La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

jeudi 9 juillet 2009

Arrivée sur site, à 10 h 15' le jeudi 9 juillet 2009, plage de JUNO BEACH à Bernière sur Mer.Normandie. France.
Coefficient marée 75 ( selon SHOM 2009). Un léger vent de nord-ouest balaie la mer, couverte de petites vagues courtes. La température est fraîche, avec 12° seulement. Le ciel est couvert avec quelques apparitons du soleil.
A l'endroit choisi, tout en haut de la plage, à 30 m à peine de l'ancien blockhauss servant de lieu mémorial
des troupes Canadiennnes ayant débarqué sur cette plage le 6 juin 1944, je dispose d'un endroit presque déserte Habituellement, sur cette plage , touristes et vacanciers s'y pressent. Après les observations d'usage, j'estime qu'il me faudra tracer cette grande spirale ( elle atteindra les 13 mètres de diamètre) en une heure maximum, si je veux l'avoir terminée avant l'arrivée de la mer. Le sable est meuble, mon pied s'enfonce et creuse ainsi, un large sillon. La course commence. Je me concentre et trace la spirale en respectant au mieux la parallèle entre deux tours. C'est la régularité qui donnera toute la force cynétique de cette figure géométrique et permettra à la mer de la recouvrir, harmonieusement.
7 tours, léger déséquilibre, la tête me tourne. Je stoppe quelques instants, respire et regarde l'horizon.
15 tours , la mer approche, je ne peux faire des pauses comme habituellement, je continue. Mes jambes me font mal.
20 tours, la spirale exprime déjà toute sa force. La mer est à 5 mètres de moi . Une personne s'approche pour me demander des renseignements. Je lui réponds sans m'arrêter et continue le tracer. Sur la partie haute de la spirale, je rencontre une zone de sable beaucoup plus dense qui me ralentit. Difficulté que je connais bien avec ces différences de configuration, densité, humidité, sècheresse, granulosité, pierres, varec'h, plage en pente, je dois m'adapter et passer tous ces obstacles.
24 tours, la spirale est terminée. La mer est à un mètre. Je la remercie de m'avoir permis de terminer et signe mon travail TO THE SEA. Une autre dédicace : cette spirale est réalisée pour une artiste peintre Américaine Gwen Gordon.
Maintenant, la mer joue sa partition. J'assiste à l'effacement de cette grande spirale, déjà marquée par l'érosion du vent qui a blanchi le sillon. Le flot s'approprie mon travail, reprend son territoire. Sous la respiration lente des vagues à l'assaut du sillon, le sable retrouve son aspect naturel et la plage redevient elle-même. Ephémère victoire sur le temps, cette spirale rejoint toutes les mémoires Canadiennes enfouies, rappelées à nous, par le seul claquement des drapeaux du mémorial.

Roger Dautais
"Spirale Juno Beach"
LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS



video

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.