La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

lundi 9 janvier 2012





































































































Aux chercheur d'or...



Je marche dans les pas de Florence Aubenas. Il est dix heures trente, les quais de Ouistreham sont déserts. La grille du terminal des Ferries est fermée. Au-dessus de l'entrée, une enseigne lumineuse minuscule, me souhaite Happy New Year et annonce une fermeture du site jusqu'au 2 janvier.
.Un seul poids lourd Espagnol, pris au piège sur la l'immense parking ! Le chauffeur malheureux émerge de sa nuit. Il attendra jusqu'au 2 janvier, 6 heures du matin.
Le ciel est gris, bas, plombé, comme dans le roman de Florence * L'hiver Normand est rarement souriant. J'ai terminé de lire son livre il y a deux jours et je voulais me replonger dans l'ambiance. C'est fait.
Devant moi, le Ferry à quai, sur fond de mer grise, à droite, en principe, on voit le Havre, mais aujourd'hui, le rideau est tiré. Seul l'estuaire du fleuve est dégagé. Avant de quitter ces lieux inhospitaliers, je prends la décision de commencer mon année en allant installer dans l'estuaire, rive gauche.
Promis, dès demain matin.
Jeudi 5 Janvier, la météo a suivi la couleur locale des journaux de la radio: gris, bas, pluvieux, venteux et l'on recommence.
Premier jour correct, Jeudi et nous y sommes. J'arrive sur les lieux en début d'après midi. Le terrain est vaste et l'estuaire s'étale à loisir entre les vasières, les zones marécageuses, les herbus et même un petit bois qui a résisté à bien des tempêtes. Il faut faire attention à ne pas glisser dans le fleuve, à ne pas s'envaser et rester prisonnier sur place, et, dernier danger, les chasseurs qui tirent depuis les gabions où carrément depuis la plage. Une fois que l'on a compris tout ça, le travail peut commence.
Je longe une digue qui retient les hautes eaux au moment des plus fortes marées. La partie Nord-est qui donne sur des praires est recouverte entièrement par une herbe glissante tandis que la partie Est, découvre un empierrement massif que les hautes eaux ont un peu chahuté, ça et là. De belles pierres ont glissé des brèches et je vais m'en servir pour élever une quantité de petits cairns élevés à l'esprit du fleuve. Je démonte tous les cairns une fois photographiés ét replace les pierres dans les brèches de la digue.
Une tache de lichen me donne le prétexte pour lier les murs au marais. Lorsque je vois des pierres ou des murs comme ici, je n'oublie jamais les six années passées à aider les longues peine du Centre de Détention, en les accompagnant dans des projets artistiques. Comment oublier ceux que j'ai vus et écoutés, ce que j'ai entendu, derrière les hauts murs. Nous parlions souvent land art. J'y ai même exposé des photos de mes installations.
Je quitte la digue et la franchis puis marche plein nord, pour retrouver, la plage, la mer. L'air est vif, mais j'aime ça. Je trouve un bout de coton orange, et je m'en sers, tel une araignée qui tisse sa toile. Piéger les vents, attraper des rêves au passage, jeu d'enfant que je suis parfois.
Je descend vers le bas de la plage et sonde le sable. Oui, je pourrai réaliser un spirale prochainement, ici, en arrivant plus vite sur les lieux.
je me demande quelle force me guide, à parcourir ainsi, la nature, tel un chercheur d'or. Faut-il croire que j'y trouve matière à vivre et à dire au monde que je n'ai pas d' autre façon d'être qui me convienne aussi bien. Et pourtant, ce n'est pas facile.
Je rejoins une construction en bois, qui sert d’observatoire, assez haut perché et ouvert aux quatre vents. La vue est imprenable. J'y fais une halte et sort de mon sac à dos, quelques poèmes de Henri Droguet, recopiés dans une revue, la semaine dernière, à la bibliothèque centrale de Caen. J'aime ces lectures faites au hasard dans lesquelles je puise pour vous les présenter. Aujourd'hui, ce sera Continuo. Il y a une force dans ce texte qui colle bien au côté sauvage de cet estuaire, l'hiver.
Je redescend sur le sol et décide de rentrer par le bois qui occupe toute la partie centrale de la petite presqu'ile. Une souche d'assez belle taille s'offre à ma vue et je pose mon sac pour mieux la regarder. Elle est magnifique. Je vais y installer une horloge avant que le jour ne décline de trop.
Je fixe les aiguilles , après avoir cueilli de grosses épines de ronce qui vont ensuite tenir en place, douze morceaux de mousse sur le cadran. Ainsi, vous pouvez savoir à quelle heure j'ai terminé mon travail.
Je suis heureux de ces travaux, et je marche d'un pas léger. Pourtant, une pensée me rattrape, Morgane, ma chienne fidèle. Elle est partie depuis plusieurs année, sans que je puise la remplacer, ni l'oublier. Tout à coup, elle est là, plus présente que tous ces travaux et me raccompagne jusqu'à la voiture. Je ne pense plus à rien et la suis du regard jusqu'à ce qu'elle disparaisse de ma vue.


Roger Dautais



* Le quai de Ouistreham
Florence Aubenas Editions de l'Olivier 2010


P.S. Seules, les cinq premières installations sont concernées par ce texte



Continuo

Tout ce qui fût
magnifiquement tu
rêve sauvage ou total gouffre
aux cendres bleues refouies
ça claudique et ça flâne
hurle à la dégobille à l'absente goinfrée
esclaffements noir fureur
mélancolique des vents bourrus
dans les hivers

Piètre miroir aux alouettes
que l'embrun fulmineux galvanise
le ciel roule ces déflagrants vaisseaux
touffes à crever plumes écumeuses
aux bas sépulcres chères.


Henri Droguet
Variations saisonnières
9 décembre 2006

59 commentaires:

  1. J'adore l'horloge de bois !
    Même si elle ne marque plus minuit, j'en profite pour te souhaiter une bonne et belle année, pleine d'inspiration et de joies "naturelles"...

    RépondreSupprimer
  2. Loved that clock. I want it for my future garden :)

    RépondreSupprimer
  3. Fantastic shots!! Congrats!!

    Salut,Francesc

    RépondreSupprimer
  4. aimez votre travail



    Aloha from Waikiki
    Comfort Spiral

    > < } } ( ° >

    ><}}(°>

    RépondreSupprimer
  5. Espectacular!!! Enhorabuena Roger!!!

    RépondreSupprimer
  6. En profiter pour vous, nous souhaiter une année à venir pleine de ces oeuvres qui nous émerveillent!
    Merci encore de ces dons.

    RépondreSupprimer
  7. Tes voeux sont superbes: tea time dans le bois,une marguerite effeuillée à "je t'aime",des fruits, des fleurs ,des divinités bienveillantes,un anti dollar vert mais en feuilles, la mer qui joue au oula hop...
    Fais attention à toi.
    Bonne et prolifique année.

    RépondreSupprimer
  8. La Licorne,
    Merci, venant d'une licorne, le voyage ne peut être que beau.
    Amicalement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  9. Kaipiroska,
    Où tu viens en France la chercher avec un camion grue, où tu réalises la tienne dans ton jardin.
    Merci pour ta visite,

    Roger

    RépondreSupprimer
  10. Bob Bushell,
    Je ne me vois pas comme cela, mais puisque tu le dis...je prends la moitié du compliment.
    Belle journée,Amitiés,

    Roger

    RépondreSupprimer
  11. Francesq Balaguer,
    Merci pour ton commentaire chaleureux.
    Bien amicalement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  12. Cloudia,
    C'est un bon conseil. Le jour où je n'aimerai plus ce que je fais, j'arrêterai.
    Belle journée.

    Roger

    RépondreSupprimer
  13. Comfort Spiral,
    Je ne lis pas ce code, mais il y a ici, de l'ordre du rapprochement. En tous les cas, je le prends pour un geste amical.
    Merci, Belle journée sous les tropiques.

    Roger

    RépondreSupprimer
  14. Maria Jesus,
    Merci pour ta visite et tes mots d'encouragement.

    Roger

    RépondreSupprimer
  15. Chri,
    C'est vrai, il est encore temps de se souhaiter une belle année 2012? Je le fais donc ici, en espérant te revoir sur Le Chemin...
    Amicalement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  16. Camino Roque,
    C'est comme cela qu'elle m'est apparue, et tu l'as justement remarquée, ainsi avec ton regard de peintre.
    Belle journée en Espagne et à bientôt sur ton blog,
    Amitiés,

    Roger

    RépondreSupprimer
  17. manouche,
    Merci pour ce beau commentaire. C'est vrai, il faut faire attention à soi, mais le land art comporte néanmoins quelques risque. C'est la loi du genre.
    A propos de ce cerceau rouge, c'est la mer qui l'avait rejeté ainsi que le deux gros troncs d'arbres gorgés d'eau. Il sont tombés plusieurs fois avant que je ne n'installe ce delta ce qui me valut un beau tour de rein.
    Belle journée à toi et encore bonne année,

    Roger

    RépondreSupprimer
  18. J'etais il ya quelques jours sur ces plages chargees de souvenirs...
    Une tres bonne annee pleine de promesses heureuses!

    RépondreSupprimer
  19. Magnificent. My heart smiles. Thank you.

    RépondreSupprimer
  20. I needed to come back again to view that last piece. Elegant, in rugged form, and delightfully witty in it's placement!

    RépondreSupprimer
  21. Ingeniosos y originales trabajos.

    Que tengas un Feliz Año 2012.

    Saludos.

    RépondreSupprimer
  22. DeebeeL,

    A qui connait l'histoire, impossible d'oublier ces plages du débarquement.
    Belle année à vous également.

    Roger

    RépondreSupprimer
  23. Franco,
    Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins depuis l'Espagne. Merci de ta visite et à bientôt,

    Roger

    RépondreSupprimer
  24. Sharon,
    Je ne m'habitue pas à tout cet élan de sympathie que me provient de tant de pays. C'est toujours un petit bonheur de l'instant, comme ici.
    Merci Sharon.
    Bien amicalement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  25. Ciao, Le tue idee sono originalissime e le realizzazioni spettacolari. I tuoi lavori mettono di buonumore e in pace con il mondo e la natura... un risultato eccezionale no?
    Ciao, ciao, Floriana

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis toujours surpris que mon travail puisse faire de l'effet sur une personne et embellir sa vis,si peu soit-il.Comment ne pas en tirer un peu de joie pour moi aussi.
      Je te remercie et te souhaite une bonne fin de journée.
      Amitié.

      Roger

      Supprimer
  26. Je te souhaite une bonne année 2012, qui commence à l'heure, à ce que je constate ! Je suis régulièrement tes installations, mais ne trouve pas toujours les mots pour te dire combien je les admire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien ton rapport à la nature, et la façon dont tu l'écris... avec un coup de cœur pour cette horloge de bois !
      Bonne année 2012

      Supprimer
    2. Amartia,

      Je te remercie de tes bons voeux et je t'envoie les miens en retour.
      Belle soirée,
      Bien amicalement,

      Roger

      Supprimer
  27. Fascinante, en especial, el reloj para el que no pasa el tiempo. En efecto en los bosques se aprende a medir de otra manera. Abrazos.

    RépondreSupprimer
  28. Nous nous mouvons entre le temps et l'espace...Saludos y que sea un creativo y luminoso 2012!

    RépondreSupprimer
  29. Koja,
    Beaucoup de personnes aiment ces horloges éphémères que j'aime essaimer dans la Nature, tout au long des routes et des saisons. Belle soirée à toi et à bientôt,

    Roger

    RépondreSupprimer
  30. Salomé Guadalupe Ingelmo
    Merci pour ton commentaire amical. Le temps est un de mes thèmes favoris. Je pense qu'en vieillissant vraiment, notre rapport au temps est plus présent.Combien de temps nous reste-t-il à vivre. Passionnant comme décompte.Non ?
    Belle soirée,
    Je t'embrasse amicalement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  31. Esmeralda Torres,
    A nous de trouver notre chemin !
    Belle fin de soirée, Amicalement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  32. la nature prend un autre regard avec vous. merci de nous faire partager cette quête.

    RépondreSupprimer
  33. it would be delightful to bump into your designs in the middle of no where...

    RépondreSupprimer
  34. J'aime la pendule des beaux jours et les verts dégradés qui serpentent...

    RépondreSupprimer
  35. Rahina,
    Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins, et merci pour ton commentaire. En quatorze année, c'est arrivé bien souvent comme hier, sur une plage de la Manche, où, revenant d'une sortie Land art, j'ai trouvé un promeneur, à genoux dans les cailloux, en train de photographier un série de cairns que je montrerai, prochainement. Je n'ai pas eu le temps de lui parler, car il est parti trop vite avec ses souvenirs.
    Belle soirée à toi,

    Roger

    RépondreSupprimer
  36. Quel beau voyage dans tes pensées, dans la nature que tu as fait tienne, pareille et différente, dans ces paysages où tu dressé ton pinceau pour y glisser ta marque.
    J'aime beaucoup la façon dont tu nous fait entrer dans ta tête, tu n'es plus seul au milieu de la solitude, nous sommes là à te suivre, à regarder, à nous émouvoir devant tes résultats pourtant si éphémères.
    Et puis cette pensée émouvante pour Morgane, dont le coeur continue à frémir parmi les cailloux et les herbes.
    Il faut que tu rassembles ces merveilles, ces photos, ces mots pour qu'elles fassent partie de l'histoire collective. Merci, Roger pour les émotions que tu suscites avec tant de naturel ...

    RépondreSupprimer
  37. croukougnouche,
    Ainsi, je suis le maître d'un temps qui n'existe pas et qui dure une l'éternité fixée par le bon vouloir du temps. Quoi demander de mieux.

    Je te souhaite une très belle soirée, chère Agnès.

    Roger

    RépondreSupprimer
  38. Lautreje,
    C'est un plaisir aussi que de pouvoir montrer mas créations.
    Merci de votre commentaire,
    à bientôt,

    Roger

    RépondreSupprimer
  39. Saravati,
    Personne ne m’accorderait le droit de pratiquer ainsi le land art,ni,ne parierait un kopeck sur ma tête, si je m'adressais à la poignée de spécialistes de la bien bienpensance artistique,pour rechercher un quelconque adoubement. Alors je me permets tout, bien humblement, dans ce domaine.
    L'outre mesure et l'amnésie me guident pour que je ne sois limité que par ma propre envie d'exprimer, sans penser à cette censure qui sied aux pleutres.
    Une fois tout perdu, on est libre, bien sûr, avec un prix, mais dans quelques dizaines d'années, nous serons tous de la même famille, soit bouffé par les vers, soit réduits en cendre, pour le meilleur des cas.
    Il suffit que ces beaux théoriciens attendent un peu et la place sera libre pour d'autres résistances capables d'exprimer hors des sentiers battus.
    Merci à toi, pour ce commentaire qui m'a fait régir ainsi.

    Bien amicalement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  40. C'est un plaisir pour toi de montrer tes créations et c'est toujours avec autant de curiosité et de joie que je passe admirer ce que tu proposes .J'aime beaucoup ton horloge qui marque la fin de ton travail.
    J'aime la nature, mais tes créations éphémères me la font apprécier davantage

    RépondreSupprimer
  41. J'adore le soleil en mousse et feuilles! Et la dernière tour en pierres est impressionnante. Ça a dû demander des heures pour l'assembler sans que ça tombe! Bravo!
    Merci pour le partage. Et avec un peu de retard, très belle année 2012!

    RépondreSupprimer
  42. Brigitte,
    C'est une chance pour moi et aussi pour la Nature que ces travaux te rapprochent du land art.

    Merci,

    Roger

    RépondreSupprimer
  43. Mildred,
    Bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins.
    Rassure toi, il arrive que ces cairns tombent. C'est ce qui rend l'exercice intéressant.
    Ma dernière sortie a été entièrement consacrée à l'élévation de cairns au bord de la mer.
    Je vais bientôt les montrer sur mon blog.
    Merci à toi pour ce commentaire.

    Roger

    RépondreSupprimer
  44. Merci pour ton passage Roger.....Tes chemins sont toujours autant poétiques et lumineux
    Je te souhaite une année riche, créative et pleine d'inspiration....

    A bientôt

    Greg

    RépondreSupprimer
  45. This is just magnificent! The pictures are absolutely fantastic!

    RépondreSupprimer
  46. A chaque fois je me surprend de voir et de constater qu'on peut faire beaucoup avec pas grand choses... côté matériel...
    encore bravo...

    RépondreSupprimer
  47. C'est bon lire ton texte et suivre ton chemin. Les photos sont le resultat des travaux fantastiques.
    Quel plaisir les regarder!
    Bonne semaine.
    Maria Emília.

    RépondreSupprimer
  48. Seguir los caminos llenos de belleza que tú nos señalas constantemente, es un placer inenarrable, lleno de toda la hermosura del mundo.
    Gracias por estar.
    Un abrazo.

    RépondreSupprimer
  49. My dear friend Roger
    All your work, is a masterpiece of artistic imagination!!!
    The clock, amazing!
    Congratulations!
    Best regards

    RépondreSupprimer
  50. Magda,
    Je suis très sensible à ta visite depuis la Grèce et je te remercie de ce beau commentaire,

    Roger

    RépondreSupprimer
  51. Réponses
    1. Nouvelles couleurs-vienna atelier

      Merci beaucoup.
      Amitiés;

      Roger

      Supprimer

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.