La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

mardi 29 mai 2012












à Raymond, parti rejoindre ses étoiles...


Cette année là, lors d'une pose en plein soleil,  j'avais marqué sur  mon calepin : la terre, elle souffre. Je me souvient très bien de l'avoir accompagnée dans cette souffrance en cette année de grande sècheresse, au fond d'un carrière de la région. J'avais , dans la foulée,  installé cette petite tombe blanche, faite de croûtes de cette même terre calcaire, avant d'y déposer le corps d'un enfant. Deux herbes croisées sur loi, évoquaient le linceul, ficelé. On ne peut être dans ces gestes hautement symbolique évoquant aussi la mort de notre terre, sans ressentir  une grande émotion. Qui  peut me comprendre?
Descendre  à 50m au fond d'une carrière a ciel  ouvert, c'est très vite abandonner un quelconque esprit de grandeur. Il était précieux pour  moi de ne jamais dévoiler ces lieux,  où je pouvais,  à loisir  perdre cet horizon naturel et goûter les frisons du danger. Ainsi,  pendant dix années, j'ai visité,  puis squatté ces carrières avec cette impression d'être au cœur d'un grand sablier  qui décomptait mes jours:  à  moitié enseveli au royaume des morts,  à moitié tourné vers la vie, et le ciel vide qui me tendait les bras, rempli de vie et d'oxygène. Le pire était  un orage qui s'annonçait par quelques grondements, suivi d'une  pluie violente me faisant craindre,  injustement, la montée des eaux du lac central  où je disparaîtrai, noyé. Ce qui  n'est jamais arrivé !
Les autres vrais dangers se vivaient dans des escalades en milieu  non stabilisé,  où sur des enrochements pentus,  à 45°. Combien de fois, suis-je parti dans des glissades de 15m que seul  un méplat arrêtait avant la chute dans le lac. J'ai vécu des chutes plus brutales  d'où je sortais assommé, le corps rempli de bleus, mais je n'ai jamais eu de fractures. Dans ces lieux difficiles,  j'ai vécu des grands moments de bonheur en  harmonie avec la nature. J'aime les  pierres, je vous l'ai dit et j'ai entretenu de véritables dialogues avec elles.
Je leur ai confié des poèmes, sur des petits papiers que je glissais dans les cairns, persuadé qu'elles en gardaient la trace dans leur mémoire. Été comme hiver, survolant cet espace, des faucons m'envoyaient leurs messages : 
- On t'a vu, tu es ici chez nous, on te connais, maintenant. Sois le bienvenu.
Quel bonheur de refaire le monde selon son  imagination !
C'est vrai, en ce qui concerne les carrières cela dura au moins, dix ans. J'y ai élevé un nombre considérable de cairns que je retrouvais, quelques mois  ou années plus tard, couverts de fientes d'oiseaux. Signe qu'ils les avaient apprécié et utilisé  comme perchoir d'observation pour observer leur territoire. J'ai cessé de fréquenter ces lieux régulièrement,  il y a deux ans, les jugeant trop dangereux.
Par chance, habitant près de la mer, non  loin d'un fleuve côtier et auprès de quelques rivières., je passais d'un milieu à un autre, traversant les saisons, certes éprouvantes lorsque l'on travail dehors,  mais avec un tel  plaisir.
Je vis  un temps intermédiaire entre cet accident de la vie et l'envie de reprendre  un  jour le land art, une fois la convalescence terminée.
J'anime ce blog, comme je peux et rencontre parfois incompréhension ou rejet. Je le comprends et en même temps, comment parler du  land art, tel que je l'ai vécu avec un scientifique froid et distant,  moi qui suis le contraire. J'ai besoin de voir le spectacle du monde, avant que le rideau ne se referme. J'ai besoin de sentir la nature, de goûter à la salinité de la mer, d'écouter son chant au jusant. J'ai besoin d'inventer  un  monde différent que celui proposé. Alors, je l'invente avant de l'habiter. Je veux que mes créations deviennent dialogue, parlent de la nature avec elle et m'apportent sa réponse. J’attends que cette Nature me raconte l'histoire universelle, détaché provisoirement du  monde  moderne et me fasse retrouver toute mon humanité.Celle dont me parlait Raymond et qui se perdait si facilement  pour peu que nous soyons dans le mauvais convois ,  où comme  lui, rescapé d'une sale rafle,  puis grand témoin d'une histoire qui n'aurait jamais dû être inventée par des hommes. Si je pense  à lui. Oui, j'y pense très souvent.
Je sais, ce n'est pas raisonnable et cela ne sert  à rien aux yeux de certains. Je ne leur en veut pas, mais je ne suis plus intéressé par leurs discours. Qu'ils continuent  à croire dans leur expertise, leur enseignement, qu'ils nient la poésie née d'un cœur malade si cela leur chante, je continuerai mon chemin loin de ces savants qui ne m'apportent plus rien.

Roger Dautais



Haiku

Etoile filante
voeu d'un enfant
à Gaza;


*

L'ombre d'un  papillon
butine l'ombre d'une fleur
sur le bitume.


Tanka


Soirée froide et  pluvieuse
sous les néons de l'abri-bus
des amoureux s'embrassent
je regarde
l'ombre  à mes pieds


Lydia Padellec

63 commentaires:

  1. Tourner, grimper, édifier, croiser...Assembler, la vie est un amas de verbe qu'il est bon de conjuguer au temps dispersés...

    Douce soirée Roger
    Amicalement

    Gisèle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rêveuse bleue,
      Je ne pense pas m'être éloigné de mes rêves d'enfant. C'est bien toute ma vie qui tenta de s'échapper du chaos, ne trouvant un réponse que dans cette démarche.
      Merci de ta présence.
      Amicalement

      Roger

      Supprimer
  2. Bonsoir Roger,
    Comme je comprends ton besoin de te colleter à la nature, même si tu sais qu'elle est plus forte que nous, hommes présomptueux ! Puis faire corps avec elle et se ressourcer à son contact ! J'aime beaucoup tes photos et celle qui me touche le plus est cette feuille en triangle au dessus de la rivière. Fragilité et en même temps force et équilibre, puis la vie qui coule en dessous, c'est toi, c'est nous tous... Prends soin de toi a bientôt Mireille

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mireille Léoni
      Merci pour ton commentaire chaleureux. Il manque ici, ce vent léger qui agitant cette balancelle au-dessus de la rivière et lui faisait faire des quart de tour la transformant en unique feuille étroite. J'ai passé parfois, dans ce lieu, été comme hiver, à regarder s'écouler l'eau de la rivière, accompagné par le chant des oiseaux, sans avoir la moindre notion du temps.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  3. ton parcours est passionnant Roger ! le land-art est ton moteur
    qui tourne comme un roulement à billes et quand il devient
    roulement de tonnerre dangereux, hop tu changes de terrain
    de "jeux"! tu as l'embarras du choix autour de toi et rien à prouver ! le bonheur
    tu le trouves partout et tu nous offres des créations hors du commun !
    c'est génial ! merci pour ça !
    je t'embrasse Roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marty,
      C'est vrai, j'apprends surtout de la vie et de ma pratique qu'elle me fasse retrouver ces petits bonheurs, loin de l'agitation du monde, le plus longtemps possible.
      Belle journée et à très bientôt

      Je t'embrasse

      Roger

      Supprimer
  4. Tiens bon l'ami ,ton coeur est malade mais ton âme est forte.
    Gewll amicalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gwell,
      Tout ceci est à reconsidérer chaque jour.
      Bonne journée à toi,

      Roger

      Supprimer
  5. j'aurais bien du mal à dire laquelle de tes réalisations je préfère! Bonne fin de semaine. Geneviève de doubsjardin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. anabel.
      Maintenant, j'entends ta voix...
      Belle journée, Bien amicalement,

      Roger

      Supprimer
  6. le dialogue que tu fais avec la nature est un cadeau pour nous Roger. un cadeau precieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. makis tselentis
      Tu me fais là un bien beau compliment et, de ta part, je l’accepte.
      Amicalement

      Roger

      Supprimer
  7. Bonjour Roger, fiente des cieux est obole des dieux :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thige,
      Belle image digne du poète que tu es.
      A bientôt sur ton blog

      Amicalement

      Roger

      Supprimer
  8. Magnifiques tes photos Roger ,tes créations ,tes mots,et les pensées que tu exprimes et que tu partages...
    Il faut oublier les incrédules ,les insatisfaits ,les jaloux ,ceux qui ne savent même plus qu'il y a ou qu'il y a eu au fond d'eux une âme sauvage qui ne demandait qu'a grandir..
    Dans ce que tu donnes on sent l'amour que tu as pour ta passion ,on voit la lumière dans tes créations ,on sent que tu t'es pleinement réalisé dans cet art..je crois que c'est ça l'essentiel...et en plus ,tu partages toutes ces richesses avec plein de gens ,la boucle est bouclée...:)
    je te souhaite une douce nuit ,ou un bonjour..:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. clo,
      Je suis d'accord avec toi mais je trouve que parfois, il est bon aussi de parler de ce qui se passe autour de soi, expliquer ces pressions qui sont faites sur à peu près tous les créateurs, pour les faire taire, rentrer dans le rang. La loi du nombre a souvent raison.Comment expliquer ce besoin de créer, cette force de vie qui s'exprime par là sinon comme un élan vital sans le quel on tout de suite plus mal. La majorité des êtres ne ressent jamais cela et vit très bien ce qui explique aussi, toutes ces réactions.
      Merci pour ton très beau commentaire et à bientôt.
      Amicalement

      Roger

      Supprimer
    2. Oui bien sur tu as raison ,il faut parler de ce qui se passe autour de soi,de nos doutes aussi ,de nos incertitudes,de nos difficultés a "exister" face a un monde pas toujours très réceptif ,mais je suis intimement convaincue que se sont les minorités qui ont toujours fait avancer l'histoire de l'humanité,et ce , malgré les pressions de ceux qui ont tout intérêt a ce que le tout le monde rentre dans les rangs..
      C'est un travail de fourmi et une lutte de tous les instants...Il faut continuer a honorer cet élan vital créatif,chacun sa route ,et ses besoins vitaux..c'est aussi une grande chance de porter ça en soi..c'est un trésor inestimable..parce que ça permet de rester libre..

      Bonne journée a toi..:)

      Supprimer
  9. Роджер - ягоды в земле - это чудесно.Как старая мать и дети.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Simple pleasures
      Heureux de te retrouver et merci pour ton commentaire.
      Amicalement

      Roger

      Supprimer
  10. cuando miro los trozos de tierra seca veo agua.

    un pedazo de tierra como recuerdo
    miedo al agua que lo deshaga

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. camino roque
      Qui peut nous dire à quoi se rattachent nos souvenirs et comment ils peuvent générer des créations ou des images, des années plus tard.
      Merci pour ton passage ici.
      A bientôt sur ton blog,
      Amicalement

      Roger

      Supprimer
  11. Jaune étoile de David
    Sur la voie
    Trains de mort in-oubliés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. manouche,
      Parce que le temps efface trop vite, il est important de ne jamais oublier.
      Amicalement

      Roger

      Supprimer
  12. La beauté est dérangeante, c' est un trait d' union , un trait d' esprit , des traits tirés, c' est un portrait dans lequel certaines personnes ont peur de se reconnaître; poursuivez votre chemin en laissant les détracteurs à la traîne, ceux qui vous estiment aiment le visage que vous leur sculptez sur le vôtre, ou sur les pierres, à même la terre ou la mer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. orfeenix,
      Nous n'avons pas d'autre solution que de poursuivre notre chemin, si nous ne le faisons pas, cela ressemble à la fin.
      Je reprendrai,bientôt, de manière différente.
      merci et belle soirée,

      Roger

      Supprimer
  13. Una belleza de poesías visuales, Roger! Me sorprendo una y otra vez cuando visito tu blog por tu creatividad y gusto refinado. Nuestra amiga la naturaleza nos regala los elementos y las manos transforman apasionadas, creando Arte con esta especial e intima alquimia, llegando a los otros y regalando Vida. Un abrazo y seguiré visitando tu estupendo blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. JOAN SERINYA,
      Parfois, je me dis que je dois laisser faire la Nature et que j'ai simplement à me mettre dans le sens du courant pour réaliser mes installations. Parfois,c'est le contraire et cela ressemble à une lutte mais dans tous les cas, il s'agit bien de tisser un lien avec cette nature que j'habite de façon éphémère et de ne jamais me considérer comme propriétaire de ce que je fais.
      Merci pour ton commentaire.
      Bonne soirée
      Bien amicalement

      Roger

      Supprimer
  14. Beautiful nature and with it, your brain, great structures and photos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bob Bushell,
      Tu dis toi-m^me que tu es heureux dans la nature pour ce qu'elle t'apporte comme spectacle à observer et à photographier. C'est un peu pareil pour moi. Si je n'étais pas heureux dans cette pratique du land art, si difficile, j'aurai abandonné.

      Amicalement

      Roger

      Supprimer
  15. Tienes que venir a Tu Isla Misteriosa y crear como lo haces por ahí arriba. Me encanta toda tu creación. Eres un auténtico artista campestre. Un abrazo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La Isla Mystériosa,
      On peut pratiquer le land art dans tous les pays, et pratiquement tous les paysages pour peu que l'inspiration vienne.
      Sur une ile mystérieuse, j'imagine déjà le séjour.
      à bientôt là-bas.
      Amicalement

      Roger

      Supprimer
  16. «J'ai besoin de voir le spectacle dans le monde, avant que le rideau se ferme. Je dois inventer un monde différent de celui proposé." pas qu'ils sont plus belles que vos mots et vos photographies? l'deux

    RépondreSupprimer
  17. Dolors Reig Vilarrubla
    Merci pour ton passage ici et pour tes mots d'encouragement.
    Je t'embrasse amicalement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  18. Roger bonsoir si tu pouvais refaire le monde à ta façon!!!!
    je pense que la vie serait si tranquille et si belle aussi
    TU sais je me demande combien de temps tu passes pour faire ces
    si belles créations mais tu as beaucoup d'imagination
    tout est tj si beau
    NOUS avons tj envie de rêver ROGER
    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. France,
      Merci pour ton long commentaire. Depuis quatorze années la pratique du land art a été la principale occupation de ma vie. Chaque installation demande entre quelques heures et quelques jours, c'est variable. J'ai la chance, il est vrai d'avoir beaucoup d'imagination, sans doute en compensation que je n'ai pas eu.
      Je te souhaite une belle soirée
      Amicalement

      Roger

      Supprimer
  19. Ces compositions sont merveilleux !!!!!!!!!
    Bisou Roger
    Cri

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cristiana,
      Merci pour ces encouragements.
      Je t'embrasse,

      Roger

      Supprimer
  20. Continue ton chemin ,Roger, même si tu dois le prendre de manière différente .
    C'est ta vie et ta vision de la nature me parle .
    C'est tellement facile de critiquer ...
    Tes créations sont belles ,émouvantes et montrent une grande sensibilité et beaucoup d'imagination .
    Merci de ce nouveau partage .
    A très bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brigitte,

      Tes mots sont très touchants et m'encouragent certainement à continuer la route.Je t'en remercie.
      Je te souhaite de passer une belle journée.

      Roger

      Supprimer
  21. Bonsoir Roger,

    Je te laisse un lien pour voir la mer au Portugal ils sont recents,certains ont été crées par
    des agences de voyages et c'est le top comme ont dit :-)

    "J'aime la mer et j'aime être en mer. J'aime partir, larguer l'amarre et passer les feux; j'aime naviguer, voir le vent tourner, la brise adonner, le ciel changer, la mer se former et se déformer; ...
    La mer est ronde (1975)
    Citations de Jean-François Deniau

    "J'aime le désert qui est le frère de la mer, et où on navigue à l'air du temps et au chant des constellations.
    Mémoire de sept vies (1994), Le temps aventureux

    Source : Jean-François Deniau - Ses citations - Dicocitations ™ - citation

    Prends bien soin de toi très cher ami Roger,je t'embrasse très amicalment

    Linda

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Linda,
      Tu me fais plaisir en citant un homme qui était assez admirable;
      Je connais bien Jean-Francois Deniau que j'ai lu et que j'ai très souvent entendu dans des ITW de télévision où il était souvent invité, en qualité d'écrivain et d'aventurier. Malgré de grandes souffrances dues à son état de santé il mena sa vie jusqu'au bout avec beaucoup de courage, faisant l'admiration de tous.
      Je te souhaite de passer une belle journée au Portugal.

      Je t'embrasse bien amicalement

      Roger

      Supprimer
  22. Toutes les fois que je regarde "les chemins" je reste un peu plus heureuse!Il ya des images avec des fleurs ou des feuilles qui apportent du calme et du bonheur!
    Merci, Roger.
    M. Emília

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maria Emilia Moreira,
      Pratiquer le land art me rend heureux, m'apporte le calme et l'équilibre. Tu vois qu'il y transparait quelque chose dans mes installations puisque tu le ressens. Difficile pour moi d'en attendre mieux.
      Merci pour ce beau commentaire.
      Belle journée.
      Bien amicalement,

      Roger

      Supprimer
  23. Votre engagement n'embellit pas que les paysages, il embellit aussi nos vies! Mercis pour ces cadeaux répétés et continus!
    Amitié.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chri,
      Votre commentaire est écrit dans le même esprit que celui de Maria Emilia. Je dois dire que je suis très souvent "récompensé" de mon travail par cette façon que vous avez d'exprimer cette émotion ressentie en regardant mes travaux. Je vous en remercie sincèrement.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  24. merveilleux, est tres genial ;-)... salutation, Sichtwiese

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sichtwiese
      Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins et merci pour ton commentaire.

      Roger

      Supprimer
  25. Stones running to the sky.
    Let's hope our souls will not fall underground.
    Thanks a lot for these newest masterpieces, Roger, and all good wishes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gio Ve
      Merci pour ton commentaire.
      On peut toujours essayer de le penser quant aux âmes, puisque tu le dis. Cela est-il suffisant ?
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  26. Toujours le même enchantement de te rendre visite.
    J'ai vu des tas de petits cairns sur une plage en Bretagne, j'ai pensé à toi.
    Et j'aime tes mots tout autant que tes images.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pastelle,
      Merci de ton commentaire amical.
      C'est vrai, en Bretagne, c'est une tradition plus développée qu'en Normandie où je réside.
      Il faudrait que tu essaies toi-même , que tu les photographie, et que tu m'envoies ton travail. Ce serait sympa.
      Amicalement

      Roger

      Supprimer
  27. Uma sensibilidade que transborda de criatividade e magia...
    Um belo trabalho visual e escrito.

    Boa semana.
    Beijo carinhoso.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Teca,

      Merci pour ton commentaire et à bientôt,

      Roger

      Supprimer
  28. Déroutant et tellement poétique à la fois...
    Je te souhaite une douce et agréable soirée Roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Kenza,
      Déroutant et poétique....je n'en attendait pas tant.
      Merci beaucoup, Kenza.
      Je te souhaite également une belle soirée.

      Roger

      Supprimer
  29. Ciao Roger,
    ton blog c'est toujours encroyable! tu est un vulcano di idee et tu as un gusto fantastico!
    Quelque tentatives je l'ai fait avec les pierres mais tu est super-bravo dans ton realisations e je crois
    que n'y a pas autre bravo comme toi!
    Ciao, ciao, Floriana!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Floriana Quaini,

      Je salue tes essais de création land art. Continue, tu élèveras bientôt des cairns à ta hauteur.
      Merci pour tes encouragements. Amicalement

      Roger

      Supprimer
  30. Roger,
    Ces pièces sont puissantes, douloureuse, obsédante, joyeuse et profonde. Chacun parle sa propre vérité. Votre vision et votre travail est source d'inspiration. Il parle à l'âme.
    Bien amicalement, Sharon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sharon,
      Merci pour ces mots très encourageants. Lire que je puisse inspirer une autre artiste, est très émouvant.

      Belle soirée,

      A bientôt sur votre blog.

      Roger

      Supprimer
  31. Roger, ta vie c'est toi qui la vis ; construis-la à ta manière ; nos vies sont nos vêtements d'âmes.

    RépondreSupprimer

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.