La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

dimanche 25 mars 2012



































































































































































Toutes les radio, toutes les télés, à la une de toute la presse écrite il est question de la tuerie du sud ouest et de la traque au forcené. Lorsque je prends la direction des plages, je n'arrive pas à me sortir les informations de la tête. Ni la marche d'approche, ni la volonté de mettre ce drame de côté ne me permettent de trouver le calme habituel procuré par l'exercice du land art. Il y a de longues traines de laisse de mer, au milieu de la plage et beaucoup de bois mort. J'hésite un instant à réaliser un gisant avec ces matériaux. Cette actualité m'y incite, mais je remets cette installation si particulière à plus tard. Avant d'évoquer la mort, il me faut parler de la vie comme elle va, ici.
Couchées sur le sable, deux branches semblent former une sorte d'arc. La forme est belle. Je la reproduis en volume et je me trouve face à une arche. J'imagine bien une onde serpentine qui la franchirait et rejoindrait l'horizon. Je pars dans cette direction et trouve un très bel arbre que la mer aura déposée de fraîche date. Je décide de le planter dans le sable à l'aide de ma pelle. Il dépasse les sept mètres et pèse assez lourd. Le mouvement de bascule est délicat, mais le trou creusé est suffisamment profond pour lui donner une belle stabilité. A mes yeux, cet arbre est à nouveau vivant. Il me reste à creuser ce sillon qui serpentera entre les deux troncs d'arbre, séparés de 65 mètres.
J'aime bien cette idée de l'arche accouchant de la vie.
Je reprends la marche sous un ciel qui vient de se découvrir un peu.
Il y a suffisamment de soleil pour avoir l'ombre portée d'un objet sur le sable et je trouve une section d'un petit tronc d'arbre que je plante dans le sable, comme un gnomon. Je le couvre d'une sorte d'aiguille aimantée qui indique la direction Nord -sud. Je reproduis ici un geste vieux comme le monde ce qui est souvent le cas dans le land art. Je le cerne d'une spirale qui s'en ira, elle aussi, rejoindre l'horizon, vers la mer.
L’heure tourne et je n'ai toujours pas réalisé de gisant. Je quitte la plage, trop en lumière, traverse la dune couverte d'épineux et je me retrouve sur une seconde plage parallèle dont le sable recouvert d'algues rases est d'un gris vert qui convient mieux à mon projet. Le lieu est désert. Je choisis un endroit précis et trace au sol, la forme d'un corps. A partir de ce moment, je suis dans l'évocation, celle qui me trouble le plus dans ce que je fais. En une heure, je vais creuser une sorte de petite fosse qui entourer la forme et me procure le sable nécessaire au volume dans lequel je sculpterai le corps. Cela ne doit pas être ressemblant mais simplement évocateur. Le travail avance et je projette sur ce corps, toutes mes peurs, toutes les horreurs entendues, tout mon respect pour la vie qui s'en va. Un sentiment de solitude m'envahit. Je me lève et reste devant lui, en silence. Quelques minutes plus tard, je vais disposer un petit bûcher au pied du gisant et, s'il m'arrive de l'allumer, je ne le ferai pas aujourd'hui. Je pars à la recherche d'une pierre blanche que je vais déposer sur la poitrine, mettant fin au rituel.
En prenant le chemin du retour je constate qu'à cinquante mètres, il est à peine visible, à cent mètres, il disparaît dans le paysage. Je retourne apaisé vers un monde qui pourtant me promet le pire dans les jours suivants.


Roger Dautais








Planté dans l'imminence de la nuit
sauvage
on tient encore
mais sachant
l'effarement
sculpte
le peu de poids de chair
qui reste
et le regard.


Patricia Cottron-Daubigné

Extrait pour le St Jean Baptiste Donatello
ed. éditinter 2O












85 commentaires:

  1. Une grande photo de la série - l'art de ...!
    Les petites choses - l'homme qui est né.
    Le point de vue, la belle composition - le savoir-faire. Quand il décrit la "zone de l'image" réglage.
    Ce sont tous des «magistrale» et la belle ...!
    Salutations, Eco
    Finlande / Laponie / Kuusamo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eko,
      Bienvenue Sur le Chemin des Grands Jardins. Si je reçois des messages de tous les continents et de nombreux pays, je pense que tu es le premier Lapon à m'écrire et j'en suis très honoré. Merci pour ton beau commentaire et à bientôt,

      Roger

      Supprimer
  2. Réponses
    1. brigetoun,
      Je me dis que cette installation est très proches de différents rites pratiqués sur la Terre. Une sorte de partage universel de croyances diverses.
      Merci pour ton commentaire.
      à bientôt,

      Roger

      Supprimer
  3. impossible balances, perfect compositions, why I'm hooked on this blog!

    Thanks a lot Roger,
    Elena

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. elena nuez,
      Il ne faut pas chercher la solution en toutes choses, surtout dans nos émotions artistiques. Elles sont alors, plus belles.
      Je suis heureux et fier de te compter parmi les fans de ce blog.
      Belle soirée,Elena

      Roger

      Supprimer
  4. J'aime vraiment beaucoup les 5 premières images du haut, minérales, statiques sans êtres figées, intemporelles, dans cette belle lumière "à la Picabia".....elles apaisent. Au-delà de l'horreur évoquée, elles portent sérénité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. anne des ocreries,
      Les cinq installations que tu désignes sont les seules qui sont en relation avec ce texte. J'ai senti, pendant cette semaine, le poids des événements et je ne me serais pas vu réaliser des installations colorées, d'où cette harmonie de couleurs douces et dépouillées de fioritures.
      Merci pour ton commentaire.
      Je t'embrasse,

      Roger

      Supprimer
  5. En voyant ces photos je veux rester silencιeux et respirer.Méditer

    merci à Roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. makis tselentis,
      Je suis dans le m^me état au moment de la création, hormis le travail qu'il faut réaliser.
      Merci pour ton commentaire.

      Roger

      Supprimer
  6. Un milagro de resurrección: traer a la vida la materia inerte. Abrazos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salomé Guadalupe Ingelmo

      Cela se passe ainsi et, en effet, je trouve mes ressources minérales ,végétales et organiques sur le lieu m^me de la création , pour être en osmose avec l'environnement naturel.
      Merci pour ton commentaire, et Belle journée à toi, Guadalupe,
      Je t'embrasse,

      Roger

      Supprimer
  7. bonjour Roger, j'ai pensé, père et mère, ainsi pris d'une une grande lassitude, m'interrogeant de même, mais la Nature semblait me dire alors: avançons, avançons; merci Roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thige,
      Dans notre vie d'artiste, il n'y a guère de choix sinon celui d'avancer, tant que la vie sera présente.
      Amicalement,

      Roger

      Supprimer
  8. Le silence et la contemplation contre les horreurs du monde... Il nous faudra plus d'une minute.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chri,
      La mémoire semble être un moyen de balayer trop vite l'idée que la barbarie existe. J'ai choisi depuis longtemps de symboliser cela et je dois dire que cela m'a valu des attaques frontales qui ont failli me faire abandonner. Puis j'ai repris la route et j'ai continué à témoigner. Je recommencerai.
      Belle soirée.
      Avec toute mon amitié,

      Roger

      Supprimer
  9. It is fabulous interact with nature, this is the art in itself.
    Hugs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Crissant,
      Merci pour ces quelques mots qui sont très proches
      de la vérité.
      Belle soirée,
      Amicalement,

      Roger

      Supprimer
  10. Merveilleux ami, votre travail est absolument extraordinaire, vous êtes l'un de ces êtres de lumière capables d'apporter de nouvelles choses.

    Merci pour le partage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Victor,
      Je me sens et je me vois plus modeste que tous ces mots. Apporter de nouvelles choses à certaines personnes est déjà beaucoup. Disons que je suis content de les rencontrer au travers mon art.
      Merci pour votre passage, ici.

      Roger

      Supprimer
  11. Votre hommage à la vie, aux vies, me prend au coeur. L'émotion qui ressort de cette serie est immense et je vous en remercie. Votre travail dans son humilité est vraiment immense, merci de nous le partager.
    Le dernier cairn comme un écho au premier, une vie fragile au milieu de la tempête, et entre les deux, le chemin de nos vies.
    Boulversée ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marie-Pierre, Où se situer dans cette tempête, sinon au centre et ressentir ce que l'homme est capable de faire subir à son semblable. Une telle destruction de l' humanité au sens littéral du mot, dépasse l'entendement. Je marchais, la semaine dernière avec ce fardeau. Il deviendra cicatrice.
      Merci de ton commentaire, il sert à tous.
      Amicalement

      Roger

      Supprimer
  12. Dans la fureur du monde, le gisant de sable, le "dormeur de la plage" incite à la méditation . Encore une fois, merci Roger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. manouche.
      C'est vrai et je l'ai déjà observé chez des marcheurs, tombant sur un gisant en pleine nature.
      Merci de ton passage et à bientôt,
      Amicalement,
      Roger

      Supprimer
  13. Me gustaría ver la cara de la gente que sin esperarlo, descubre tus esculturas.

    Una maravilla, como siempre.

    Gracias Roger.

    Saludos, Mercedes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mercedes Perez " Kotori

      Les gens tombant sur une installation, s'arrêtent, observent, prennent des photos, filment, parlent entre-eux, me parlent et demandent des explications. Voilà comment cela se passe en général. Je laisse de côté les attaques parfois violentes que j'ai eues à subir.
      Merci pour ta visite,
      Amicalement,

      Roger

      Supprimer
  14. un bel hommage si délicat et touchant! je suis restée sans voix devant les horreurs des informations! merci pour ce partage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gwendoline, Il me semblait devoir marquer cette semaine, ainsi.
      Merci pour ton commentaire.

      Roger

      Supprimer
  15. Tu trouves un bien doux apaisement.... et nous aussi en venant te visiter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le journal de Chrys,
      J'ai passé l'âge de faire la guerre mais pas de combattre le barbare qui est en l'homme. Ce que je montre n'est qu'une modeste réponse.
      Belle journée à toi, Chrys,
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  16. Toutes les fois que je regarde les photos de ton Art je me suis menée par un monde de rêve et de paix!
    Merci, Roger.
    Maria Emília.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maria Emilia Moreira
      Je ne suis pas naïf au point de voir le monde tel que tu le décris, mais j'essaie de le transformer à mon échelle et de le pacifier de cette façon. Le rêve est du voyage à chaque fois.
      Merci de tes mots d'encouragement,
      Bien amicalement,

      Roger

      Supprimer
  17. tu arte subraya al autor, al artista.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Camino roque,
      Je me demande souvent si l'art vaut de lui consacrer une vie. Sans doute pas pour tout le monde. Pour ma part, je crois que oui, le temps qu'il faudra, le temps que ma vie le permettra.
      Belle journée à toi,
      Amicalement,

      Roger

      Supprimer
  18. Des images pleines de délicatesse, comme ton texte.
    Bonne journée, Roger, amitiés.
    Norma

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Norma C
      Cette délicatesse fut bien bousculée cette semaine mais elle était présente, au bout de mes doigts de viel homme pour exprimer l’indicible. C'est une chance.
      Bonne semaine, Norma,
      Bien amicalement,

      Roger

      Supprimer
  19. Cascade de petits galets... rivière immobile...
    Un sillon sous l'arche : suivre sa trace...
    Le cairn volcan... chaleur des pierres...

    Trois réalisations qui m'on accroché l'oeil !

    Biseeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Christineeeee,
      Merci pour ton commentaire.
      Je t'embrasse,

      Roger

      Supprimer
  20. un bel hommage ou l'émotion est très présente ...
    Des couleurs neutres et douces, puis tout à coup la vie qui revient éclatante
    Belle semaine à toi Roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brigitte,
      Le land art permet ces différences et c'est une de ses forces.
      Merci pour ta visite.
      Amicalement

      Roger

      Supprimer
  21. Par contre il est parfois difficile de laisser un commentaire, le déchiffrage des lettres à reproduire n'est pas évident surtout en deux exemplaire !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brigitte, Je dois subir ce barrage comme toi. Il est mis en place par blogger, je pense.
      Je comprends qu'il soit dissuasif pour beaucoup de gens.
      Je ne connais pas la raison de ce filtrage.
      J'espère que tu continueras malgré tout à revenir ici.
      Pour ma part, je fais cet effort chez les autres.
      Belle semaine,

      Roger

      Supprimer
    2. Oui, oui, bien évidemment que je reviendrai !!! La preuve ...
      Certains sur quelques blogs ont réussi à enlever cela ,mais ne me demande pas comment .
      Amicalement

      Supprimer
  22. Dear Roger,
    I never saw so fertile imagination of the artist in nature!!!
    Each time, so many masterpieces!!!!
    Thermal Congratulations!
    All the best!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Magda,
      Je te remercie de ta visite ici et de tes mots d'encouragement.
      Belle journée à toi et à très bientôt sur ton blog.
      Amicalement,

      Roger

      Supprimer
  23. Cet indicible qui prend de plus en plus la forme d'images et de paroles qui tournent en boucle dans les medias. Savoir s'en disconnecter et retrouver l'apaisement grace aux coulees de lave de galets par exemple comme ici. Adoucir, adoucir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thérèse,
      J'avais exactement cette impression de coulée pétrifiée, qui, cependant venait nourrir une source imaginaire. Ce jour là, j'ai " mangé" beaucoup de sable, car un vent infernal le soulevait et j'ai du travailler, à genoux, le dos tourné au large d'où il venait pour m'en protéger. J'ai eu l'impression d'une installation très apaisée malgré tout et pourtant, une heure plus tard, elle devait être sous le sable.

      Merci de ta visite.

      Roger

      Supprimer
  24. bonjour l'ami!
    désormais, je te considère comme un ami...
    j'ai aimé ta réflexion, ton parcours
    et j'aime ces images où l'eau calme se pare de fleurs ;je pense alors à la belle et triste Ophélie..
    j'ai aimé les pierres dressées au pied de la chute, vieux restes de ma passion pour le canoé-kayak quand on dévalait des torrents vierges...
    et j'ai aimé ce feu, ces flammes, cet élan vers on ne sait où de clair et qui nous purifie
    Roger, j'aime passionnément ce que tu fais
    PS : puis-je encore présenter quelques-une de tes oeuvres sur mon blog ?
    les amis qui ont vu les précédentes ont été enchantés et sont depuis venus te rendre visite...
    bof bof ! je m'en veux presque de cette remarque qui sonne comme un banal argument de sophiste !
    juste: j'aime ce que tu fais et ... sans doute, ce que tu es . Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tarzandany
      Merci pour ce long commentaire.Le cairn en feu a été réalisé puis dédié à Yvonne Guégan artiste peintre avec qui j'avais réalisé mon premier livre d'artiste ainsi qu'un film en 2OO2. Elle avait choisi d'être incinérée et j'ai trouvé que ce cairn correspondait à sa démarche. Tu peux "emprunter" quelques photos land art pour ton blog. Je te remercie d'avance pour ta générosité.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  25. J'aime l'idée de creuser dans le sable, d'y enfouir ses peurs et ses craintes pour qu'elles disparaissent d'abord de sa vue puis laisser la mer les engloutir. Je retiens cette idée, merci.

    RépondreSupprimer
  26. Réponses
    1. Sally Tharpe Rowles,
      Bienvenue sur Le Chemin des Jardins depuis Boston, et merci pour ton commentaire
      A bientôt sur ton blog.

      Roger

      Supprimer
  27. Je regarde comme tes mains touchent le sable, les pierres, la terre et l'eau ... tu ordonnes des paysages, crées des histoires!
    Saludos

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Esmeralda Torrens,
      Oui, c'est à peu près comme ça que je crée mes installations.
      Merci pour ta visite.
      Amicalement,

      Roger

      Supprimer
  28. mes saluts... avec plaisir un follower pour ton blog (I learn French... so happy to be here!!! )
    Lamprini from Greece, de Grece

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lamprini Lamprinou
      Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins. J'ai la chance d'être suivi par beaucoup de Grecs sur ce blog et j'en suis très honoré car j' aime votre pays et votre culture
      merci pour ta visite, ton commentaire et à bientôt sur ton blog

      belle journée,

      Roger

      Supprimer
  29. bonsoir Roger,

    cet art extraordinaire est profondément touchant, il nous rapproche de la connexion à notre mode de vie et sur ​​cette terre ... merci pour cela!

    je t'embrasse

    isabella

    RépondreSupprimer
  30. veredit,
    C'est aussi ma façon de penser le land art.
    Merci pour ta visite.
    Je t'embrasse,

    Roger

    RépondreSupprimer
  31. Merci beaucoup roger par ton tu commenterais .. il me met très heureux que tu passes et commentes dans mon blog .. queres être mon photographe invité ?

    Romina Sucowsky

    RépondreSupprimer
  32. Romina Sukowsky
    C'est normal, lorsque je trouve un blog intéresant, comme le tiens, je le dis.De plus, je réponds oui, à ta question, avec plaisir.
    Belle soirée, Romina,

    Roger

    RépondreSupprimer
  33. Estupendo viajar por tu blog y descubrir la poesía de cada imagen efímera y bella. Como una obra de Arte despertando en toda su plenitud y reposando en nuestra querida madre naturaleza. Felicidades Roger! Un saludo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joan,
      Je suis heureux d'accueillir l'artiste attachant que tu es car je te sais aussi proche de la Nature. Merci pour ton très beau commentaire.
      Amicalement,

      Roger

      Supprimer
  34. nice blog,

    Thanks for visiting my blog
    Greetings.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. zezoo
      Bienvenue sur Le Chemin des grands Jardins et merci pour ton commentaire.

      Roger

      Supprimer
  35. Sans le rêve,que serait la vie ? Amitièes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rejane,
      Elle serait ce qu'elle est devenue pour ceux qui ont perdu la faculté de rêver. C'est à nous d'inventer pour ces personnes en priorité.
      Bien amicalement,

      Roger
      Je dis encore ici combien j'aime ton travail de recherche en photo.

      Supprimer
  36. Muy buena esta serie, me gusta en especial ese imaginario río de piedra desembocando en el pozo, muy representativo de la sequia que padecemos, sobre todo por aquí.

    Saludos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jésus,
      Merci de ta visite ici. J'ai vu à la TV les problèmes de sècheresse dont souffrait ton pays. Tout cela vous arrive dans un climat de morosité ambiante qui doit excéder tout le monde. Je crois que la France vous soit de près dans tous ces ennuis.
      On ne peut que rechercher la solidarité entre les partenaire de l'Europe. J'ai eu la chance de visiter ton pays. Il est si vaste, si beau qu'il ne mérite pas tout cela.

      Belle soirée malgré tout,

      Roger

      Supprimer
  37. le mot qui me vient pour la plupart de tes photos ... simplicité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Carol Proulx
      Merci pour ton commentaire. Ce mot me va très bien.
      Bonne fin de journée.
      Amicalement,

      Roger

      Supprimer
  38. Bonjour Roger, comme toujours, tes oeuvres sont ravissantes et magnifiques !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Flo de Sendai,
      Bonjour et merci de ta visite. Merci également de tes mots d'encouragement qui me viennent de si loin puisque tu habites au Japon.
      Belle journée,

      Roger

      Supprimer
  39. jdc
    Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins et merci pour ton commentaire.

    Roger

    RépondreSupprimer
  40. Bonjour Roger.... Par ce gisant et ce cairn stèle tu as sans doute voulu exorciser toute cette horreur que les médias nous ont communiquée.... Ton malaise est alors resté sur le sable dans cette forme allongée qui inspire silence et respect...
    J'aime imaginer que les petites fleurs jaunes disposées en éventail sont un espoir d'embellie.
    Bonne fin de journée à toi Roger et merci pour ce beau partage en créations et en mots.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oxygène,
      Merci à toi, si rapide que je t'ai déjà retrouvée sur la page suivante.
      Je t’embrasse,

      Roger

      Supprimer
  41. Как всегда просто и прекрасно!я наполняюсь спокойствием и силой, глядя на Ваши снимки!

    RépondreSupprimer
  42. Si no fuera por mi desidia, empezaría ahora mismo a construir tus artísticas obras. Un abrazo desde tu Isla Misteriosa.

    RépondreSupprimer
  43. La Isla Mysteriosa,
    Ce n'est pas une question de courage mais avant tout d'inspiration.
    Belle journée,
    Amicalement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  44. J'ai l'impression que ton travail est proche du "rite", parfois...et le rite permet d'intégrer l'événement qui "fait mal", de le remettre dans le flot de la vie...la terre, le sable, le vent, le feu, l'eau...c'est la vie qui s'inscrit dans une forme puis qui passe dans une autre...sans fin.
    Merci pour ces images qui "apaisent"...

    RépondreSupprimer
  45. Excellent work! I especially love the green reeds with the yellow flowers in between them. I am going to try my hand at art this weekend using your techniques. It probably won't turn out as amazing as your creations, but I'll still try. All my best. Chris

    RépondreSupprimer
  46. Une jolie ballade dans le monde de la nature et de la poésie...Ca fait du bien

    RépondreSupprimer

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.