La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

mercredi 28 octobre 2015

Groupe 2 Lampedusa :  pour Patrick Lucas
Route aveugle  à Lampedusa ( groupe 1 )  pour Noushka

L'adieu à Kerpenhir
Hommage à l'autre monde  :  pour Pastelle

Peace and love  :  pour Fanny
La route aveugle  :   Pour Danièle Duteil
Boîte  à mémoires  : pour Inès ( Magia da )
Groupe 2  Lampedusa :  pour Rick Forrestal

L'ange vert  :  pour Tilia
La  fête des  morts  :  pour Marty
A Fanny et Tony,
L'éveil  : pour Sylvie ( L'esperluette)
Spirale Kaya   :  pour elle où qu'elle soit.
Septime :  pour la Marmotte
Cairn de  l'espoir : pour Marie-Josée Christien
Groupe 3 Lampedusa :  pour Christian Cottard
Novem :  pour Serge Mathurin Thébault
La dernière peau :  pour Mémoire de silence

Groupe 4 Lampedusa  pour Monde en poésie

Temps de jachère...


J'ai  pensé, dans mes nombreux déplacements et marches, que les présences furtives étaient celles que  j'attendais Elles avaient eu leur vie, disparues, elles vivaient, autrement. Elles accompagnaient mes déplacements comme l'ombre accompagne la lumière. J'ai inversé les rôles et  mis en histoire des récits sans parole. L'eau  me servait de point de rendez-vous, d'interface. Qu'elle soit tombée du ciel, dans une simple flaque d'eau, autour de modestes étangs accrochés aux landes, sur la mer, le  miroir était  là. Il suffisait d'attendre, de ne rien demander,de commencer mes  installations land art.
Je ne saurais dire comment cela se faisait, ni beaucoup de ces accompagnements : mon  père, ma mère, quelques  poètes, quelques animaux, aussi. 
Je n'ai jamais voulu prendre la parole, ni entendre des voix, par respect. L'échange était ailleurs qui donnait toute la valeur  à mes créations. Je me contentais de ces furtives  présences inscrites dans le vent, dans le chant d'un  merle, le regard échangé avec  un rossignol.
Je reprenais la route, rassuré d'être ainsi accompagné dans ma solitude et que  l'on  prendrait sans doute  pour pure folie.
Moi, la folie, je la voyais  plutôt dans la course aux armements, la guerre permanente, les défilés  militaires dans ce  monde où trois quart des gens crevaient de faim.
C'était  ça la folie et  non  mon hypersensibilité à des manifestations de  l'invisible.

Un gisant, comme je les représente en land art, me souvenant de ceux de Mendieta, c'est  un homme debout dans le sens de  l'éternité.
Si comme  moi, vous ne croyez  pas  à  l'éternité, rien ne vous empêche d'en inventer  une. 

La mer s'est retirée et j'ai fait comme elle. De  longues semaines d'attente d'un diagnostic qui tarde  à tomber et  m'éloigne du land art. Trois jours, trois  jours seulement pour braver  l'interdit et constater au bout du compte que le mal est  bien  là. Je suis passé de  l"autre côté et je continue à vivre en noir et blanc. 

Kaya. J'en ai mis du temps  à  l'apprivoiser avec sa façon de  me regarder qui  me tenait  à distance au début. Tellement belle. Les chats, c'est comme ça, ce sont eux qui vous apprivoisent. Il faut se lâcher, c'est tout et après, l'amitié elle vient toute seule. Après treize ans de compagnonnage chez Tony et Fanny, elle est partie, définitivement. Je  lui devais  un  hommage, comme  pour Ty Moon, et Mae .
Je suis allé près de la  pointe de Kerpenhir, entrée du Golfe du Morbihan, sur cette plage si  magnétique,  bordée par des courants forts de l'Atlantique. Il faisait gris, je souffrais du dos. Tout a été  long et difficile, mais je l'ai fait. Dans ce crissement du sable sous le talon qui trace la spirale pendant  une heure  trente, j'ai inscrit la vie de Kaya. Le sable se faisait chat, le chat se faisait sable et  j'ai mené  l'action jusqu'au bout. 
Deux couples et   personne seule, sont venues, attirées par cette spirale qui garde toute cette force magnétique. Je n'explique rien, je constate. Nous partageons  une émotion. Le couple venant de Suisse n'avait jamais vu une telle spirale et  il  la trouvaient  bien  inscrite dans ce paysage dont  ils ressentaient eux-mêmes la force.
Le dernier geste a été d'écrire son nom dans les sables :Kaya. Je ne suis pas resté voir la mer la recouvrir mais  je sais que  maintenant, elle s'est chargé de sa mémoire.


Roger Dautais




Les sentiers
tracés à pas d'homme
longent le silence
d'une vie

Une  blancheur éparse
laconique 
s'obstine
jusqu'au ciel

Je laisse aux mots
le soin de veiller.  

Marie-Josée Christien 

Temps  morts
EDITIONS SAUVAGES
Collection Askell

105 commentaires:

  1. Merci for the honor.
    We love your creations.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rick Forrestal
      Merci Rick, pour ta présence fidèle et pour ton amitié, aussi.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  2. De nouveau tu as été très créatif! Des petits chef-d'œuvres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hilde
      Merci Hilde. Des chef-d’œuvre, je ne sais pas, de nouvelles créations par ces temps de jachère, certainement. Belle fin de semaine à toi
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  3. Toute ma sympathie,un chat est comme un miroir mystérieux qui s'imprègne à sa manière de l'ambiance de la maison, on raconte dans les imageries religieuses vieillottes que l'amour qu'on leur porte éloigne le diable...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. orfeenix
      Merci, Isabelle. Tout le monde n'est pas sensible à ma démarche, mais de ta part, comment s'en étonner. Tu es une femme de cœur.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  4. Ces groupes Lampedusa me chargent de la même émotion ressentie face aux visages de pierre de l'île de Pâques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. LOU
      Merci, Lou. Je passe beaucoup de temps à constituer ces groupes et il m'arrive d'expliquer ma démarche et de parler de Lampedusa, puis du problème actuel des migrants, avec les marcheurs de passage. C'est très rare que j'entende des paroles de contestation et pourtant, quand on connait la politique actuelle à leur égard, je craignais d'avoir à entendre des paroles négatives. Faire prendre conscience de ce problème par le land art me parait très important.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  5. Que de beauté et d'originalité, sans recherche de gloire ou de permanence.

    Je suis toujours la progression de tes oeuvres, et chaque fois, je suis surpris.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Roger Gauthier
      Merci Roger. C'est vrai que la recherche de gloire n'est pas mon chemin et puis avec ce qu'il me reste de temps à pratiquer cet art, cela viendrait bien tard . Je n'y trouve aucun intérêt. Je me contente de la belle reconnaissance de mon public, ici.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  6. Cher Roger, je vois qui tu es obsédé par Lampedusa comme nous tous mais,toi, tu sais t'en inspirer pour réaliser des œuvres qui prennent à la gorge.
    L"Europe" est plus sourde et aveugle que les pierres ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. manouche
      Merci Manouche. Continuer à m'exprimer depuis 2OO4 sur l'exil ne tient pas de l'obsession, mais de la conviction. Une telle injustice imposée à certains peuples par des régimes fascistes et dictatoriaux, même si cela dure depuis trop longtemps, ne doit jamais être banalisée. Je l'ai dénoncé autrefois par des illustrations, je continue à le faire par mon land art.
      Belle fin de semaine, Manouche.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  7. Je pense souvent à toi selon que je vois des baies, des écorces, des mousses, des pierres... Je reviens sur tes grands chemins et je retrouve le même apaisement à chaque fois. J'espère que tout va bien.
    Je t'embrasse.
    Ep'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Epamine,
      Merci, Sylvie. Quel plaisir de te lire à nouveau après les beaux échanges que nous avons eu autrefois. Malgré cet espacement, l'amitié perdure. Tout va bien, non, j'ai des problèmes de santé.
      Je t’embrasse.

      Roger

      Supprimer
  8. "...présences inscrites dans le vent, dans le chant d'un merle, le regard échangé avec un rossignol.." Alors en vous lisant comme vous je veux bien posséder cette folie qui prend des airs de sagesse et de douce communion avec la nature et la matière qui est sienne.
    Rien de plus beau pour commémorer le souvenir de Kaya car l"émotion reste ainsi liée intensément à cette image immortalisée dans votre cœur. Certes votre dos a souffert mais au fond de vous une immense satisfaction d'avoir pour cette raison bravé la douleur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MONIQUE
      Merci Monique. C'est vrai que cette spirale va bien au-delà d'un certain geste. Elle est associée à Kaya, à sa disparition. Peu m'importe d’être jugé pour cela. J'explique ici, mon art, cette manière d'être qui s'y rattache, ainsi que certains rituels qui font partie de ma vie, concernant la mort des animaux, depuis mon enfance. Pour ce qui est de la douleur que je ne recherche pas, j'espère très bientôt trouver une solution pour la faire disparaître.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  9. I always feel very happy when i am visiting your interesting blog with the so wonderful creations in the nature !!!
    Have a nice and calm evening !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ART-TRAVELLER
      Merci à toi. La nature semble ne pas trop m'en vouloir de m'éloigner d'elle puisqu'elle m'offre toutes ces possibilités de m'exprimer et je lui en suis reconnaissant. Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  10. It's always a joy to see your beautiful work. Today the spirals stood out to me. The way the light plays with the grooves is magical.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rachaeldaysi
      Merci Rachael.
      La lumière est une des composantes de chaque spirale. C'est elle qui la met en valeur, la sublime, lui done la parole. Je suis moi-même subjugué par ce spectacle éphémère. C'est la réponse de la terre à ce que je lui offre.
      Bel automne, Rachael.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  11. Bonjour cher ami,

    Je ressens beaucoup d'émotion en vous lisant et en admirant chacune de vos oeuvres.
    La dimension, l'énergie et la vitalité qu'elles dégagent m'interpellent.
    Très bel hommage à Kaya...

    Gros bisous ♡

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. martinealison
      Merci, Martine. L'émotion engendre l'émotion et je l'ai encore vécu in-situ, en faisant ces très belles rencontres de hasard autour du souvenir de Kaya. Chaque création est le prolongement d'une émotion vécue, dans un lieu, avec le paysage, la lumière, la mer, les pierres, le chemin,c'est à l'infini pour moi. C'est une vraie chance.
      Je vous embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  12. D'Oléron où j'ai passé la semaine, j'ai pensé à toi et tes oeuvres régénérantes. J'ai vu une forêt de cairns vers le Nord de l'ïle à Chassiron. Ils n'avaient pas l'élégance et la force des tiens mais ils étaient là, debout. (Merci pour la dédicace, Roger).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chri
      Merci, Christian. Je connais bien l'île d'Oléron mais je n'y ai jamais pratiqué le land art. Par contre, que ce soit en France ou à l'étranger, j'ai rencontré des cairns sur ma route et j'en ai laissé aussi quelques uns pour les voyageurs. Bel Automne, Christian. A bientôt sur ton blog.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  13. Un contraste très fort entre le groupe 1 et le groupe 2 ( lumiêre/ ombre, fragilité/massivité)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mis-Yves
      Merci, Miss-Yves. Oui, le problème dans la réalité est ausi fait de contrastes humains entre ceux qui laissent leur vie dans la traversée, ceux qui survivent pour afronter une Europe que ne veut pas d'eux. Grave problème pour lequel nous devrions tous nous sentir concernés.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  14. Marvelous Artwork with all these wonderful fruits of the Autumn time. Gorgeous !
    Best regards, Synnöve

    RépondreSupprimer
  15. Seraphina'sPhantasia
    Merci Synnöve, pour tes mots d'encouragement et pour ta présence fidèle sur Le Chemin des Grands Jardins.
    Je t'embrasse amicalement.

    Roger

    RépondreSupprimer
  16. Gerade sah ich die toten Kinder angespült im Hafen von Lesbos - das Herz ist mir schwer. Drum musste ich zu dir kommen, fühle ich mich doch hier verstanden in meinem Schmerz über das Elend in unserer Welt.
    Danke für deine so kraftvollen und tröstenden Werke.

    Je t'embrasse bien amicalment.

    isabella

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. veredit -Isabella - Kramer
      Merci Isabella. Certaines douleurs, certaine peines semble attachées à la marche du monde tel que nous la vivons. Ma participation à dénoncer ce scandale grandissant, passe humblement par le land art. A chacun son chemin, sa manière de crier à l'injustice. Il faut continuer à le faire. Belle fin de semaine en amitié.
      Je t'embrasse chère Isabella.

      Roger

      Supprimer
  17. Beaucoup d'émotions à regarder tes créations et à te lire ..;J'espère que tes problèmes de santé ne te font pas trop souffrir... Bon courage
    Et à bientôt . Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brigitte.
      Merci, Brigitte. J'aime partager mes émotions au travers du land art. J'imagine les tiennes.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  18. Superbes créations, en harmonie avec le paysage qui les entoure.
    Bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Olivier Violin
      Merci Olivier. Il faut déjà être bien dans le paysage, le comprendre, avant de tenter quelques installations qui sont toujours en écho du lieu. Bel automne à toi.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  19. ROGER merci pour les lignes , tes pensées aussi et ta façon de m’apprivoiser*
    J'espère que tu iras mieux et que tu continueras ta route. elle est si belle et tes créations sont délicates et on s'attache tant à toi*
    en lisant tes mots j'ai pensé à un ami des blogs qui est trés mal et que je ne verrai jamais, je le sais*
    Mais si tu savais combien cet homme m'a donné sans regarder à coté*
    avec ses mots il te rassure et toi aussi ROGER tu es fabuleux*
    je vais penser à toi fortement et je vais te donner la force qu'il me reste juste pour que tu te sentes mieux*
    BEL hommage à KAYA et je ressens beaucoup d’émotions Roger
    je t'embrasse fort

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. France,
      Merci France. C'est vrai que nous avons fait connaissance au travers de nos blogs et qu'il s'est mis en place quelque chose qui ne se décrète pas, de l'ordre de l'amitié. Et c'est parce qu'il n'y a pas de calcul de part et d'autre, que cela dure ainsi. C'est un plaisir partagé. Merci pour tes bonnes ondes, je les reçois avec plaisir aussi. Je t'embrasse très fort.

      Roger

      Supprimer
  20. merci pour cette "étoile" Roger faite de baies sauvages, de feuilles, de tiges, comme une
    offrande faite aux disparus ! l la nature, elle, ne disparait pas pourvu que nous en prenions
    soin et te permettra toujours d'exercer ton land'art !
    alors prends soin de toi aussi et continues d'arpenter les chemins de créations et de poésie !
    je t'embrasse
    marty

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MARTY
      Merci Marty. Tout ce qui est réalisé dans ce lieu est plus ou moins lié à la mort, aux disparus et je tâche d'être au plus près de cette tradition locale. Prendre soin de moi, est une double obligation si je veux faire durer encore quelques temps, cette pratique si personnelle du land art.
      Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  21. Dear Roger, your creations are so beautiful and imaginative, I love the sand spirals and stones.
    Bisous
    xoxoxo ♡

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. dianne
      Merci Dianne. La spirale est la figure la plus emblématique de ma pratique land art. C'est par elle que je me suis fais connaître dans le monde du land art.
      Bel automne, chère Dianne.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  22. You spend most the time lovely stones, that is unique, thanks Roger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bob Bushell
      Merci Bob. Merci de tes mots d'encouragement et de ton amitié fidèle.
      Belle soirée à toi.

      Roger

      Supprimer
  23. La paix, le partage et surtout la communication devraient etre au centre de notre existence et pourtant...
    Vos messages font leur chemin, puissions-nous entendre, voir et agir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thérèse.
      Merci, Thérèse. Maintenant que je suis un peu retiré de ce monde que j'écoute et observe , j'ai pris conscience de la puissance de communication que le land art possède. Il ne s'agit plus des médias, mais de simples promeneurs qu'arrêtent une installation comme mes groupes de personnage évoquant Lampédusa.Nous échangeons, nous parlons de ce drame humain qui se passe en Europe alors que loin de toutes préoccupations, ils marchaient sur cette plage. Il y a une magie du land art qui est assez troublante à vivre.
      Belle soirée, Thérèse.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  24. lovely creations. the groups touched me today.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. TexWisGirl
      Merci à toi. Je suis satisfait de te voir touchée par mon travail sur Lampedusa. C'est vrai que ce drame se déroule loin du Texas, mais il est suffisemment important et grave pour que tous les médias du monde en parlent.
      Belle soirée. Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  25. Cher Roger
    Merci de ton passage en amitié sur ma page de partage et de tes mots qui ont touché mon âme.
    La spirale comme un chat qui se love tourne tourne encore jusqu'à ce que son corps ai trouvé la position idéale m'a fait chat et je me suis senti bien. C'est beau de donner une sur-vie à Kaya
    J'étais sur le sentier côtier à Locmariaquer, le temps était merveilleusement doux mais une chute nous a fait rebrousser chemin avant d'arriver à la pointe de Kerpenhir et ce soir c'est Kerpenhir qui vient à moi.
    Je te souhaite une belle nuit veillé par la lune blanche sur noir
    Amitié

    RépondreSupprimer
  26. J'ai beaucoup aimé la pointe de Kerpenhir et la manière dont vous en parlez me touche où vous avez su tracer cette merveilleuse spirale, non sans mal je pense... Superbe hommage à Kaya, de ces êtres qui restent dans notre coeur toute notre vie, lourds de regrets et de douceur.
    Que sait-on de l'éternité, parfois on doute, et puis qu'importe sachant que nous devons la vivre cette vie du mieux possible, avec notre être entier, vous savez mettre tant de poésie dans toute vos oeuvres et vos mots ...
    Groupe aveugle à Lampedusa est un beau symbole, et tous les autres, de beaux cadeaux que vous faites à vos amis !
    Que la force vous accompagne, celle que vous offrez au ciel, au sable, à l'océan avec tellement de talent !
    Pour vous


    Cœur de rocher


    Là-haut sur le rocher nu
    Il y a la tombe
    De ce qui ne s‘enterre pas
    Ces grains là n’ont pas besoin de racines
    Pour bousculer la terre
    Pas besoin de feuilles vertes
    Pour valser dans le ciel
    Pas besoin de laisser une trace

    Tout l’amour que je ne vous dis pas
    Va s’enrouler sur les cailloux
    Et ne réchauffe rien
    Il ne se salit pas dans les fossés
    Ne refleurit pas avec les violettes

    Tout l’amour qui semble mourir
    Dans un sauvage silence
    Est fier comme un aigle
    Aussi dru que la montagne
    La vie est en lui
    Il se moque des saisons.

    En levant les yeux
    Entendrez-vous son requiem ?

    © marine Dussarrat « La part de l’oiseau »

    Belle journée Roger, bon courage

    Marine


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marine Dussarat
      Merci, Marine... avec un peu de retard mais non sans émotion, à la lecture de vos mots et surtout du poème reçu comme un cadeau.
      Bel automne à vous en toute amitié.

      Roger

      Supprimer
  27. Don't understand your language, but these are great photos on great place!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Birgitta
      Merci Brigitta et bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins. Le land art est très visuel et international. Le pratiquant à l'étranger, il m'est souvent arrivé de ne pas pratiquer la langue du pays mais d'avoir beaucoup de spectateurs.
      Bonne soirée.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  28. Cher Roger

    Je regarde et je lis en ce 1er novembre et je suis troublée, émue, chaque image, chaque mot, chaque phrase, chaque respiration est un cri d'amour.
    merci
    Je ne crois pas non plus à l'éternité, mais lorsque je suis face à la ligne d'horizon sur l'océan, un sentiment d'éternité se glisse en moi comme un souffle divin
    merci
    et merci pour ce gisant, sa dernière peau
    vous sentez juste toujours
    merci

    RépondreSupprimer
  29. Bonsoir Roger
    J'ai pensé très fort à toi et tes creations lorsque je suis arrivée sur le site du Courégant sur la Commune de Ploemeur en Morbihan , lorsque j'ai découvert tout un site de cairn , c'était splendide
    J'en ai fait un article aujourd'hui peut être le connais tu
    Merci pour cet article du jour
    Je passe très souvent et en silence car je ne sais que dire ...
    Merci pour toutes ces creations du coeur , Merci
    Bonne soirée à toi

    RépondreSupprimer
  30. Ce qui me vient tout de suite à l'esprit en regardant certaines de tes œuvres, c'est cette envie, cet espoir de regarder ensemble vers l'horizon !

    RépondreSupprimer
  31. Je repasse pour te remercier d'avoir pris le temps de donner des explications sur mon article
    Peu de personnes en fait connaissent les tenants et les aboutissants de ces constructions
    Merci encore
    Bonne soirée Roger

    RépondreSupprimer
  32. Hola Roger. He regresado de mi viaje. Volver a acomodarme a mi vida Ushuaiense, me demanda un tiempo. Estoy leyendo poco a poco los blogs amigos. Y ahora estoy viendo la magnífica sensibilidad en tus obras.
    Como siempre, mis preferidas son las que creas con piedras.
    Un saludo a Kaya, donde quiera que esté . Los gatos son tan especiales...tan intuitivos...El de mi hija se llama Tomasino y con él nos entendemos de maravillas.
    Busqué información sobre Kerpenhir . No sabía de su existencia. ¡Magnífico lugar! (siempre y cuando no se llene de turistas alborotando la paz)
    "J'ai pensé, dans mes nombreux déplacements et marches, que les présences furtives étaient celles que j'attendais Elles avaient eu leur vie, disparues, elles vivaient, autrement. Elles accompagnaient mes déplacements comme l'ombre accompagne la lumière." No tengo dudas de esas vibraciones que intuimos en ocasiones...Sin duda te acompañan en tu proceso creador.
    ¡Gracias por tu visita a mi casa de letras!
    Una afectuoso saludo desde "le bout du monde"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. LU
      Merci Lu. C'est vrai Ushuaïa, représente le bout du monde, comme Kerpenhir, pour vous. On se déplace tous entre notre naissance et notre mort. Certains en sont conscients, d'autres pas ou peu. Cet état de conscience influence mes créations et si je parle si souvent d'entropie, ce n'est pas pour faire bien mais pour affirmer cette présence, la mienne, sur terre, éphémère. J'ai choisi le land art pour ça. Au lieu de le détacher de tout symbole, je m'en sert comme d'un langage, une écriture dans la paysage. Mes créations, au pays des Celtes, ne pouvaient échapper à ce monde de pierres, à ce magnétisme des lieux particuliers comme Kerpenhir. Il y a de belle occurrence et je le ressens au maximum comme le jour où j'ai créé cette spirale pour Kaya, disparue. J'étais avec elle. Peu importe que les gens comprennent ou pas ( d'ailleurs, ceux que je rencontre ont plutôt tendance à comprendre. Pour les autres, ils passent leur chemin, la mer remet tout en place quelques heures après cette ultime création. Si j'avais la chance d'aller dans votre pas, l'Argentine, je suis certain que les paysages m'inspireraient alors, je vous inviterai à me suivre pour pratiquer le land art ensemble.
      Merci de votre passage qui me touche beaucoup. Je vous embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  33. Chic un nouveau cadeau. En plus de ceux que constituent toutes les oeuvres exposées ici. Infiniment merci, encore une fois.
    Mais surtout je suis heureuse de te revoir ici, je commençais à m'inquiéter.
    Des pensées douces pour Kaya. Et pour ton dos. Prend soin de toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pastelle.
      Merci Pastelle. A défaut de t'avoir croisée sur nos côtes Bretonnes, t'associer à l'une de mes créations est pour dire aussi que ce n'est, comme on dit, que partie remise. Je ne peux pas dire que mon état de santé s’améliore , c'est une période d'attente pour moi,d'un diagnostic plus précis. Pour Kaya, ses maîtres passent de temps en temps sur le blog. Ils liront.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  34. Bonjour Roger,
    Ravie de trouver sur ton blog une belle surprise pour moi. Tes créations superbes sont un mélange de force et de fragilité, et j'aime beaucoup cette idée de mémoire confiée à la fantaisie des vagues. Prends soin de ta santé. Je t'embrasse amicalement. D.

    RépondreSupprimer
  35. Danièle Duteil
    Merci Danièle. Tu le sais, je travaille beaucoup au bord de la mer, c'est le lieu où je me sens le mieux. Toutes les eaux sont chargées de mémoire, mais l'océan est particulièrement riche en cette matière et il y a de la place pour lui faire des confidences !
    Je te souhaite une belle soirée.
    Je t'embrasse.

    Roger

    RépondreSupprimer
  36. "L'eau me servait de point de rendez-vous, d'interface."
    Soudainement je viens de comprendre d'où te vient l'inspiration et comment tu peux créer sans cesse et sans te répéter des images toujours nouvelles et toujours aussi belles. C'est l'eau qui en est la source.
    Qu'elle soit à l'état liquide ou gazeux, Gaston Bachelard a souvent décrit le pouvoir d'imagination engendré par l'eau.

    Grand merci Roger, pour l'Ange Vert. Si je devais croire à une seule chose dans le domaine de l'immatériel, ce serait bien aux anges.
    Pas sûre d'avoir bien compris en quoi consiste le diagnostic que tu mentionnes. J'espère que le mal dont tu parles n'a rien d'irréversible et que tu finiras par t'en débarrasser. Pour mes douleurs dorsales, le port d'une ceinture avec armature métallique me soulage énormément.
    La vie éternelle n'est envisageable que dans l'optique d'un monde immatériel, non astreint aux lois de la physique. Un monde dans lequel nous ne retrouverions que les être qui nous étaient chers et surtout pas ceux qui nous ont fait souffrir :-))
    J'aimerais bien retrouver dans l'au-delà les chats qui nous ont accompagné un bout de chemin dans notre vie terrestre. Et c'est ce que je te souhaite à propos de la belle Kaya. En attendant, prends bien soin de toi, Roger. Ne force pas trop avec les spirales.
    Amicales bises

    RépondreSupprimer
  37. Espérons que tes œuvres éclairerons les chemins pour tous ceux qui se risquent en mer...

    RépondreSupprimer
  38. Heips Rpger,
    I so love your stones. And of course all these photos, tpp.
    Have happy November.

    RépondreSupprimer

  39. As always, a beautiful collection of your initial creations. I love.

    hugs

    · LMA · & · CR ·

    RépondreSupprimer
  40. "Novem" me parle particulièrement.
    Votre belle création qui me semble symboliser l'attente et le mouvement, la contemplation de la permanence, émotions internes.
    Vous m'aviez encouragée il y a des années lors d'un mal à opérer.Et même s'il est revenu, encore et encore, c'est à mon tour de le faire aujourd'hui, en toute amitié.
    La mer et l'amour donnent tant de force...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cole
      Merci Colo, Vous voyez, la roue tourne et il faut croire que mon geste d'amitié a toujours sa place dans votre cœur. Juste retour des choses mais qui n'est malheureusement pas souvent le cas. Ce que vous dites de ce cairn offert à Serge Mathurin Thébault, poète et ami Breton, est fort juste , résumant ce que j'ai ressenti et voulu exprimer à la fois.
      J'espère que vous allez mieux, maintenant. Je vous embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  41. Qué gusto saber de tu regreso Roger!!!
    Vendré a contemplar los paisajes y a saber de tu salud, más tarde, con la calma de la noche.
    Un abrazo amical

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ceciely,
      Merci Ceciely. Je m'efforce de répondre à tous mes commentaires, a temps, mais en ce moment, et pour les raisons évoquées plus haut, je n'y arrive pas toujours. Désolé pour le retard et merci de prendre de mes nouvelles.
      Je vous embrasse en toute amitié.

      Roger

      Supprimer
  42. Bonsoir Roger
    J'ai écrit un petit texte chez moi pour faire connaître tes œuvres. Un bug ne m'a pas permis de t'en faire part plus tôt
    Belle soirée
    Amitié

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Océanique
      Merci Océanique. Je découvre ton cadeau avec un peu de retard, déposé sur ton blog et cela m'a beaucoup touché.
      Merci.
      Je t'embrasse en toute amitié.

      Roger

      Supprimer
  43. Réponses
    1. Ruth
      Merci chère Ruth et belle semaine à vous.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  44. Merci pour tes gentils mots laissés dans "mes abstractions". Je trouve tes paroles aussi belles que tes jardins pleins de couleur et multiformes: un travail magnifique qui induit au mouvement de l'esprit, et de l'espoir dans ton cas, sans doute. J'aime beaucoup!

    Amitiées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sole
      Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins et merci pour ton commentaire.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  45. face à l'océan...
    tous les regards sont chargés d'espoir !

    bonne continuation Roger
    il y a encore beaucoup à espérer

    je t'embrasse

    Patrick L.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Patrick Lucas
      Merci Patrick. Il faut vraiment regarder l'avenir avec espoir, car le présent n'est pas au top. J'ai l'impression de simplement commencer à m'exprimer en Bretagne et je sais que je partirai avant d'avoir terminé. Cela me laisse au moins l'espoir de composer avec l'océan, le plus longtemps possible.
      Bonne semaine à toi.

      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  46. Esta vez he adorado la espiral ..siguiendo su trazo he imaginado las vueltas que habrás dado hasta culminar con la belleza de su geometría.
    Tú le has trasmitido tu alma y ella nos habla y nos incita a soñar.
    Estoy muy contenta que hayas vuelto. Haz atención a tu salud.
    Un gran abrazo querido amigo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ceciely
      Merci Ceciely. Lorsque je trace une spirale, je m'investis totalement dans cet exercice à la fois physique et mental. Plus je vieillis, plus il est difficile de le faire et j'ai l'intention d'expérimenter toutes mes possibilités jusqu'au bout de mes forces.Je ne suis pas au mieux de ma forme en ce moment mais je me soigne et je dois composer avec ces trois autres mois d'arrêts supplémentaires qui me sont tombés dessus.
      Merci de ta présence.
      Bel automne à toi.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  47. Bonjour Roger
    Un billet tout en délicatesse, en présences furtives, celles et ceux qui sont partis et t’ont effleuré de leur souffle, celles et ceux à qui tu penses, ce monde en noir et blanc où reviennent les refrain du vent.
    Lampedusa, présence , absence à nos portes colmatées par une actualité souvent dérisoire qui fait écran.
    Lampedusa, présences furtives qui n’ont pas traversé l’océanique écran tragique.
    108 enfants morts depuis peu ; des témoignages de pêcheurs qui vont au-devant du danger avec des vagues d’une hauteur impressionnante et qui ont souvent à résoudre des dilemmes terribles : qui sauver des mères ou des enfants ?
    Lampedusa est au cœur aussi de la réflexion du dernier livre de Maylis de Kerangal, paraît-il, car je ne l’ai pas encore lu… mais je le lirai car toute voix qui porte et a du poids est bonne à entendre.
    Je suis d’accord avec toi pour voir la folie là où tu la vois : entremêlée dans les méandres tortueux de la géopolitique que je ne maîtrise pas, à un bout de la chaîne, dans notre individualisme forcené à l’autre bout.
    Je sens dans ton message un climat particulier dans cet entre-deux où tu es bloqué à domicile, comme une porte qui s’ouvre malgré tout sur le rêve avec cette lecture pas à pas, ces choix d’œuvres qui rassemblées, prennent un sens au contact les unes des autres.
    C’est toujours un plaisir de venir chez toi, dans cet espace de recueillement que tu peaufines avec des entrées multiples, des fêlures et des silences, des pics de couleurs et des larmes.
    J’aime toutes ces « présences furtives », leur langage d’ombre et de lumière, tes mots empreints de tant d’humanité et les vers de Marie-José Christien.
    Merci. Mille amitiés en une seule.
    Maïté

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maïté/Alienor
      Merci Maïté. C'est vrai que j'essaie de vivre cette nouvelle épreuve physique du mieux possible. La différence est grande entre cesser une pratique artistique parce que l'on arrive au bout de ce qui peut être fait, et être obligé de le faire parce que le corps ne suit plus.Il faut que je compose avec ce nouveau mode de vie. Le land art est vraiment une pratique et c'est d'elle que nait aussi toute une réflexion. Se promener les mains dans les poches, le long de la plage, aller boire un pot enterrasse, puis continuer, entasser trois galets, les prendre en photo avec son I pal ce n'est pas ma conception du land art.
      Il me faut passer beaucoup de temps dans la nature, seul, pour retrouver mes sensations décrites ici, plus haut.
      En 2004, je dressais mes premières silhouettes de pierre pour dénoncer l'exil, parce que, engagé avec des amis, dans un mouvement humaniste, nous étions au contact journalier avec des sans-papiers , pour les aider. 2015, l'exil continue, change de nom. L'île de Lampedusa est devenue le symbole d'une terre d'accueil mais aussi d'une route maritime, vers elle, qui devient de plus en plus meurtrière. Je continue à lever des pierres pour les exilés de tous pays, malgré les reproches de certains, car je ne peux pas rester indifférent.
      Merci de me consacrer autant de temps à tes commentaires si intéressants.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  48. Toutes vos créations, d'une grande sensibilité et d'une grande force, laisseront des traces vivaces dans ma mémoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme. Merci à vous que je ne peux découvrir mieux puisque cela est votre désir.

      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  49. J'aime venir ici pour me laisser rêver. Prendre le temps de regarder chaque œuvre.
    Mais parfois ce n'est pas un rêve (ni doux comme un rêve).
    Lampedusa, ce n'est pas un rêve? Si? Pour qui? Pourquoi?

    Et là ce soir (c'est la première fois), je me dis que de te voir à l’œuvre, ça doit être sacrément bien!!!!



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le jour,al de Chrys
      Merci Chrystel. Depuis que je suis revenu en Bretagne, je n'ai pas encore fait de performances land art pouvant réunir des centaines de personnes, comme je le faisais en Normandie. Je ne fais plus de TV ni de documentaires sur ma pratique. Je suis revenu aux fondamentaux, la marche solitaire dans le paysage, l'observation, la contemplation, la cueillette, la création in situ. Je fais quelques rencontres mais, je suis vraiment revenu à ce qui me plait.
      Lampedusa, reste un rêve pour ceux qui embarquent et pensent y trouver, soit une terre d'accueil soit un relais pour la terre promise. C'est facile de les critiquer depuis son fauteuil, l'estomac bien remplis et le compte en banque bedonnant. Quand il ne reste que la vie, n'est il pas normal de fuir ce qui l'empêche d’être, pour trouver mieux?
      Le problème perdure, fait surface dans les journaux, est oublié, revient à la une. Pour, eux, c'est tous les jours la lutte pour la vie. J'essaie d'en parler à ma façon avec des pierres.
      Belle semaine à toi.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  50. A dureza das pedras contrasta com a beleza de seu trabalho e com a sensibilidade que habita seu coração. Falta humanidade entre aqueles que se dizem humanos. Você faz das pedras caminhos. Gostei muito. Abraço.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MARILENE
      Merci, Marilène et bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins. Il est vrai que bien des hommes ont un coeur plus dur que la pierre, mais leur langage permet de tromper le monde, de les embrigader, de faire la guerre, de dominer s
      leurs semblables. N'est-ce-pas beaucoup plus dur que les pierres, que ces gens là.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  51. Excelente y variadisimo trabajo fotografico,saludos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jesus Alvarez
      Merci Jesus. Content de voir que ton œil de photographe prenne du plaisir à parcourir le Chemin des Grands Jardins.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  52. Merci cher Roger pour ce que tu offres à Monde en poésie.. C'est une pensée du coeur qui va m'accompagner, Roger Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brigitte Maillard.
      Merci chère Brigitte. Je pensais que mon déménagement en Bretagne où tu habites maintenant, allait nous rapprocher puis nous faire enfin nous rencontrer. Il semblerait que le temps n'en soit pas venu. Attendons encore un peu, mais pas trop, car le temps qu'il reste à parcourir s'amenuise.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  53. De tes photos, je dirai rien, ce sont elles qui parlent avec leurs formes, leurs couleurs, leurs lumière, leur agencement particulier, tout ce qui nous fait ressentir en harmonie avec la nature que tu secondes avec beaucoup de talent.
    A travers les mots que tu ne dis pas, il y a beaucoup d'émotion, de la tristesse, du reniement face au temps qui s'écoule comme le sable. Et j'ai peur de voir disparaître cette belle connivence. Il y a tant de voix qi se sont effacées depuis que j'arpente les blogs. Elles laissent un grand vide et elles parlent d'amour. On ne s'en lasse jamais car il survit à la disparition tant que les ondes s'y attardent avec tendresse.
    Bisous tendres et bravo à l'être qui les reçoit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. savarati,
      Merci à toi. Tu ne dis rien et pourtant je lis beaucoup d'émotion dans tes mots. Ne m'enterre pas avant l'heure. Pour l'instant, je me soigne avec application et en essayant de garder le moral, malgré tout. Mon intention est bien de reprendre la route du land art et de l'amener jusqu'à mes 75 ans, ce qui serait bien pour moi. Il faut que je guérisse et que je fasse tout ça en deux ans. La vie me dira plus tard, si cela était possible.
      Je t'embrasse en toute amitié.

      Roger

      Supprimer
    2. Oh non, pas du tout envie de t'enterrer, Roger.:-)
      Je te souhaite tout le courage du monde, je sais que ta volonté de poursuivre ton art est grande et belle. Je te suis au loin sur les terres bretonnes qui sont si belles et t'inspirent tant !
      Avec toute mon amitié

      Supprimer
    3. saravati
      Merci, c'est gentil. Je prends tes vœux comme un encouragement à me tirer de cette mauvaise passe, même si cela est sérieux. Sache que je m'applique à me tirer de là au mieux.
      Je n'ai jamais douté de ton amitié qui m'est chère et sois assurée de la mienne en retour.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  54. Mes sincères condoléances, Roger. Je suis Paris, moi aussi.

    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sole
      Merci Sole de ta délicate intention qui me touche vraiment. Nous avons besoin de solidarité et de fraternité. En donner la preuve est très important.

      Je t’embrasse.

      Roger

      Supprimer
  55. Je passe souvent pour admirer tes cairns que j'aime beaucoup ! Dans mon enfance j'en ai fait beaucoup mais sans savoir qu'ils pouvaient avoir une signification
    nous faisions des concours à celui qui durait le plus longtemps face à la mer ! Puis je me suis éloignée de ma Bretagne mais chaque année j'y suis revenue
    et j'ai continuer mes pyramides en pensant à cette enfance envolée,mais à chaque fois j'ai passé un très bon moment de zénitude . Oui je confirme ils ont un certain pouvoir !
    Dans les blogs en ce moment on ressent une grande tristesse une sourde colère on a un peu de mal à commenter où tout simplement à mettre de la couleur sur nos blogs !
    J'ai pensé à toi quand j'étais sur mes rochers face à la mer pour mes constructions annuelles ,mais aussi quand j'ai découvert le jardin éphémères des cairns du Courégant !
    A très vite pour ton retour
    MITOU

    RépondreSupprimer
  56. La tristesse est bien palpable ces jours-ci un peu partout autour de nous ...J'espère que tu vas mieux?
    Mes mots en ce moment pour toi et tous :Paix et amour.
    Je t'embrasse Roger à bientôt

    RépondreSupprimer
  57. Mitou La Bretonne
    Merci, Mitou, Comment ne pas ressentir cette tristesse, devant d'horreurs et de tueries frappant des innocents. C'est normal que cela se ressente sur les blogs. Je n'ai pas repris de posts, non plus. Je respecte le droit à l'expression de chacun. On y lit aussi beaucoup d'âneries. Être en retrait ne empêche ni de penser, ni d'en parler avec les gens que je rencontre. Je vais très bientôt présenter une autre page de blog, réalisée, comme la précédente, avec beaucoup de peine, mon état de santé en étant la cause. Mais, au moins ai-je le bonheur d'être en vie et non de l'avoir terminée au bout d'un rafale de kalachnikof.

    A bientôt Mitou.
    Amitiés.

    Roger

    RépondreSupprimer
  58. J'aime ravir mes yeux de la beauté onirique et poétique de vos créations, entre ciel et terre, entre sable et eau...
    Un bonheur solitaire ou partagé, mais beau et émouvant.
    Merci pour ce que vous faites et ce que vous donnez à voir.... une partie de ce que vous êtes.
    Amicalement
    Nathalie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nath
      Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins, Nath et merci pour votre commentaire.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  59. Je découvre votre site, votre art, vos mots. Je devine de loin la "texture" de vos instants de silence, je distingue la trace de vos pas sur les chemins qui aboutissent à vos créations éphémères. Je les rencontre en images et je suis frappé. Je tomberais sur elles dans la réalité, longeant la rive du monde, je pourrais vous parler à coup sûr de cette éternité qui réside dans l'instant, qui m'aurait été soudain révélée, aux détours de mes propres pensées, par ces témoins muets que vous auriez laissé là.
    Je ne sais pas trop quoi ajouter, c'est maladroit les mots. J'arrête alors avec les miens. Mais comme j'ai lu une citation de Bobin un peu plus bas, je dépose cette autre qui m'est revenue à l'esprit en contemplant votre univers : "Ce qui nous sauve ne nous protège de rien et pourtant cela nous sauve."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Guillaume
      Merci Guillaume. J'ai très bien compris le sens de votre message fort sympathique dont je vous remercie.
      La phrase de Christian Bobin est particulièrement riche de sens et doit être mis en mémoire.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
    2. Une balade en passant par ton Grand Jardin, en quête de rêves…

      Histoire de respirer encore un peu l’air de la mer,
      De me perdre dans ces minutieuses mandalas de graines,
      D’arpenter les rochers, et découvrir ce cairn à l’anneau magique !

      Entre Ciel et Terre
      Unis par l’Anneau
      Légèreté aérienne
      Miracle de l’équilibre

      Je te souhaite une longue route encore sur ton Grand Chemin !

      PS/Il y a quelques jours, j’ai tenté une spirale en pensant à toi… pour me rendre compte des efforts qu’il faut faire pour en arriver à bout… J’ai compris la difficulté, la patience qu’il faut déployer, tout en ressentant quelque chose d’indéfinissable devant l’immensité de la Nature : Je te l’offre en cadeau sur l’Ardoise !

      Biseeeeeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeeeeeeeeee

      Supprimer

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.