La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

mercredi 4 décembre 2013



Offrande au dolmen de Luffang : pour Sylvie Méheut

Vie et mort au dolmen de Luftang : à mon  Père


La parole donnée :  à Danièle Duteil


L'oubli : à Patrick Lucas


Le chant du sable : à Marie-Claude


Les beaux jours  à Mériadec :  pour Tony et Stéphanie 

Enlacement : pour Erin

Soigner la mémoire : à Francis Eustache
Survivre au chaos : pour Sadaya
Hentoù treuz : à Marie-Josée Christien

Le grand passage : à Rick Forrestal
Le salut aux sept Îles: à Youenn et Annaïg  Gwernig



Hentoù treuz *

A l'heure  où je quitte  mes chemins de  traverse (*Hentoù treuz ) le vent se sera chargé d'effacer  mes  pas, que ce soit aux sept Îles dans le Golfe du Morbihan, dans l'anse d'une autre  île, le Men Du,  où sur les feuilles de châtaigner et des aiguilles de pin, qui  jonchent la terre autour de l'énigmatique dolmen du Luffang, sur les rives de la rivière de Crac'h. En aucune façon, je n'ai  imaginé que ces installations soient pérennes, simplement des passerelles entre les êtres, vivants  ou disparus et ce  lieux qui me font rêver.

Le chant du sable

à Serge Thébault

L'heure de la renverse est prévue  pour 16heures35 .Avec un coefficient de marée fixé  à 89, la mer ne me laissera  pas beaucoup de  place sur la plage. Je commence quelques installations dans le bois de  pins maritimes qui se situe  à gauche, en sortant de la Trinité sur Mer, en direction de Carnac. Malgré  un soleil généreux, l'air reste frais avec ce vent de Nord. La lumière filtre à travers les branches et joue avec la couleur brune aux reflets rouge des aiguilles de  pin.
Avant de rejoindre la côte, je trace  une spirale d'aiguilles de pin, avec le plat de ma main. Le sol est doux,  presque souple. J'aime cette tendresse que la terre  m'envoie, comme un message et je termine  mon  mouvement de spirale par un enlacement du  pin le plus proche.
Je quitte le lieu et me dirige vers l'anse du Men Du. Lorsque j'arrive sur la  plage, la mer a déjà rempli une très grande surface de cette anse et, de  plus, elle  monte encore. Ne sachant pas encore s'il  me restera assez de  place  pour tracer  une spirale, j'en  prends le pari et j'évalue la nature du sol. Le sable st assez  compact ce qui veut dire,  plus difficile  à travailler. Si je veux tracer,je dois le faire sans perdre de temps. Je débarrasse l'endroit choisi des plus gros paquets de  goémon et je les rends  à la mer.
Je choisis le centre de ma future spirale et, corps tendu, énergie concentrée, je commence  à dérouler le sillon. Cinq  à six  minutes suffisent pour tracer les premiers tours, les plus serrés, ceux qui  font tourner la tête, et puis, c'est la prise de rythme.
Sans le regard qui calcule, jauge, évalue, transmet l'ordre du mouvement aux  pieds, rien ne va. Il ne doit  pas s'échapper vers  l'horizon mais, rester Focalisé sur cette mécanique des pieds et des jambes, pendant  une  heure  à  une heure trente, selon les difficultés rencontrées. Pendant les courtes poses, c'est lui qui évalue le travail réalisé. Les bras sont, soit, le long du corps, accompagnant le mouvement d'un léger balancement, soit, croisés derrière le dos quand  l'avance se fait difficile et que le corps entier participe au  mouvement.
Je me laisse bercer  par le chant du sable. Mon talon gauche repousse le sable et trace le sillon, centimètre par centimètre et cela produit une petite musique : freschh, freschh, freschh auquel répond le chant de la mer qui  pousse ses vagues courtes sur le rivage :sluchh,sluchh, sluchh et je suis le seul témoin de ce véritable kan ha diskan que le vent emporte vers le large. J'aimerai  partager ce bonheur avec celle que j'aime et je la rejoins par la pensée.
Il  me reste 5 tours  à tracer, la mer s'approche et je crois être  obligé de  lui laisser gagner la partie. A-t-elle saisi mon  inquiétude, est-ce son  heure, les deux,  probablement puisqu'elle choisit de se retirer au  même  moment. L’ile du Men Du  se détache comme  une ombre chinoise de la plage de Carnac. La partition  à trois reprend et le sable chante  à nouveau sous mes  pieds, accompagnant le départ de  l'océan.
Ma spirale n'est pas extraordinaire, car le sable est un peu gris,mais elle s'intègre parfaitement aux  lieux. La gratuité de l'acte me plait, son  côté éphémère aussi et cette question qui me revient  à chaque fois : si c'était la dernière ?
Je quitte sans regret la plage où il ne fait plus que 5 °.Demain , sera  un autre jour.

Le jour d'avant

Pour Annaïg Gwernig

Retour aux sept  îles, sous  un soleil généreux. Je continue l'exploration des lieux et je pense à ces vers de Xavier Grall qui me sont parvenus d'une artiste Dinannaise:
Viens en cette Bretagne ancienne /Je plaide pour l'homme nouveau /Je chante la route, le cercle, la danse /Je dis le retour de la fraternité.
Après ceci, je ne peux me tromper de geste. Les  pierres s'accoupleront au chêne  mort, les sables serviront de linceul aux vaines  pensées car l'enfouissement des souvenirs demande beaucoup de précautions si  l'on veut, en  même temps, garder  une chance de les retrouver. La mémoire s'ensauvage et se rebelle lorsque l'âge s'impose dans la dernière ligne droite. Garder un  peu d'images pour nourrir mes racines avant la bascule fatale. Les cairns montent, issus de la terre. Il  faut assurer  leur langage. La maladresse d'un  mot, d'une pierre mal posée,une bousculade, un retard et voilà l'oubli qui règne en maître aux Sept Îles et nous ressert des plats vides et froids. On n'invite  pas les morts aux festins virtuels, ils n'aiment pas  ça. La mer est froide,  l’exercice périlleux. La solitude habitée des vers de Grall n'est pas  là  pour arranger les choses. Aucune thérapie ne peut  l'éradiquer. La progression se fera entre les hauts  murs de la mémoire, les cris entendus, les cadavres rigides et bleus. Les descentes aux enfers tatouent le cœur de stigmates aux fers rouges. Puisqu'il faut se perdre offrons au soleil les dernières pierres froides. Qu'il les transforme en or au regard de  l'enfant qui  partagera sa joie avec son  père.
Ici tout est  permis puisque l'esprit divague et se laisse enchanter par la poésie des lieux. Aux rides profondes d'une pierre plate, j'ai  osé ajouter quelques couleurs vives et les chemins de traverse m'ont emmenés jusqu'au bout de la nuit, danser au Sabbat d'Etemclin, en attendant le solstice d'hiver.

Le jour d'après

Je continue ma découverte des mégalithes et, j'approche du dolmen de Luffang. J'ai toujours ce pincement au coeur  lorsque j'approche de ces terres sacrées. A deux pas de la rivière de Crac'h, elle même reliée au Golfe du Morbihan, ce dolmen est une ancienne allée couverte de 20 mètres de  long qui a perdu toutes les dalles de recouvrement. Le lieu est très magnétique. Je commence par faire le tour de  l'ensemble en touchant chaque  pierre, puis j'entre dans l'allée. Le concert  de croassement des corbeaux perchés au-dessus des arbres, cesse au moment  même  où je commence ma première installation. Je suis bien au royaume des morts dans cette sépulture et je travaille dans un silence absolu. Je vous l'ai dit,  on n' invite pas les morts aux festins virtuels, ce sont eux qui se présentent. Mon  père est  présent, dans l'humus, la mousse, les feuilles  mortes, nous travaillons côte  à côte, comme autrefois.Ces confidences gênent certaines  personnes. Qu'elles passent leur chemin, je sais faire la part des choses.
Je suis parfois dans la sépulture, parfois, dehors mais toujours relié à la grande  mémoire des lieux par mes travaux. Je n'ai  pas d'autres explications à cette communion  mystique et sacrée où personne d'autre que  moi aurait sa place en ces moments que  je ne fabrique  pas. Toutes mes installations sont rondes et me rattachent  à des faits  précis de ma vie. Dès que je quitte les lieux, les corbeaux reprennent leurs palabres et je les remercie de cette parenthèse silencieuse.
J'irai saluer la rivière pleine de cette marée Atlantique que je rêve de côtoyer du c^té de Port-Louis, un de ces jours prochains.

Roger Dautais

J'avais demandé  à Marie-Josée Christien de trouver une légende à la dixième photo de ce  jour, de la traduire en Breton, ce qu'elle a fait par amitié et je l'en remercie.
" Hentoù treuz " correspond  bien  à  l'esprit de mes voyages.



Cairn de Barnenez


Je sens la pierre

la terre une fois de plus

indubitables

le  plus beau  monument humain

le  plus majestueux

le  plus simple


comme si  une beauté très lointaine

m'était enfin rendue

sans que je puisse

comprendre davantage



Au seuil du vent

le cairn

exhibe son squelette

ses aspérités


La porte du monde
est  ouverte.


Marie-Josée Christien *

Un monde de  pierres
Éditons Blanc Silex  2001

* http://mariejoseechristien.monsite-orange.fr/




90 commentaires:

  1. Réponses
    1. Audrey
      Merci Audrey. Heureux de te retrouver ici.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  2. «Hentoù treuz» me donne une grande force. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La Rouge
      Merci pour ton commentaire. Il faut dire que cette petite installation est en prise directe avec l'énergie de la roche.
      Belle fin de semaine à toi.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Ameba Donna

      Je te remercie, Ameba et je te souhaite une très belle journée.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  4. "Survivre au chaos", c'est exactement ça, Roger, tu as été très bien inspiré sur ce coup... Je te remercie grandement!!
    Droiture et grandeur. Bravo.
    Quel plaisir de venir ici, on imagine le chant du sable et celui de la mer, ce que c'est attendrissant... Revigorant!
    Bonne soirée Roger!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sadaya,
      Heureux que cela te plaise. C'est vrai, après une longue vie, pour en arriver là, il aura fallu, de la chance et survivre à quelques chaos. C'est ce que j'ai voulu évoquer comme idée dans cette installation, au cœur d'un île Bretonne.
      Je te souhaite une très belle journée, Sadaya.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  5. These are wonderful, creative constructions . . . working WITH nature.
    And thank you for your dedication "le grand passage". I am honored, Roger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rick Forrestal,
      Merci Rick. Je suis certain que cette île avec ces grands arbres morts, couchés par les tempêtes, t'aurait aussi inspirée.
      Belle fin de semaine à toi.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  6. "Toutes mes installations sont rondes et me rattachent à des faits précis de ma vie": c'est justement ce qui rend votre art si authentique, si vrai et vos hommages sont aussi émouvants que beaux, car il n'y a pas de véritable beauté sans source d'émotion. En même temps, vous dépassez le particulier pour atteindre à une universalité qui touche au-delà de ce qui vous est strictement personnel. Je vous souhaite une bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anne,
      Merci, Anne, pour ce très beau commentaire. Je ne sais pas si je mérite tout cela, mais je le lis avec un réel plaisir.
      Je vous souhaite une très belle fin de semaine.
      Bien amicalement.
      Roger

      Supprimer
  7. Réponses
    1. TexWisGirl
      Ainsi, une partie de la Bretagne vous sera arrivée jusqu'au Texas, pour votre plaisir.
      Merci de m'encourager ainsi.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  8. °º✿♫
    °º✿
    º° ✿✿ ♫° ·.Que série mais linda!
    Amei a sexta e a última composição... super!!!
    Bom Noite!!!!
    Beijinhos.
    ¸.•°♪♬♫º°

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Magia da Inès
      Merci, Inès. Cette petite installation pourrait presque être un bijou éphémère. Que dirais-tu de le porter ?
      Je te souhaite une très belle journée Brésilienne et je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  9. l'oubli cher Roger devenu Amnesy
    serait-il devenu un des leviers de la survie…

    Merci !

    Je t'embrasse

    Patrick Lucas

    PS / c'est très beau

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Patrick Lucas

      Merci Patrick.
      C'est vrai, une bonne mémoire doit oublier beaucoup pour pouvoir survivre !
      Que la route continue à être ton inspiratrice et bon voyage.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  10. Roger, your work seems so lyrical and harmonious this time. I don't have time to read your post now so I need to come back for it later. Have a great week!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sasa Saastamoinen.
      Merci Sasa, de ta présnece. Quant tu auras un peu plus de temps, tu verras aussi que lire le commentaire de mon travail donne quelques clés de compréhension supplémentaires, mais ce n'est pas obligatoire.
      Je te souhaite un très beau week-end Londonien.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  11. Au plaisir de partager des photos.. Salut.. :-)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ana Minguez Corella.
      Merci de prendre du temps pour venir regarder mon travail. Je vais très bientôt te rendre visite.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  12. I don't always comment, but I ALWAYS enjoy all the gorgeous photos in your posts! Thank you so much for sharing them! And again I wish I would know French! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yael

      Merci pour ton commentaire.Si tous les lecteurs qui passent sur mon blog me laissaient un commentaire, il me faudrait répondre 150 et parfois jusqu'à plus de 200 fois par jour, ce qui serait impossible.
      Merci donc, encore une fois, tu qui a franchis le pas pour me faire part de tes pensées.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  13. aussi vos mots ... c'est une honte de mon manque de langue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. camino roque
      Mais non, ce n'est pas une honte. Je suis moi-même bien incapable de dire trois mots en Espagnol, alors que toi, tu te débrouilles assez bien en Français.
      Merci de ton passage.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  14. Comme un jeu d'éventail, une main ouverte, les nouvelles possibilités offertes... Merci pour cette beauté!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gine
      Merci Gine. C'est vrai, la Nature offre de nouvelles possibilités à chaque sortie land art. Je pense que je " calerai" avant elle.

      Belle fin de semaine.

      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  15. Tes oeuvres sont bien une communion... Avec les mémoires, tes morts, tes aimés, les éléments de la pierre majestueuse au gland minuscule et aussi avec nous et nos ressentis, nos émotions... Comme une union. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chri
      Merci.
      Oui, tu décris bien ce qui se passe pendant mes sorties land art et je suis si heureux de pouvoir faire partager mes émotions , ici.
      Je te souhaite un bel après-midi.

      Roger

      Supprimer
  16. Roger, your works are gorgeous !!! I love all of them.
    Have a very happy days.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. orvokki
      Merci pour ton message amical venant du Grand Nord et qui m'encourage vraiment
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  17. Comme elles sont colorées tes fabuleuses créations !!! Nos yeux en sont émerveillés ! MERCI Roger !
    Bon jeudi et amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marité
      Émerveillés par des éléments qui viennent de la Nature. De quoi l'aimer encore un peu plus .Merci

      Belle soirée à toi, Marité.
      Bien amicalement

      Roger

      Supprimer
  18. Bravo d' embellir ces vieilles dames que sont les pierres avec un maquillage de bons goût, tu es le Christian Dior du minéral!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. orfeenix,
      Tu me fais rire. Si tu avais vu Christian Dior, la dégaine qu'il avait cet après-midi, dans le froid, sur une sublime page de la ria d'Etel : le nez rouge, les mains gelées, le jean taché aux genoux, les chaussure trempées d'eau de mer, une casquette de marin enfoncée sur la tête, en train de réaliser une énième spirale, tu te serais dit : la haute couture en a bien perdu de sa superbe !
      Mais j'apprécie ton humour et je te remercie de tes mots d'encouragement.
      Je t'embrasse bien amicalement.
      Belle nuit étoilée, Orfeenix

      Roger

      Supprimer
  19. Bonsoir Roger,
    C'est Noël avant l'heure ?...Si je le pouvais, je poserais "Les beaux jours de Mériadec" autour de mon cou : c'est un bijou superbe. Peut - être que la nuit, Miss Nature se pare de toutes ces beautés faites sur mesure et file danser le Jabadao en loucedé, va savoir !
    Douce soirée et merci à l'artiste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miss L.
      Merci, Miss. Ce bijou, comme tu le dis, je l'ai réalisé pour mes enfants qui ont vécu des jours heureux à Mériadec et qui vont aller vivre leur bonheur sous d'autres cieux.
      Tu aimes l'argot ! J'adore aussi.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  20. Comme je suis gâtée ! Comme nous sommes gâtés ! C'est merveille de voir ainsi ces créations colorées s'épanouir comme des fleurs, les pierres prendre sens et le sable s'animer sous la pression volontaire du talon. Et vos commentaires qui montrent aussi à quel point vous faites corps avec les éléments... Quel plaisir ! Merci, un grand merci pour le régal et le bonheur que vous nous donnez, Roger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Danièle Duteil
      Merci Danièle. Je peux dire qu'à mon tour, je suis gâté aussi car LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS, continue à recevoir de beaux messages d'amitié mais aussi de très nombreuses visites ( près de 4200le mois dernier). Je ne le souligne pas par vanité mais parce que ce blog a été très difficile à lancer, on peut dire, plus d'un an au point que, je pensais le fermer croyant n'intéresser personne. Je ne sais pas combien de temps cela durera. Avant de montrer, il faut faire et le land art demande de la santé. Or de ce côté là, il y a des hauts et des bas. Alors, en attendant : Carpe diem !

      Je vous souhaite un très beau week-end.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
    2. Je ne suis pas étonnée, Roger, que vous receviez tant de visites. Votre blog est un des plus beaux que je connaisse. Mais prenez soin de vous. La passion aide à tenir le cap ! Vous serez à l'honneur dans mon journal de mars car j'ai vu que le Printemps des Poètes était consacré aux arts. Une magnifique occasion par conséquent. Encore merci. Amitiés.

      Supprimer
    3. Danielèle Duteil
      C'est vrai, ce sera un honneur pour moi, en attendant de se trouver un jour au détour du chemin.
      Ce matin, sur la rivière de Crac'h, au lever du soleil, terre gelée accueillant la marée haute, la baie de Saint Jean, était d'une beauté insolente.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
    4. Vous n'étiez pas bien loin encore... A partir de janvier, je ferai pas mal de photos en extérieur. Peut-être nous croiserons-nous.

      Supprimer
  21. Rare dans ton œuvre:: du végétal, dont j'aime le gracieux enlacement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. manouche,
      Lorsque j'étais au pied des Pyramides d’Égypte et malgré la présence de sentinelles en armes( la révolution éclata 3mois après notre voyage) j'ai pu m'exprimer avec du sable et des pierres car il n'y avait que cela. Spontanément, j'élevais un cairn au pied de Khéops, comme j'ai réalisé cette spirale en aiguilles de pin , l'autre jour en Bretagne car ce lieu en était tapissé. L'environnement crée l'idée, les matériaux ou végétaux, fixent les limites de l'installation. Je travaille comme ça.
      Merci pour ton commentaire, chère manouche.
      A bientôt.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  22. Réponses
    1. nOCO Le bOLO
      Merci. C'est la beauté de la Nature qui est sans limites. Nous ne sommes que des hommes, des passants, avec nos limites humaines. On fait avec.
      Belle soirée.

      Roger

      Supprimer
  23. Un art magnifique. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Robert
      Oui, c'est vrai, c'est un art magnifique et complet bien qu'il reste très marginal aux yeux des institutions.
      Merci à toi, Robert et belle soirée.

      Roger

      Supprimer
  24. J'aime ce qui est rond pour la douceur que cela m'évoque et aujourd'hui tes installations sont rondes et parlent de toi .Je suis sous le charme des rondeurs et des couleurs merveilleuses que tu nous offres.
    Chez toi je viens me ressourcer ,toutes ces beautés me font chaud au coeur.

    Belle fin de semaine Roger
    je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brigite,
      Comme toi, j'aime ce qui est rond et c'est pour cela que l'on retrouve souvent cette figure géométrique dans mes travaux. Cette série mettait le cercle plus particulièrement à l'honneur.
      Merci de tes mots d'encouragement.
      Belle fin de semaine, Brigitte.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  25. Bonsoir Roger,

    Des nids de vies... je vois des nids de vies...
    et de multiples couleurs qui me ravissent.
    Et puis il y a cet arbre à la blessure... "Soigner la mémoire"...
    Je m'y suis arrêtée longtemps. Je note l'audace d'oser contrarier les courbes tortueuses
    du tronc et sa grisaille avec des bâtonnets irisés de couleurs. Mais la mémoire
    est pansée, et pensée...avec beaucoup de poésie.
    La mémoire mérite qu'on s'y arrête... qu'on la reconstruise parfois... qu'on la colore aussi...
    Merci de toi Roger.
    Une belle soirée.
    Je t'embrasse amicalement.
    Leeloo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Leeloo,
      Oui, il m'a fallu un peu d'audace pour réaliser une telle greffe, entre la fougère et le chêne. J'ai dédié cette installation au Professeur Francis Eustache( voir Google) éminent spécialiste de la maladie d'Alzheimer. Il me fit l'honneur de participer à mon dernier documentaire, traitant de cette maladie et de l'art-thérapie : LA MÉMOIRE AMNÉSIQUE. Une façon de rendre hommage à sont immense travail de chercheur.
      Merci, Leeloo, pour ce très beau commentaire.
      Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  26. Réponses
    1. mémoire du silence
      Merci. Et cette fois encore,les lieux, le dolmen de Luffang, n'y étaient pas pour rien.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  27. i continue to be surprised and overwhelmed by what you create. and what this means, the inexhaustible capacity of creation. never will the same cairn be raised twice. and the small cups of berries, of stones, nature's bounty of moss and twigs laid inside of nature's bounty of crux and crevice. never is your/our interpretation exhausted. this is humbling. (and so aesthetically tantalizing:)

    the other night james and I watched an incredible movie that I have to imagine you have seen or would love, mother and son, a film by Aleksandr Sokurov. it is a prayer, the whole film. what I felt in watching it I feel in imagining your works)))

    xo
    erin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. erin
      Merci pour ce très beau commentaire. C'est la Nature qui rend humble lorsqu'elle devient le cadre de notre vie quotidienne, de notre travail.Inégalable dans sa beauté, elle provoque des émotions, universellement ressenties et ceci est le lien naturel entre les êtres quelles que soient leurs origines, leur civilisation.
      Après, l'imaginaire et le caractère singulier de la différence, font le reste, ajoutés à beaucoup de travail. Je vous pas beaucoup d'autres secrets.
      Il m'arrive aussi, regardant un film, d'y associer des images venant de souvenirs personnels, de rencontres et cela est un vrai plaisir.
      Je te souhaite de passer un très beau week-end.

      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  28. Magnificent photos!
    Creativity in all. hug

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tosan
      Merci à toi. Salut fraternel.
      Belle journée et à bientôt.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  29. J'aime quand tu parles de la mémoire des lieux et que laisses venir les âmes lointaines aimées sans les inviter
    belle idée ces offrandes d'Harmonie
    Merci Roger de ces petits bonheurs éphémères

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. arlettart
      Merci Arlette. Je décris ce que je ressens, ce que je vis et tâche ensuite de le faire partager. C'est ce que tu as parfaitement saisi.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  30. Roger bonjour écoute je repasse te voir car je dois terminer d'installer mes logiciels j’ai eu des soucis d'ordi je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. France,
      Prends ton temps et n'oublie quand même pas d'aller faire quelques photos.
      Je t'embrasse et je te souhaite un bon dimanche.

      Roger

      Supprimer
  31. The photos you have taken are superb, how can you do it?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bob Bushel.
      Merci pour tes mots d'encouragement. Comment je fais, comme toi, mon cher Bob, du travail, de la patience et encore du travail !
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  32. Ce sont de magnifiques compositions et te lire est un réel plaisir , merci pour ces partages qui me donnent envie de reprendre ma peinture!
    Merci l'Artiste, tu es libre et cela se voit dans tes compositions.
    Merci pour tes passages sur mes pages!
    Beau dimanche à toi!
    Amicalement, Cath.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cath.H.C. Photographie
      J'ai bien tes mots dont je te remercie. Ils cernent assez bien ma démarche artistique.
      Au plaisir de te recroiser, ici et là.
      Belle fin d'après-midi.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  33. Bonjour Roger, merci pour votre gentil commentaire sur mon blog.
    Votre blog est également intéressant. Belles images naturelles, une bonne idée, je voudrais à l'été et à l'automne de cette utilisation idée. Allez-vous permettre?
    Je salue :)
    Anna

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pawanna
      Merci pour ton commentaire et bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins, qui,je l'espère, deviendra lieu de promenade pour toi.

      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  34. certains disent que les rides sont une richesse et tes couleurs vives réchauffent
    la pierre glacée par le froid comme un sourire réchauffe le coeur !
    je suis évidemment très touchée par "soigner la mémoire" et je me suis
    demandée longtemps comment recoller les souvenirs qui s'effritent.....
    je touche tes créations du regard et je me dis que la poésie est dans tes créations
    tes mots et tes images !
    bises roger et bonne semaine à venir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MARTY,
      Merci pour ton très beau commentaire. Je suis tellement heureux de te lire et ce , pour plusieyrs raisons. Mes petits bonheurs passent aussi par tes superbes blogs que je conseille, sans modération à tous ùes lecteurs.
      Belle soirée à toi, Marty.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  35. Couleurs magnifiques dans ces belles compositions, très belles et créatives!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Leovi,
      Merci pour tes mots d'encouragement, Leovi et à très bientôt sur ton blog.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  36. Comme j'ai aime la description du trace de ces inoubliables spirales qui nous fait vivre votre cheminement tout a la fois physique et mental ou plutot spirituel. Tant de chaleur avec les etres et de connivence avec la nature. Merci pour ces mises en ligne.

    RépondreSupprimer
  37. Cher Roger, did you miss me? Je suis ete dans Les Etats Unies pour visiter ma soeur! Maintenant je suis revenue et j'ai savoure tes belles images. Elles sont merveilleuses. Tu marches dans l'air froid d'hiver et trouves encore des objects pour fabrique l'art. J'aime beaucoup Hentou treuz, c'est comme une celebration des rides. Merci pour tous le beau!

    RépondreSupprimer
  38. Thérèse
    Merci Thérèse pour ces mots si justes et qui cernent exactement mes intentions.Belle soirée à vous et à bientôt sur votre blog.
    Amicalement.

    Roger

    RépondreSupprimer
  39. Ses créations sont thérapeutiques, cher ami.
    Vous faites des merveilles de la nature et de la créativité.
    Merci Roger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Remei,
      Merci, Remei.
      Mes travaux ne sont pas fait pour cela, quoique, pour moi, il est vrai, elles m'aident souvent à vivre, mais si cela peut être ressenti, aussi comme une aide pour certaines personnes, pourquoi pas.
      Je vous embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  40. Wow ! Wonderful photos and so beautiful places
    Greetings

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ela
      Merci Ela pour tes mots d'encouragement et bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  41. Venir ici, c'est comme avancer dans une église, mais tellement plus beau, plus libre, plus ouvert. C'est la spiritualité au coeur de la nature. C'est l'humanité portée dans chaque geste. Tout est dans tout et inversement. Nous nous fondons avec toi dans l'instant à la fois fugace et éternel de tes créations car l'éphémère reste dans nos rétines et dans nos coeurs. Merci et merci aussi aux auteurs des poèmes qui nous nourrissent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nathalie in Avignon,
      Parfois les commentaires sont un peu excessifs et je me garde de les apprendre par coeur, mais il faut dire que le tien est très beau et me touche vraiment.
      J'aime aussi que tu salue mes amis les poètes toujours présents, illustrant ce blog de leurs mots indispensables, comme le fait si bien aujourd'hui Marie-Josée Christien.
      Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins et à bientôt.
      Avec mon amitié.

      Roger

      Supprimer
  42. Réponses
    1. Crafty Green Poet
      Merci à toi et belle soirée.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  43. ROGER BONJOUR JE SUIS AU LIT MAIS JE DEVAIS PASSER VOIR TES PHOTOS QUE JE TROUVE si belles
    oui là tu viens de faire fort toi l'artiste Breton
    toi et tes couleurs et tes formes
    que du bonheur pour nous
    je ne sais pas mais tu devrais en faire un livre ou autre chose là il faudrait trouver une superbe idée
    Merci et encore merci car tu sais tu me fais rêver et voyager
    Je t'embrasse fort

    RépondreSupprimer
  44. France
    Merci de ta présence et de tes mots réconfortants. Tu sais, j'ai déjà été beaucoup publié même s'il est vrai qu'un livre consacré purement à mes créations land art, reste à faire. Un livre de plus...des arbres en moins sur la planète !
    J'espère que ce n'est pas la grippe qui te cloue au lit. Meilleure santé. Belle soirée à toi, France.
    Je te fais des bises Bretonnes, sur les deux joues.

    Roger

    RépondreSupprimer
  45. Par leurs commentaires, Magia da Inès et Orfeenix confirment l'impression que j'avais déjà exprimée dans l'un de tes précédents billets, à savoir que pour moi tes créations sont des bijoux créés en hommage à Dame Nature par la main d'un éminent styliste.
    La nouvelle collection que tu nous montre cette fois-ci est éblouissante.
    Les formes et couleurs évoquent pour moi les parures traditionnelles des Indiens d'Amérique. Ce qui nous amène à la culture chamanique, dont tu a parlé plus d'une fois à propos de ton ami Peter Irniq, et que j'effleure dans mon dernier billet en mentionnant les chants Samis interprétés par la voix envoutante de Mari Boine.
    Quant à ta spirale d'aiguilles de pins, elle m'enchante tant elle me semble la chevelure enroulée d'une hamadryade.
    Merci, Roger, pour ce moment de pure poésie passé à te suivre sur tes chemins de traverse.
    Bises et amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tilia
      C'est toujours un plaisir de lire tes très beaux commentaires, Tu es, c'est vrai, une des plus inspirées des plus inspirées par mes petites installations et je suis toujours étonné que cela puisse en être ainsi. Je t'en remercie et je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  46. une spirale parfaite est une offrande !
    bientôt je reviens voir.. plus en détails , photos et textes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ELFI
      C'est aussi ce que je pense et ce n'est pas la dernière fois que je procèderai ainsi. Entre la mer et moi, c'est une longue histoire, un long compagnonage débuté dans la petite enfance.
      A bientôt.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.