La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

lundi 24 mai 2010







Derrière les hauts murs...


Aux aveugles...

Sous les silences répétés des pierres, un passé inaperçu continue de vivre.
Je n'ai plus l'air de chercher et j'avance sous un soleil pâle. Les visages reviennent avec les souvenirs...les voix...aussi, les gestes...tout est là qui me parle, à nouveau sous les roches salées, soulevées. Tout sombrera avec la prochaine marée, comme mes pensées furtives. Dès l'aube, j'arpente les ruelles sombres de ma mémoire, je longe ces interminables murs à l'affût d'une lumière, d'une faille, d'un tressaillement de la terre qui les mettrait à bas. Entre les ruines, nos cris assemblés et l'espoir, un jour, de parler la même langue.


Roger Dautais
extrait de: Pourquoi je pratique le land art ?


Ces photos sont extraites d'une série de 150 photos qui avaient été choisies par des détenus d'un centre de détention. Elles furent présentées sur la télévision interne aux 420détenus pour accompagner une exposition photographique de vingt autres de mes réalisations, montrées pendant un mois, dans le bâtiment culturel . Je n'oublierai jamais ces six années, où je travaillais avec eux, en qualité d'artiste intervenant bénévole, puis d'administrateur des lieux avec 6 autres personnes, tant cette expérience humaine m'a ouvert les yeux. C'est aussi à ces personnes que je pensais en écrivant le texte ci-dessus.


Roger Dautais



50 commentaires:

  1. Derrière les hauts murs il ne reste plus que l'évasion mentale et des personnes comme toi qui poussent un peu les limites du quotidien.
    Transcender l'impossible détention. Ne pas en mourir.
    Tout est-il transformable ?

    RépondreSupprimer
  2. Un très beau texte et de splendides images, très émouvant...

    RépondreSupprimer
  3. Je suis souvent sans mots devant vos photos et vos textes.....mais jamais sans éMOTion tellement je trouve cela beau!
    Quel plaisir ces promenades sur le chemin des grands jardins!Merci et bonne semaine!

    RépondreSupprimer
  4. sélection très sympa !

    les champignons retournés font une drole de construction... ou de chapeau !

    RépondreSupprimer
  5. Lôla a dit,
    Je ne sais pas. J'ai simplement côtoyé des hommes condamnés à de très longues peines dont certains étaient incapable d'envisager une quelconque expression de leur souffrance. D'autres, par l'écriture, la sculpture, la peinture la musique, le chant, semblaient reprendre un peu d'espoir et entamer une reconstruction de soi, avec des résultats, parfois, très étonnants. Dans ces lieux d'exil, il est très important que des artistes s'engagent dans cet accompagnement fraternel car ils participent à donner une chance à ces êtres humains, certes condamnés, de s'en sortir peut-être un jour, un peu moins mal.

    Roger

    RépondreSupprimer
  6. J'aime beaucoup ce feu sur la pierre à côté de l'écriture, cette image
    je la laisse voyager et je reviendrai lui parler! Aussi,
    cette sphère prête à se glisser dans le fleuve...et votre texte à l'adresse
    des" emmurés" belle soirée Roger

    RépondreSupprimer
  7. C'est trés beau ce que vous faites,plus beau encore,vous le partager.
    Parceque un jour on peut se perdre et c'est plus facile ,que de se retrouvé,enfin..presque.
    Et l'art est un bonne therapie .

    Amicalement,linda.

    RépondreSupprimer
  8. Magnifique, tout simplement magnifique!
    Concernant votre parcours et votre engagement, connaissez-vous?
    - Le bruit des trousseaux de Philippe Claudel, récit dans lequel il raconte son engagement au sein de l'univers carcéral, dans lequel il enseignait Les Lettres.
    - Paroles de détenus, un recueil de témoignages, lettres, récits.
    Ce sont de très beaux textes à découvrir, à méditer, à partager.
    Belle journée, et merci pour vos partages.

    RépondreSupprimer
  9. Claire Fo,
    Merci de ce commentaire "plein d'émotion".

    Roger

    RépondreSupprimer
  10. Sonia Blanc,
    Oui, d'ailleurs cette installation me donna beaucoup de soucis avant de la réussir. Elle s'intégrait à un ensemble de "pagodes" de ce genre.

    Roger

    RépondreSupprimer
  11. Brigitte Maillard,
    Cette pierre sur laquelle j'avais écrit un poème en chinois, faisait partie d'une série de trois "pierres de silence". Ainsi les avais-je nommées à cette époque, imaginant que cette peinture à l'eau, totalement disparue au bout de deux ans, avait été absorbée par la pierre et que le poème s'y trouvait à l'intérieur.

    Roger

    RépondreSupprimer
  12. Linda Lourenco,
    Ce n'est pas l'art thérapeute que je suis, qui vous dira le contraire.
    Amitiés,

    Roger

    RépondreSupprimer
  13. araucaria,
    Je ne connais pas le livre de Philippe Claudel que vous citez, mais je vais essayer de le trouver.
    Pour l'autre, Paroles de détenus, oui, je le connais et je l'ai lu avec beaucoup d'intérêt. Merci pour votre passage amical sur Le Chemin des Grands Jardins.

    Roger

    RépondreSupprimer
  14. Le bruit des trousseaux - Philippe Claudel - Le Livre de Poche n° 3104

    En septembre dernier, j'ai consacré quelques notes à ce livre, pour vous faire une idée du texte, voici deux liens pour accéder à mes archives.

    http://araucaria.20six.fr/araucaria/art/1708344/Le-bruit-des-trousseaux
    http://araucaria.20six.fr/araucaria/art/1708572/Prison-

    RépondreSupprimer
  15. Magique encore et j'aime beaucoup ta 2 eme photo oui c'est mon choix.
    Ton blog me fait tj autant rêver et je te dis merci

    RépondreSupprimer
  16. je suis tjr aussi fan de vos oeuvres,que de photos magnifiques,bravo et bonne semaine ;O)

    (j ai travaillee a Capbreton dans ma "jeunesse" )

    RépondreSupprimer
  17. araucaria
    Merci pour les liens que j'ai publiés, ici pour en faire profiter aussi, tous mes lecteurs.

    Roger

    RépondreSupprimer
  18. France,

    La deuxième photo fait partie d'une série réalisée sur une année, avec la même sphère, à travers les quatre saisons auquel j'ai donné le nom suivant : LE VOYAGE DE LA SPHÈRE. Il m'est arrivé d'en publier quelques unes sur mon blog.
    Merci de ton commentaire amical.

    Roger

    RépondreSupprimer
  19. Voilà Roger j'ai retrouvé ce poème d'Adonis pour votre photo du poème
    disparu dans la pierre ...

    PIERRE

    J'adore cette pierre paisible
    J'ai vu mon visage dans ses veinures
    J'y ai vu ma poésie perdue

    ADONIS
    extrait Le Charmeur de poussière - Gallimard

    RépondreSupprimer
  20. Nefertiti,

    Merci de votre commentaire très encourageant.

    Roger

    RépondreSupprimer
  21. Une profonde Communion avec cet artiste qui risque de faire des émules...

    RépondreSupprimer
  22. Oh... Merci d'être venu me rendre une petite visite... Juste parce que je suis ravie de te rencontrer toi et tes oeuvres... Le landart, j'adore... Je sais, ça fait niais comme phrase mais comment expliquer ce que l'on ressent... C'est rempli d'émotions... Merci pour ce joli moment !

    RépondreSupprimer
  23. j'aime beaucoup ce travail... je ne suis pas la seule visiblement !

    RépondreSupprimer
  24. Bretagne buissonnière,
    Visiblement, c'est vrai, pour mon plus grand plaisir.

    Merci, Roger

    RépondreSupprimer
  25. Flo,
    Mais pas du tout, chacun exprime ce qu'il ressent avec ses mots. Ici, il n'y a pas de concours. Je suis toujours aussi surpris de déclencher de telles réactions, mais c'est moins grave qu'un tremblement de terre et ça me fait beaucoup plus plaisir. Alors, de tout cœur, merci,

    Roger

    RépondreSupprimer
  26. Mima,
    Mais je ne demande pas mieux, la terre est vaste...Il suffit de se lancer.
    Merci de ton passage sur Le Chemin...

    Roger

    RépondreSupprimer
  27. c'est la dernière composition qui me fait vibrer.
    je vois peut-être l'amour partout,
    je vois au loin un jeune couple tendrement et joyeusement enlacé.
    au premier plan, la duègne qui veille et les protège.
    entre les deux, un petit filet d'eau , la vie...
    merci pour ces moments de rêve.

    Anita.

    RépondreSupprimer
  28. Que d'émotions contrastées émanent de chacune de tes photos : le fragile échafaudage des champignons pagode me font partir dans le pays des elfes, la sphère au bord de l'eau semble en partance vers la source du monde et du temps puis la sentinelle au bord de l'océan veille sur l'infini tandis que le ruban de feuilles se perd dans la lumière et que le feu préside à l'absorption du poème par la pierre enfin les petits phares de l'espoir écoutent le chant d'un filet d'eau.
    Superbe
    Marisol

    RépondreSupprimer
  29. Anita,
    Un vrai plan de cinéma, que ton très beau commentaire.
    Merci,

    Roger

    RépondreSupprimer
  30. Marisol,
    Tes émotions sont décrites avec beaucoup de poésie et je reste étonné de tout ce que mes installations te déclenchant comme idées. C'est superbement écrit.
    Merci

    Roger

    RépondreSupprimer
  31. Champignons pagode
    Champignons jupons
    Pour danser le flamenco
    Un jour au bord de l'eau
    Suivre le chemin de feuilles
    Flottant sur le miroir des rêves...

    Biseeeeeeeeeeeees de Christineeeeee

    RépondreSupprimer
  32. Obigada pela tua visita ao blogic@ndo.blogspot.com,
    Passei para ver as fotos fantásticas e fiquei impressionada com a poesia que transmitem.
    Um abraço.

    RépondreSupprimer
  33. Bonjour, Roger.
    Tout me séduit et m'émeut dans ce billet :le prétexte, le texte et les illustrations.
    Pour les aveugles, la terre se soulève avec tendresse, s'érige en belle sobriété et tes mots nous guident dans leur pensée.
    Merci beaucoup.
    En fraternité

    RépondreSupprimer
  34. Bonjour.
    Vos œuvres ressemblent Cinq pagode Storeyed.

    Kyoto et Nara ...
    Je me souviens il.

    Merci.
    ruma

    RépondreSupprimer
  35. Herbert,
    Merci pour ton commentaire chaleureux et fraternel.
    Bien à toi,

    Roger

    RépondreSupprimer
  36. Ruma,
    Merci de ton clin d'œil venu d'Extrême-Orient. Je ne connais pas l'œuvre à laquelle mon installation te fait penser mais je vais la chercher, par curiosité.
    Bonne journée,

    Roger

    RépondreSupprimer
  37. bonjour Roger
    j'aime regarder vos installations et les textes que vous écrivez sont merveilleusement émouvants ,il me parle ! belle journée à vous ! maïté

    RépondreSupprimer
  38. Christineeeee,

    Merci de ton commentaire, qui , ton habitude est tourné de façon originale et poétique.


    Roger

    RépondreSupprimer
  39. Emilia,
    En effet, je suis passé découvrir ton blog que je conseille, d'ailleurs, pour sa qualité. A mon tour de te remercier pour ta première visite sur Le Chemin des Grands Jardins.
    à bientôt,

    Roger

    RépondreSupprimer
  40. Maïté,
    Merci de ce généreux commentaire de la part d'une artiste qui pratique elle-même le land art.

    Roger

    RépondreSupprimer
  41. J'aime ce petit lutin de champignon sur son piédestal de mousse.
    Sur quel royaume veille-t'il ?

    RépondreSupprimer
  42. Annick,
    Je ne saurais te dire.
    Merci de ton commentaire plein de fantaisie.

    Roger

    RépondreSupprimer
  43. I have been looking at the mushroom creation every day-it makes me so happy!

    Thanks,
    Thea

    RépondreSupprimer
  44. Thea,
    Merci d'être passée sur Le Chemin des Grands Jardins pour y déposer quelques mots d'encouragement et à bientôt, j'espère?

    Roger

    RépondreSupprimer
  45. j'adore la quatrième photo...entre ciel et terre, air et eau...

    RépondreSupprimer
  46. Le chapeau de magicien(ne) est une pure merveille, je te l'emprunterais bien.

    RépondreSupprimer
  47. Marie L.

    Il est à toi, ce chapeau, mais à condition que tu te transformes en elfe ou en korrigan.

    Bonne soirée à toi,

    Roger

    RépondreSupprimer

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.