La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

mercredi 9 juillet 2014

Le bambocheur de Ty Bihan   :   pour Ana Minguez Corella

Peace and  love  :  pour Lu Pélieu
An diveliour  :  pour Serge Thébault
Le déserteur : pour Guy Allix
Identité :  pour Isabella Kramer
Limès  : Pour Anne Lemaître
Chantier Atlantique, carré 29  :  pour Christian Cottard
Cri du cœur :  pour Ambre
Scarface :  pour Camino Roque
Vies parallèles : pour Marie-Josée Christien
Brasil :  pour Inês
Cairn du 71ème été  :  pour Marie-Claude
Le drôle :  Pour Bob Bushell

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas

Jours...

Un discret voileux remonte la pente sous les châtaigner,  un bout dans une main  une godille dans l'autre. On se salue. Sur ma droite, la source de Kernours et le souvenir carré couvert de lentilles vertes, ça me rappelle Patrick. Magnétisme de  l'amitié. J'arrive à découvert, face  à la ria,  gorgée d'eau jusqu'à la gueule.Je laisse  à gauche le chemin de Tintin qui a passé l'arme  à gauche mais reste vivant par le vouloir de ses  potes qui lui  ont offert une pancarte, pour baliser son chemin, sa cabane. Je remonte la ria vers le Bono.
Dans la grande courbe, je descends sur les roches. Tout est glissant depuis les deux jours d'averse passés. Les varechs  en ont pourri sur place. Je cherche  mon équilibre et manque tomber plusieurs fois  à la baille.
Je  lève mon  premier cairn depuis 10 jours,  puis  un autre. Patraque, enfumé par le beau temps piégeux et caniculaire, le cœur n'a pas aimé. Ont suivi de sérieuses  pluies réduisant mon activité à presque rien. Pas très glorieux tout  ça. Mais ce grand rien faire laisse  place  à un travail  en profondeur. La jachère finira bien par lâcher quelques idées d'échappée.Nous y sommes.

Autre jour

Je fais le tour du cumulus de Kernours.et remonte plein Nord. L'herbe est grasse, glissante, comme les pierres au bord de  l'eau. J’aperçois le tumulus, les tombelles. Ici c'est toute la forêt de  pins maritimes qui vibre sous la mémoire du sol. Je suis reçu en ami. Les corps, les os réduits en  poussière du temps, colorent cette atmosphère  à tout jamais. Chacun de mes pas foule l'ancêtre et se nourrit de sa mémoire.. J'arrive  à la pierre fendue. Combien de cairns  y ai-je élevé ? Tous  ont subit le  même sort : bousculés, renversés, éparpillés par des inconnus. A chaque passage,chaque retour au lieu, je répète  mon geste : hommage minéral aux deux entités présentes : la mort qui règne en silence et la vie qui passe et  perpétue les vibrations.

Autre jour...
Je suis  oisif et contemple ces rares moments de calme posés sur la surface  lisse de  l'étang,  à deux pas des alignements de Kermario  à Carnac. Les   pépites argentée du soleil annoncent l'heure qui décline. Je veux aller  plus  loin, jusqu'au bord du silence qui séduit, enchante et que jamais  l'idée d'abandonner la partie, contre le vacarme des hommes cupides, n'atteint.

Autre jour...

Le ciel s'assombrit au dessus de la forêt de Crac'h. Je cherche ma route. De grosses  gouttes de pluies tombent sur ma carte IGN. Je relève ma route mentalement. A  l'orée du bois, je remarque la trace fraîche d'un animal dans l'herbe  mouillée et j'aime  l'idée de lui emboîter le pas. Elle traverse  l'espace vide et se dirige vers un talus planté de chênes. Dans  une autre saison, les akènes auraient poussé leur cri carminé et je les aurait ramassées dans ma besace. Certaines  ont donné la vie  à des petits chênes, les autres sont mortes.
Je suis surpris par une idée récurrente. La mort est  inévitable et se rapproche. 
Tenter d'aménager le temps qui  m'est  imparti. 
Essayer d'oublier. Beaucoup oublier. 
Chronos.

Autre jour...

L'exacte direction  à prendre n'existe pas  pour  moi. Il  y a trop d'attirances opposées dans la nature. L'important, c'est de partir, de voyager  léger. La route se chargera de la direction. Ce matin, j'ai joué le cap  à suivre aux dés, comme le faisait Morhaïm pour choisir ses couleurs sur sa toile. Mondrian  n'était pas  loin.A chacun ses influences.
J’établis la règle du jeu : un seul dé. Premier jet  choisir entre le Nord et le Sud
1 = Nord    2 = Sud    3 rejouer
Je jette le dé :  2   Premier choix :SUD
                                                      Deuxième  choix  entre Est et Ouest
4 = Est    5 = Ouest   6 rejouer
Je lance le dé  6 
 je rejoue : 5  Ouest
                         Deuxième choix OUEST
Puis avec  une  pièce tirer à pile  ou face  Pile = Sud et  Face : Ouest
Je lance la  pièce. Elle retombe sur pile . Je pars donc en direction du Sud

Autre jour...

Je roule vers l'océan et bientôt,je le retrouve avec gourmandise et appétit.Grand soleil, mais vent  d’ouest de 30 nœud ,  à  peine modéré par la presqu'île de Quiberon qui abrite un peu les plages de Carnac. Mes yeux se remplissent de vagues, de scintillement argentés et du chant des vagues qui  lèchent la côte.Il faut prendre quelque précaution  , car  même avec  l'habitude,  on peut se faire déséquilibrer par une rafale et la chute  n'est jamais  bonne dans les cailloux. Des voix sont là qui  m'accompagnent, non  pas en cellule de dégrisement, mais sur la route des étoiles de mer : Jégou, Thomassaint, Gwernig, Pélieu. Pas de  place  pour les vivants autre que moi, ici. L'autre  monde est au balcon, comme  un avertissement et mène une sarabande d'enfer. Une série de cairns fuse de mes mains. Le vent me suit et les cabane au fur et à mesure. Je m'en fout.
J'ai le rythme, convalescent, certes  mais présent.
 Chaque  pierre  est une impro, chaque cairn  un poème.
Dans  mon rêve éveillé, je vos passer au large, Ikaria . Je le suis des yeux avant qu'il ne disparaisse, emportant Jégou à la barre, en plein coup de gueule.  -" Eh ! Tu crois pas que je vais repasser deux fois pour me foutre dans les cailloux. Ouvre tes quinquets ! ". Et il me balance deux  poèmes par-dessus bord dans son sillage.
Le soleil  me brûle la gueule et j'ai le dos brisé par l'effort. Il faut que je rentre retrouver celle que  j'aime et qui  m'attend au pays.



Roger Dautais


loin dans  l'aube
sous le soleil
déjà  bien cramoisi
j'ai fait le choix
il était temps d'y penser
l'horizon fuyant
le ciel  la mer
corps  à corps exténuant
l'océan rebelle
les vagues démesurées
la solitude
et puis la solitude
et enfin 
la solitude

***

je vertige
immobile dans le râtelier de bruine
les sémaphores s'agitent
la nuit survente
poussière liquide des parois  bleues
les goélands filtrent des souffrances ancestrales
la mort ventriloque la falaise
nuit d'Arvor à l'abordage du silence épais
des villes et du vide
un discours d'ondes sur les  lèvres.


Alain Jégou

Comme du  vivant d'écume
Éditions La Digitale 1995

 http://alainjegou.blogspot.fr/
 http://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_J%C3%A9gou

81 commentaires:

  1. Réponses
    1. Amandine Durez
      Voilà 9 jours que tu m'as souhaité une superbe bonne soirée et je ne t'ai pas répondu. Je suppose qu'elle a été bonne et je t'en remercie puisque tu l'avais souhaitée ainsi,

      Je t'embrasse amicalement.

      Roger

      Supprimer
  2. Bonsoir je repasse plus tard te voir
    bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. France
      ? Quand tu veux, France,
      Je t'embrasse amicalement.

      Roger

      Supprimer
  3. Qu'il est beau ce Chantier Atlantique carré 29... Les autres aussi mais celui là me touche un peu plus évidemment! Merci Roger. Amitié.
    C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chri
      Merci Chri,
      Beau, oui, puisque tu le dis et surtout, tourné vers l'Atlantique, espace de tous les rêves.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  4. Me quatre est un miracle d'équilibre .
    L'angle de la photo cinq permet d'embrasser l'espace grandiose de la plage et de cette magnifique spirale .
    Que l'été soit une belle suite autres jours, pour notre plaisir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miss-Yves
      Merci à toi. Le plus difficile a été d'amener la pierre de base, très lourde et de cheminer avec elle dans ce pierrier où le moindre faux-pas vous amène au tapis. La mise en place à été faite en deux fois, puis le cairn élevé dessus, malgré la déclivité. Un bel exercice d'équilibre.
      Belle fin de semaine.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  5. Limès..
    est-ce encore du land-art ?
    peu importe, j'admire l'image et l'idée !

    Amicales bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tilia
      Merci Tilia,
      La question est posée. Le titre donne une partie de la réponse.
      Mais le jeu, de trouver de l'éphémère dans l'éphémère d'une pratique. ça, c'est du bonheur.
      L'ombre tournait et ma première installation foira, car pas assez préparée. J'ai remis ça, avec le nombre de cerises préparées et le poser fut une réussite. Je travaillais sur une frontière, d'un côté le champ des morts, de l'autre, celui des vivants. Pour moi, les cerises devenaient gouttes de sang et l'ombre symbole de passage, un lien. Tout fut réalisé très vite entre deux autres installations réalisées sur un muret voisin. Peut-être trop léger pour toi ou iconoclaste, mais pas pour moi. Je ne me pose jamais la question de savoir si je fais du land art ou non lorsque je vais à ma pratique. Je me pose parfois de savoir si ma vie est une vie et si elle vaut d'être vécue. Tant que je continue, vous avez la réponse. Les photos ne sont qu'une infime partie de ce que représente pour moi le land art. Si j'ai pu,ici, trouver un lien avec une histoire d'hommes, aussi tragique qu'elle fut, je l'ai fait grâce au land art. Après, chacun se fait une idée. Je ne dévie pas de ma trajectoire pour si peu.
      Belle semaine à toi, Tilia.

      Je t'embrasse aussi.

      Supprimer
    2. Merci, Roger, d'avoir si bien éclairé ma lanterne.
      J'avais imaginé un rebord de fenêtre. Mais si j'ai bien compris, il s'agit sans doute de la bordure d'une tombe...
      Belle et bonne fin de semaine, Roger
      Amitiés

      Supprimer
    3. Tilia
      Tu approches de la vérité mais ce n'est pas exactement ça.
      Belle journée. Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  6. I love your new work.
    And your balanced stone sculptures look magnificent against
    a summery sky.
    So nice, Roger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rick Forrestal
      Merci pour ton soutien amical. C'est avec un réel plaisir que je te retrouve ici ou sur ton excellent blog Pic A Day.
      Amitiés.

      Roger blog

      Supprimer
  7. J'aime bien ce terme ancien de "bambocheur" , qui me rappelle un petit poème en prose d'Aloysius Bertrand:

    Harlem

    Harlem, cette admirable bambochade qui résume l'école
    flamande, Harlem peint par Jean-Breughel, Peeter-Neef,
    David-Téniers et Paul Rembrandt.

    Et le canal où l'eau bleue tremble, et l'église où le
    vitrage d'or flamboie, et le stoël* où sèche le linge
    au soleil, et les toits, verts de houblon.

    Et les cigognes qui battent des ailes autour de l'horloge
    de la ville, tendant le col du haut des airs et recevant
    dans leur bec les gouttes de pluie.

    Et l'insouciant bourguemestre qui caresse de la main
    son double menton, et l'amoureux fleuriste qui maigrit,
    l'oeil attaché à une tulipe.

    Et la bohémienne qui se pâme sur sa mandoline, et le
    vieillard qui joue du Rommelpot**, et l'enfant qui enfle
    une vessie.

    Et les buveurs qui fument dans l'estaminet borgne, et
    la servante de l'hôtellerie qui accroche à la fenêtre un
    faisan mort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miss Yves
      Tu vois que la bamboche a du bon et elle me vaut un poème qu'il faudrait écouter et arroser ensemble un de ces quatre.
      Je te remercie chaleureusement.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  8. Again gorgeous art. I like your stones, and photos 5 and 6 are great.
    Have a hot summer time.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. orvokki
      Merci Orvokki. Je te sais excellente photographe et tes choix me ravisent surtout le second. Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  9. Olá Roger,
    Maravilhosos trabalhos e em cada homenagem podemos sentir o magnetismo da amizade que mesmo em silêncio encanta nossas almas profundamente.
    Todos os seus relatos nos fazem sentir participar dos seus momentos de criação isso é muito interessante assim como voltar para casa que é sempre maravilhoso por ter quem amamos nos esperando assim os dias nunca serão iguais.
    Sinta o carinho de minha amizade com grande admiração.
    Beijos
    Joelma

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Atelier Tribo de Juda

      Merci Joelma. Tu sais trouver les mots qu'il faut pour décrire cette amitié, née ici autour de nos travaux respectifs. Moi,aussi, je me sens bien dans ta maison qui dégage beaucoup d'ondes positives.Dire que notre amitié est magnétique n'est pas simplement une vue de l'esprit et nos échanges la renforcent.
      Puisse cela durer longtemps.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  10. Wonderful art of stones and flowers dear Roger.
    hugs
    xoxoxo ♡

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. dianne
      Merci à toi, chère Dianne et belle soirée en attendant de te retrouver sur ton blog.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  11. savoir communiquer
    et l'expérience de vie comme un voyage léger ... je voudrais

    Merci Roger. Je vous souhaite un nice été.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. camino roque
      Merci. Après de douloureux et longs passages dans la maladie, je suis rentré dans une pratique land art devant, dans un premier temps, me remettre debout, puis devenir un puissant moteur de vie, une motivation jusqu'à la fin du parcours sur terre. Personne n'y croyant au début, j'ai cheminé longtemps seul avant d'avoir les premiers retours, mais si forts qu'ils m'ont engagé à continuer. Depuis 1998, je me consacre à cette expérimentation de ma vie, entrant maintenant , doucement dans la vieillesse et communiquant là-dessus. J'ai ainsi lâche ce qui m'encombrait pour voyager léger dans ce monde lour où la consommation est le leit motiv. J'ai simplement emprunté une autre voie.
      Bel ét à toi aussi et à bientôt.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  12. I love your new art work in the nature Roger, is full of harmony and peace and thanks for sharing with us !!!
    Have a nice and creative day !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ART-TRAVELLER
      Merci.
      Harmonie et paix, si mon travail tend à approcher de ces états et vivre de même, alors, je suis sur la bonne route.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  13. Merci Roger de nous montrer à chaque fois des merveilles et là des merveilles d'équilibre ...Les cairns semblent vouloir s'écrouler dès que tu auras le dos tourné et la spirale va éclairer ma journée de son reflet doré .
    Belle et bonne journée à toi . Je t'embrasse bien amicalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brigitte
      Merci Brigitte, les photos ne montrent pas toute la réalité, ainsi, lors de ma dernière sortie land art, pratiquement tous les cairns élevés ont été basculés par un fort vent de mer qui a malgré tout fait le bonheur des véplanchistes.
      Belle journée.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  14. Reprendre vos mots: "chaque cairn un poème."
    Le deserteur ne s'en sort que grandi. La spirale quant a elle semble jouer de nos sens avec son ombre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thérèse
      Merci Thérèse. Je l'ai dit maintes fois, le land art est une sorte d'écriture dans le paysage et tant pis pour ceux qui voudraient m'interdire cette vue de l'esprit. Un spirale sans soleil perd beaucoup de sa beauté. Elle est fait pour lui comme lui pour elle.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  15. Ce malheureux"déserteur" coincé entre deux guerres, terriblement d'actualité.
    Bel été, ami.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Manouche
      Merci Manouche.
      Terriblement d'actualité comme tu le dis si bien. C'est aussi une chanson reprise par mon ami et poète Guy Allix qui l'a épinglée dans les incontournables de son tour de chants accompagnant la lecture de ses poèmes. Et puisque je parle de lui, je te renvoie sur l'un de ses sites http://inviteguyallix.canalblog.com/
      où tu trouveras également un bel hommage à Alain Jégou, autre poète très présent sur mon blog.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  16. Merci, Roger, j'aime et je prends ce cadeau précieux avec douceur et émotion.
    Ravie encore une fois par ton grand talent de conteur et de poète de la nature.
    Coeur d'AMBre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ambre
      Merci Ambre. J'ai pensé tout simplement que ce mandala réalisé entre ombre et soleil, accompagnerait bien ta journée.
      Je t'embrasse bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  17. Réponses
    1. Amandine Durez
      Merci Amandine. Je vais te dire que je partage ton avis.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  18. Monde de l'entre-deux. Chacune de vos créations éclôt à la lisière. Merci encore de nous les offrir, cher Roger. Je vous embrasse bien amicalement.

    Danièle

    RépondreSupprimer
  19. Radiant stuff! Well done Roger, love it!

    RépondreSupprimer
  20. Grand Merci Roger,
    wie gerne wandere ich mit dir, folgen den Spuren, die die Natur uns legt, lese deine steinernen Gedichte, immer wieder neu erschaffen und doch zeitlos gültig. Und wie dankbar bin ich für die "Identité", fühle mich erkannt, verstanden und geborgen in dieser grandiosen und doch so vergänglichen Symbolik, die ihre innere Nähe zum Meer und zum Licht lebt und genießt. Es ist eine wunderbare Bereicherung dich in den Welten des Netzes "getroffen" zu haben, verbunden zu sein in der Sehnsucht nach Stille und dem Erkennen und Ausweiten innerer Grenzen. Ich danke dir von Herzen. Nächstes Wochenende werde ich nach einer längeren Krankheit endlich wieder einige Tage am Meer verbringen können, seelisch und körperlich Kraft und Ruhe tanken, mich verankern können zwischen Himmel und Wasser und ich werde dein Geschenk mit mir nehmen.

    Je t'embrasse bien amicalement.

    isabella

    RépondreSupprimer
  21. each and every one of these is beautiful.. my two favorites are Identity: Isabella Krame and cry from the heart.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sandra,
      Merci pour tes choix. Ils s'adressent à deux personnes que j'estime particulièrement, Isabella qui est une photographe Allemande, douée d'une poésie rare et Inès, amoureuse de la poésie, qui est Brésilienne. Tu vois leur point commun, la poésie. J'en ajoute un autre, ils sont fidèles au Chemin comme toi et je t'en remercie.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  22. Roger bonsoir et encore merci de nos offrir ces magnifiques photos tes créations qui sont je vais dire les tiennes
    elles sont imaginées avec tant d'amour et de calme
    je ressens toujours ce calme chez toi et j'ai envie de te dire encore merci
    je vais repartir avec tes cadeaux tes créations et je pense que je vais me sentir si ZEN
    je t'embrasse fort ROGER

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. France
      Merci France. Je fais ce que je peux et je suis toujours heureux de recevoir des encouragements. Le Net, est un espace de communication fluctuant et les amis disparaissent plus vite qu'ils n’apparaissent. On est consommé comme tout produit et rejeté avec la même facilité. Il faut savoir que c'est comme ça. Rares sont les fidèles sur la durée. Tu es de celles-là et je t'en remercie.
      Je t'embrasse bien amicalement.
      Roger

      Supprimer
  23. Réponses
    1. Lisa@Two Bears Farm
      Merci Lisa pour tes mots d'encouragement
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  24. Hello Roger, it is interesting to observe the beaut' land art formations ... I like the smooth pebbles and their balancing act certainly has an instant appeal. Thank you too for visiting my Snap Happy Birding blog. If you like to see some of Australia's red outback, you might like to check out Snap Happy Online too - they're both linked. Cheers from east coast Australia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Carole M.
      Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins et merci pour votre commentaire. A bientôt.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  25. such beautiful creations of simplicity and some of such detail and color. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. TexWisGirl
      Merci d'être passée par là et d'avoir abandonné tes oiseaux à cette occasion.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  26. Oui une petite pause fait du bien, je suis très fatiguée et des voisins ne se montrent pas très courtois sur leurs "travaux" donc il faut employer les moyens officiels, pas marrant enfin..............

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Amandine Durez
      ah ! les voisins, on en fait même de feuilletons à la TV. Alors, dans la vraie vie ...
      Bon courage.
      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
  27. A la rentrée j'ai prévu de mettre du sable dans ma classe et en regardant ton blog, d'un coup, j'ai pensé au potentiel de ce matériau!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le journal de chrys
      Oui, bonne idée mais le principal potentiel, il reste entre les mains de ceux qui l'utiliseront.
      Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  28. quelle bonne idée de jeter les dés qui diront par quel côté aller ! il n'y a pas de hasard !
    l'équilibre de tes cairns m'impressionne toujours ! mais le but c'est l'éphémère, c'est ce
    qui est beau dans ta démarche et tes créations
    bonne journée Roger

    RépondreSupprimer
  29. hello de retour
    et mdr avec tes feuilletons lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Amandine Durez
      Je ne t'avais pas vue passer.
      Bises.

      Roger

      Supprimer
  30. Comme toujours, beaucoup de poésie et de beauté dans tes mots et tes installations. J'aime beaucoup les notes colorées que tu mets parfois. Tu nous habitues à tant de soin et d'harmonie avec les paysages que j'ai été un peu déçue par ma balade à Hillion où s'exposent depuis ce WE les "Flâneries en art modeste"... pourtant la baie de St Brieuc était belle avec ses larges étendues de sable... Merci pour le plaisir que tu nous donnes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brizou
      La baie de St Brieuc, pas de ma femme. Oui, j'ai regardé ton diaporama. Assez conventionnel, mais cela a au moins la valeur d'exister. Tu sais dans le land art, il y a a boire et à manger et les conditions de travail données aux land artiste, sont comme cet art, modestes. Il faut avoir un grand nom du land art pour décrocher des projets à plusieurs centaines de milliers d'euros. Arrivés à ce statut, ils ramassent !
      Belle soirée à toi.

      Roger

      Supprimer
  31. Bonjour Roger. Comme il y a longtemps que je n'avais pas pris le temps de venir te rendre visite, je viens de me régaler en découvrant plusieurs pages d'un coup.
    Quand je pense que j'étais à Auray, et à la Roche Bernard il y a 3 semaines, je me dis que j'aurais pu avoir la chance de te croiser. J'ai même fait une balade au Bono... J'aime beaucoup cette région qui est magnifique.
    Ta façon de choisir ta destination sur un coup de dé m'a fait sourire et tes cairns m'ont fait trembler. Quel travail de réussir à trouver ainsi le parfait équilibre.... C'est superbe !
    Merci pour ce partage de ces créations si poétiques, si fortes aussi. Je t'embrasse bien amicalement en espérant que tu vas bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oxygène
      Merci Oxy. Oui, en effet nous aurions pu nous croiser, car tu es venue dans mon pays, sur mon territoire de land art et j'y suis pratiquement tous les jours. Ce sera pour une autre fois.
      Nous nous ferons des bises en vrai.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  32. Il y a beaucoup de tristesse ou de résignation dans tes paroles, beaucoup de poésie comme il y en a dans tes admirables réalisations et photos.
    Je me demande si beaucoup de commentateurs lisent réellement les textes qui accompagnent tes photos, s'ils s'en imprègnent...en tout cas, tu engendres beaucoup de sympathie autour de toi.
    Que dire sinon que j'ai vu certaines de ces pierres qui découpent les paysages et qu'elles ne peuvent laisser indifférents, les pierres comme les arbres, les racines sont grands dispensateurs de messages mais ils nous laissent toujours dans l'incertitude d'avoir ou de pas les avoir compris.
    Amitiés, Roger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. savarati,
      Merci. Pardon, je t'vais oubliée ce qui arrive quand je ne réponds pas aussitôt. Bien évidemment, tout le monde ne lit pas mes billets mais parfois non plus, la légende accompagnant mes photos et leurs réponses le prouvent. Mais je suis assez indulgent là-dessus. Je me contente de ceux qui comme toi me comblent de leurs réflexions personnelles. Elles ont toujours beaucoup compté pour moi et aidé parfois à poursuivre ce blog lorsque ma santé n'était plus là. Ces commentaires éclairent aussi mon travail, me donnent des idées,et me permettent aussi de progresser. Je pense toujours au mal que j'ai eu à faire décoller ce blog qui a végété pendant presque une année. Mon retour en Bretagne, après 30 années d'absence,je l'ai vécu comme une source d'énergies nouvelles puisées au cœur de mon pays natal au point d'en avoir transformé mon travail d'artiste. Je partageais cette réalité du vécu, cette connexion à la Nature-Mère avec une artiste peintre, arrivée elle aussi en Bretagne, après un temps d'exil et nos ressentis étaient identiques. Bien évidemment, même ce langage simple reste totalement étranger à la majorité des personnes qui ne pensent que rationnel et nous prennent pour des créatures évaporées.
      Bel été à toi en amitié.

      Roger

      Supprimer
  33. Bonsoir Roger,

    "Le Cairn du 71ème été" est superbe d'équilibre... Des épousailles de pierres époustouflantes...
    J'aime le chemin de traverse du déserteur : beaucoup d'audace il faut pour oser le vide du chemin de la liberté...
    Et Limès joue avec les ombres : le réel et l'irréel qu'offre la lumière. Une fusion grâce au fruit qui fait lien entre ce qui est et
    ce qui faute de lumière ne s'offrira plus à notre regard, mais qui sera ombre latente...
    Tu oeuvres avec beaucoup de délicatesse et ta symbolique me touche.
    Prends soin de toi Roger.
    Très amicalement.
    Je t'embrasse.
    Leeloo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Leeloo
      Merci Leeloo
      Ce cairn réalisé au cours de mon 71 ème été vécu sur cette terre et offert à ma femme, m'a demandé de gros efforts, bien calculés, pour assembler ces pierres. Elles sont tellement lourdes, que le plus dur est de les soulever, ensuite on glisse la pierre posée sur celle de dessous sans la relever et le poids aide à trouver le point équilibre. Pour "Le déserteur ", c'est pareil, la traverse fut très difficile à mettre en place à cause de son poids. Les photos ne rendent pas cet effet de lourdeur, mais plutôt d'élégance et de légèreté. Quelques heures de cet exercice,une fois de temps en temps, passent encore pour moi, parce que je fais beaucoup de sport, et que je m'entraine ailleurs, autrement, c'est à déconseiller.
      Hier, malgré de très fortes chaleurs, toujours difficiles à supporter quand on est cardiaque, j'ai pratiqué le land art à l'ombre , plutôt autour de l’association de couleurs et de formes, c'est nettement moins épuisant.
      Merci pour ton amitié fidèle.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  34. Bonsoir Roger!
    Ton travail est quelque chose de beau! Aujourd'hui j'ai vu beaucoupp de pages et je me demande comment tu fais pour mettre en équilibre ces gros pierres! Je veux savoir si tu as publié un livre avec tes photos et tes textes...
    Tes créations sont admirables! Merci de les partager acec nous. Bonne santé... je t'embrasse bien amicalement.

    RépondreSupprimer
  35. Maria Emilia Moreira
    Merci Maria-Emilia.
    J'ai fait un seul livre de land-art qui est d'ailleurs un livre d'artiste co-réalisé avec une peintre, mais qui date de 2004. Autrement, mes photos ont beaucoup été éditées pour illustrer soit des articles, soit des Interview, soit des revues, sans compter les DVD et reportages TV. Il en reste donc beaucoup de traces. Depuis que je suis revenu en Bretagne, il semble que je n'intéresse plus personne, ni la presse, ni même quelques éditeurs ayant pris contact avec moi, sans suite. Il faut dire qu'il y a des spécialistes de l'édition et qui publient livre sur livre.Mes photos sont aussi régulièrement demandées pour illustrer des livres de poésie ou livres d'école. Cette production doit être suffisante pour satisfaire les acheteurs. Mon blog reçoit actuellement entre 4500 et 5000 visiteurs par mois, c'est quand même pas mal. Je suis satisfait avec ça et très heureux de vivre des échanges humains très riches à défaut de gagner de l'argent.
    Je te remercie de ta présence sur le Chemin des Grands Jardins que tu fréquentes depuis longtemps.
    Je t'embrasse bien amicalement.

    Roger

    RépondreSupprimer
  36. Beautiful images, and thanks for putting my name.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bo Bushell
      Merci Bob. Tu sais, toutes ces dédicaces pour toi, ne sont qu'un hommage au photographe que tu es et à l'homme ami des oiseaux aussi. Amicalement.

      Roger

      Supprimer
  37. Hola Rogert .. Merci pour ce beau cadeau ... toutes vos créations a quelque chose de magique ... :-)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ana Minguez Corella.
      Merci Ana.
      Maintenant ces pierres vous connaissent.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  38. La couleur jaillissant l'ombre et l'ombre sculptant la lumière... : merci pour cette dédicace, Roger. Je suis très touchée.
    Je pars à mon tour écouter les vagues, du côté de Lannion. J'emporte mes mots et mes pinceaux.
    Bien à vous,

    ANNE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anne Lemaître
      Merci Anne. Je vous verrais bien participer aux étonnants voyageurs de Saint-Malo, que vous connaissez probablement.Je ne sais pas si vous y avez songé.
      Le pays de Lannion est aussi très beau, sans doute très encombré de touristes, mais je vous imagine lève-tôt , comme la voyageuse que vous êtes et cherchant la lumière rare sur les granits roses de cette côte éponyme.
      Bon voyage.

      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  39. Non seulement je lis les textes accompagnant tes créations mais je m en nourris, revenant lire et relire à intervalles réguliers. J apprends beaucoup aussi des commentaires. J aime particulièrement la forme poétique du faux vrai carnet de bord de vie. Ton oeuvre toujours émouvante à quelque chose du pélican. Un don dans le partage où se nourrissent quelques 5000 personnes face à ta fragilité dépassée dans un contre la montre, un contre le vent, un contre la petite mort de l immobilité.

    Le déserteur, la 71 ème année,le Brésil, place ans love ont retenu mon attention mais je serais incapable de faire un choix;tout me transporte, m ouvre des horizons.
    Et je profite aussi des liens menant vers Alain Jégou.
    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maïté/Alienor
      Merci Maïté. Bien sûr, tes mots me vont droit au cœur, à tel point que je commence par toi, incapable dans ces réponses aux commentaire, de me plier à une règle stricte, comme dans la vie. Un mot retient mon attention : faux. Non, tu te trompes, il n'y a rien de faux dans ce que je raconte, même si tu en trouves l'apparence. Je n'ai jamais appris à écrire. ça se voit m'ont dit certains. Je m'en fout. J'écris comme je vis. Trop tard pour retourner à une autre école que celle de la vie et quelle école !
      Nous sommes ma femme et moi, vieux, malades tous les deux et donc pas très fréquentables. Qu'importe, cette solitude amoureuse et commune est la chance de notre vie. Je dis ne pas avoir de maîtres, c'est vrai et si j'accepte parfois d'être comparé, comme dernièrement aux poètes et voyageurs de la Beat Generation, après tout, j'en ai l'âge, c'est que j'ai partagé leurs expériences, plus jeune, qu'elles m'ont marquées au point de continuer sur la même route, excepté, maintenant, la drogue.
      Personne d'autre que moi ne peut mieux expérimenter cette vie, sur ce plan, formidable et baignée de création.
      J'étais, nous étions plus entourés d'artistes, c'est vrai, en Normandie mais ce n'était pas notre pays. Revenus au pays, sur le tard, il n'est pas certain que nous ayons le temps de grandes rencontres et il n'y a rien de triste à vivre comme ça. Thomassaint et Jégou, je les ai loupés de peu. Le premier, je l'ai eu au tel, quelques semaines avant sa mort et nous deviens nous voir à Port-Louis. Jégou, pareil, mort trop vite à quelques semaines près. Alors je parle d'eux au travers de leurs œuvres comme je le fais pour Gwernig et Pélieu. Il y a des morts qui me vont et m'accompagnent. Quelque poètes vivant, rares, se sont approchés de moi à moins que ce ne soit le contraire. Fraternité.
      Le land art n'est pas folklorique ou accessoire, et ce n'est pas parce que les médias m'ignorent ici, contrairement à la Normandie, que je vais tout cesser. C'est mon corps qui sifflera la fin de la partie. En attendant, je cultive mes forces et me rendrai d'ici peu dans avec les cailloux face à l'Atlantique.

      Bien amicalement.

      Roger

      Supprimer
    2. Maïté/Aliénor29 juillet 2014 à 08:42

      Bonjour Roger
      J espère que tu n as pas mal pris mon expression de faux vrai carnet de bord. J ai dû mal à expliquer tout mon ressenti car j apprivoise tes codes peu à peu et je comprends mieux la réalité des choses grâce notamment à ta longue réponse. Mais il y a d autres strates du domaine de la sensibilité que je reçois sans mots et qui font vibrer ma corde sensible.
      J étais je crois en train de percevoir ce que le théâtre de la vie à de cynique, notamment lorsqu il faut composer avec la santé.
      J en connais un registre aussi puisqu en plein traitement d une maladie qui j espère me conduira à la rémission. Idem pour mon mari.
      Pour moi le Land art est un art authentique et je me nourris de tes créations de titan...
      J espère ne pas t avoir blessé involontairement.
      Merci pour tout.
      Ps: inutile de publier mon message; il est trop personnel.
      Longue vie à vous deux et longue passion commune.
      Maïté

      Supprimer
  40. Qu'est-ce que tu as beaucoup de travail dans Roger et ce qui est beau à voir.
    Vos créations sont toujours beaux et l'explication que vous avez écrit, il est très intéressant.
    Belles photos d'un artiste comme vous.

    Chers saluts et un câlin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Helma
      Merci Helma, pour tes encouragements chaleureux.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  41. Comme toujours, tes mots, tes créations, tes images, les légendes de tes photos nous emportent vers l'humain, vers l'autre, vers la vie et c'est beau.
    Merci pour ces instants partagés avec cœur!
    Bises sincères d'Ep'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Epamine
      Merci Sylvie. L'art est un cheminement vers soi et vers l'autre si on a bien compris l'enjeu humain que cela comporte. Je n'aurai pas su faire autrement.
      Je t'embrasse amicalement et te donne rendez-vous sur ma nouvelle page.
      Je t'embrasse.

      Roger

      Supprimer
  42. this cairn to marie-claude absolutely takes my breath away! (as do so many of your intimate works, roger.)

    xo
    erin

    RépondreSupprimer
  43. Merveilleux! You are able to keep consistent high quality!

    RépondreSupprimer

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.