La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

samedi 27 février 2010





video


à mon père...

Je ne me suis pas retourné sur tes derniers pas. Le chant d'un merle, sous un ciel bleu, en guise d'adieu...Après, le soleil m'était devenu, insupportable, comme la nuit ou les paroles au téléphone. Je ne trouvais plus de place pour la vie, pour respirer à nouveau, pour avancer un peu. Je n'ai plus voulu faire de traces, dire au monde ma vie, expliquer mon chagrin. Je suis passé un instant de l'autre côté du miroir avec toi avec l'envie d'y rester. J'ai perdu jusqu'à mon ombre au soleil de midi et puis, ce matin, mes doigts se sont mis à gratter la terre comme autrefois, ensemble. J'ai redonné vie à ta plante en me disant que tu étais sans doute, un peu dedans, maintenant. Lorsque j 'ai eu fini de tourner en rond, comme un fauve en cage, j'ai repris le chemin de la côte, pour aller voir la mer aujourd'hui. Je ne regarde plus l'horizon de la même façon. Je ne tourne plus mes yeux vers l'ouest, comme avant, lorsqu'une petite pluie fine et glacée, me parlait du pays et de toi et le cri des mouettes m'indiffère.
Devant le va et vient,comme tu disais, des ferries dans le port de Ouistreham, je me suis approché du chenal et j'ai commencé à rouler deux grosses pierres pour le assembler. Elles m'ont servi de socle pour élever un cairn à ta mémoire, le premier depuis ta disparition. Il est probable que la grande marée de 112 prévue pour cette nuit, l'emportera, mais il me fallait bien recommencer, retrouver le geste de cueillir des pierres, de me recueillir, aussi, auprès de cette mer à qui j'ai déjà tant confié. Puis j'ai repris la route sans être tout a fait certain d'avoir vécu une réelle reprise, juste d'avoir rendu hommage à mon père que j'aimais tant et qui n'es plus.


Roger Dautais


S'attise la nostalgie
du rythme et du vent
par ces journées
immobiles où il n'est
plus d'abri de répit
d'espoir de crépuscule
tandis que des monceaux
de lumière inutile
noire se déversent
sur la vie comme
assommée et que sous
des ciels métalliques
aux trop vastes étendues
l'envol ne peut être
que dissolution


Charles Juliet
" Fouilles "

5 commentaires:

  1. Ton immense chagrin
    ressemble à celui qui sera le mien
    quand je ne pourrai plus jamais prendre sa main...

    Je pleure...
    mais mon cœur te sourit.

    RépondreSupprimer
  2. je disais, " c'est peut-être l'hiver"
    mais je n'y croyais guère.
    je comprends maintenant
    pourquoi j'étais si triste en te lisant.
    bizarre, ces perceptions à distance
    quand on ne s 'est jamais rencontrés !

    RépondreSupprimer
  3. superbes images...moment d'émotions...comme si tu te réappropriais des funérailles comme tu les aimerais...magnifique hommage à ton père,à l'amour, au temps qui passe...
    cet eau dans tes spirales...comme des larmes dans les yeux,comme la peine qui s'infiltre ,se répand et nous lave...

    RépondreSupprimer
  4. La grande spirale s'efface au rythme de la vague comme la vie s'enfuit dans l'inconnu.
    Mais dans le vent chantent les âmes et dans le sable reste l'empreinte.
    J'ai connu ce chagrin qui vous brise.
    Je vous présente mes plus sincères condoléances Roger.
    Croyez en mon amitié.

    RépondreSupprimer
  5. Si vous saviez comme le chemin des grands jardins est encore plus d'actualité pour moi, maintenant.
    Je suis très touché par vos intentions, vos mots, votre amitié.
    Roger

    RépondreSupprimer

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.