eaux retenues par le barrage d'amont ont retrouvé un chant apaisé. Je suis en territoire des truites. Sans les voir, je les pressens, je les respecte. Au cour de ces instants vécus en immersion qu'aucun  bruit né de la vie moderne, n'atteint, je  trouve l'essentiel de ma recherche  :  l'équilibre.

Dimanche
Se nourrir d'un regard échangé avec le merle, la grive. Écouter le chant de la  pluie qui bat les terres noires. Manger les nuages avec appétit. Caresser l'herbe mouillée. Entendre le silence du temps qui  passe et décompte les secondes de ma vie,  puzzle de petits bonheurs qu'il faut vivre intensément
Je marche dans les  pas du grand Youenn * et me répète sa  phrase "Car  il faut que chacun compose le  poème de sa vie ".

Lundi
 Salut au soleil du champ des martyres, le tambour du monde a battu la chamade. En écho, le bodhran de Keneig vibre sur les rivières du Loc'h et emporte les âmes en  peine dans une transe païenne. La mémoire amnésique s'enmauve. Le souvenir de la Jégado n'est plus qu'un cercle  immortel.
Au centre,  l'étoile retient cinq gouttes de sang remontées d'une terre noire, gorgées des cris étouffées des suppliciés.

Mardi
Mon pays s'ébroue, respire entre deux spasmes, devisant du passé, rapiéçant le futur. Des plus épaisses forêts jusqu'aux rivages découpés en passant par les brandes piquantes sous le soleil ardent, une colère sourde se répand. La nature complice refuse de se soumettre à  la décision Jacobine. Bretonne elle était, Bretonne elle restera. Cinq nous étions cinq nous serons.


Roger Dautais

*Youenn Gwernig,  à découvrir  pour ceux qui ne le connaissent pas encore :
http://gwernig.com/


Lieux communs

Personne  n'y  peut rien
mais les objets mais les choses
personne  personne
mais  il était une fois toutes les fois
jamais toujours et  pourtant

océaniques

le nous de toi
le nous de  moi

Gaston Miron
L'homme rapaillé
Éditions François Maspéro 1981

82 commentaires:

  1. Toujours un beau refuge pour moi
    merci Roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Amandine Durez,
      Tu es passée la première et je te réponds en dernier. Pas très juste tout ça. Entre temps j'ai eu le plaisir de découvrir ton nouveau blog où je te suivrai, maintenant.
      Merci pour tes encouragements.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  2. ROGER bonsoir je repasse plus tard l'orage arrive et j'évite l'ordi
    je t'embrasse fort

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. France,
      J'espère que l'orage est passé puisque j'ai mis deux jours à te répondre. Merci de ta fidèle présence sur Le Chemin.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  3. Mardi
    La journée d'école se termine et le soleil brille dans mon ciel...
    En passant par ton chemin des grands jardin, je vais aller dans mon petit jardin pour écouter le murmure du chèvrefeuille et les chuchotements des fraises...
    Ici, comme toujours, de bien belles couleurs, de bien jolis mots, une belle vie bien remplie.
    Bises de l'amie Ep'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Epamine
      Merci Sylvie. Une belle vie, pendant ces dernières semaines, je ne dirais pas comme toi. J'ai connu beaucoup mieux.
      Belle fin de semaine.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  4. J'attends chaque fois un nouveau post avec joie, intérêt et un grand respect. Je ressens le "vrai" dans ce que tu écris et construis avec patience et tant de générosité.
    Merci pour la beauté

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. AMBre
      Merci Ambre. Le vrai est l'ossature du travail, le rêve en est le développement pour aboutir à ce que tu vois.
      Belle soirée à toi.

      Roger

      Supprimer
  5. When I take pictures I¨m "Le solitaire du Loc'h" ... Me and the nature.. Merci beaucoup pour le dévouement.. :-)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ana Minguez Corella.
      Merci Ana. Ce solitaire du Loc'h, ne pouvait être que pour toi. L'endroit est magnifique et plein d'oiseaux.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  6. Réponses
    1. Sally Tharpes Rowles
      Merci Sally. Je viens de chez vous....Toujours agréable de m'y rendre.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  7. C'est bon de retrouver Miron ici, entouré de toute cette vie. Beau travail comme toujours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mylène Gauthier
      Merci Mylène. C'est mon ami Serge Mathurin Thébault ( voir sa page facebook entièrement consacrée à la poésie) qui me l'a fait connaître .Son seul et unique livre de poésie : L'Homme Rapaillé est magnifique. Je pense que vous l'avez lu.
      Belle soirée.

      Roger

      Supprimer
  8. Comme j' aime ton éphéméride, Jegado ou Jangada, ce nid de fleurs me plaît bien, tes bouquets de pierres , de mots, de fibres font vibrer l' étincelle de vie qui transcende la matière qu' il est bon de pétrir pour lui rendre sa dignité de reflet divin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Orfeenix
      Merci Isabelle.
      La Jégado embarquait ses victimes sur un drôle de Jangada et aurait pu inspirer Jules Verne comme elle l'a fait pour Jean Teulé. Le digitales n'empoisonnent personne si on les manipule avec précaution et si je les ai utilisées, c'est d'abord que leur beauté est attirante et qu'elles poussent en très grande quantité ici, ce qui permet quelques cueillettes.
      Le plus dur n'a pas été de construire ce nid flottant, mais de le photographier car le vent s'était mis de la partie pour animer u peu cette prise de vue !
      Belle fin de semaine en amitié.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  9. Amazing series.
    Your work is magnificent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rick Forrestal
      Merci Rick et belle fin de semaine à toi.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  10. your doing nothing that time and your delight in it calls to mind the end of a poem by charles wright. he writes, "Don't just do something, sit there./And so I have, so I have,/the seasons curling around me like smoke,/Gone to the end of the earth and back without a sound." (from "Body and Soul ll")

    your work, as always, roger, calms me and teaches me that there is no greater meaning than the time we have right now.

    xo
    erin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. erin
      Merci Erin. Parfois la vie nous donne le temps de ne rien faire et la société condamne ceux qui le vivent ainsi. Comme si, arrêter de se remplir les poches ou le caddie pour un temps de réflexion, d'arrêt et de contemplation était vécu comme une faute, un manque à gagner. Dans cette difficile période de vie, j'ai trouvé justement mes réponses, là, au calme, au coeur de la nature à regarder pousser l'herbe et ça fait quand même beaucoup de bien.
      Je sais que tu me comprends dans ce choix.
      Merci pour l'extrait de poème de Charles Wright.
      Je te souhaite une belle fin de semaine et je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  11. Que de couleurs aujourd'hui, j'adore !
    Merci pour ce post ensoleillé, vraiment magnifique, Roger, je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. norma
      Merci Norma.
      Les couleurs employées sont liées à mes déplacements dans le paysage, au lieu où se fait l'installation, à l'inspiration du moment aussi. Pour le mauve de ces digitales, il est présent, ici, quelques semaines simplement, après, je passerai à autre chose. Ce travail est aussi la résultante d'une lecture d'un roman, de Jean Teulé sur Hélène Jégado et son rapport au poison que j'interprète en manipulant ces plantes vénéneuses.
      Belle fin de semaine à toi, Norma.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  12. Stone family adventures continue :) I love your stone towers.
    Figure 11 is a very beautiful and the last one is special.
    I enjoy watching your art, even if I don't understand the text.
    My best wishes and a nice summer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. orvokki
      Merci orvokki. Le land art permet l'expression directe, sans explications et en cela, est un art qui se partage sur toute la planète. Maintenant, je ne fais pas tous ces gestes gratuitement, et il y a une histoire contenue dans chacune de mes créations, ne serait-ce que la mienne. Les textes permettent alors de mieux comprendre mes intentions. Pour ceux qui ne lisent pas le Français, il est possible d'utiliser le traducteur Google, qui aide malgré tout.
      Bel été à toi, également.

      Roger

      Supprimer
    2. Google translator translates very difficult to finnish, because the finnish language is only in one small country, and the glossary is incomplete. It is more easier to translate from and to english, because I understand english (still I don't speak it fluent) (and a little bit deutch and spanish), but I don't know any French at all. It's shade. Your works would speak more if I would understand the text.

      Supprimer
  13. "Cinq raisons d’être ici", infiniment respectables de la plus légère à la plus grave.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. manouche
      Merci Manouche. J'aime aussi jouer avec les mots au moment de donner un titre à mes installations. Disons qu'ici, la plus grave était la plus lourde et cela s'est allégé en arrivant au sommet !
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  14. Un moment passé ici est l'assurance de plaisirs délicats, profonds, souriants, colorés, vivifiants... Merci Roger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Christian.
      Ces dernières semaines ont pourtant été bien bousculées et difficiles et je me suis encore une fois demandé si je stoppais mon blog ou pas. A te lire, c'est reparti.
      Belle fin de semaine en amitié.

      Roger

      Supprimer
    2. Ne t'arrête pas surtout, Roger, tu n'es pas au bout du chemin des grands jardins !

      Supprimer
  15. Thank you for the beautiful post of amazing nature art creations !!!
    Your stone towers are wonderful !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ART-TRAVELLER
      Merci.
      Tous ces cairns sont encore plus beau à voir "in situ ".
      Belle journée à toi
      So long.

      Roger

      Supprimer
  16. A défaut d'océan, c'est le regard sur tes œuvres qui participe de ma réparation...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :)
      Merci. Chacun trouve son chemin, mais pour moi, c'est chaque commentaire reçu qui me fait avancer aussi.
      Belle fin de semaine.

      Roger

      Supprimer
  17. Réponses
    1. rêveuse bleue.
      Merci beaucoup. Belle journée en amitié.

      Roger

      Supprimer
  18. Merci Roger pour tout le bien que tu apportes à nos âmes. C'est tellement bon de te lire, tu m'encres encore davantage dans cette nature qui ne cesse de m'émouvoir. J'admire tes oeuvres et me laisse emporter Entre les deux mondes.
    Bien amicalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Isa
      Merci Isa. La nature permet bien des rétablissements et ne serait-ce que pour cela, il est bon de ne pas la quitter des yeux trop longtemps. Elle m'a tellement offert que je peux encore en faire autant de mon côté.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  19. Je me languissais... et en voilà de nouvelles !!!
    Merci Roger pour ce moment...
    Bien amicalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marité
      Merci Marité. Je t'ai fait un peu attendre et en général, c'est mauvais signe, je veux dire par là que ma santé n'est pas au mieux. Cela va mieux, j'étais cet après-midi dans les bois de Locoal-Mendon où j'ai réalisé quelques installations sympa. A voir bientôt.
      Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
    2. Merci Roger de ta réponse explicative. Je suis heureuse que tu ailles mieux :-)
      Je t'embrasse et te souhaite une belle journée !

      Supprimer
  20. Comme je suis heureuse de te retrouver! Combien j'aime ta façon de dire, avec les mots, avec les pierres, avec les feuilles... "les routes cardinales... la mémoire qui s'enmauve..." Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brizou.
      Merci Brizou. Un bonheur partagé, sois-en assurée. Avec mon amitié.

      Roger

      Supprimer
  21. Such beautiful arrangements of flowers, water and natural elements dear Roger. They are works of art.
    hugs
    xoxoxo ♡

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. dianne
      Merci Dianne, pour ces mots d'encouragement. Je vous embrasse également.

      Roger

      Supprimer
  22. hello
    ai ouvert un new blog
    ne sais plus entrer dans l'ancien
    le nouveau est sur mon profil

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Amandine Durez
      Je viens de faire connaissance avec ton nouveau blog, sympa. J'y ai laissé un petit commentaire.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  23. Bonsoir ami du Chemin des Grands Jardins,

    J'aspire à voir un jour tes guetteurs au hasard d'une promenade... Je pourrai enfin faire lien...
    J'aime à penser qu'ils m'attendent et qu'ils tiennent bon le vent, et la marée.

    Je suis toujours très touchée par tes dédicaces. Une pensée qui germe et qui se forme et qui se retrouve là, devant l'écran et
    des yeux éblouis. Ta pensée a traversé les ondes aussi vite que la lumière et je suis persuadée l'avoir perçue...
    Penser à l'autre est précieux et source de vie.
    Ta composition est parfaite : la mémoire s'organise et garde le meilleur... J'aime à le penser.
    Le plus émouvant dans ce que tu as composé est pour moi les bras de chaque côté de cette boîte : la mémoire semble vouloir embrasser,
    ou semble peut être embrasser car les bras se tendent encore ; la mémoire semble aussi passer un relais... qui nous lie les uns aux autres...
    avec des souvenirs communs dans la mémoire...
    Je suis très touchée.
    Tu nous enmauves si poétiquement Roger !!!
    Merci de toi.

    Je t'embrasse amicalement.
    A bientôt. Porte-toi bien.
    Leeloo qui a été ravie de partager ce temps d'écriture en ta compagnie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Leeloo,
      Merci Leeloo. Actuellement, lorsque je réalise mes boîtes à mémoire, j'essaie toujours de les mettre en lien physique avec le hors cadre. Elles sont, posées dans la nature mais directement nourries des éléments trouvés et employés sur l'instant. parfois, ce sont des liens très visibles comme sur celle-ci, d’autre fois, simplement évoqués par la couleur avec des semis de feuilles broyées, de graines ou de signes qui partent de la boîte et de chaque côté pour rejoindre la grande nature. Tout ce que je fais est très élaboré, symbolique et tend à l'épure, à l'effacement. Je ressens une extrême poésie dans le ressenti des lieux, ce qui parfois, fait bondir les puristes, et c'est ce qu'ensuite, j'essaie de restituer dans mes textes.
      Je pense que ton commentaire l'exprime et c'est ce qui me touche beaucoup. Il fait aussi partie de ce qui enrichit ce blog.
      Je t'embrasse et je te souhaite un beau weekend.

      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  24. Bonsoir Roger; Il y a longtemps que je n'ai pas pris le temps de venir voir tes créations éphémères. Chaque fois le plaisir et l'admiration sont les mêmes.... Tes constructions m'apaisent et me touchent toujours car la beauté que tu crées, végétale ou minérale, est très forte.
    J'aime beaucoup aussi ce que tu as écrit. C'est de la vraie poésie, en prose tout simplement.
    J'ai retenu particulièrement cette phrase : "Elles deviendront un alphabet entre mes mains pour de futurs poèmes de pierres à composer sous un ciel indifférent à mes mouvements"
    Pour moi c'est la vraie définition de ton travail.
    Merci de savoir écrire tant de belles histoire avec cet alphabet que tu maîtrises si bien.
    Je t'embrasse bien amicalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oxygène
      Merci Oxy de me consacrer un peu de ton temps pour venir commenter mon travail. Ces retours sont si importants. Lorsque nous habitions encore en Normandie, jusqu'en Avril 2014, il m'arrivait très souvent de travailler avec des groupes d'enfants ou d'adultes, de présenter mon travail en vidéo ou causeries, de travailler le land art avec d'autres artistes. Trente années passées dans cette région m’avait permis de tisser un vrai réseau de connaissances. Ici, tout est à reprendre à zéro. Je ne connais personne. Certes, ma pratique me suit partout où je suis et ne me pose pas de problèmes, certes le pays m'inspire beaucoup, mais sur le plan des échanges, c'est très pauvre. C'est pourquoi ce blog est important pour moi et je te remercie encore de faire partie de celles qui m’encouragent de leurs mots et par leur amitié. Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  25. Réponses
    1. Lisa
      Merci Lisa et belle fin de semaine à vous.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  26. such beautiful art, once again! loved the purple and green. and water! lovely cairns, too.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. TexWisGirl
      Merci pour votre commentaire et pour votre fidèle présence sur Le Chemin.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  27. bonjour, roger,

    plus de deux ans que je vous accompagne sur votre blog, je suis à chaque fois très émue par votre poésie et la présence charnelle de la beauté de la nature...

    je vous souhaite de garder longtemps votre regard d'enfant du premier matin du monde... beaucoup de pensées pour vous, "fille de la nature" (pseudo)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme,
      Merci à vous. Vos mots me touchent d'autant plus que je ne peux pas vous identifier. Pour ce qui est de mon regard sur la nature, il n'a pas beaucoup évolué depuis mon enfance et je reste toujours aussi fasciné par elle, dans la dernière partie de ma vie.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  28. hello
    merci de ton passage
    blogger sauf mon profil me demeure impossible à ouvrir
    dingue
    enfin tant pis
    na bibises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Amandine Durez
      Je connais ces difficultés passagères et souvent récurrentes sur mon blog mais ça finit toujours par s'arranger!

      Supprimer
  29. "Les ames en peine de Lampadusa" cela me rappelle "Le camp des saints" de Jean Raspail ecrit en 1973: quelle vision, quelle prophetie jusqu'aux dernieres lignes
    Delicates traces printanieres, l'ete prend le relai a partir d'aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thérèse
      Merci de votre commentaire dont je ne partage pas l'opinion. Le Chemin des Grands Jardins n'est habituellement pas un blog où l'on débat de politique. Je fais une parenthèse pour vous dire que je ne partage pas du tout, le rapprochement que vous faites entre" Les âmes de Lampedusa " et le roman de Jean Raspail "Le camp des saint " qui est un ouvrage ouvertement d'extrême droite dont je combats les idées depuis au moins 50 ans.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
    2. Bien loin de moi l'idee d'introduire quoi que ce soit de politique dans les blogs Roger, d'autant plus dans le votre. J'espere que vous saurez me pardonner.

      Supprimer
    3. Thérèse
      Je comprends Thérèse et je ne vous en veux pas, mais j'ai cru bon de faire cette précision à propose de ce livre et de cet auteur dont je ne partage absolument pas les idées politiques d'extrême droite.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  30. Bonjour Roger merci pour toute cette beauté que tu partages,"La nature est un temple" il est important de s'en souvenir...
    Bon weekend
    LNA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. francula elena
      Merci de nous rappeler cette évidence si souvent oubliée par nos contemporains.
      Bon weekend également,
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  31. Roger bonjour
    et merci pour tes photos qui explosent de bonheur et de couleurs
    c'est toujours un beau voyage quand on passe te voir ici
    on se sent à l'aise au calme et pour moi c'est tellement important
    je suis allée à Carnac deux fois étant gamine et je me demande s'il y a eu du changement
    un endroit qu'il faut venir visiter
    je t'embrasse fort ROGER

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. France,
      Merci France. Le Carnac de ton enfance, je crois que tu le retrouverais en partie car le petit bourg a grandi. Si la côte est à peu près préservée par les constructions, la station est devenue à la mode et forcément très chère. On se demande pourquoi les spéculateurs se gêneraient puisque maintenant c'est une habitude généralisée. Dire que les gens du pays sont d'accord, nous ne en sommes pas arrivés là.
      L'attrait pour les sites mégalithiques est tel qu'il a fallu clôturer les plus grands sites pour les protéger d'un public trop nombreux, mais cela reste d'une beauté incomparable qui réjouira ton œil de photographe.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  32. Tout est beau et me touche :tes créations ,les couleurs que j'aime particulèrement et tes mots qui sont très forts.Merci d'être là et d'illuminer cette journée de l'été .
    Merci de ce joli partage que j'ai à mon tour partagé .
    Bon week-end
    Je t'embrasse bien amicalement

    RépondreSupprimer
  33. Brigitte
    Merci Brigitte. Je sais qu'il est impossible que tous les visiteurs de ce blog s'expriment ici, quand il y en a entre 4000et 4500par mois, à passer ici, mais chaque commentaire est enrichissant pour tout le monde et j'invite ceux que ne l'ont pas fait à laisser leurs traces de temps en temps comme toi, sur le chemin.
    Je t'embrasse bien amicalement.

    Roger

    RépondreSupprimer
  34. Etant donné des mécontents, je refais une tentative sur blogger

    RépondreSupprimer
  35. J'étais là pour un certain temps pas été Roger,
    mais j'ai un gemnist de beaucoup que je vois. Quel autre grande série de photos avec beaucoup de détails et de couleurs. Je suis vraiment impressionné et il fait beaucoup en moi. Merci pour ce merveilleux dons de la nature et de vos mots.

    Avec amour,
    Helma

    RépondreSupprimer
  36. De bien belles œuvres encore, Roger. Je suis très touchée par "Les âmes en peine de Lampedusa". Prenez soin de vous. Amitiés. Danièle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dannièle Duteil.
      Merci Danièle.
      Mais oui, "les âmes en peine de Lampedusa " sont touchantes. Et je n'aime pas ces personne qui continuent à me parler de mes petits bonhommes. Ils ne comprennent rien à ce que je fais et ce contre quoi, je proteste.

      Belle soirée à vous Danièle.

      Je vous embrasse.

      Roger

      Roger

      Supprimer
  37. Marvelous Artwork with the beauty of nature again. I love your Artwork very much. Always a wonderful day to see your Art and photos.
    Best regards, Synnöve

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Seraphina's Phantasie,
      Merci Synnöve. Je suis toujours très heureux de vous lire ci.
      Je vous embrasse amicalement.

      Roger

      Supprimer
  38. Ton "entre deux mondes" est si gracieux qu'on a envie de ne pas choisir un côté ou l'autre et d'y rester...Love.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. manouche
      La fréquentation des poètes, ouvre de belles portes sur ce monde là. L'interface entre ces deux mondes, est une grande vibration qui conserve l'esprit en éveil.
      Peace and love.

      Roger

      Supprimer
  39. Je me suis permise de présenter sur mon blog (http://mimiclectik.canalblog.com/) quelques unes de vos oeuvres, que j'aime beaucoup, avec un lien vers votre blog découvert grâce à celui de Danièle Duteil; j'espère que vous n'y voyez pas d'inconvénient. Amicalement, Michèle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme
      Bonjour Michèle,
      Merci de votre choix, j'en suis très honoré. J'ai vu votre blog, je le visiterai à nouveau.

      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  40. Comme toujours, on reste émus devant tant de sensibilité et de créativité. Je suis en admiration devant toutes ces merveilleuses installations. La Nature est merveilleuse, elle collabore bien avec toi pour servir ton talent.Bravo à tous les deux, c'est magique... Merci Roger, cela fait du bien de venir ici...
    Belle journée ! Amitiés
    Nath.

    RépondreSupprimer
  41. Nathanaëlle
    Merci Nath. Si l'émotion passe et se partage, que demander de plus. J'aime la nature, j'aime y vivre, elle me le rend, nous faisons le chemin ensemble mais elle continuera bien plus longtemps que moi. Belle soirée à toi.
    Amitiés.

    Roger

    RépondreSupprimer
  42. .Amazing stuff, Roger! I think your work is in full bloom, like summer. And thank you for dedicating an installation to me, it was one of my favorites. The one above it was breath-takingly beautiful too. Love the way the image works: your installation, reflections of the trees on the water, surface of the water... So many levels.

    RépondreSupprimer

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.